AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Contre-feux tome 1 sur 2
EAN : 9782912107046
125 pages
Raisons d'agir (30/11/-1)
4.04/5   59 notes
Résumé :
Si j'ai pu me résoudre à rassembler pour la publication ces textes en grande partie inédits, c'est que j'ai le sentiment que les dangers contre lesquels ont été allumés les contre-feux dont ils voudraient perpétuer les effets ne sont ni ponctuels, ni occasionnels et que ces propos, s'ils sont plus exposés que les écrits méthodiquement contrôlés aux dissonances liées à la diversité des circonstances, pourront encore fournir des armes utiles à tous ceux qui s'efforcen... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Writer
  20 mai 2017
Lorsqu'on lit du Bourdieu, c'est toujours une sensation étrange. Celle de lire des ouvrages anciens, aux théories anciennes, parfois obsolètes, mais aussi, parfois, comme c'est ici le cas, des théories novatrices pour l'époque, des théories précurseurs.
En effet, il est curieux de lire la vision de Bourdieu sur l'Europe ; contrairement au sens commun qui voyait Bourdieu comme un anti-européen, ou un opposant à la construction européenne, il prônait une Europe social puis monétaire. Même si sur la dimension monétaire, on peut se poser la question à savoir s'il était vraiment pour l'Euro…
De plus, c'est aussi novateur et amusant, dans le sens où nombre de ses critiques ou remarques se sont retrouvées dans la campagne présidentielle de 2017. de pistes de réflexion sur le vote FN, au scandale politico-financier en passant aux réformes pro-européennes que souhaitent porter Macron, nous voyons dans ce très bon ouvrage, que Bourdieu avait une vision et une lecture presque parfaite de la France, mais plus encore de l'Europe et du monde.
Bourdieu, sociologue, mais ici aussi économiste qui tente de prôner une parole d'intellectuelle pour mobiliser ses pairs, mais aussi et surtout, faire réfléchir puis agir la population. Il prône l'internationalisme (bien entendu pas celui jadis connu, accolé aux soviétiques et au Parti Communiste) mais un internationalisme nouveau. Selon lui, pour résister au libéralisme dont il fait une vive critique dans cet ouvrage, les agents doivent se regrouper au-delà même des frontières. Car les problèmes ne viennent pas des nations mais des instances supranationales mal construites, ou plutôt mal réfléchies.
Alors saurons-nous reprendre les propos de Bourdieu à notre compte pour un monde meilleur ? Cela est-il encore possible ? Plausible ? Sommes-nous trop dans la « conformité », (conformisme qu'il impute aux médias au sens très large dont il fait aussi une critique très acerbe), le « fatalisme »… ? Bourdieu n'est plus là, mais nous, nous sommes là ?!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
arcade_d
  21 juin 2017
Pierre Bourdieu s'attaque à l'idéologie fataliste et mortifère qui essaie de transformer des tendances économiques en destin de nature quasi divine, et que glorifie le capitalisme radical, sans frein, à l'aide de la pseudo-rationalité mathématique.
Se méfier des mathématiciens de manière générale qui confondent la carte et le terrain ! (Sémantique générale, le monde du Non-A)
Le néo-libéralisme est une évolution ultra conservatrice d'un type nouveau, qui ne se réfère plus, à un monde agricole, mais se réclame du saint PROGRES, de la sainte RAISON (kantienne souvent) et de la science (scientiste) pour justifier une restauration digne du 19ème siècle et pour tenter de renvoyer dans l'archaïsme la pensée critique faite de questions et de réponses contingente et provisoires.
Est encore à lire aujourd'hui !
Commenter  J’apprécie          60
MagicJoe
  13 mai 2021
Ce petit recueil d'entrevues, articles et interventions publiques de Pierre Bourdieu veut apporter des munitions aux militants dans la lutte contre le fléau du néo-libéralisme. Sur cet aspect, il faut avouer que ça manque du coup d'éléments factuels, d'exemples concrets, sur les points qu'il dénonce.
La réflexion de Bourdieu sur ces thèmes, complexe, est ici présentée de manière très synthétique et accessible à tous. Je pense qu'il sera quand-même nécessaire au néophyte total, à celui qui n'a jamais entendu parler de sociologie, de s'intéresser - ne serait-ce que succinctement - aux travaux de Bourdieu pour bien saisir la teneur de ce cour ouvrage. Rien que quelques articles wikipédia ne puissent vous faire découvrir.
Sinon, il est frappant de remarquer comme l'auteur voyait juste. Sorti en 1998, les constats faits sur la dictature de la finance, le combat social, etc. sont encore tout à fait pertinents 25 ans plus tard. Les craintes de l'auteur concernant la montée de l'extrême droite se révèlent même tristement réelles...
A lire pour tous, militants ou curieux, qui pensent que notre société est malade sans en saisir les points d'achoppement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
margrom
  26 juillet 2019
Recueil de discours, textes, entretiens de Bourdieu. Contrairement à ses ouvrages sociologiques, ici il apporte un vrai regard critique et donne son avis personnel; que c'est agréable!
Un livre très engagé à mettre entre toutes les mains pour lutter contre notre monde capitaliste, individualiste et matérialiste.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
TrissotinTrissotin   02 mai 2013
Cette opposition entre la vision à long terme de l' "élite" éclairée et les pulsions à courte vue du peuple ou de ses représentants, est typique de la pensée réactionnaire de tous les temps et de tous les pays ; mais elle prend aujourd'hui une forme nouvelle, avec la noblesse d'État, qui puise la conviction de sa légitimité dans le titre scolaire et dans l'autorité de la science, économique notamment : pour ces nouveaux gouvernants de droit divin, non seulement la raison et la modernité, mais aussi le mouvement, le changement, sont du côté des gouvernants, ministres, patrons ou "experts" ; la déraison et l'archaïsme, l'inertie et le conservatisme du côté du peuple, des syndicats, des intellectuels critiques.
[Contre la destruction d'une civilisation, 1995]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
TrissotinTrissotin   01 mai 2013
On ne peut pas attendre de l'intégration monétaire qu'elle assure l'intégration sociale. Tout au contraire : on sait en effet que les États qui voudront préserver leur compétitivité au sein de la zone euro aux dépens de leurs partenaires n'auront pas d'autre recours que d'abaisser les charges salariales en réduisant les charges sociales ; le dumping social et salarial, la "flexibilisation" du marché du travail seront les seuls recours laissés aux États, privés de la possibilité de jouer sur les taux de change. À l'effet de ces mécanismes viendra s'ajouter sans doute la pression des "autorités monétaires", comme la Bundesbank et ses dirigeants, toujours prompts à prêcher l' "austérité salariale ".
[Pour un nouvel internationalisme, 1997]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
omerdunoromerdunor   20 janvier 2012
Il est infiniment plus facile de prendre position pour ou contre une idée, une valeur, une personne, une institution ou une situation, que d'analyser ce qu'elle est en vérité, dans tout sa complexité.
Commenter  J’apprécie          160
PavlikPavlik   11 février 2018
Le mépris pour une fonction se marque d'abord par la rémunération plus ou moins dérisoire qui lui est accordée.
Commenter  J’apprécie          201
MaliseMalise   24 mars 2016
On a beaucoup parlé du silence des intellectuels. Ce qui me frappe, c'est le silence des politiques. Ils sont formidablement à court d'idéaux mobilisateurs. Sans doute parce que la professionnalisation de la politique et les conditions exigées de ceux qui veulent faire carrière dans les partis excluent de plus en plus les personnalités inspirées.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Pierre Bourdieu (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bourdieu
Enseignement 2016-2017 : de la littérature comme sport de combat Titre : Introduction
Chaire du professeur Antoine Compagnon : Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie (2005-2020)
Cours du 3 janvier 2017.
Retrouvez les vidéos de ses enseignements : https://www.college-de-france.fr/site/antoine-compagnon
Le cours de cette année répond à celui de 2014 qui portait sur la « guerre littéraire » de 1914-1918, c'est-à-dire sur l'inscription de la réalité de la guerre dans les oeuvres, et sur les différentes postures, souvent paradoxalement pacifiques, que l'expérience de la guerre a prescrites aux écrivains. Il s'agira cette année au contraire d'envisager la production littéraire comme lieu d'une conflictualité sui generis, tantôt sur le mode d'une détermination au combat d'idées, tantôt sur le mode d'une compétition pour la survie au sein de ce que Pierre Bourdieu, dans Les Règles de l'art, a décrit comme le « champ » littéraire. Il s'agit aussi de faire un sort à une figure rencontrée dans le cours de 2016 : celle du crochet de l'écrivain chiffonnier, mise en place par Baudelaire, et qui pouvait toujours se retourner en arme. À partir de Baudelaire et en remontant dans la modernité littéraire, on découvre une généalogie d'images : la plume-épée des Dialogues et entretiens philosophiques De Voltaire, ou la plume de fer par laquelle, bien avant l'apparition de l'objet industriel lui-même, Ronsard décrit son ambition de défense d'une France royale et catholique, dans la Continuation du Discours des misères de ce temps (1563).
La création littéraire se définit régulièrement par comparaison avec les sports de combat, et même plus généralement avec le sport, en tant que le sport a rapport au combat, c'est-à-dire à la compétition. Il y a, chez elle aussi, des championnats, des prix, la possibilité d'un dopage. Tout jeune écrivain, avertit Fontenelle, doit se préparer à entrer en lice ; Maurice Barrès lui-même, qui s'est beaucoup tenu à distance des accidents de la camaraderie littéraire, a l'impression de rejoindre un « match professionnel » au moment de rendre compte de son exploration de l'Égypte. Tous les grands écrivains du XIXe siècle, à peu d'exceptions près, se sont battus en duel, comme si ce moment de duel révélait la valeur agonistique latente de la littérature. La littérature, plutôt ou autant qu'au loisir (otium), n'aurait-elle pas rapport au negotium, au remue-ménage ? La pacification, la consolation comptent parmi ses opérations possibles, mais leur inverse paraît une tendance constitutive de la création et de l'existence littéraire.
L'abbé Irail, dans ses Querelles littéraires (1761), s'intéressait à la figure d'Archiloque, tout à la fois premier poète lyrique et premier poète satirique, qui fait de la poésie avec sa colère et son désir de vengeance. le génie et la querelle sont liés : il n'y a pas eu de siècle de grand talent, observe-t-il, qui ne fût un siècle de grande agitation et de grande jalousie entre les écrivains. Comme dans la théorie économique de Bernard Mandeville, il semble que, dans les arts, les vices privés servent le bien général et que le florissement d'une culture repose sur la querelle permanente de ses représentants.
Notre rapport à la littérature reconnaît implicitement une telle dimension pugilistique, proprement romantique ; c'est la règle du winner takes all. Pierre Bourdieu et Harold Bloom ont été les théoriciens de cette difficulté de survivre en littérature, et de cette dynamique réelle de la littérature, bien différente d'un glissement naturel d'âges, qui fait se heurter d'une part les gloires littéraires acquises, pour qui l'urgence est de durer, d'autre part les aspirants à la gloire, qui savent qu'ils n'acquerront le droit de durer qu'en rejetant leurs prédécesseurs dans le passé.
Sportifs, escrimeurs, prisonniers : ce sont plusieurs figures, au sens de Roland Barthes, de cette agonistique motrice de la vie littéraire entre la Restauration et le Second Empire, qui seront envisagées tout au long du cours.
Découvrez toutes les ressources du Collège de France : https://www.college-de-france.fr
Suivez-nous sur :
Facebook : https://ww
+ Lire la suite
Dans la catégorie : LibéralismeVoir plus
>Science politique (politique et gouvernement)>Idéologies politiques>Libéralisme (23)
autres livres classés : sociologieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Quelques questions sur Pierre Bourdieu

En quelle année était-il né ?

1920
1930
1940
1950

7 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : Pierre BourdieuCréer un quiz sur ce livre