AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Diniz Galhos (Traducteur)
EAN : 9782355840593
480 pages
Sonatine (27/01/2011)
4.22/5   1086 notes
Résumé :
Vous avez aimé Le Livre sans nom ?
Vous allez adorer L'Oeil de la Lune !

Personne n’a oublié le Bourbon Kid, mystérieux tueur en série aux innombrables victimes. Ni les lecteurs du Livre sans nom, ni les habitants de Santa Mondega, l’étrange cité d’Amérique du Sud où sommeillent toujours de terribles secrets. Alors que la ville s’apprête à fêter Halloween, le Bourbon Kid devient la proie d'une brigade très spéciale, une proie particulièrement ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (147) Voir plus Ajouter une critique
4,22

sur 1086 notes

Crossroads
  17 juin 2012
Avant , l'évocation d'Halloween me ramenait immanquablement , non pas à cette pseudo fete des confiseurs précédant souvent celle des dentistes , mais à ce délicieux Michael Myers , tueur psychopathe injustement incompris ayant fait les beaux jours de la série cinématographique éponyme . J'y rajouterai désormais la sulfateuse de Santa Mondega , l'exterminateur encapuchonné , l'éradicateur solitaire , j'ai nommé le Bourbon Kid ! Tel Schwarzy The Terminator une veille d'Halloween , il pourrait se fendre d'un rituel et guttural " I'll be back ! " des familles !
Effectivement , le Bourbon Kid est de retour...et il n'est pas content !
Tous ceux qui ont adoré le premier opus trouveront largement de quoi leur donner envie d'enquiller direct sur le troisieme . Tous ceux qui ont détesté , pour peu qu'ils aient voulu lui laisser une seconde chance , devraient etre confortés dans leur opinion . Une suite à la hauteur malgré une légitime appréhension d'en avoir fait le tour et de sombrer dans une facilité littéraire bien plus prompte à farcir le tiroir caisse qu'à susciter un réel ou continuel engouement !
Moins de personnages au service d'une histoire bien plus étoffée et maitrisée ! Demandez le programme : plat du jour , l'Oeil de la Lune susceptible de vous conférer l'éternité ! Mazette , c'est vrai, que c'est tentant... Probleme , plusieurs à vouloir déguster ce festin de roi ! de la momie reviviscente au lycanthrope en goguette en passant par la goule carencée en hémoglobine et le FBI ambitionnant la prise du siecle , les prétendants sont nombreux , les cadavres à venir tout autant !
Toujours aussi explosif , visuel et bourré de testostérone , ce second tome cartoonesque procure allegrement sa dose d'endorphine quotidienne !
Foin de grande littérature ni de messages susceptibles de vous rappeler que la guerre ça tue et que les politiques , ils font rien que de nous mentir mais juste une histoire addictive , véritable page-turner déjanté qui n'a d'autre but que de vous faire passer un excellent moment !
Classer cet OVNI littéraire dans Thriller reviendrait à associer Barbara Cartland à journalisme d'investigation ! Véritable mélange des genres , il assume pleinement son coté polymorphe et c'est vachement bon !!
Et là , je m'adresse à toi , Nonyme : je ne sais pas qui tu es – et pour cause - mais ton Oeil de la Lune a véritablement tapé , et monstrueusement fort , dans le mien !!

L'Oeil de la Lune , tout comme notre ami Garou , Loup de son p'tit nom , vous fera hurler de plaisir !
4.7583/5 , à peu pres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
CasusBelli
  30 juin 2019
Un tome deux dans la lignée du précédent !
On se retrouve un an après à Santa Mondega pour faire connaissance avec de nouveaux personnages et retrouver avec plaisir quelques survivants du premier opus.
La même recette, les mêmes ingrédients avec la surprise en moins, et c'est reparti !
J'ai eu le même plaisir de lecture, les mêmes éclats de rires avec des comiques de situation assez irrésistibles.
Nous allons découvrir la genèse du "Bourbon Kid" à la faveur d'un flash-back très détaillé, une partie du récit que j'ai bien aimée, on a plus que jamais la sensation de se retrouver dans un film de Tarentino.
Côté scénario ça continue à tenir la route, c'est trash, mais avec cette note "movies" qui fait que l'on est toujours dans le second degré, il n'y a pas tromperie sur la marchandise ;)
Pas grand chose de plus à dire sans risquer d'en dire trop, j'ai apprécié, c'est un fait.
La fin donne furieusement envie d'enchaîner le tome trois sans tarder, j'appréhende un peu au vu de nombreuses critiques qui parlent d'essoufflement mais il faudra que je me rende compte par moi-même, après un petit break.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
Hugo
  23 avril 2012
Si tu tombes sur ma critique par hasard (ou pas)… il se peut aussi que tu aies entendu parler d'un légendaire auteur de critique sur Babelio et pour te faire une idée bien précise de ma connerie, tu es venu(e) jeter un oeil... Attention il y a un tome 1, ne te goures pas : ça serait dommage…
Tome 2
Tu préfères mourir avec un canon scié enfoncé dans le derrière, ou…attendez, attendez la suite, attendez encore un peu : ou être torturé pendant 18 piges dans une vieil………….
BANG… Tu es mort trou duc… Fallait te grouiller merde, au lieu de faire ta bonne soeur outrée…
BANG…tu en as repris une en pleine tronche, parce que je n'aime pas trop les bonnes soeurs outrées…
Re-bienvenue à « Santa Mondega » gros… j'espère que tu t'es un peu renseigné avant de crever ici…
Si tu es très premier degré, un peu intello coincé… Si tu trouves rien de choquant aux bermudas en tissu, aux chemisettes à rayures et aux petits souliers vernis… si tu trouves bizarre et répugnant de te triturer caché sous la couette… en fait si rentres dans cette caricature, tu n'es certainement déjà plus là…
Allez on va faire comme-ci tu étais courageux et que tu débarquais de l'arche de Noé…Mais ouvres bien grand tes yeux de « sainte-nitouche » si tu veux rester vivant encore un peu…
Avant de trancher dans la bidoche, il ne faudra pas te formaliser, je vais écrire des trucs un peu familier, parfois vulgaire : t'es winner ou un looser ? C'est toi qui choisis tête de pieu, si tu aimes bien les raclures maléfiques : vampires, loups garous, momie, clowns, épouvantails, il faut ce qu'il faut… Pas vrai ?
Donc ici : à « Santa Mondega », tu débarques par curiosité et tu y restes pour crever… Il serait préférable de rester debout quand tu vas pisser, et ce sans baisser ton froc, histoire de courir plus vite, pour essayer de t'échapper… Même on sait toi et moi qu'il est déjà trop tard…
Là-bas, le plus compliqué c'est de déterminer comment tu vas finir, en règle générale tu douilles un peu… tu voudrais bien pleurnicher histoire de soulager ton petit côté fillette, mais tu n'as plus de langue, de toute façon tes larmes ne coulent plus : tu n'as plus de yeux non plus… éventuellement il te reste tes bras pour ramper, parce que courir tu ne peux plus non plus : tu n'as plus de jambe… Ouais comme tu dis gros : « c'est la merde »
Là-bas je te le répète : on ampute, on torture, on écorche, on évide, on décapite, on explose … Quoi qu'il arrive tu vas saigner un peu et très longtemps…
Par contre c'est jamais glauque, ni malsain, c'est juste tripant, hilarant, tordant, grinçant, jouissif, corrosif, incisif et franchement pas très catholique…
Dans le même style il y a la "bible" : l'histoire d'un brun ténébreux en culotte qui se fait humilier, fouetter et crucifier vivant sur une croix géante...Peut-être que vous connaissez ? un peu trop premier degré à mon gout, un truc pour taré si vous voulez mon avis...
Au nom du père du fils et du saint esprit…Même si c'est pas très « sein » tout ça…(jeu de mot)
Amen les copain
Fin (peut-être…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
greg320i
  30 novembre 2013
Anonyme à son secret: son anonymat . Mais l'oeil de la lune le guette, et fait de lui l'auteur en vogue . Passage obligatoire pour les fans du Livre sans nom, cette suite visite, emmené et transporte tout lecteur au beau pays de Santa Mondega ; petite cité charmante voyez-vous : vampires, loups -garou, voyous.. Ouvrez donc l'oeil et le bon !
Notre guide accompagnateur, Dante le furibond ,sera le principal acteur ; Toujours déjanté, laissant ses tirades fuser , il nous promettez l'amusement, mais qu'en est t-il vraiment ?
Tout commence de manière fort contrasté , drame, crimes, larmes, l'auteur nous joue t-il l'horreur à la place de l'humour ? C'est à croire .
Tristesse, mélancolie, vengeance promise, c'en devient presque touchant comme un conte obscur .
Rien n'est donc moins sûr avec ce second opus, où l'habit ne fait donc plus le moine, car là où le premier épisode la jouer cool ,alcool , et tirades qui caracole, notre oeil de lune nous joue la carte sentiment ( du moins pour moi )
Parodie de conte avec la belle attendant son prince à minuit , la marâtre détestable qui va sacrifié sa fille , vu ainsi le début déroutant me laisse quelques interrogations
Et puis vlan ,115 pages plus tard: On nous annonce 18 ans après !
Ah ok , peut-être enfin l'Anonyme que j'ai connu survolté et endiablé va -t-il ...
Hum pas vraiment ,non .
Difficile de porter préjudice à ce roman que j'ai achevé presque d'une traite mais l'interprète à changer , un je-ne-sais-quoi de moins inspiré : la faute à l'originalité , aux personnages déjà connu , à trop de personnes abattus lors du précédent ?
Pas de carnage jovial et explosif , les comptes se règlent moins chichement , plus 'sérieusement'. le terme thriller désormais prend acte .
le ton toujours volontaire, mais moins sectaire passe une barre en-dessous. Moins engagé , un soupçon frelaté , l'humour passe ,,oui mais...
Aïe , comment aimer mais ne pas adorer ? Mes sentiments mélangés ne peuvent donc vous rendre un véritable compte rendu car un peu perdu dans ce que je croyez être 'LA' fameuse suite .
Bon allez restons juste : rien de rien , je ne regrette rien, mais je cours toujours pour chercher la dynamo des premiers héros du livre sans nom qui été surement "trop" réussi . Et oui , on ne se refait pas deux fois un trip comme çà .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
bdelhausse
  10 janvier 2022
Un an après les événements du tome 1, Santa Mondega s'apprête à fêter Halloween. A priori, personne n'envisage qu'il soit aussi mortel et sanglant qu'il y a un an. Pourtant, tous les ingrédients sont là. Des vampires, des loups-garous, des flics ripous (et vampires) qui veulent prendre lia succession de leur boss parti en cendres, Sanchez le patron du Tapioca (remis à neuf depuis l'an dernier), Peto le dernier moine d'Hubal... mais il manque un ingrédient, et de taille, le Bourbon Kid. Après avoir décimé le temple d'Hubal, et tué son père, le Bourbon Kid s'est fait discret. Qu'est-ce qui peut le faire sortir de sa retraite?
Le tome démarre sur un incident au musée archéologique de Santa Mondega... Une momie sort de son sarcophage et massacre les deux gardiens. Ramsès Gaius est de retour parmi les (morts-)vivants. Et il n'est pas content. Il est le propriétaire de l'Oeil de la Lune, pierre bleue aux propriétés incommensurables, et possédée par Peto Solomon, dernier moine d'Hubal. Celui-ci envisage ni plus ni moins que d'extirper la part de monstre du Bourbon Kid, grâce à l'Oeil de la Lune. Ramsès Gaius entend bien récupérer son bien, et sa fille... Jessica, explosée par le Bourbon Kid et Dante Vittori, en fin de tome 1, mais récupérée par Sanchez et qui se remet lentement de ses blessures. Elle n'est pas la fille de Ramsès Gaius pour rien. Et vu que Dante et Kacy ont la "bonne" idée de revenir à Santa Mondega pour se marier, tout se met lentement en ordre pour un Halloween mémorable.
L'auteur anonyme ajoute quelques éléments du passé. Notamment une romance entre JD et Beth... Au départ, le lecteur peut légitimement se demander ce que viennent foutre deux ados dans le récit, avec leur romance guimauvesque à gerber... nous, ce qu'on veut, c'est du sang, des boyaux, des tripailles et du cerveau, mais peu à peu les choses se décantent. Beth est attaquée par un vampire. JD la sauve. le vampire se venge en allant massacrer la mère de JD, qui découvre tout en rentrant à la maison avec Casper, son frère handicapé mental. JD doit alors tuer sa propre mère qui se transforme en vampire. Pour y arriver, il affonne une bouteille de bourbon... a star is born. JD envoie Casper chez son père biologique, une grosse tache qui s'en tape comme de son premier slibard, tout comme Bull, son autre fils. Entretemps, la mère de Beth envisage de la sacrifier dans une messe noire, mais tout ne sa passe pas comme prévu.
Retour au présent... Beth est une employée du musée de Santa Mondega (celui-là même qui abrite la momie qui d'échappe au début du livre et part à la recherche de l'Oeil de Lune). Sortie de prison depuis 8 ans, où elle a purgé une peine de 10 ans pour le meurtre de sa mère, elle se rend à chaque Halloween sur le ponton où elle avait rendez-vous avec JD. Peut-être que cette année, il viendra. C'est tellement mimi que j'en ai profité pour finir la boîte de Kleenex commencée lors du visionnage de Titanic...
Dante est recruté par un étrange Mister E pour débusquer le Bourbon Kid et l'Oeil de la Lune. Kacy est gardée par un violeur en série. Trois flics vampires mandatent deux loups-garous pour kidnapper un individu sans nom dans un hôpital psychiatrique. Ils sont convaincus qu'il s'agit du Bourbon Kid.
Les éléments sont disposés. On secoue le tout au shaker. On the rocks. Un trait d'angostura, une rondelle de citron vert, 1/3 tequila (ou l'urine de Sanchez qu'il sert régulièrement aux nouveaux clients), du bourbon, une pinte de sang frais, quelques morceaux de cervelle, une olive verte (pour la couleur et le green washing), un peu de pop-corn au tabasco. Et... action !
Les rouages du tome 1 sont bien présents dans le tome 2, l'auteur en joue et s'en amuse. Il n'hésite pas à revenir sur les similitudes entre les deux fêtes d'Halloween. Mais il en remet des couches et des couches. Au niveau des effets, on renchérit clairement par rapport au tome 1. C'est nauséeux, hémoglobinesque, c'est la fête de la tronçonneuse et du slip en même temps. Il y a des scènes d'un cynisme et d'une violence incroyable, mais elles passent grâce à cet humour typique des aventures du Bourbon Kid. Je me suis ré-ga-lé. J'ai kiffé chaque instant. Peinard dans mon fauteuil. Les 550 pages ont été avalées en quelques séances de lecture. On tremble, frémit, on grince des dents (surtout des canines), on a peur, on souffle un peu avec le Bourbon Kid. Et l'auteur a cette intelligence rare de sacrifier des personnages centraux dans une gerbe d'excréments, de viscères et de vomissures. Cela renforce la dramaturgie et montre que -finalement- tout est possible à Santa Mondega.
On a même droit à quelques révélations sur la nature du Bourbon Kid. Il se murmurerait qu'en fait il serait un v... aaaargh. J'utiliserai mon propre sang, suintant de deux trous non loin de ma jugulaire, pour terminer cette chronique...
Au passage, on peut réellement louer l'auteur pour avoir joué sur toute la gamme des sentiments dans ce 2è tome. C'est parfois émouvant quand il évoque l'amour du Bourbon Kid pour son frère handicapé. C'est à gerber quand il décrit les sévices corporels. A mourir de rire quand il décrit avec un art consommé certaines scènes de quiproquo. Et tour à tour grinçant, caustique, critique vis-à-vis de l'American Way of Life... Et pour la première fois (ayant lu d'autres tomes du Bourbon Kid dans le désordre), il y a des passages tendres quand l'auteur évoque des amours adolescentes entre celui qui deviendra la Bourbon Kid et sa gentille fiancée teenager.
Je dirai qu'il ne faut pas spécialement être fan de films gore pour apprécier le Bourbon Kid. Il suffit d'aimer se divertir, d'apprécier le Grand Guignol, les bouffonneries et la déconne. Evidemment, cela aide d'apprécier l'outrance tarantinesque, les clichés gore et l'humour gras. Car de Braindead à Ed Wood, en passant par Jean Rollin, Rob Zombie ou une Nuit en Enfer, l'auteur du Bourbon Kid connaît ses classiques. Mais en plus de citer les classiques, il les réinvente et ce faisant il recrée un classique. A ce jour, il y a 10 livres classés "Bourbon Kid". Cette saga peut déjà être considérée comme un classique.
Et tant qu'à faire preuve de classicisme, je ne peux m'empêcher de citer Victor Hugo, "Le Bourbon Kid est à la tragédie dramatique, ce que Ruy Blas est au comique troupier", et il en connaissait un rayon sur le sujet. Sacré Victor!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
goodgarngoodgarn   29 avril 2013
Les trois hommes vidèrent leurs verres cul sec. De La Cruz et Benson furent immédiatement saisis de haut-le-coeur et recrachèrent le liquide par terre. Hunter sembla en revanche le savourer, mais dès qu 'il vit la réaction de ses collégues, il s'empressa de les imiter, en prenant également une mine dégoûtée.
"Putain, qu 'est-ce -que c'est ? demanda de La Cruz en tâchant de cracher jusqu'à la dernière goutte qui subsistait dans sa bouche.

- C'est mon meilleur whisky, répondit Sanchez dans un haussement d'épaules. J'avoue qu'il faut un peu de temps pour s'habituer à son goût.
- Sans déconner, lança Benson, toujours secoué par les spasmes de son diaphragme, on dirait de la pisse.
- Ouais, c'est ce que beaucoup de gens disent, répliqua Sanchez dans un sourire.
- Je comprends pourquoi, fit remarquer Hunter en considérant son verre vide d'un air écoeuré. C'est quoi le nom de ce truc? Juste pour que j'évite d'en boire à l'avenir, tu comprends.
- C'est une cuvée maison.
- Il t'en reste ?"
De La Cruz et Benson envoyérent tous deux des regards interrogatifs en direction d'Hunter. Il était sérieux ? Il voulait vraiment boire de nouveau de cette saloperie ? Hunter remarqua leur incrédulité et trouva vite fait une justification.
" On ferait bien de te le confisquer. Histoire de faire examiner ça par les services sanitaires." Voyant que les autres n'avaient toujours pas l'air convaincus, il se retourna vers Sanchez. " Tu en as beaucoup en stock, de ce machin ?"
Sanchez afficha un sourire rayonnant. "Bien sûr. En quantité virtuellement illimitée. Si tu veux, je t'offre le reste de la bouteille. Tiens, c'est pour toi. "Il tendit la bouteille en direction de l'inspecteur, qui ne se fit pas prier pour la prendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
CrossroadsCrossroads   11 juin 2012
- Imagine la pire chose qui pourrait jamais t'arriver , et je peux te jurer que ça n'est meme pas un centieme de ce que je te réserve .
- Tu sais , j'ai une sacrée imagination pour ce genre de trucs , répondit nonchalamment Dante .
- Exemple ?
- Une fois , je me suis tapé trois films avec Nicolas Cage dans la meme journée . Un vrai cauchemar.
- Petit rigolo . Ce sera encore pire que tout ce que tu peux imaginer .
(...)
- Trois fims d'affilée avec Chris Tucker ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
goodgarngoodgarn   07 mai 2013
- Qu'est-ce que c'est ? demanda l'autre en considérant la vidéo noir et blanc sur l'écran de son capitaine.
- Vidéosurveillance.
- De quoi?
- Du massacre survenu ici même, au commissariat, la nuit de l'éclipse de l'année dernière, quand le Bourbon Kid a tué tous les flics qui étaient de service, ainsi que la jolie réceptionniste, Amy Webster.
Hunter se concentra sur l'arrêt sur image qui clignotait, sans vraiment parvenir à distinguer clairement ce dont il s'agissait.
" Et là, c'est quel moment du massacre ? demanda-t-il.
- Celui où le Kid tue Archie Sommers en lui enfonçant ce putain de bouquin dans la poitrine.
- Où est-ce que tu as bien pu trouver ça ? lança Hunter. J'ignorais complètement que le commissariat était sous vidéosurveillance.
- Je l'ai trouvé sur YouTube.
- Non, c'est vrai ?
- Bien sûr que non, grand con. il se trouve que la police des polices a secrètement installé un réseau de vidéosurveillance il y a quelque temps de cela, afin de nous avoir à l'oeil .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
WiitooWiitoo   18 avril 2013
Excusez moi chers lecteurs mais je n'y résiste pas :-)
--------------
Faute de meilleur choix, et faisant preuve d'un pragmatisme à toute épreuve, le Kid décida de viser la seule cible qui lui était présentée. Sans trop se préoccuper des conséquences de ses actes, il releva son fusil à canon scié pour le pointer sur la raie des fesses de de la Cruz. Il hésita peut-être une demi-seconde avant d'enfoncer le canon aussi loin que possible entre les fesses du malheureux vampire. Celui-ci cessa soudain de hurler, sans doute pour écarquiller les yeux d'effroi.
BANG !
Cette déflagration fut beaucoup moins bruyante que la première. Il faut dire que, cette fois, le Kid avait au bout de son arme un gros silencieux en forme de cul.
SPLATCH !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
TeaSpoonTeaSpoon   29 juin 2013
A l'instar de tous les fidèles, Sanchez était pétrifié de terreur. Il eut tout d'abord l'idée de tirer quelques fruits pourris de son sac en papier kraft pour les lancer en direction des vampires, mais il se ravisa presque aussitôt : tout compte fait, ça n'aurait pas été très malin. Au lieu de ça, il prit la décision de se tapir sous le banc en espérant que les vampires s'en prendraient d'abord aux fidèles les plus grands. Ainsi, avec ce courage qui le définissait aussi bien en tant qu'homme qu'en tant que barman, il s'agenouilla par terre, se recroquevilla sous le banc et, pour faire bonne mesure, tira vers lui Casper, le gamin bizarre à la parka, afin de s'en servir comme bouclier humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2241 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..