AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848332700
Éditeur : Le Télégramme (01/02/2012)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
C'est dans le sillage d'un véritable aventurier que cette biographie de John Paul Jones (1747-1792) entraîne son lecteur. Pourtant rien ne destinait ce fils de jardinier écossais à devenir un des premiers commandants de la flotte de la toute jeune République des États-Unis et encore moins amiral de la Grande Catherine, impératrice de Russie.
Rien, si ce n'est son attirance pour la mer qui fit qu'il embarqua comme mousse à destination de l'Amérique à l'âge de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LydiaB
  01 mai 2012
Je tiens à remercier Babelio et les Editions le Télégramme pour ce partenariat.
Alors non, il ne s'agit pas ici d'une biographie sur le bassiste de Led Zeppelin dont le pseudonyme est identique mais d'un marin écossais ayant inscrit son nom dans L Histoire. Vous ne le connaissez pas ? Je vous rassure, je n'avais aucune idée de son existence jusqu'à ce que je lise cet ouvrage. le monde maritime peut paraître rebutant et pourtant il est d'une richesse inouïe sur le plan historique. Des grandes découvertes faites par les explorateurs aux guerres qui se sont tenues sur l'eau, l'univers naval est un facteur important de la société, ancienne ou moderne.
John Paul Jones fut un marin ayant vécu au siècle des Lumières. Brillant stratège, il fut soutenu par les plus grands. Comme beaucoup à cette époque, il appartenait à une loge maçonnique et cela lui fut utile puisqu'il put ainsi être protégé par des hommes illustres fréquentant la même, notamment Benjamin Franklin. Son rôle fut important lors de la guerre d'Indépendance des Etats-Unis. Il prit la tête de la flotte américaine et s'acharna à repousser les anglais. Remarqué par Louis XVI (fervent passionné par tout ce qui touchait à la mer) , pour lequel John Paul avait une profonde admiration, il bénéficia également de son soutien puisque le roi lui confiera un navire, le Duras, rebaptisé le Bonhomme Richard. le marin fut ainsi le commandant d'une flotte franco-américaine. Face à ses exploits et son courage, Louis XVI lui offrit la croix du mérite militaire et l'épée aux armes royales. John Paul fut ainsi fait chevalier. Sacré bonhomme que ce marin qui agrandira son CV en oeuvrant pour Catherine de Russie.
Si certaines biographies sont rébarbatives, il n'en est rien de celle-ci. Écrite très simplement, très clairement, elle ne met pas en scène que le marin. Alain Boulaire ne cache rien ici des aspects qui auraient pu détrôner le courageux héros sur le plan de la gloire et le descendre dans notre estime.Car derrière cette carapace se cache également un homme avec ses doutes, ses actes manqués, ses relations humaines et amoureuses, son besoin d'argent. C'est justement ce qui rend cet ouvrage intéressant. Il se lit pratiquement comme un roman, d'une seule traite. Les nombreuses anecdotes et interrogations ponctuent la lecture et la rendent d'autant plus agréable. de plus, et ce n'est pas à négliger, ce livre permet de se remémorer certains faits de notre Histoire durant cette période des Lumières et donne même envie d'aller plus loin. Alors, que demander de plus à une biographie ?

Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
paulotlet
  14 juin 2012
L'historien Alain Boulaire retrace dans cet ouvrage la vie tumultueuse de John Paul Jones, né dans une famille pauvre écossaise, devenu Américain par haine de la Perfide Albion et qui s'illustra sur plusieurs champs de batailles navales à la fin du XVIIIe siècle. La vie héroïque d'un marin considéré de son vivant comme l'un des plus brillants commandants de son temps.
John Paul Jones commença sa carrière militaire au service des insurgés américains. Il fut l'un des premiers capitaines de la Navy et contribua à la constitution d'une marine de guerre digne de ce nom. Durant la guerre d'Indépendance, il eut souvent à en découdre avec les Britanniques et se rendit célèbre par ses nombreuses prises. Meilleur stratège que diplomate, d'un tempérament sanguin, il s'attira vite de nombreux ennemis, jaloux pour la plupart de son don naturel pour les choses de la mer.
A l'occasion d'une mission de l'autre côté de l'Atlantique, il fut présenté au Roi de France, le jeune Louis XVI, qui aidait les armées de Washington pour contrarier les Anglais. Devenu corsaire au service de sa majesté, il écuma le Channel avec beaucoup d'opiniâtreté. S'il était doué pour le métier des armes, John Paul Jones n'était ni homme d'affaire avisé, ni expert en relations humaines. La plupart de ses prises ne lui furent payées qu'avec retard et souvent bien incomplètement. Ses héritiers devaient encore percevoir le solde des sommes qui lui étaient dues plus de cinquante ans après sa mort!
Par la force des choses, John manquait souvent d'argent. La Grande Catherine ayant eu vent de ses exploits sur plusieurs mers du globe, décida de s'assurer ses services, le nommant contre-amiral dans sa guerre contre les Turcs qui avaient l'outrecuidance de refuser de lui céder les terres européennes de leur Empire. Comme à son habitude, John remporta des batailles et détruisit des flottes entières. Comme à son habitude, il trouva à se disputer avec la plupart de ses collègues qui s'attribuèrent tous les mérites de ses exploits. Tombé en disgrâce suite à des intrigues de Cour, il quitta la Russie un peu plus frustré et encore moins riche qu'à son arrivée.
Si la vie de John Paul Jones fut un véritable roman, sa mort n'est pas en reste. Enterré à l'extérieur de Paris, dans le sordide cimetière des Protestants anglo-saxon, son corps fut déplacé au cimetière hollandais à une date inconnue. le lieu ayant été abandonné, il resta inhumé au milieu de ce qui était devenu un champ d'épandage durant des dizaines d'années. Théodore Roosevelt ayant entendu parler de l'homme, se dit au début du XXe siècle qu'il y avait là matière à communication. On envoya quelques ingénieurs américains diriger les fouilles, retrouva le corps et il fut rapatrié avec tambours et trompettes.
J'aurais aimé lire cette biographie comme un roman. J'aimerais pouvoir écrire qu'on ne s'ennuie pas une minute en découvrant les aventures de l'intrépide marin. Hélas, Alain Boulaire écrit fort mal. Certaines phrases sont tellement lourdes et confuses qu'on doit s'y reprendre à plusieurs fois pour les comprendre. L'auteur se perd dans les détails les plus insignifiants, décrit les batailles avec trop de minuties et on s'endort, donne des listes de prises de manière exhaustives et on s'embête. On à l'impression que, défaut d'historien, il veut absolument rendre compte de tout ce qu'il a découvert manquant parfois de hiérarchie dans son traitement de l'information. Ce livre plaira à ceux qui aiment la mer, l'histoire de la marine ou des corsaires. Il donne des tas de renseignements sur l'époque, les habitudes des marins et les moeurs des Cours. Malheureusement, il ne fera pas rêver ceux qui espéraient une histoire épique. On se prend à rêver que quelqu'un s'approprie ce John Paul Jones et nous donne à lire un texte qui ait un peu plus de jarret!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Spilett
  07 mai 2012
J'ai lu ce livre comme un roman d'aventure. Il faut dire que John Paul Jones, illustre marin américain d'origine écossaise, n'a pas ménagé sa peine. Jeune officier de marine, il se range du côté des insurgés américains contre les anglais ; puis il vient terroriser l'Angleterre jusque sur ses côtes. Intrépide, il remporte de nombreuses victoires navales, dont la plus spectaculaire est la prise de « La Sérapis » alors que le rapport de force n'était pas en sa faveur. Il exportera son talent jusqu'en Mer Noire pour le compte de Catherine II de Russie en guerre contre l'empire ottoman. Chaque campagne maritime est entrecoupée d'intermèdes amoureux sans lendemain. Il côtoie les puissants et les intellectuels de l'époque : Louis XVI, Benjamin Franklin, Voltaire, Washington, Catherine II,…
Alain Boulaire nous livre une biographie très vivante du personnage. Pas de lourdeurs intempestives, pas de notes de bas de page interminables,… On suit ses faits d'armes, ses conquêtes amoureuses, les intrigues, les coups bas, … avec un grand plaisir.
Le tout est bien équilibré… comme un roman je vous dis !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   01 mai 2012
Il est temps de parler de cette vie sentimentale agitée qui fut celle du marin tout au long de sa vie. John Adams le qualifiera plus tard de manière peu flatteuse de la part de ce protestant austère : " Un dandy des mers, il ne cédait à personne sa part de dentelles et d'épaulettes et voulait voir ses officiers, ses marins et ses vaisseaux aussi parés que lui-même."
Homme très soigneux de sa personne, il aurait commencé par tomber amoureux d'une Américaine lors de son premier voyage, alors qu'il n'était encore qu'un adolescent et, cet amour étant impossible pour une raison que nous ignorons, il aurait juré de ne jamais se marier : n'aurait-il pas plutôt été trahi par celle dont il était épris ? Cela semblerait plus conforme à son esprit. S'agit-il de la jeune femme qui préféra épouser un certain Tyler ? Difficile d'en avoir confirmation.
C'est à Paris, lors de son premier séjour, que John découvre les délices des amours de ce dix-huitième galant français, celui des marivaudages et des liaisons dangereuses.
De manière un peu conventionnelle, mais non dénuée de risque, la première maîtresse de l’Écossais à Paris est la femme de celui qui protège et finance la colonie américaine réunie autour de Franklin, madame Le Ray de Chaumont, ce qui ne sera pas sans conséquences sur ses relations avec le mari trompé dont l'aide matérielle est indispensable à la cause américaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
SpilettSpilett   10 mai 2012
Jones dans les combats, en ressource fertile,
Agit envers ses ennemis
Comme agit envers nous une coquette habile
On croit la prendre et l'on est pris.
Commenter  J’apprécie          41
Videos de Alain Boulaire (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Boulaire

Alain Boulaire présente son dernier livre Louis Hémon
Disparu jeune et ignoré de tous, Louis Hémon (1880-1913) devint après sa mort et par la grâce d'un seul roman, "Maria Chapdelaine", l'un des plus célèbres au...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
447 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre