AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Nelja


Nelja
  01 octobre 2014
Merci à Babelio et à Masse Critique pour m'avoir offert ce premier tome d'une trilogie de fantasy pour la jeunesse !

Je dois avouer que je n'ai pas accroché au style. Il me semble plutôt plat, avec l'auteur qui semble parfois ne pas savoir se décider entre tournures classiques, presque médiévales, pour son ambiance féérique et tournures très modernes pour être proche du lecteur. C'est peut-être un choix conscient, mais pour moi, cela sonne comme des maladresses.

Aila, le personnage principal, m'a beaucoup plu au début. Elle semble créée pour attirer l'identification des lectrices, et il y a plusieurs moments où elle m'a semblé effectivement un excellent modèle à suivre, en particulier sur la façon dont elle gère sa relation avec son père qui la délaisse, sur ses protestations contre la rigueur des serments royaux... J'aime aussi le fait que le combat sont son art principal, et le temps qu'elle passe à s'y entraîner.
Malheureusement, au fur et à mesure que le scénario avance, j'ai eu l'impression que tout devenait de plus en plus facile pour elle. On lui donne des pouvoirs qui, en plus de ses propres talents, lui permettent de tout régler sans effort, des situations d'espionnage où il faut savoir qui est bon et qui est méchant aux graves épidémies. Son mauvais caractère, qui est son défaut principal, cesse de lui causer des problèmes, et au contraire tout le monde reconnaît qu'elle a raison. Ca, plus un manque de suspense dans la façon d'écrire, font qu'il n'y a plus aucune tension dramatique, et la solution de chacune des situations présentes (les situations lointaines sont une autre question) semble toujours arriver avant le problème.
Ce qui m'a donné l'impression qu'Aila ne gagnait pas en profondeur, ne changeait pas, et, de façon triste, était finalement beaucoup plus lisse à la fin qu'au début. C'est ainsi que je qualifierais tous les autres personnages, d'ailleurs : très lisses et avec une seule couche de profondeurs cachées, voire pas du tout. J'ai été en particulier déçue par les fées du titre, plus éléments de la structure de l'univers que vrais personnages. J'espère que le tome 2 aura de grosses révélations qui feront que je me serai trompée sur ce point. Ceci dit, je ne compte pas le lire.

Et pourtant, ce n'est pas que le scénario soit prévisible ! Il ne l'est pas du tout ! En fait, ce tome n'est pas écrit comme une histoire à part entière, mais comme l'ouverture de quelque chose de beaucoup plus gros. Aussi, l'auteur de cesse de surprendre, de présenter des directions inattendues, des révélations. A la fin du tome, on découvre des révélations que j'ai beaucoup appréciées sur l'univers, le lien entre les fées, les mages et les sorciers... La structure n'a rien qui ressemble à un grand final de tome. le retournement final est surprenant, mais j'ai trouvé qu'il faisait plus début du tome 2 que fin du tome 1.

Sinon, l'univers est une sorte d'utopie conservatrice où les rois et les nobles sont des personnes parfaites ou sur le point de le devenir, où toute personne qui ose avancer l'idée que la royauté n'est pas le meilleur système est soir un arriviste soit quelqu'un qui n'a rien compris et verra bientôt la lumière, où les femmes sont les égales des hommes et des conseillères très respctées mais on ne va pas aller jusqu'à leur donner une position de pouvoir officielle, il ne faut pas exagérer ; où l'homosexualité semble ne pas exister, et la seule forme d'immigration est l'échange entre des enfants de sang noble.

Je pense que j'aurais pu aimer si je l'avais lu petite fille, mais mes attentes ont beaucoup changé.
Commenter  J’apprécie          170



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (8)voir plus