AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234061880
224 pages
Éditeur : Stock (24/03/2010)
3.29/5   28 notes
Résumé :
Parce que je sais que l’on désire comme l’on a été désiré, j’ai dressé la liste des hommes, des femmes, des images, des sensations, des oeuvres d’art qui ont construit la personne que je suis.

C’est un livre de portraits, traversant les années (de 1972 à 2009). Traversant les villes (Alger, Paris, Berlin, Zurich, Abu Dhabi...). Portraits reliés les uns aux autres par la recherche sans fin de l’amour.

C’est un livre sur la vie, un livre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Christelle83230
  20 décembre 2015
Roman où l'on plonge à travers une galerie de portraits, dans l'intimité profonde de son auteure, Nina Bouraoui.
D'Alger à Paris, des années 1970 à 2009, Nina Bouraoui s'abandonne littéralement, pour nous livrer un récit de soi, authentique et intimiste. Véritable voyage intérieur, Nina retrace des expériences de sa vie, des rencontres, qui l'ont construites durant toutes ces années. Rencontres essentiellement féminines pour la quasi-totalité, mettant en avant la jouissance, l'attirance... mais aussi le désamour, l'ennui...
Une écriture profondément intime, impudique, troublante, crue, aux confins du voyeurisme. Une écriture ponctuée de sincérité et d'émotion, qui donne envie de poursuivre sa lecture jusqu'au bout.
Commenter  J’apprécie          60
Aouan
  18 août 2014
Ce n'est pas un roman, il n'y a pas de récit bien qu'en filigrane ce kaléidoscope de moments, de sensations et de désirs dans le désordre finisse par faire la trame d'une vie, encore plus perceptible si on se renseigne sur la vie de l'auteure. Il faut se laisser porter pour partager quelques moments d'émotion, et cela finit par arriver, mais ce n'est pas constant et je comprends que certains aient pu décrocher.
Commenter  J’apprécie          40
Carmendb
  06 novembre 2018
Impression bizarre quand on commence la lecture de ce livre! Il faut s'accrocher ... Les chapitres, très courts, incisifs, se suivent sans aucun ordre chronologique, comme un roman-puzzle dont on aurait mélangé les feuillets pour les réassembler ensuite au hasard!
Des petits bouts de vie de la narratrice, de 1972, à Alger, jusqu'à 2009, à Paris. Elle nous raconte son homosexualité, ses rencontres, ses désirs, ses émotions. Parmi les nombreux prénoms féminins, Sasha revient souvent, comme une obsession. Elle n'apparaît qu'en 2009 mais elle est présente tout au long de l'oeuvre, elle en est d'ailleurs le titre du premier et de l'avant-dernier chapitre.
Pour me faire une idée plus précise de ce personnage, j'ai été tentée un moment de chercher à remettre "de l'ordre" dans toutes ces pages, puis finalement, j'y ai renoncé et je me suis laissée emporter par ce style un peu particulier et par le charme du personnage.
Commenter  J’apprécie          00
vegalia
  28 octobre 2016
Ce sont des nouvelles plus ou moins longues sur le désir, le corps, l'amour. J'ai eu du mal à suivre car je n'ai pas très bien compris la concordance des histoires qui parlent de séparation, de retrouvailles, d'attentes.
Commenter  J’apprécie          10
liratouva2
  27 mai 2010
Elle, elle, elle ! Ici, ce sont des souvenirs d'instants flash, reliés au sexe, au désir en général.,à l'art, à la jouissance.
Je n'ai pas supporté. C'est trop décousu. Je cherche des romans pas des confidences. Les discours de la romancière et sur la romancière sont souvent plus réussis que les bribes de récits, comme ici .
Lien : http://liratouva2.blogspot.c..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   29 avril 2013
C’est plus facile avec les mots écrits, parce que j’ai l’impression de ne les écrire à personne, je n’imagine jamais que l’on me lira par la suite, pour moi ce sont des mots à blanc comme on peut le dire des balles d’un pistolet qui ne tuent pas ; je ne dis pas que mes mots tuent mais je ne me rends pas compte de leur portée, je n’imagine pas l’affect qu’ils pourraient provoquer, c’est comme si je n’écrivais qu’à moi en fait et, là, je t’appelle parce que je ne veux pas m’écrire qu’à moi, je veux partager ou je veux être sûre que j’ai partagé quelque chose depuis tous ces mois, que ce n’était pas juste une construction de l’esprit ; tu vois j’ai compris, j’ai peur de la voix parce que c’est la chair, la voix, c’est le mot incarné. Je ne veux plus être dans le roman, mais dans la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   29 avril 2013
On ne pouvait vivre sans aimer puisque l’amour donnait aussi de la douceur et du bonheur, de par ce que l’on recevait (les attentions) et de ce que l’on donnait en retour et aussi à cause de la jouissance physique, c’était comme une vague qui lavait des autres histoires, qui lavait du sang noir, qui apaisait de la colère, qui adoucissait la tristesse.
Commenter  J’apprécie          30
Nat_85Nat_85   07 septembre 2019
Il lui avait fallu du temps avant de se sentir en sécurité auprès d'une femme. Elle venait des hommes comme l'on vient d'un pays.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   29 avril 2013
...nous habitons l’existence, nous frottant à ses nervures, nous nous emportons, ensemble, vers un monde où naissent les livres, un monde invisible, qui nous protège, un monde où nos sentiments sont des milliers de molécules qui grouillent, comme des insectes autour de la lumière, un monde où tout ce qui déborde de nous, tout ce qui tord le ventre, tout ce qui réchauffe les peaux, forme un autre espace, dense et volumineux, un espace qui n’étouffe jamais, un espace qui s’ouvre vers un autre espace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   29 avril 2013
C’était une expérience de vie, qui élevait ou rabaissait. On n’était jamais indifférent à cela. Même ceux qui ne l’avaient pas encore fait. Malgré la douleur, on avait envie de recommencer.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Nina Bouraoui (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nina Bouraoui
L'écrivaine Nina Bouraoui est notre invitée aujourd'hui à l'occasion de la parution de son roman "Satisfaction" : le journal intime d'une femme de 40 ans, devenue étrangère à son foyer, à elle-même, à l'Algérie qu'elle habite, et traversée par de nouveaux désirs.
autres livres classés : imagesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2656 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre