AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782714456694
308 pages
Éditeur : Belfond (17/09/2015)
3.21/5   138 notes
Résumé :
Dans la famille Larcher, les enfants sont adultes mais tous gardent le même plaisir à se retrouver autour d'une grande tablée.
Dan et Valentine ont hérité du virus de la course de leur père, Gabriel, ancien champion automobile, au grand dam d'Albane, leur mère.

Nicolas en revanche a depuis longtemps tourné le dos à ce lourd héritage.
Pour chacun d'entre eux, la vie s'offre sous un nouveau jour : auront-ils le courage de se lancer dans c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
3,21

sur 138 notes

babounette
  14 septembre 2015
C'est du Françoise Bourdin tout craché.
Le cadre, une très belle demeure en Sologne.
Les personnages,
le père, Gabriel, égocentrique pluoieurs fois gagnant de courses automobiles F1
rabaissant sans cesse ses trois enfants.
La mère, Albane, mère au foyer, bonne mère mais délaissée par son mari, prend un amant très jeune. Secret lourd à porter. Elle déteste les courses par peur d'un accident.
Les enfants, adultes,
Dan, marié avec Mallaury, et Valentine, amie de Boris son co-pilote, tous trois sont passionnés d'automobiles et de courses, mais qui abandonnent tous les deux la compétition.
Nicolas,et son chien Aramis, le "mouton noir" de son père parce qu'il a fait médecine et ne s'intéresse pas aux courses.
Luc et Antoine Vaillant, deux frères célibataires, dont l'un Luc est l'amant d'Albane et l'autre Antoine, passionné de chasse qui déteste royalement toute la famille qui d'après lui est la cause des malheurs de son frère et qui commet un acte grave sur la personne de Valentine (il visait le chien de Nicolas)
Et enfin, Justine, avocate, qui dans un premier temps dénigre Nicolas puis en tombe amoureuse.
Le tout finit dans un Happy end à la Françoise Bourdin.
C'est léger, distrayant, mais pas sublime !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          604
palamede
  26 septembre 2015
Un patriarche à la personnalité écrasante dont l'épouse se console avec un jeune amant, des enfants privés de la bienveillance paternelle pour s'épanouir dans leurs vies sentimentales et professionnelles, la famille Larcher connait tous les tourments d'une famille dysfonctionnelle à la mode solognote.
Avec ce second livre de Françoise Bourdin reçu dans le cadre de la Masse critique de Babelio, je découvre cette auteure et par la même occasion le succès éditorial de l'ensemble de ses romans. Une réussite pour une littérature à l'eau de rose - qui a semble-t-il de nombreux adeptes - probablement due à la qualité de l'écriture de l'auteure à défaut de son originalité.
Merci à Babelio et aux Editions Belfond pour cette lecture sentimentale.
Commenter  J’apprécie          350
Annette55
  02 avril 2016
Au coeur de la Sologne, un patriarche, Gabriel larcher , ancienne gloire de la formule 1qui vieillit mal,égoïste et orgueilleux , tyrannise ses trois enfants et son épouse "presque parfaite" Albane.
Il rapporte tout à lui et ne fait pas confiance à Dan, son fils aîné qui s'occupe d'un circuit de voitures ,sa fille Valentine
embrasse aussi la course automobile .Nicolas, l'autre fils est médecin de campagne, passionné par son métier et la nature environnante, il passe ses loisirs à entreprendre de grandes balades dans la forêt avec son chien........
Gabriel les empêche de s'épanouir mais ils vont chercher chacun à leur manière comment s'émanciper .
Un secret de famille fera voler en éclats l'harmonie de la fratrie.
Liaisons tenues secrètes, ruptures, trajectoires contrariées, amour fraternel et filial, amour de la nature, place du pére dans la famille .
Bref,comment commenter un ouvrage aussi simple et facile à lire, sans prise de tête et prévisible , sentimental ?
Un univers romanesque à souhait , un roman vite lu, vite oublié, j'ai bien aimé la première de couverture , puéril de ma part, sans doute ?








..









+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Titania
  24 septembre 2015
Un roman sentimental dans le milieu du sport automobile, et de la chasse, tout ce que je déteste ! Le bilan carbone de ce bouquin pétaradant et puant le gasoil s'annonce plutôt mal à la veille de la COP21 ! de plus je suis du côté du gibier contre les fusils...ce livre cumule les handicaps, mais c'est très personnel ces arguments .
On goûte à tout dans cette opération masse critique, pour laquelle j'apprécie la confiance de Babelio et des éditions Belfond!
Dans ce milieu de notables en Sologne, où il est assez classique de caser des bluettes bucoliques, il est question d'amour, de rupture, de liaisons tenues secrètes, de la confiance perdue, bref, ça batifole et ça se déchire à tous les étages de cette famille dominée par un patriarche aigri, et autocentré. Les ingrédients habituels, en somme, et ça manque de saveur.
Une trame narrative un peu semblable à la Promesse de l'océan, sans surprise. Je comprends que c'est une littérature rassurante, pas compliquée, distrayante, mais je ne suis définitivement pas conquise. J'arrête lâ les expériences désagréables, il est inutile de se faire mal !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
Epictete
  14 octobre 2015
Voici le deuxième exemplaire des livres de Françoise Bourdin proposé par Babelio, livre qui vient de sortir.
On a un peu l'impression que quand on a fait un commentaire sur un livre de Françoise Bourdin, on aura du mal a être original sur le commentaire d'un autre de ses ouvrages. En effet, à part le résumé de l'histoire, le reste ( Structure, style, écriture…) reste tout à fait égal à ce qu'il est dans tous ses bouquins.
On est cette fois dans le milieu de la course automobile.
Gabriel LARCHER règne en maître sur sa famille. Ancien champion automobile il est partagé entre le souhait de voir ses enfants sur ses traces et la peur que leurs victoires prennent plus d'ampleur que les siennes. Il ne peut envisager d'être simple spectateur et exerce sur toute la famille une emprise parfois malsaine, sauf sur sa femme qui à l'insu de tous a un amant ; cela reste son secret. Elle ne détruira pas la famille, l'amour pour ses enfants est plus fort que son propre bonheur.
Il faudra beaucoup de temps pour que Gabriel LARCHER accepte qu'il est temps de laisser la main à son fils ainé et que sa fille et son autre fils doivent mener la vie qu'ils ont choisie.
J'ai eu plus de mal à lire ce dernier roman que le précédent. (Lassitude, déjà ?) Peut-être ne faut-il pas les enchaîner ainsi.
L'ambiance est lourde. Et peut-être que j'ai moins accroché à cette histoire dans le milieu automobile, beaucoup moins terroir que les autres histoires de famille que semble aimer l'auteur…
Ces romans sont pour beaucoup des romans «plaisir», des ouvrages de délassement et en ce sens, ils semblent parfaitement jouer leur rôle. D'ailleurs le succès rencontré par cet auteur prouve que ses livres répondent à une attente réelle.
Une expérience intéressante mais qui ne changera mes orientations littéraires futures….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
KATE92KATE92   05 septembre 2015
Dan regarda sans les voir les trophées alignés sur les étagères de la vitrine. Il les avait trop souvent détaillés pour y être encore sensible. Toute la carrière de son père s’affichait là, bien en évidence, proclamant la gloire d’un champion.

Un ancien champion, ce qui rendait la chose à peine plus supportable. Durant près de dix ans, Gabriel Larcher s’était illustré sur les circuits, se mesurant avec succès aux plus grands pilotes de l’époque. Certains disaient qu’il avait eu la chance de trouver l’écurie providentielle et les bons sponsors, d’autres murmuraient qu’il avait eu de la chance tout court car il s’était parfois comporté comme une tête brûlée.

Dan soupira et se détourna. Être une tête brûlée lui semblait un terme assez flatteur. Certes, à l’époque de son père, courir en Formule 1 était encore plus dangereux qu’aujourd’hui, les règles strictes de sécurité ne s’étant peu à peu mises en place qu’au fil des accidents mortels. Gabriel était connu pour prendre des risques et en infliger aux autres. En se faisant un nom, il s’était fait des ennemis. Cependant, à tort ou à raison, il demeurait un grand vainqueur et les gens se souvenaient de lui. Dan avait voulu suivre ses traces, marcher dans ses pas, hélas il n’y était pas parvenu et il ne se remettait pas de cet échec.

Pourtant, qu’avait-il à se reprocher ? De n’avoir pas été assez fou, assez doué ? Il s’était donné à fond, parfois même surpassé, mais ça n’avait pas suffi. Était-ce donc si difficile de réussir ? Pouvait-on accuser le mauvais sort, la pluie, les mécaniciens, les pneus ? Le pilote n’était qu’une partie d’un tout. Néanmoins, quelques-uns parvenaient à se distinguer, y compris au volant d’une voiture médiocre. Parfois, une ascension fulgurante prouvait que, malgré tout, l’homme comptait autant que la machine, quoi qu’en pensent les ingénieurs.

Dan s’éloigna de la vitrine, agacé d’être resté planté là. Personne n’aurait compris qu’il expédie toutes ces coupes au fond d’un placard, pourtant il en mourait d’envie. Son père aurait pu les conserver chez lui, toutefois les exposer ici avait un intérêt commercial. En les découvrant, les clients restaient bouche bée ou bien hochaient la tête d’un air entendu. Le nom de Larcher était un sésame chez les mordus d’automobile. Dan songea avec amertume que sa propre sœur contribuait au prestige de la famille puisqu’elle parvenait à gagner des rallyes. Sa petite sœur ! Heureusement, son frère, Nicolas, avait fait d’autres choix, la vitesse et le bruit des moteurs ne l’ayant jamais intéressé.

Il quitta le hall d’accueil et gagna le parking balayé par un vent glacial. Alors qu’il rejoignait sa voiture, Valentine arriva au volant de la sienne.

— Dan, Dan ! hurla-t-elle, agitant un bras par la fenêtre.

À peine arrêtée, elle se rua sur lui.

— Tu n’as pas vu ma course d’hier ? Je t’ai envoyé la vidéo, tu ne vas pas en croire tes yeux !

— Je l’ai regardée en arrivant ce matin.

— Alors ?

— Tu as été brillante…

— C’est tout ? Papa m’a téléphoné pendant un quart d’heure, il avait plein de choses à me dire. Pas toujours gentilles, mais tu le connais.

— Bien sûr, soupira-t-il.

Puis, devant l’air déçu de sa sœur, il s’empressa d’ajouter :

— Bravo, ma puce. Je le pense sincèrement. Et ton copilote est formidable, ne t’en sépare jamais.

— Hors de question, on s’entend trop bien. Tu déjeunes avec moi ? Je t’invite pour fêter ça ! J’ai appelé Nick, il est d’accord, alors pour une fois on sera tous les trois ensemble.

L’enthousiasme de Valentine était communicatif, comme son sourire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
babel95babel95   08 octobre 2015
Sous ses semelles, le tapis de feuilles était trop humide pour craquer et il progressait en silence, attentif aux autres bruits de la forêt. Combien de petits animaux étaient en train de s'immobiliser ou de se terrer à son approche ? Les oiseaux chantaient déjà moins fort avec l'arrivée du crépuscule, et à présent le brouillard s'étendait partout entre les arbres. Au loin, une détonation retentit soudain et le son se répercuta, porté par l'eau des étangs. Un chasseur solitaire à cette heure tardive ? Nicolas s'arrêta, essayant d'estimer la distance qui les séparait. Par prudence, il se signala en rappelant Aramis d'une voix forte. Il perçut faiblement une réponse et se remit en marche, rassuré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
migdalmigdal   23 septembre 2015
Elle ouvrit la bouche, la referma, frappée par une évidence qu’elle venait seulement de réaliser. Sa fille avait failli mourir parce qu’elle avait un amant. Sans cette liaison, pas Luc, pas d’Antoine, et donc pas d’accident, volontaire ou non.
- Mon Dieu, murmura-t-elle, qu’avons-nous fait ?...
Commenter  J’apprécie          100
brinvilliersbrinvilliers   28 août 2016
Protéger sa petite soeur lui semblait aussi normal que protéger sa mère. Il espérait que l'accusation de Valentine n'était pas fondée et qu'il n'avait pas de contentieux refoulé avec son père. Lorsqu'il ouvrit la porte donnant sur la rue, aucune autre mauvaise surprise ne l'attendait mais il fut cerné par un vent glacial qui charriait du grésil. Le mois de décembre commençait mal, et la perspective de Noël n'y changerait rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
babel95babel95   08 octobre 2015
Devait-elle faire confiance au hasard ? Non, elle préférait compter sur sa détermination. Elle savait exactement ce qu'elle voulait, et elle mettait tout en œuvre pour l'obtenir.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Françoise Bourdin (51) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Bourdin
Découvrez le septième opus de "13 à table", le recueil caritatif de nouvelles inédites à destination de l'association Les Restos du Coeur ! bit.ly/13atable2021 Pour cette édition 2021, nos auteurs vous font revivre votre premier amour pour le meilleur et parfois pour le pire… Depuis 2014, les six premiers tomes de "13 à table" ont permis la distribution de plus de 4,5 millions de repas supplémentaires par Les Restos du Coeur… Aujourd'hui plus que jamais, ils ont besoin de votre soutien, alors n'attendez plus pour faire une bonne action (ou un cadeau de Noël...) ! Un immense merci à tous les auteurs participants, sans qui rien ne serait possible : Tonino Benacquista, Philippe Besson, Françoise Bourdin, Maxime Chattam, Jean-Paul Dubois, François d'Epenoux, Giacometti Ravenne Officiel, Alexandra Lapierre, Agnès Martin-Lugand auteur, Véronique Ovaldé, Romain Puértolas, Olivia Ruiz, Leila Slimani, Franck Thilliez Officiel ; et merci à Riad Sattouf pour l'illustration de couverture !
+ Lire la suite
autres livres classés : sologneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

La promesse de l'ocean

Comment se nomme le père de Mahé?

Yann
Yvon
Erwan
Kevin

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : La Promesse de l'océan de Françoise BourdinCréer un quiz sur ce livre

.. ..