AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2764431899
Éditeur : Québec Amérique (01/09/2016)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 15 notes)
Résumé :
On me demande : c’est qui ta mère, c’est qui ton père. Moi je n’en sais rien, j’ai Titi et c’est à peu près tout. Ensemble, on décore les châssis avec des branches d’arbres qui se fanent, tombent et deviennent des lambeaux mortuaires séchés qu’on ne balaie pas. Et certains soirs, je sens mon cœur qui se gonfle et qui essaie de me parler pour me dire bonjour, quelque chose de grave est arrivé et ça n’est pas fini. Olé.

Elle vit à l’écart du vill... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
jmquentin
  11 janvier 2017
On offrira ce petit livre seulement à nos amis sûrs, ceux avec qui il n'est pas nécessaire de trop parler pour bien se comprendre. Et alors on se prendra à espérer, qu'à leur tour, ils pleureront, rieront, émus au plus profond de ce qu'ils sont. Peut-être après, eux aussi, ils chuchoteront le titre à d'autres amis avec un petit serrement de coeur...
Merci Stéphanie Boulay
Commenter  J’apprécie          20
TarteTatin
  11 octobre 2017
Encore un petit livre rapporté du Québec et encore un ovni littéraire comme je les aime.
L'autrice signe un premier roman initiatique et chamanique.
Le langage fait échos au retard (scolaire mais pas intellectuel) de la narratrice.
C'est beau, comme les reflets dans l'eau, comme des trèfles à quatre feuilles.
Les émotions sont vives comme la morsure du froid, sombres comme la solitude et majestueuses comme la nature.
Bref, ça m'a pris aux tripes et je me suis laissée couler entre les deux rives de ce roman.
Commenter  J’apprécie          00
AndreeAnne
  24 juin 2018
Ce livre est un chef d'oeuvre, rien de moins. L'écriture unique et fascinante nous fait découvrir un monde naïf mais à la fois si riche. Par plaisir je relis certains passages juste pour en savourer d'avantage toute l'essence. Merci Stéphanie de m'avoir fait vivre de si beaux moments dans cet univers.
Commenter  J’apprécie          00
BobNiro
  17 juin 2018
J'ai failli abandonner la lecture à plusieurs reprises et je me suis posé la question quelle est la frontière entre créativité "saine" et "maladive". J'espère de tout mon coeur que la santé mentale de l'auteure n'est pas en péril...
Commenter  J’apprécie          00
Gpastoulu
  18 août 2017
Une révélation pour moi! Une nouvelle auteure est née. Une auteure avec un voix, une manière de voir pour nous faire voir aussi.
Merci Mme Stéphanie Boulay
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (3)
LaPresse   13 septembre 2016
Un court livre, qui se lit d'une traite, truffé d'images fortes.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeDevoir   12 septembre 2016
Un premier roman saisissant pour Stéphanie Boulay.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LaPresse   08 septembre 2016
Pour rendre ce monde plus facile à absorber, Stéphanie Boulay a choisi la voie du conte et de l'onirisme. Le tout porté par une écriture naïve et poétique, faite de tournures de phrase inusitées, de détournements de sens et d'expressions revisitées, dans une langue quasi inventée.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
M-PiM-Pi   03 octobre 2016
À notre arrivée à la demeure, elle s'est enfermée sans dire un mot, elle a cadenassé la porte et ne répondait plus à mes tristesses. J'ai bien tout essayé, j'ai crié JE TE QUITTE DE CE PAS, je suis revenue en m'excusant, j'ai mis un plat de macaronis devant la chambre et je me suis cachée en attendant qu'elle sorte. Ensuite j'ai mis une lettre d'affection qui disait je t'aime sous la porte, ensuite j'ai glissé chaque macaroni un à un sous la porte, ensuite j'ai balayé le plancher avec mes cheveux, ensuite j'ai pleuré des larmes à terre avec des vrais bruits de gouttes. Elle était le silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LittleMary226LittleMary226   16 octobre 2016
- Pourquoi Titi les bipèdes sont mauvais ?
- Parce qu'ils sont tristes.
- Et ils veulent rendre toutes les personnes comme eux, Titi ?
- Ils veulent des fois que tout devienne noir comme leur manteau noir de peine.
Commenter  J’apprécie          50
LittleMary226LittleMary226   18 octobre 2016
Parfois, je crois qu'il faut savoir endormir ses soucis comme des bébés qui pleurent pour les remettre à plus tard, parce que d'autres choses pressent encore plus et que, de toute façon, la nuit porte conseil et efface souvent des tristesses qu'on pensait qu'elles ne s'en iraient jamais.
Commenter  J’apprécie          30
LittleMary226LittleMary226   18 octobre 2016
Un jour, quand je serai vieille et blanche de la tête, je dirai à Titi ou à mes bébés à venir : quelqu'un d'autre a déjà habité à l'intérieur de moi pendant la nuit, quelqu'un qui me réveillait et me faisait faire des gestes qui pouvaient me tuer, mais je ne sais pas c'était qui ni comment il faisait car je dormais les yeux ouverts. Et ils sauront ce qu'on sait tous, et ils feront oui de la tête sans rien répondre que le silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NeneveNeneve   09 novembre 2016
... la douche (...) n'était pas pareille comme la nôtre et que je ne savais même pas comment la faire pleuvoir...
Commenter  J’apprécie          40
Video de Stéphanie Boulay (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphanie Boulay
Stéphanie Boulay live @ Lion d'Or, Montréal, mars 2009: «La toune pas magique»
autres livres classés : littérature québécoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
132 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre