AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266119016
384 pages
Pocket (19/02/2004)
3.73/5   178 notes
Résumé :
On l'appelle Les Aravis. Une maison isolée, aux murs épais, comme il s'en trouve dans ces villages reculés de Haute-Savoie. Quelques cartes de vœux envoyées à sa vieille tante ont valu à Bénédicte Ferrière cet héritage. Mais, en véritable citadine, elle n'a aucune intention d'y faire plus que passer... et vendre.
Clément, son mari, désœuvré depuis son licenciement, rêve d'une nouvelle vie. La montagne et ses splendeurs pourraient leur offrir un nouveau départ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 178 notes
5
4 avis
4
14 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

jeunejane
  15 janvier 2018
Bénédicte Ferrière est vétérinaire en association avec d'autres dans un cabinet parisien. Avec la quarantaine, le quotidien commence à se faire sentir lourdement.
Elle a deux grands enfants avec Clément, un agent immobilier, rendu désabusé et irascible en raison d'un chômage forcé, de son caractère versatile également.
Chaque année, elle envoyait une carte de voeux à une vieille tante par alliance, habitant un petit village près d'Annecy où elle avait exercé le métier d'institutrice.
Celle-ci est décédée à quatre-vingt-deux ans. Par le courrier, Bénédicte apprend qu'elle hérite de sa maison "Les Aravis" et de quelques petites économies.
Elle se rend aux obsèques avec Clément qui propose de s'installer dans le coin. Toute la famille va se lancer dans l'aventure du départ de la ville.
Les évènements seront un peu chamboulés par Clément qui ne s'acclimate pas et par Bénédicte qui tombe doucement amoureuse d'un autre homme qui n'est pas dénué d'intérêt et tout à fait bien intégré dans la région, dans la nature.
Je me souviens parfaitement du livre lu vers 2005, après un passage dans la région, une discussion avec des personnes qui voulaient fuir le stress de la ville pour venir vivre à la campagne.
Un beau roman qui fait appel à des sentiments de femme comme Françoise Bourdin sait nous en dépeindre, avec beaucoup de vérité et des beaux mots.
J'ai retrouvé l'auteure dans "Promesse de l'océan" dernièrement. Il y avait très longtemps que je ne l'avais plus lue.
Ceci-ci, je l'ai parcouru en relecture rapide et tous les évènements revenaient à la surface : une belle lecture.
C'est grâce à la critique de sld09 du mois de décembre que j'ai repêché le livre dans ma bibliothèque : pas de regrets.
Challenges plumes féminines 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
Aela
  21 mai 2016
Bénédicte est une jeune femme vétérinaire dynamique qui détient un cabinet à Paris avec des associés.
Elle est mariée à Clément, agent immobilier, qui traverse une période difficile de chômage. Deux enfants proches de quitter la maison, un fils brillant étudiant en droit, et une fille qui cherche encore sa voie.
La vie de cette sympathique famille va basculer quand Bénédicte hérite de sa tante Mathilde une maison de caractère située en plein coeur de la Haute Savoie, près du sommet des Aravis (d'où le titre du livre).
Clément, le mari désoeuvré malgré lui, va entraîner sa femme dans une nouvelle vie; Ils vont quitter la vie citadine pour s'installer dans ce milieu rural et montagnard.
Bénédicte devra faire des efforts d'adaptation immenses et se trouver une vocation de vétérinaire en milieu rural.
La vie sociale va être plus intense que prévu et donner l'occasion à Bénédicte de retrouver une connaissance de sa vieille tante qui tient une cristallerie.
Rapprochement avec le passé, éloignement du mari, usure des rapports de couple, aspiration à une vie plus autonome, Bénédicte va connaître des moments intenses mais pas toujours faciles.
Françoise Bourdin, encore une fois, nous montre son talent pour nous faire vivre des personnages authentiques, qui se débattent pour mieux exprimer leurs aspirations.
Peu de suspense dans ce livre, dès les premières pages, on sent ce qui va se produire. Mais le but n'est pas ici le suspense mais plutôt la chronique familiale et psychologique.
Un roman écologique aussi puisque la faune et la flore sont évoquées avec soin, notamment ce parc national des Bauges qui fait envie.
Le couple de loups adopté par un des personnages nous accompagne au fil de la lecture et on découvre beaucoup sur ces animaux longtemps redoutés.
Un beau moment de lecture qui nous évade du quotidien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Nadouch
  28 août 2021
Un couple de parisiens vient s'installer dans une maison de Savoie, dont a hérité l'épouse, vétérinaire. Dès le début, les tensions dans le couple laissent présager de l'évolution de l'histoire vers le roman sentimental, mais globalement c'est bien mené et agréable à lire.
Je découvre enfin Françoise Bourdin par ce titre, et je comprends son succès : des histoires simples, proches de nous, qui finissent bien, pas prise de tête.
Commenter  J’apprécie          190
Jangelis
  24 août 2015
Une lecture facile, pas désagréable surtout grâce aux paysages de montagne, et à la découverte d'Annecy.
Pour le reste, c'est assez convenu, on se doute vite de la suite.
Ça m'a fait penser à un roman enfant, non par le sujet, mais parce que les méchants sont tellement odieux, et les gentils tellement gentils que ça en devient caricatural.
Bon, je ne devrais pas me plaindre, j'ai besoin d'histoires qui finissent bien en ce moment, si possible romantiques, donc je suis sur le bon créneau !
Je ne sais pas quand ce roman a été écrit, mais qu'est-ce qu'on peut fumer là-dedans. A chaque occasion, et même sans occasion, une cigarette !
J'ai trouvé intéressant qu'on y parle du Parc naturel des Bauges, coin sympa qu'on ne voit pas souvent évoqué dans les romans;
Et très actuel les débats sur le loup, entre éleveurs anti loups, et protecteurs pro-loups !
Une fois de plus, j'ai bien fait de ne pas lire la 4e de couv' avant le roman, car la seule chose un peu inattendue de l'histoire est révélée dans le résumé :-/
PS : je ne lis en général les critiques et commentaires qu'après avoir écrit la mienne, et je découvre à présent que Françoise Bourdin est apparemment un des auteurs préférés des Français. J'ai toujours des remords ne pas apprécier comme il se doit les livres que les autres apprécient.
Pourquoi juger, je n'étais peut-être juste pas dans le bon moment pour lire le bon livre.
Il faudra que j'en lise d'autres de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MaggyM
  16 décembre 2019

C'est en Haute-Savoie cette fois-ci que l'on rencontre Bénédicte, son mari Clément et ses deux enfants déjà adultes.
Lassés d'une vie parisienne vide de sens, galvanisés par l'héritage inattendu d'une maison forte dans les montages, ils ont décidé de changer de vie pour s'établir pas très loin du Lac d'Annecy.
Ils n'avaient pas imaginé que le changement de vie serait si grand...
Comme d'habitude, Françoise Bourdin nous met en présence d'une famille "comme les autres", qui ne baigne pas chaque jour dans le bonheur et qui va trouver un nouvel élan. Mais pas toujours celui que l'on croit.
C'est toujours un plaisir que de se plonger dans les histoires de cette auteure. Amoureuse du terroir français, elle parvient toujours à nous donner l'envie de s'évader sans avoir besoin de rêver à l'autre bout du monde.
Chaque roman de Françoise Bourdin est un hommage à la famille, à la France et bien entendu à l'amour. La maison des Aravis c'est un peu tout cela en même temps pour notre plus grand bonheur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   15 janvier 2018
Sa maison ?
- Oui, vous vous en souvenez sans doute assez mal ? Elle est mal située, à la sortie du village...
- Je me la rappelle très bien...
- Une maison forte. Ça s'appelle comme ça, précisait le notaire. Mathilde l'avait baptisée " Les Aravis" parce qu'on peut voir les sommets de ces montagnes depuis les fenêtres...
Commenter  J’apprécie          240
ladesiderienneladesiderienne   06 mars 2013
En fermant le dernier verrou, Bénédicte soupira. Il y avait bien longtemps que l'enthousiasme de ses débuts l'avait quitté. A longueur de semaine, elle gérait la routine d'un travail répétitif dont l'aspect mercantile n'avait rien d'exaltant. Vaccins antirabiques avec formulaires en trois exemplaires, traitements antiparasitaires pour des chiens qui ne fréquentaient que le bitume, conseils psychologiques à des perroquets aussi déprimés que leurs maitres, stérilisation de beaux chats qui deviendraient d'affreux gros matous : tout cela lui procurait des revenus substantiels dont une bonne partie servait à rembourser son investissement..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JangelisJangelis   24 août 2015
- Ah oui, la neige..., murmura Clément d'une voix rêveuse.
Ce serait merveilleux de passer ce premier hiver au con de l'immense cheminée, de se réveiller dans un paysage de coton blanc, de se mijoter des recettes savoyardes dans les grands faitouts de cuivre découverts au fond des placards, d'aller couper soi-même en forêt le sapin de Noël.
Commenter  J’apprécie          90
sld09sld09   26 décembre 2017
Le plus longtemps possible, il faudrait qu'Ivan reste cet amant séduisant et mystérieux à qui elle pouvait penser en s'endormant seule certains soirs.
Commenter  J’apprécie          120
rkhettaouirkhettaoui   20 février 2018
Quelques années plus tôt, à l’époque du collège, elle avait été un vrai cœur d’artichaut, se pâmant en secret devant presque tous les garçons de sa classe. Mais ensuite, elle n’avait été amoureuse pour de bon qu’une seule fois, le temps de constater que la jalousie n’était pas un sel mais plutôt un poison. D’un caractère entier, passionné, elle rêvait de rencontrer l’homme idéal au lieu de séduire n’importe qui. Pourtant elle l’aurait pu, car elle était jolie. Menue, un peu petite, avec des traits finement dessinés et de grands yeux bruns en amande sous sa frange de cheveux acajou, elle attirait irrésistiblement la sympathie. Elle n’était passée par aucune crise d’adolescence, n’avait pas éprouvé le besoin de se heurter à sa mère avec laquelle elle s’entendait bien et qui avait su l’aider à surmonter sa timidité naturelle. Bourrée d’humour et de tendresse, elle avait désormais toute une bande de copains qui l’appelaient à longueur de soirées pour le plaisir de discuter avec elle ou de partager un fou rire. Son unique problème était que, en attendant le coup de foudre que provoquerait le prince charmant, elle ne se sentait motivée par aucune étude, aucun diplôme, aucune des professions dont son père ne lui brandissait l’éventail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Françoise Bourdin (52) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Bourdin
Françoise Bourdin présente son nouveau roman, « Un si bel horizon » !
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La promesse de l'ocean

Comment se nomme le père de Mahé?

Yann
Yvon
Erwan
Kevin

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : La Promesse de l'océan de Françoise BourdinCréer un quiz sur ce livre