AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702141331
Éditeur : Calmann-Lévy (15/09/2010)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 44 notes)
Résumé :
L’histoire d’une dynastie de papetiers provençaux. Depuis le XVIIe siècle, les Viguier exploitent le moulin à papier du village de Vaucluse au cœur de la Provence.

En 1840, l’héritier de la famille, Timothée, épouse la fille d’un fabricant de couvertures en laine de L’Isle-sur-la-Sorgue, Noëlie. De leur union naît un fils, Elzéar qui reprend le moulin. Au mépris des mises garde de ses parents, Elzéar s’éprend d’une jeune femme, Clélia, prisonnière d’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
bleuettediot
  27 avril 2011
Avec "Le moulin des sources", j'ai découvert le genre roman du terroir. Bon, ce n'est peut-être pas le genre que je préfère mais le style alerte de Françoise Bourdon se laisse lire avec un certain plaisir, comment dire ? nostalgique. En tournant les pages, j'ai éprouvé la même impression indéfinissable que lorsque je rentre dans une vieille boutique d'antiquités. Ça sent la cire, la poussière et les fleurs fanées. Pourtant ce charme suranné me prend aux tripes. Objets avez-vous donc une âme ?
J'ai aussi beaucoup aimé le décor du roman : le village provençal de Fontaine de Vaucluse que j'ai visité si souvent. Les eaux transparentes de la Sorgue, le moulin à papier, les ruines du château... Toute une atmosphère restituée avec sensibilité.
En revanche, je n'ai pas trop apprécié la vitesse avec laquelle les années défilent dans le livre. J'aurais aimé m'attarder davantage, savourer la jeunesse de Noëllie. Mais ce n'est pas vraiment un reproche plutôt une façon d'appréhender les choses.
En tout cas, je recommande chaudement ce livre à toutes les mamies, qui à mon sens devraient se régaler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Faignan
  18 août 2019
Je ne suis pas fan des sagas familiales et des romans régionaux, mais mon père aime ça. Il me l'a conseillé parce qu'il parle entre autres du tremblement de terre de 1909. Lambescain d'adoption, je vois chaque jour les traces de l'événement. J'ai donc pris le temps de le lire. Il n'est pas long, quelque heure suffisent. J'ai feuilleté, puis j'ai donné un coup sec lors d'un trajet en train.
J'ai bien aimé la peinture de la Licence comtadine et les quelques phrases de lengo nostro semées au vent. le problème est que ça fait artificiel comme diverses autres allusions littéraires ou culturelle. le style est parfois un peu scolaire ...
L'histoire en elle-même est celle d'une femme et de sa famille su un bon morceau du XIXe et jusqu'à 1928. Des affaires de familles, pourquoi faut-il jour qu'il y ait des bâtards laissés de côté, des viols incestueux et des infanticides ? Derrière les références à Pétrarque, nous rencontrons des gens qui essaient d'être irréprochables, mais qui restent bassement humains.
Certains choix me semblent étranges, certaines résolutions simplistes. Malgré tout, les erreurs finissent par s'écouler comme la Sorgue et il ne semble rien en rester.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ari
  18 avril 2012
1840, Fontaine-de-Vaucluse. La première fois que Timothée Viguier rencontre Noëlie, il décrète qu'elle sera son épouse et elle-même sait qu'il n'y aura pas d'autre homme que lui. le père de la jeune fille donne son accord sans hésiter car les Viguier possèdent depuis plusieurs générations un moulin à papier prospère sur les bords de la Sorgue.
Ainsi commence pour Noëlie une vie tissée de drames et de bonheurs, de joies et de chagrins, qui la mènera jusque dans les années 1920 quand, vieille dame quasi centenaire, elle saura, par la seule force de sa fidélité, sauver le moulin ancestral en révélant ce qui devait être tu.
Un roman s'étalant de 1840 à 1928. Histoire de famille, secrets, coutumes d'époque. Pas mal si on aime le genre terroir.
Commenter  J’apprécie          20
elematt44
  08 juillet 2012
Je viens d'enchaîner deux romans de cet auteur et ce n'est probablement pas une bonne idée car je me suis surprise à mélanger un peu les personnages tant la trame est similaire... Dommage car je suis une vraie fan de ce genre de littérature : le terroir. Bon moment de lecture cependant.
Commenter  J’apprécie          50
laetyinwonderland
  09 juin 2015
Ce livre est ce qu'on pourrait appeler un roman du terroir, puisque l'on se retrouve en pleine Provence, dans un charmant village que l'on peut entrevoir par de belles descriptions de paysage...
Ce livre aborde la vie de Noëllie qui épouse un jeune homme dont la famille prospère par la fabrication de papiers, grâce à un Moulin. Ce Moulin est le berceau de la famille et tout tourne autour de ses ailes.
J'ai bien aimé mais je trouve que les années de vie de Noëllie passent assez rapidement, Françoise BOURDON ne s'est pas trop attardée sur la jeunesse de Noëllie, après c'est une façon d'aborder le livre car on découvre d'autres personnages notamment ses enfants, petits enfants et leurs histoires, avec en filigrane, Noëllie qui veille au grein sur ses proches. Je ne le conserverai pas dans ma bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   28 septembre 2013
Mais le plus surprenant était bel et bien la présence de personnalités venues à l’hôpital comme elles se seraient rendues au spectacle. On reconnaissait des écrivains, des membres du Tout-Paris qui chuchotaient, critiquaient ou s’enthousiasmaient. De quoi déranger la méditation du professeur Charcot
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   28 septembre 2013
Les hommes sont oublieux, et vindicatifs. Le pire, c’est la foule, aveugle et sourde, qui suit les plus bas instincts. On ne peut rien contre elle, à moins de faire parler la poudre.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   28 septembre 2013
Cette beauté aux attaches fines était sa femme ! La nuit, il la serrait contre lui, comme s’il avait peur qu’elle ne lui échappât. Certes, elle manquait de fougue et se montrait particulièrement réservée mais Elzéar savait que les jeunes filles ne pouvaient être comparées aux lorettes. Avec le temps, il était bien décidé à apprivoiser sa jeune femme.
Commenter  J’apprécie          00
gean25gean25   21 juillet 2019
Elle l'avait aimé dès qu'elle avait croisé son regard.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   28 septembre 2013
Il faut aussi savoir accepter. Ça ne sert à rien de se révolter, ou de pleurer sur son sort. Tu vaux mieux que ça !
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : terroirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre
.. ..