AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Bourbon Kid tome 2 sur 10

Diniz Galhos (Traducteur)
EAN : 9782355840593
480 pages
Sonatine (27/01/2011)
4.24/5   1469 notes
Résumé :
Vous avez aimé Le Livre sans nom ?
Vous allez adorer L'Oeil de la Lune !

Personne n’a oublié le Bourbon Kid, mystérieux tueur en série aux innombrables victimes. Ni les lecteurs du Livre sans nom, ni les habitants de Santa Mondega, l’étrange cité d’Amérique du Sud où sommeillent toujours de terribles secrets. Alors que la ville s’apprête à fêter Halloween, le Bourbon Kid devient la proie d'une brigade très spéciale, une proie particulièrement ... >Voir plus
Que lire après L'Oeil de la luneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (163) Voir plus Ajouter une critique
4,24

sur 1469 notes
J'ai pu remarquer que les sagas ont un avantage indéniable. Elles donnent particulièrement envie de lire des livres qui ne sont pourtant que moyens. C'est un peu l'effet que me fait la lecture de ce deuxième tome du Bourbon Kid. le bruit de la critique avait fait du premier tome une transposition en livre du cinema de Quentin Tarentino et de l'auteur un Terry Pratchett du genre de l'action sanguinolente. J'avais été de mon côté déçu par l'ensemble, y retrouvant certes la cinéphilie et le gore du réalisateur et un certain humour parodique britannique d'un de mes auteurs fétiches, mais le tout bien moins maîtrisé que par ces deux artisans doués. le côté brouillon et un peu répétitif de certains schémas de narration ne m'avait pas permis d'être aussi enthousiaste que la majorité des gens.

C'est sans doute ce qui m'a fait attendre plus de 7 ans avant d'aller lire la suite, surtout poussé par l'envie de valider la lettre X (auteur anonyme) dans un certain challenge (clin d'oeil à sandrine57). Et vous savez quoi ? L'effet saga fonctionne ! D'abord parce que l'auteur a l'intelligence de commencer par nous faire un petit flash back qui explique la jeunesse de certains personnages de l'histoire, ce qui augmente fatalement le coefficient d'attachement, facteur efficace de réussite pour les sagas littéraires. Cela atténue largement le côté brouillon puisque ce qui paraissait totalement farfelu gagne tout à coup en cohérence quand on comprend les différents ressorts de l'histoire.

Alors en revanche, je ne vais pas vous dire que le style de l'auteur a tout à coup pris un niveau démentiel. On se retrouve toujours avec un humour potache qui me convient parfaitement... mais qui gagnerait en finesse à ne surtout pas être systématiquement expliqué la ligne suivante. Comme si l'auteur avait besoin de s'assurer que tous ses lecteurs ont prix le bon wagon... Un effort didactique qui me coupe de mon côté un peu l'envie ! L'auteur a d'ailleurs tendance à prendre par la main aussi son lecteur dans la narration puisque même dans les moments où cela semble évident il précise bien qui est qui juste après avoir essayé de brouiller les cartes, comme un joueur de bonneteau qui montrerait le bon gobelet après avoir passé dix minutes à tout mélanger ! Heureusement les révélations du final sont bien plus réussies et sauvent globalement l'ensemble.

Et on en revient à l'effet saga qui magnifie le tout. Dans un univers où on est jamais sûr qu'un personnage est bien mort, puisqu'il peut se relever en vampire ou être ressuscité par un objet magique ou une prophétie, l'envie nous prend de savoir ce qui va arriver à ces êtres de papier qu'on ne peut s'empêcher de considérer comme des amis de passage. Les producteurs de télévision et de plateformes l'ont bien compris, avec la multiplication des séries ou des sagas multiverse, qui garantissent que même un opus loupé n'empêchera jamais les fans d'avoir envie de regarder le suivant.
Commenter  J’apprécie          563
Avant , l'évocation d'Halloween me ramenait immanquablement , non pas à cette pseudo fete des confiseurs précédant souvent celle des dentistes , mais à ce délicieux Michael Myers , tueur psychopathe injustement incompris ayant fait les beaux jours de la série cinématographique éponyme . J'y rajouterai désormais la sulfateuse de Santa Mondega , l'exterminateur encapuchonné , l'éradicateur solitaire , j'ai nommé le Bourbon Kid ! Tel Schwarzy The Terminator une veille d'Halloween , il pourrait se fendre d'un rituel et guttural " I'll be back ! " des familles !
Effectivement , le Bourbon Kid est de retour...et il n'est pas content !

Tous ceux qui ont adoré le premier opus trouveront largement de quoi leur donner envie d'enquiller direct sur le troisieme . Tous ceux qui ont détesté , pour peu qu'ils aient voulu lui laisser une seconde chance , devraient etre confortés dans leur opinion . Une suite à la hauteur malgré une légitime appréhension d'en avoir fait le tour et de sombrer dans une facilité littéraire bien plus prompte à farcir le tiroir caisse qu'à susciter un réel ou continuel engouement !
Moins de personnages au service d'une histoire bien plus étoffée et maitrisée ! Demandez le programme : plat du jour , l'Oeil de la Lune susceptible de vous conférer l'éternité ! Mazette , c'est vrai, que c'est tentant... Probleme , plusieurs à vouloir déguster ce festin de roi ! de la momie reviviscente au lycanthrope en goguette en passant par la goule carencée en hémoglobine et le FBI ambitionnant la prise du siecle , les prétendants sont nombreux , les cadavres à venir tout autant !
Toujours aussi explosif , visuel et bourré de testostérone , ce second tome cartoonesque procure allegrement sa dose d'endorphine quotidienne !
Foin de grande littérature ni de messages susceptibles de vous rappeler que la guerre ça tue et que les politiques , ils font rien que de nous mentir mais juste une histoire addictive , véritable page-turner déjanté qui n'a d'autre but que de vous faire passer un excellent moment !
Classer cet OVNI littéraire dans Thriller reviendrait à associer Barbara Cartland à journalisme d'investigation ! Véritable mélange des genres , il assume pleinement son coté polymorphe et c'est vachement bon !!
Et là , je m'adresse à toi , Nonyme : je ne sais pas qui tu es – et pour cause - mais ton Oeil de la Lune a véritablement tapé , et monstrueusement fort , dans le mien !!


L'Oeil de la Lune , tout comme notre ami Garou , Loup de son p'tit nom , vous fera hurler de plaisir !
4.7583/5 , à peu pres...
Commenter  J’apprécie          490
Un tome deux dans la lignée du précédent !
On se retrouve un an après à Santa Mondega pour faire connaissance avec de nouveaux personnages et retrouver avec plaisir quelques survivants du premier opus.
La même recette, les mêmes ingrédients avec la surprise en moins, et c'est reparti !
J'ai eu le même plaisir de lecture, les mêmes éclats de rires avec des comiques de situation assez irrésistibles.
Nous allons découvrir la genèse du "Bourbon Kid" à la faveur d'un flash-back très détaillé, une partie du récit que j'ai bien aimée, on a plus que jamais la sensation de se retrouver dans un film de Tarentino.
Côté scénario ça continue à tenir la route, c'est trash, mais avec cette note "movies" qui fait que l'on est toujours dans le second degré, il n'y a pas tromperie sur la marchandise ;)
Pas grand chose de plus à dire sans risquer d'en dire trop, j'ai apprécié, c'est un fait.
La fin donne furieusement envie d'enchaîner le tome trois sans tarder, j'appréhende un peu au vu de nombreuses critiques qui parlent d'essoufflement mais il faudra que je me rende compte par moi-même, après un petit break.
Commenter  J’apprécie          542
Si tu tombes sur ma critique par hasard (ou pas)… il se peut aussi que tu aies entendu parler d'un légendaire auteur de critique sur Babelio et pour te faire une idée bien précise de ma connerie, tu es venu(e) jeter un oeil... Attention il y a un tome 1, ne te goures pas : ça serait dommage…

Tome 2

Tu préfères mourir avec un canon scié enfoncé dans le derrière, ou…attendez, attendez la suite, attendez encore un peu : ou être torturé pendant 18 piges dans une vieil………….

BANG… Tu es mort trou duc… Fallait te grouiller merde, au lieu de faire ta bonne soeur outrée…

BANG…tu en as repris une en pleine tronche, parce que je n'aime pas trop les bonnes soeurs outrées…

Re-bienvenue à « Santa Mondega » gros… j'espère que tu t'es un peu renseigné avant de crever ici…

Si tu es très premier degré, un peu intello coincé… Si tu trouves rien de choquant aux bermudas en tissu, aux chemisettes à rayures et aux petits souliers vernis… si tu trouves bizarre et répugnant de te triturer caché sous la couette… en fait si rentres dans cette caricature, tu n'es certainement déjà plus là…

Allez on va faire comme-ci tu étais courageux et que tu débarquais de l'arche de Noé…Mais ouvres bien grand tes yeux de « sainte-nitouche » si tu veux rester vivant encore un peu…

Avant de trancher dans la bidoche, il ne faudra pas te formaliser, je vais écrire des trucs un peu familier, parfois vulgaire : t'es winner ou un looser ? C'est toi qui choisis tête de pieu, si tu aimes bien les raclures maléfiques : vampires, loups garous, momie, clowns, épouvantails, il faut ce qu'il faut… Pas vrai ?

Donc ici : à « Santa Mondega », tu débarques par curiosité et tu y restes pour crever… Il serait préférable de rester debout quand tu vas pisser, et ce sans baisser ton froc, histoire de courir plus vite, pour essayer de t'échapper… Même on sait toi et moi qu'il est déjà trop tard…

Là-bas, le plus compliqué c'est de déterminer comment tu vas finir, en règle générale tu douilles un peu… tu voudrais bien pleurnicher histoire de soulager ton petit côté fillette, mais tu n'as plus de langue, de toute façon tes larmes ne coulent plus : tu n'as plus de yeux non plus… éventuellement il te reste tes bras pour ramper, parce que courir tu ne peux plus non plus : tu n'as plus de jambe… Ouais comme tu dis gros : « c'est la merde »

Là-bas je te le répète : on ampute, on torture, on écorche, on évide, on décapite, on explose … Quoi qu'il arrive tu vas saigner un peu et très longtemps…

Par contre c'est jamais glauque, ni malsain, c'est juste tripant, hilarant, tordant, grinçant, jouissif, corrosif, incisif et franchement pas très catholique…

Dans le même style il y a la "bible" : l'histoire d'un brun ténébreux en culotte qui se fait humilier, fouetter et crucifier vivant sur une croix géante...Peut-être que vous connaissez ? un peu trop premier degré à mon gout, un truc pour taré si vous voulez mon avis...

Au nom du père du fils et du saint esprit…Même si c'est pas très « sein » tout ça…(jeu de mot)

Amen les copain

Fin (peut-être…)
Commenter  J’apprécie          331
Je viens de terminer le tome 2 de la série "Le Bourbon Kid". Je le repose encore tout essoufflé et sous le choc. Ça va à 100 à l'heure du début à la fin.
Comme vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce tome 2 qui est de la même veine que le 1er : "Le livre sans nom".
L'auteur a su créer un univers complètement déjanté et loufoque. C'est dans un esprit léger et tourné vers le second degré qu'il faut aborder ce roman.
Il y a énormément de personnage, tous aussi infréquentables les uns que les autres, mais on ne s'y perd pas car le roman est très bien structuré avec des chapitres clairs, courts et qui s'enchaînent à un rythme d'enfer. Et en enfer, on y est en plein dedans. les meurtres les plus violents et les tueries les plus sanglantes s'enchaînent à un rythme très élevé.
L'auteur nous distille, un savant dosage de fantastique, glauque et surtout beaucoup d'humour. Et croyez moi il en faut pour pas que ce roman nous amène dans des profondeurs abyssales. Les personnages sont tous aussi loufoques les uns que les autres. Il sont caricaturaux au possible, tellement grossiers et prétentieux qu'ils en deviennent attachants.
Rassurez vous, cette lecture est particulièrement agréable une fois que l'on a bien perçu et que l'on a bien compris l'état d'esprit avec lequel il faut l'aborder : que du second degré.
La plume de l'auteur est très agréable, les dialogues sont truculents, les personnages le sont tout autant. Et, au final, j'ai passé de très bon moments où j'ai ri à gorge déployée, y compris quand l'on est confronté à des morts hyper violentes. C'est excellent, quel kiff !!!
Quand vous avez un coup de blues, n'hésitez pas à ouvrir ce livre vous devriez retrouver le sourire rapidement.
Commenter  J’apprécie          350

Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
Les trois hommes vidèrent leurs verres cul sec. De La Cruz et Benson furent immédiatement saisis de haut-le-coeur et recrachèrent le liquide par terre. Hunter sembla en revanche le savourer, mais dès qu 'il vit la réaction de ses collégues, il s'empressa de les imiter, en prenant également une mine dégoûtée.
"Putain, qu 'est-ce -que c'est ? demanda de La Cruz en tâchant de cracher jusqu'à la dernière goutte qui subsistait dans sa bouche.

- C'est mon meilleur whisky, répondit Sanchez dans un haussement d'épaules. J'avoue qu'il faut un peu de temps pour s'habituer à son goût.
- Sans déconner, lança Benson, toujours secoué par les spasmes de son diaphragme, on dirait de la pisse.
- Ouais, c'est ce que beaucoup de gens disent, répliqua Sanchez dans un sourire.
- Je comprends pourquoi, fit remarquer Hunter en considérant son verre vide d'un air écoeuré. C'est quoi le nom de ce truc? Juste pour que j'évite d'en boire à l'avenir, tu comprends.
- C'est une cuvée maison.
- Il t'en reste ?"
De La Cruz et Benson envoyérent tous deux des regards interrogatifs en direction d'Hunter. Il était sérieux ? Il voulait vraiment boire de nouveau de cette saloperie ? Hunter remarqua leur incrédulité et trouva vite fait une justification.
" On ferait bien de te le confisquer. Histoire de faire examiner ça par les services sanitaires." Voyant que les autres n'avaient toujours pas l'air convaincus, il se retourna vers Sanchez. " Tu en as beaucoup en stock, de ce machin ?"
Sanchez afficha un sourire rayonnant. "Bien sûr. En quantité virtuellement illimitée. Si tu veux, je t'offre le reste de la bouteille. Tiens, c'est pour toi. "Il tendit la bouteille en direction de l'inspecteur, qui ne se fit pas prier pour la prendre.
Commenter  J’apprécie          230
- Imagine la pire chose qui pourrait jamais t'arriver , et je peux te jurer que ça n'est meme pas un centieme de ce que je te réserve .
- Tu sais , j'ai une sacrée imagination pour ce genre de trucs , répondit nonchalamment Dante .
- Exemple ?
- Une fois , je me suis tapé trois films avec Nicolas Cage dans la meme journée . Un vrai cauchemar.
- Petit rigolo . Ce sera encore pire que tout ce que tu peux imaginer .
(...)
- Trois fims d'affilée avec Chris Tucker ?
Commenter  J’apprécie          500
Excusez moi chers lecteurs mais je n'y résiste pas :-)
--------------
Faute de meilleur choix, et faisant preuve d'un pragmatisme à toute épreuve, le Kid décida de viser la seule cible qui lui était présentée. Sans trop se préoccuper des conséquences de ses actes, il releva son fusil à canon scié pour le pointer sur la raie des fesses de de la Cruz. Il hésita peut-être une demi-seconde avant d'enfoncer le canon aussi loin que possible entre les fesses du malheureux vampire. Celui-ci cessa soudain de hurler, sans doute pour écarquiller les yeux d'effroi.
BANG !
Cette déflagration fut beaucoup moins bruyante que la première. Il faut dire que, cette fois, le Kid avait au bout de son arme un gros silencieux en forme de cul.
SPLATCH !
Commenter  J’apprécie          182
- Qu'est-ce que c'est ? demanda l'autre en considérant la vidéo noir et blanc sur l'écran de son capitaine.
- Vidéosurveillance.
- De quoi?
- Du massacre survenu ici même, au commissariat, la nuit de l'éclipse de l'année dernière, quand le Bourbon Kid a tué tous les flics qui étaient de service, ainsi que la jolie réceptionniste, Amy Webster.
Hunter se concentra sur l'arrêt sur image qui clignotait, sans vraiment parvenir à distinguer clairement ce dont il s'agissait.
" Et là, c'est quel moment du massacre ? demanda-t-il.
- Celui où le Kid tue Archie Sommers en lui enfonçant ce putain de bouquin dans la poitrine.
- Où est-ce que tu as bien pu trouver ça ? lança Hunter. J'ignorais complètement que le commissariat était sous vidéosurveillance.
- Je l'ai trouvé sur YouTube.
- Non, c'est vrai ?
- Bien sûr que non, grand con. il se trouve que la police des polices a secrètement installé un réseau de vidéosurveillance il y a quelque temps de cela, afin de nous avoir à l'oeil .
Commenter  J’apprécie          130
A l'instar de tous les fidèles, Sanchez était pétrifié de terreur. Il eut tout d'abord l'idée de tirer quelques fruits pourris de son sac en papier kraft pour les lancer en direction des vampires, mais il se ravisa presque aussitôt : tout compte fait, ça n'aurait pas été très malin. Au lieu de ça, il prit la décision de se tapir sous le banc en espérant que les vampires s'en prendraient d'abord aux fidèles les plus grands. Ainsi, avec ce courage qui le définissait aussi bien en tant qu'homme qu'en tant que barman, il s'agenouilla par terre, se recroquevilla sous le banc et, pour faire bonne mesure, tira vers lui Casper, le gamin bizarre à la parka, afin de s'en servir comme bouclier humain.
Commenter  J’apprécie          190

Video de Bourbon Kid (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Bourbon Kid
Diniz Galhos, auteur de deux romans noirs : Gokan (2012) et Hakim (2021) mais également traducteur, notamment connu pour sa traduction des aventures de Bourbon Kid dont le premier tome est intitulé le Livre sans nom revient sur son apprentissage du métier d'écrivain. le témoignage de son rapport à la littérature et à l'écriture, ainsi que ses conseils envers les aspirants écrivains, rappelle que le choix de ce métier difficile doit mêler passion et travail acharné pour éviter qu'il soit source de découragement. Chronologie de l'entretien : 00 : 00 : Comment apprendre à écrire de la fiction. 00 : 44 : Ecrire par soi-même. 01 : 44 : La réalité du métier d'écrivain. 02 : 25 : Rechercher LA bonne histoire. 04 : 06 : La réécriture et l'écriture. 08 : 18 : Quelques conseils pour un aspirant écrivain. QUI SOMMES-NOUS ? Les Artisans de la Fiction sont des ateliers d'écriture situés à Lyon. Nous prônons un apprentissage artisanal des techniques d'écriture et avons pour objectif de rendre nos élèves autonomes dans l'aboutissement de leurs histoires. Pour cela nous nous concentrons sur l'apprentissage et la transmission des techniques de base de la narration en nous inspirant du creative writing anglophone. Nos élèves apprennent en priorité à maîtriser : la structure de l'intrigue, les principes de la fiction, la construction de ses personnages… Nous proposons également des journées d'initiation pour vous essayer au creative writing et découvrir si cet apprentissage de l'écriture de fiction est fait pour vous. Retrouvez tous nos stages d'écriture sur notre site : http://www.artisansdelafiction.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (3068) Voir plus



Quiz Voir plus

Anonyme : les titres de ses romans

le livre ...

sans titre
sans nom
sans auteur

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : Bourbon KidCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..