AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782954961309
415 pages
Éditeur : Editions du miroir (01/08/2014)
3.5/5   2 notes
Résumé :
« La société rurale se recompose au gré de la mobilité moderne, mêlant ruraux de souche et ruraux d’adoption venus d’ailleurs. Le village contemporain ne se ressemble plus. Il se transforme, change, et pourtant reste le même.
Une pluralité de visages unis dans la diversité, réunis par un territoire. »
« À Montvicq, dans l’Allier, Catherine Thoyer a écouté les habitants, Philippe Busser les a photographiés, chez eux, en famille, dans leur univers quotid... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ladesiderienne
  22 décembre 2016
L'un par les photos et l'autre par les textes, Philippe Busser et Catherine Thoyer ont entrepris d'attirer notre attention sur le coeur d'un village. Edith Bour, docteure en sociologie apporte à ce travail, comme elle le dit elle-même "un éclairage scientifique et sociologique".
Ce village c'est Monvicq, dans l'Allier, à peine 750 habitants. Le lecteur va donc découvrir le portrait de 80 d'entre eux, un peu pris au hasard, portrait non pas écrit comme un rigoureux CV mais plutôt sous forme de tranches de vie. A travers les confessions des plus anciens, on perçoit l'évolution de cette ruralité qui perd de son identité pour copier l'anonymat urbain. Tous les témoignages relatent leur rencontre avec le village (que les gens y soient nés ou arrivés par hasard ou par amour).
Vivant également à la campagne (et même si mon village comporte 3 fois plus d'habitants), ce livre qui figurait en bonne place à la médiathèque a attiré mon attention. Je ressors déçue de cette lecture tant l'impression générale qu'elle m'a laissée est négative. Évidemment beaucoup de témoignages transpirent la nostalgie mais j'ai trouvé également les photos tristes, sombres : peu de sourires, le premier cliché intitulé "Le village" représente des containers à poubelles...
Catherine Thoyer a profité de son métier de factrice en zone rurale pour aller à la rencontre des gens de son village. Elle ne souhaite pas mettre en lumière le sensationnel mais plutôt la banalité du quotidien. Malheureusement, cet ouvrage plutôt confus m'a laissé penser que les petits bonheurs en étaient exclus. 8/20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
laetibulli
  19 décembre 2014
J'ai lu" le Village" de Catherine Thoyer et Philippe Busser paru aux Editions du miroir. C'est un livre très original par rapport à tout ce qui sort. Ce sont des portraits d'habitants d'un petit village français, en paroles rapportées et en photos. On est happés par la lecture de chaque témoignage et l'on se dit que çà pourrait se passer dans n'importe quel village partout. J'aime beaucoup cette écriture, les mots des gens, leur réelle façon de s'exprimer. Les photos sont bouleversantes de justesse, brutes. Il y'a une étude sociologique à la fin du livre c'est très intéressant mais surtout les témoignages sont touchants et vrais. Cette réalité frappe. C'est notre quotidien et pourtant on ne s'y intéresse pas. Super livre vraiment. A découvrir.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   22 décembre 2016
Qui n'a pas subi, à l'arrivée dans un village, l’expérience des regards ? De ceux qui vous transpercent, vous accablent ? De ceux qui attendent de vous une reddition totale ? Un aveu. Une pénitence.
Qui attendent de vous que vous vous désigniez comme le dernier arrivé. Celui qui vient là où on ne l'attend pas. Là où il va devoir faire sa place. L'illégitime.
Ceci n'a rien à voir avec l'accueil. Le village sait être accueillant. Il sait qu'il a besoin de bras, d'enfants. Le village n'est pas suicidaire. Il sait qu'il ne peut pas se permettre le refus. Se laisser dessécher et puis mourir. Non, il n'a pas le droit. Il vous signale juste qu'il va falloir le prendre dans le sens du poil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
laetibullilaetibulli   19 décembre 2014
Je suis resté parce que cette maison, c’est mon bien. Quand je l’ai vue, une si belle maison, saine. Comme une femme qui ne serait pas peignée, pas maquillée, qui aurait plus tard une âme, du caractère. Aujourd’hui, elle en a. J’ai fait ce plan d’eau pour que ça fasse joli à l’extérieur. Une seule personne s’est arrêtée pour me dire : "C’est bien ce que vous faites." Et c’était une personne que j’avais connue en 1982. Plus personne ne s’arrête. C’est de l’indifférence. Alors mes relations avec le village, il y a eu une période bien et la période néfaste. Je n’ai pas besoin du village pour vivre. J’ai pris par habitude de m’en éloigner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ladesiderienneladesiderienne   19 décembre 2016
"Si quelqu'un veut parler, faut prendre un petit moment. Un petit brin de causette, ça fait pas de mal. Si tu veux être apprécié des habitants, il faut parler comme aux. Sinon tu seras mis de côté, pas aimé. C'était comme ça autrefois. Le gars, s'il te dit : "ça fait froid", même s'il fait chaud, il faut dire comme lui. Pareil pour la politique. Même si t'es contre, tu dis comme lui. Il sera content. Tu seras un gars bien. Et si t'as besoin, il sera là pour t'aider."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : Allier (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
206 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre