AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843984696
Éditeur : Apogée (11/03/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
En faisant de l'avènement de la recherche de l'égalité des conditions, c'est-à-dire de la démocratie, une loi historique universelle qui travaille les sociétés, les transforme et détermine, en même temps, les individus qui la composent, Tocqueville nous révèle le sens même de l'histoire. Il nous invite à mieux comprendre la démocratie, à prendre conscience de sa fragilité et des risques de dérives.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Chouchane
  22 juin 2015
Pour beaucoup la démocratie est un horizon indépassable, l'optimum de la civilisation. Certes c'est un modèle intéressant mais en lisant ce petit livre qui est lui-même une relecture de Tocqueville « de la démocratie en Amérique » 1835 , on perçoit clairement qu'en la matière nous acceptons un prêt à penser et que la démocratie est loin d'être la panacée universelle. Si cela reste un modèle intéressant notamment pour nous assurer une liberté politique, il est fragile, imparfait et ses dérives nombreuses ; comme le dit Amine Boukerche « En présentant une nouvelle approche de la démocratie, il (Tocqueville) nous révèle une pensée d'une actualité sidérante ». J'ai été séduite par cet ouvrage didactique qui apporte un éclairage intelligent à notre présent. Que dit-il ?
Pour l'opinion la démocratie est le meilleur des régimes, il n'en est pas de même pour de nombreux philosophes. Platon déjà condamne de façon définitive ce régime qu'il estime corrompu car les hommes qui le dirigent sont soit assoiffés de richesse et forment alors une oligarchie, soit avide de pouvoir, la timocratie. de plus, la démocratie est à la merci d'une autre faiblesse : sa représentation. le mode de désignation habituel des dirigeants est l'élection, on en voit les dérives. Pour se faire élire, les hommes recourent à l'éloquence et à toutes sortes de marchandages faussant la représentation qu'en ont les citoyens, ils sont prêts à tout ! le meilleur moyen d'éviter cela selon Aristote serait de recourir à au tirage au sort. Cette partie de l'ouvrage est passionnante parce qu'elle offre l'espoir « nouveau et antique » qu'il pourrait y avoir un terme aux égarements et aux scandales accompagnant chaque élection.
Quand Tocqueville part en Amérique, il connait déjà toutes ces réserves sur la démocratie. Ce qu'il constate d'abord en arrivant c'est que le citoyen américain aspire avant tout à l'égalité des conditions (et non pas seulement l'égalité juridique). Alors qu'en Europe qui sort péniblement de la monarchie à coup de coups d'état et révolutions sanglantes, l'idée que chacun doit rester à sa place est encore très présente dans les esprits. C'est la mobilité sociale qui caractérise le mieux la société américaine et qui façonne les modes de pensées et la recherche d'un bien-être par tous. Ce dernier point constituera d'ailleurs le talon d'Achille des américains qui, selon Tocqueville, sont en permanence travaillés par l'aspiration à obtenir plus ou mieux et ne sont donc jamais satisfaits. « Dans la confusion de toutes les classes, chacun espère pouvoir paraître ce qu'il n'est pas et se livre à de grand effort pour y parvenir(…) l'hypocrisie de la vertu est de tous les temps ; celle du luxe appartient plus particulièrement aux siècles démocratiques ».
L'ouvrage de Boukerche bouscule un autre lieu commun : « la majorité ». Considérée comme le nec plus ultra pour décider, elle peut s'avérer être une forme de tyrannie. L'élection à la majorité impose aux élus de suivre la volonté d'une majorité qu'ils confondent avec la volonté générale. Cette dernière, selon Rousseau exige, l'unanimité. Cette omnipotence de la majorité, finit par se transformer en un pouvoir absolu qui s'exerce sur tous. Pour la minorité, c'est une nouvelle forme de tyrannie. de là, Tocqueville avance que la tyrannie de la majorité exerce une influence active sur la liberté de pensée et produit une uniformisation de la pensée, il ajoute « Je ne connais pas de pays où il règne, en général, moins d'indépendance d'esprit et de véritable liberté de discussion qu'en Amérique ». Enfin, cette société démocratique engendre un fort individualisme notion qui pour lui est récente et se traduit par un repli sur soi au sein d'une société.
Pour Tocqueville les effets pervers de la démocratie sont dépassables et parmi les solutions qu'il propose il y a l'association. Cette dernière consolide le lien social indispensable et permet de contrebalancer le despotisme de la majorité.
Une lecture vivifiante qui donne envie de lire Tocqueville dans le texte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nowornever
  24 juin 2015
Merci à Babelio et aux éditions Apogées pour ce petit livre. J'ai fait une jolie découverte, de la collection et donc de la maison d'édition.
Pourtant, au début, j'étais réticente à prendre ce livre, j'avais étudié Tocqueville à la fac, et je ne voulais pas vraiment replonger dedans !
Mais finalement, j'en suis assez contente. Je lis rarement des livres de "société" mais la lecture de de la fragilité de la démocratie a été facile, fluide et plaisante. Bravo à l'auteur ! Ce n'est certes qu'une synthèse détaillée sur l'oeuvre de Tocqueville, mais elle fait du bien. Elle permet de nous interroger sur notre société actuelle, de voir les progrès faits et ce qu'il reste à faire.
Certes, la construction pourrait paraître simpliste avec : introduction, thèse, antithèse et synthèse/conclusion. L'auteur nous montre comment Tocqueville loue la démocratie puis comment il en a peur pour enfin nous donner l'espoir que la démocratie n'est pas un régime si mauvais, encore heureux !
C'est à lire en tout cas, comme les gens ont relu Voltaire quand on parlait de laïcité et de respect entre religions, lisez ce petit bouquin pour mieux comprendre et peut-être agir pour notre démocratie. Je vous le conseille !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Mangouste86
  28 juin 2015
Merci à Babelio et à l'éditeur pour ce petit livre simple, précis et accessible.
Je souscrit tout à fait aux deux précédentes critiques et vous invite à lire ce bouquin sans réserve.
A l'heure où la démocratie devient pour certain une religion ou un dogme inattaquable, il n'est pas inutile de prendre un peu de recul. C'est finalement ce à quoi nous appelle l'auteur à la suite de Tocqueville.
A mettre entre toutes les mains.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ChouchaneChouchane   22 juin 2015
"Je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont il emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine ; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas ; il les touche et ne les sent point ; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et, s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie" Tocqueville
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nowornevernowornever   24 juin 2015
Ce à quoi nous invite la lecture de Tocqueville, c'est à prendre conscience de la fragilité des sociétés démocratiques qui portent en elles les germes de la tyrannie, fossoyeuse de la liberté. Il nous aide à saisir ce qu'est essentiellement la démocratie, afin de mieux comprendre notre présent, voire (pourquoi pas ?) y remédier.
Commenter  J’apprécie          40
Mangouste86Mangouste86   28 juin 2015
L'individualisme, selon Tocqueville, se traduit socialement par la destruction des liens entre les hommes et entre les générations. Les hommes du passé etant déconsidérés, il y a rupture avec le passé et l'individu devient à lui-même son propre repère, sa propre origine.
Commenter  J’apprécie          10
Mangouste86Mangouste86   28 juin 2015
Tenu fermement, mais doucement, par ce type de pouvoir, l'homme des nations démocratiques abdiquera sa passion pour la liberté pour se reposer sur l'Etat, en toutes circonstances.
Commenter  J’apprécie          00
Mangouste86Mangouste86   28 juin 2015
Avec l'avènement de la passion pour l'égalité dans les nations démocratiques, l'indifférence devient un sentiment commun fort, où nul ne se soucie de l'autre.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : démocratieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
290 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre