AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782714460561
286 pages
Éditeur : Belfond (15/09/2016)
  Existe en édition audio
3.57/5   194 notes
Résumé :
Mathieu tient une librairie à qui il voue tout son temps jusqu'au burn-out. Il va alors se réfugier dans la maison de son ami César qu'il a acheté en viager. Tous ses proches se succèdent pour le ramener à la raison, mais c'est encore dans l'adversité qu'il est le meilleur et trouve comment redonner un sens à sa vie.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
3,57

sur 194 notes

babounette
  28 avril 2018
Face à la mer de Françoise Bourdin - lu en avril 2018.
L'histoire se déroule au Havre, Mathieu est une bête de travail, il crée la plus grande librairie du Havre, se donnant sans compter à cette entreprise, il en perd sa femme qui demande le divorce, elle ne supporte plus ce temps qu'il n'a pas pour elle et leur fille Angélique.
Mathieu est aussi le mal-aimé de la famille, 4ème garçon d'une fratrie, sa mère ne l'a jamais accepté, elle rêvait tellement d'une fille. Pour sa mère, il était transparent et ses rapports avec ses frères étaient quasi nuls. le temps passe, les affaires marchent très bien, il a une nouvelle compagne Tess, il rachète la vieille maison de son fidèle ami César en viager, bref, tout va pour le mieux.
Un beau matin, c'est le drame, Mathieu n'en peut plus, il ne sait plus où il va, il est crevé, il n'a plus goût à rien, c'est le noir complet. On appelle ça le burn-out. Il laisse tout tomber et se réfugie dans la vieille maison rachetée à César. Il tente de se reconstruire, de se réapproprier cette volonté qui semble l'avoir complètement fui. Un jour, on s'attaque à sa librairie, et là, le déclic se fait, il relève la tête et reprend sa vie en main.
Ce livre se lit facilement, ce n'est pas un grand roman, F. Bourdin nous parle de notre fragilité, des dégâts que peuvent avoir sur quelqu'un le rejet d'un parent, l'indifférence. Dégâts qui peuvent survenir bien tard dans la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          800
Gaoulette
  26 juillet 2019
Un idée plus qu'intéressante sur le papier. J'adore les propositions de Françoise Bourdin. Pas toutes c'est vrai. Mais j'aime particulièrement quand elle va au bout de ses idées. Et ici, j'en ressors loin d'être convaincue par ses choix.
Parlons de son héros principal Mathieu qui fait un burn out à 46 ans. Trame qui me touche personnellement car je l'ai vécu dans mon entourage. Et malheureusement avec ce que j'ai vu et vécu, Mathieu est loin de représenter cette maladie encore tabou et inconnue en France. Sa manière de guérir aussi vite à mon gout peut entrainer encore des médisances sur les personnes qui ignorent tout de ces maladies psychiques. le burn out ou la dépression sont vus comme des maladies de fainéant pour une grande majorité de mauvaises langues. Et puis cette guérison soudaine alors que le fond du problème est tout autre me laisse perplexe.
Françoise Bourdin nous rajoute une vie autour de Mathieu et donc du suspense. L'histoire du psy m'a dérangé, elle nous met mal à l'aise dans les choix chaotiques de Tess pour aider l'homme qu'elle dit aimer. D'ailleurs cette partie là du roman a provoqué une vivre réaction chez moi. le métier de psychologue faut pas trop égratigner (mémé si le cas Benoit doit exister) car il peut sauver des vies. La partie famille de César j'ai trouvé certes réaliste mais la raison dans la trame principale du roman je cherche encore. ET puis nous avons la romance d'Angélique qui au final n'a pas été traité jusqu'au bout.
J'ai eu une sensation de non abouti et je déteste ça. Une impression que Françoise Bourdin a lâché son histoire en route. Elle est partie dans différentes pistes pour ne pas les exploiter jusqu'au bout.
La base du roman est très bonne. La maladie de Mathieu et les conséquences sur son entourage, leurs réactions. Même l'idée concernant Benoit aurait pu être intéressante. Alors pourquoi ne pas rester dessus. Tess, la famille de Mathieu sauf Angélique sont des caricatures de ce que rencontrent les malades malheureusement. Ce je m'en foutisme, ce jugement facile, leurs préjugés, cette manière de dénigrer la maladie. Il y avait un fort potentiel mais je ne comprends pas certaines directions de l'auteure. le personnage de Tess est celui qui m'a fait criser. Ce qui est une bonne chose en soi mais on rentre dans un débat personnel.
Avec ce roman, je pensais que l'auteure nous offrait un roman qui enlevait les tabous sur la dépression nerveuse. Elle dépeint un aspect qui peut sembler réaliste mais moi me laisse perplexe car elle ne va pas au bout de ses idées. Donc le message ne passe pas très bien.
De plus j'ai un gros bémol, la couverture ne correspond en rien au livre. C'est Mathieu le héros pas Tess.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
Aela
  16 mai 2018
Avec ce très beau roman, Françoise Bourdin nous entraîne dans la ville du Havre, dont elle restitue très bien l'atmosphère, ville d'architecture moderne avec ses lignes droites et entièrement reconstruite après la guerre autour du célèbre architecte Auguste Perret. Il va d'ailleurs s'agir de reconstruction ici puisque le héros, Matthieu, libraire passionné par son métier et à la tête d'une très grosse librairie, va subir ce que l'on appelle un "burn-out", sorte de panne d'autant plus grave qu'elle va intervenir à la mi-vie et au moment où son entreprise décolle. Personne n'arrive à le sortir de cette panne psychique, ni sa fille Angélique, âgée d'une vingtaine d'années et ingénieur en logistique en formation, si sa compagne Tess avec laquelle il vit une belle histoire, ni son ex-femme Charlotte, ni même son psy très compétent mais qui présente l'inconvénient (discutable du point de vue déontologique d'ailleurs) d'être l'ancien ami de sa compagne.
L'épuisement professionnel a fait ressortir chez lui des blessures d'enfance, notamment le fait de s'être senti rejeté par sa mère, qui aurait préféré avoir une fille après quatre premiers garçons. La passion des livres a été pour lui un rempart derrière lequel il s'est abrité.
Au plus profond de sa crise, Matthieu va même donner "congé" à sa chère compagne, qui va reprendre ses liens avec Benoît, le psychologue. L'arrivée de cousins de son ami décédé César, dont il a repris la librairie et la maison, va encore compliquer les choses. Ceux-ci, tout droit revenus d'Afrique du Sud où ils étaient installés depuis longtemps vont donner maille à partir à Matthieu.
C'est un très beau roman avec de beaux dialogues qui sonnent juste. Françoise Bourdin montre encore ici tout son talent pour évoquer des problèmes de société et des relations familiales parfois difficiles. Une lecture bien agréable et qui fait du bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
sld09
  13 août 2021
J'ai passé un bon moment avec Face à la Mer, mais je n'en ressors pas aussi enthousiaste que lors de ma première lecture sans doute parce que le style m'a paru un peu trop "élémentaire" et j'ai parfois eu l'impression de lire des notices pour vanter des maisons de retraite, le métier d'expert-comptable… Malgré cela, l'histoire m'a bien plu.
Après les premières pages légèrement déroutantes où le personnage principal, Matthieu, apparaît complètement amorphe et renfermé sur lui-même, je me suis prise de sympathie pour ce héros, ou plutôt cet anti-héros qui souhaite seulement qu'on lui fiche la paix. Bien conscient que ça ne va pas, il est cependant tout à fait incapable de réagir, même lorsque son entourage intervient, le plus souvent avec maladresse, tentant un peu tout et n'importe quoi pour le sortir de son apathie. En vain. J'ai trouvé très intéressant cette façon de mettre la maladie qui reste énigmatique au centre du roman et si finalement le rétablissement de Matthieu semble presque miraculeux, c'est un plaisir de le voir retrouver goût à la vie et faire des projets même s'il n'a pas encore retrouvé toute son assurance.
Outre la dépression de Matthieu, Françoise Bourdin nous dépeint une famille dont les liens sont distendus et qui ne partagent plus rien que quelques obligations. Cela donne des situations assez tristes où l'indifférence et l'exaspération prennent le pas sur l'inquiétude et la compassion qui devraient prévaloir lorsqu'un membre de la famille a des problèmes.
J'ai également apprécié de découvrir Le Havre à travers les yeux de personnages qui adorent leur ville ; et aussi le métier de libraire qui apparaît autant comme un commerçant inquiet de ses chiffres que comme un passionné soucieux de partager ses trouvailles.
Face à la Mer donc reste une lecture bien agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Sallyrose
  11 septembre 2016
Mathieu est libraire, père de famille, amoureux et bourreau de travail.
Un matin, il se réveille dégoûté de tout et de tous : le burn-out, la dépression.
Ce qui est tout d'abord intéressant dans ce roman c'est l'absence de volonté de l'auteur d'en faire un traité de psychologie voire pire. le genre romanesque est respecté malgré le sujet et présente une vision simple et pratique de la situation mais sans facilités, en proposant des solutions sans jamais ignorer la complexité des échanges familiaux, amoureux, sociaux et professionnels.
Ensuite, la narration proprement dite est très bien servie par un style fluide et une approche fine des personnages. Chacun devient attachant avec ses forces et ses faiblesses et surtout, pour certains, une forte capacité à se remettre en cause.
Enfin, j'ai beaucoup apprécié les descriptions de la ville du Havre, vue à travers les yeux de ses habitants qui l'aiment.
L'atmosphère de ce roman est très agréable. Les problèmes ne sont pas sous-estimés, la ville paraît à la fois vivante et sereine. La librairie de Mathieu est présentée comme un modèle du genre sans occulter les difficultés et la somme de travail que cela sous-tend.
Je remercie les Editions Belfond et Netgalley pour ce touchant témoignage de gens pas forcément ordinaires mais qui comme chacun peuvent se retrouver directement ou indirectement concernés par ce fléau qu'est la dépression.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
babounettebabounette   28 avril 2018
J'avais envie d'exister à leurs yeux.
Comme à ceux de ma mère, je l'avoue.
Mais elle était pire qu'eux, elle me rejetait, alors qu'ils (ses frères)
se contentaient de ne pas me voir.
Commenter  J’apprécie          430
QueLireQueLire   01 novembre 2016
Se sentait-il sur la voie de la guérison ? Sauf qu'il n'était pas malade, seulement épuisé par toutes ces années d'hyperactivité qu'il s'était imposées. L'envie de réussir, de prouver que sa passion le ferait vivre et que son énergie triompherait de toutes les difficultés l'avait mené au bord du gouffre.
Commenter  J’apprécie          140
sld09sld09   07 août 2017
La soirée à venir lui apparaissait comme une épreuve. Faire la conversation, mimer la gaieté ou même un simple bien-être allait lui demander des efforts considérables, et il s'en voulait d'être dans un tel état de rejet. Bon sang, il aimait Tess, il adorait sa fille, pourtant il aurait donné n'importe quoi pour qu'elles s'en aillent ! Il faillit le dire, parvint de justesse à s'en empêcher, mais cette petite victoire sur lui-même ne lui apporta aucune satisfaction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
flottieflottie   10 juin 2017
Se sentait-il sur la voie de la guérison? Sauf qu'il n'était pas malade, seulement épuisé par toutes ces années d'hyperactivité qu'il s'était imposées. L'envie de réussir, de prouver que sa passion le ferait vivre et que son énergie triompherait de toutes les difficultés, l'avait mené au bord du gouffre. Comprenant qu'il risquait d'être consumé par le fameux burn-out - pudique synonyme de la dépression - il avait tout arrêté. Depuis, il refusait de songer à ce qui pouvait bien se passer en son absence. Privé de capitaine, son navire était peut-être en train de sombrer, néanmoins il ne voulait pas se poser la question.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
babounettebabounette   28 avril 2018
_Comment va maman ?
_Elle s'ennuie.
_Rien de nouveau, donc.
_Tu ne vas pas la voir ?
_J'irais si ça lui faisait plaisir, mais quand j'entre dans sa chambre c'est toujours une déception.
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Françoise Bourdin (51) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Bourdin
Découvrez le septième opus de "13 à table", le recueil caritatif de nouvelles inédites à destination de l'association Les Restos du Coeur ! bit.ly/13atable2021 Pour cette édition 2021, nos auteurs vous font revivre votre premier amour pour le meilleur et parfois pour le pire… Depuis 2014, les six premiers tomes de "13 à table" ont permis la distribution de plus de 4,5 millions de repas supplémentaires par Les Restos du Coeur… Aujourd'hui plus que jamais, ils ont besoin de votre soutien, alors n'attendez plus pour faire une bonne action (ou un cadeau de Noël...) ! Un immense merci à tous les auteurs participants, sans qui rien ne serait possible : Tonino Benacquista, Philippe Besson, Françoise Bourdin, Maxime Chattam, Jean-Paul Dubois, François d'Epenoux, Giacometti Ravenne Officiel, Alexandra Lapierre, Agnès Martin-Lugand auteur, Véronique Ovaldé, Romain Puértolas, Olivia Ruiz, Leila Slimani, Franck Thilliez Officiel ; et merci à Riad Sattouf pour l'illustration de couverture !
+ Lire la suite
autres livres classés : le havreVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

La promesse de l'ocean

Comment se nomme le père de Mahé?

Yann
Yvon
Erwan
Kevin

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : La Promesse de l'océan de Françoise BourdinCréer un quiz sur ce livre

.. ..