AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070389360
104 pages
Éditeur : Gallimard (05/11/1992)
3.43/5   23 notes
Résumé :

Sous les saules pleureurs, des chats s'accouplent, griffent la terre et hurlent d'impuissance. Une femme garde les morts. Le cimetière s'agence en allées, en sections, en divisions.

La nuit, munie d'une lampe, la femme parcourt les travées et s'arrête sur les lits de pierres. Entre les tiroirs de cendres, les chapelles et leurs petites niches, elle se souvient de son enfance : une fillette a fait vœu de cruauté.

La femme f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
absolu
  01 août 2012
"Je suis gardienne de cimetière. Je vis avec la mort et meurt d'ennui avec la vie. HAbituée au calme d'un curieux village bien hiérarchisé dans son tracé et sa composition, je fuis les veuves et les orphelins, l'effervescence et la complainte. Je ratisse, je tasse, je sème, j'arrose, je fleuris, je taille, j'embellis avec des moyens de fortune la terer des défunts pour le recueillement des vivants. Je suis la main invisible qui arrache l'aspérité et les travers, je calme la douleur en renvoyant l'image colorée d'un plan de culture soigné. Je teins la miort en composant bien au-dessus d'elle et chasse en surface l'impression de disparition définitive."
Les présentations sont faites ! bienvenue chez la narratrice, sa vaste demeure dans laquelle les coeurs finissent d'exsuder leurs derniers regrets, impirment dans le bois leurs derniers désirs avant de s'effriter avec lui. Elle s'imprègne, la gardienne, de ses expirations palpables par elle-seule, se pare des couronnes mortuaires, s'enroule dans le voile de la Grande Dame en noir et parade à son bras. La mort est son domaine, son univers, son opium, son sang.
Petite elle guettait le moindre coup du sort, l'alignement fatal d'astres mortels, se faisant la fidèle témoin d'accidents, rapportant les évènements dans les moindres détails, comme si elle voulait vanter les qualités de sa meilleurs amie, mettre en avant son intelligence, sa stratégie, sa ruse, mais surtout son omniprésence, son omnipotence.
Elle veille sur ses morts comme une nourrice donne le sein aux enfants d'une affamée, aménage, entretient, répare les sépultures comme un vétérinaire panserait un animal blessé.
Le cimetière devient mausolée de son dévouement pour celle qu'elle a toujours vénérée. "Témoins privilégié de la mise en terre, je parcours les lits de mes protégés d'un oeil averti, reconnaissant au passage quelques visages, quelques regards, des visages d'os et de poussière dont le sourire reste intact dans les petits cadres d'argent scellés à même la dalle."
Une sexualité ténue, timide découverte, pointe le bout de ses hormones dans le peu d'espace que la Mort n'atteint pas dans le corps de son esclave, mort qui dessine le corps et modèle l'esprit : "les enzymes sécrétaient, le palais fleurissait, l'aphte dessinait une belle arête dans un creux mouillé, le reste du corps était ficelé dans une boule de dentelles très fines. Cheveux minces, nombril à tête chercheuse, côtes miniatures, poinçons de lait sur les attaches, la peur se nichait à l'intérieur du ventre comme une poche de bile qu'on n'arrive pas à cracher tant ça fait mal. le coeur était descendu de plusieurs crans, il tapait dans le sexe mais je ne savais pas. A dix ans, le plaisir est un pincement qui fait rougir. Un index terrorisé s'engouffre dans une datte dénoyautée. Mais on ne sait pas. le sucre et le suc restent en suspens. L'expérience est lointaine."
Fleur du mal, dévouée corps et âme, le corps se replie autour de la mort pour mieux la sentir, la toucher : "Oiseau de mauvaise augure, graine avariée, joyeuse estropiée, je faisais la courte échelle à la mort lors de ses grands travaux. Efflanquée, ma jeunesse devait suivre son cours, n'ayant droit ni à la trêve ni à l'abandon. La femme en habit d'os avait fait de moi sa soubrette[...]"
La mort, à la fois amie, terrain de jeu et arbitre. Ne laisse place qu'à l'illusion, imagination faite de pierre, de buissons et de chairs décomposées, d'âmes emmurées : "Visionnaire, j'étais l'unique détentrice du troisième oeil, la sonde précieuse qui fait imaginer. J'avais choisi l'autre sens de la vie, la marche contraire[...]"
Au fil des ans la vie devient plus lourde à porter pour ce corps ayant défié sans cesse les lois de la nature. Dénaturé dans la forme et dans ses bas-fonds, les vivants le fuient, cet abyme morbide et insupportable d'avenir. Transition, publicité véridique sur le destin à court, moyen et long terme pour les errants venus pleurer, venus arroser del leur chagrin les fleurs de leurs défunts, elle porte les échos de ces morts qui soupirent au vent des vivants malentendants.
Encore une fois Nina use d'une plume trempée dans ce qu'il y a de plus dur, de plus froid, de plus sombre, pour dire l'impossible réchauffement du corps, de l'âme, face à la vie si lâche, pour dire le vide jamais comblé, la fuite en avant des vivants qui tentent de tenir à distance ce qui de toute façon les attend, au coin de l'année ou de cette d'après. Des mots enfilés avec précision sur un fil usé, prêt à se rompre mais qui jamais ne cède.
Lien : http://www.listesratures.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
brigittelascombe
  26 juillet 2011
"La mort m'appartient, j'en ai fait mon unique souci, mon unique préoccupation." "Voici mes murs, voici ma demeure, je vis dans le temple de la mort".
Des mots durs et doux à la fois, ceux d'une étrange prose qui déroulerait son chapelet satanique. Un livre viscéral qui vous dérange, vous remue, vous choque, vous prend aux tripes, vous cisaille et vous torture avec délectation, vous pervertit pour éventrer sous vos yeux les chairs pourpre de quelque oisillon blessé, pour étouffer définitivement quelque plainte furtive, pour arracher quelques ailes, cils, poils ou plumes et mettre à nu la révolte d' une enfant blessée par une "femme en habit d'os", celle qui éduquait sans vraiment aimer.
Mystérieuse messe vaudou, chant sacrificiel, scarifications et mutilations d'une méchante petite fille aux doigts souillés de sang. Extase et jouissance morbides qui planent au fil des phrases.
Un "J'irai cracher sur vos tombes" à la Boris Vian, cri primal d'une visiteuse de cimetière, d'une déméleuse de secrets, qui a choisi le camp des allongés pour ne pas être jugée, qui ne se contente pas de cracher mais qui tue pour de vrai en enfreignant la loi.
Voyage en solo d'une solitaire, mélancolique "aux rires voraces" et désobéissante, dont l'imaginaire a pris le pas sur la réalité, dont on fuit la mauvaise compagnie mais que nous lecteurs suivons, hypnotisés dans son antre de folie pure.
Nina Bouraoui en virtuose, affute ses mots, puis les enrobe de douceur pour mieux planter ses griffes au coeur de l'indicible.
Est ce sa double culture entre l'Algérie du père et la Bretagne de la mère, son désir d'identité, ou son propre déracinement qui lui permettent de combler ses propres fissures en ouvrant celles de son personnage ébréché puis scindé petit à petit face aux suppliques d' Ada dernière suppliciée?
Qu'importe! Seul compte le résultat, paradoxal qui glace et brûle à la fois.
Cet écrivain chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres, née en 1967, nostalgique de l'enfance et l'adolescence et très réservée a été remarquée en 1991 avec un prix du livre Inter attribué à La voyageuse interdite, puis le Renaudot pour Les mauvaises pensées en 2005.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
luis1952
  13 avril 2013
Petit roman d'à peine 102 pages.
Roman noir ? Littérature expérimentale ? Mélange de rêves, scènes macabres, pas d'amour , pas de haine non-plus, on navigue entre le cimetière, les chats noirs, les souvenirs d'enfance, d'école; La vie d'une fillette, jolie on ne sait pas, laide on n'en sait pas plus, une gamine qui se complet dans les cimetière, les tombes, les monuments mortuaires. Elle vit dans son monde à elle, en fantasmant, en rêvant.
Je ne conseillerais pas ce roman , moi j'ai aimé , mais les goûts et les couleurs ne se disputent pas .
Commenter  J’apprécie          40
Flocava1
  23 septembre 2021
Un curieux livre que voila, dérangeant car il parle de la mort et a pour personnage principale une femme peu aimable c'est le moins que l'on puisse dire. On la découvre aujourd'hui gardienne de cimetière et on la retrouve plus jeune afin de comprendre son parcours semé de solitude et de morts... dérangeante musique soutenue par une prose intense, parfois difficile à suivre, à coups d'allusions et de métaphores. 100 pages environ intenses et exigeantes... je le relirai probablement... je ne suis pas sure d'avoir tout perçu...
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth
  22 octobre 2012
Je me souviens avoir été déroutée par l'écriture et le style cru, très à vif de ce texte dérangeant.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
luis1952luis1952   18 juin 2013
La jounée, je marche à tâtons, les orteils écarquillés, le nez en avant, le corps abruti par la peur d'un choc brutal. Je boitille, je trébuche, je bégaie, je confonds, j'ânone. Je fais partie des gens de mauvaise compagnie, ces bouts d'être sur lesquels on saute pieds nus pour les faire plier. Il fallait la parcourir d'un pas rapide.
Commenter  J’apprécie          70
gizmogizmo   19 juillet 2008
Mon affinité avec la mort a commencé dès mon plus jeune âge ; non pas par excès de morbidité mais par conscience de la finitude et plus exactement de Ma finitude. Mon corps d’enfant contenait à lui seul tous les signes infaillibles d’un défaut d’infini.
Commenter  J’apprécie          70
luis1952luis1952   13 avril 2013
Entre les roseaux on pouvait voir des grenouilles à l'affût. Cela sentait l'urine et la moiteur d'un sexe en éveil. Les remous du lac sentaient la mort. Le lac prenait mon souffle, j'avais inauguré une piste dans ses plantes trop grandes pour moi. Pieds nus, la tunique remontée, je me trempais le ventre et priai. Petit corps malingre dans une crevasse d'eau, le lac avait eu pitié de moi.
Commenter  J’apprécie          40
PiertyMPiertyM   07 avril 2014
Les larmes ont besoin de solitude pour bien rouler, elles méprisent la communauté, la communauté les méprise

Commenter  J’apprécie          140
brigittelascombebrigittelascombe   26 juillet 2011
J'avais dix ans et emprisonnais quelques bribes de réconfort dans le bas de mon ventre.Je récitais, je comptais, je traçais, je soulignais, je gommais, je coloriais, mais je ne savais rien!mon existence tenait dans une boulette de papier, dans un cartable d'écolière, dans un goûter, et un bout de pâte salissait mes doigts.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Nina Bouraoui (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nina Bouraoui
L'écrivaine Nina Bouraoui est notre invitée aujourd'hui à l'occasion de la parution de son roman "Satisfaction" : le journal intime d'une femme de 40 ans, devenue étrangère à son foyer, à elle-même, à l'Algérie qu'elle habite, et traversée par de nouveaux désirs.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2691 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre