AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791031204307
132 pages
Éditeur : Editions Ateliers Henry Dougier (05/03/2020)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Témoignage de la vie d'un menuisier en France, de ses secrets d'artisan et par là même de l'évolution d'une société.

"C'était un boulot dur. Quand on ferrait des roues, on commençait à cinq heures du matin. Il fallait du monde, cinq personnes, avec des grandes pinces !"

Francis Renard a vécu plusieurs vies. Son histoire se déroule à Châtillon-sur-Colmont, un bourg de Mayenne entre Bretagne et Normandie. Né en 1923 dans une famille de ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Giraud_mm
  18 juin 2020
Francis Renard aura 97 ans en 2020. Il a commencé à travailler à 13 ans, certificat de fin d'études en poche, dans l'atelier de son père, charron. Pendant 80 ans il forgera le fer, sciera le bois, fabriquera charrettes, carrioles, tonneaux, outils agricoles, portes et fenêtres, meubles, etc. dans un bourg de Mayenne.
Pierrick Bourgault, dont le père a été ouvrier chez Francis, lui fait raconter la vie d'autrefois, une vie plus simple mais pas plus facile, où seul ou presque le travail rythmait le temps qui passait. Il nous fait découvrir des métiers oubliés, l'art de fabriquer une roue, un tonneau ou une charrette avec l'énergie du feu et la seule force humaine, avant que n'apparaissent les moteurs...
C'est à un véritable voyage dans le temps, au coeur d'un monde d'artisans et d'agriculteurs, que l'auteur nous invite. C'est aussi un retour vers la nature, et notamment vers les arbres, qui poussaient en liberté et dont on cherchait à tirer le maximum, selon leurs essences.
Le hasard a voulu que j'aie lu le récit de Pierrick et Francis simultanément avec L'arbre monde de Richard Powers. Il y a une évidente communauté de pensée entre ce que peut dire Francis Renard sur le bois et les arbres, cette sorte de respect de l'homme envers le matériau vivant, et le sens de ce qu'écrit Powers sur les véritables héros de son roman, les grands arbres, et sur ceux qui veulent soit les protéger, soit les exploiter le plus possible.
Un monde révolu sans doute, vers lequel on n'est pas près de revenir, du moins pour ce qui concerne l'utilisation de la force des machines, mais qui nous dit qu' il y a urgence à protéger ces sources de vie que sont les arbres, pour en exploiter les ressources à bon escient !
Un livre de mémoire, celle d'un artisanat sans doute définitivement perdu pour le grand public, mais aussi un hommage à une nature en danger.
Lien : http://michelgiraud.fr/2020/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
montmartin
  29 juin 2020
Francis, 96 ans raconte une existence passée, une société disparue, le quotidien des années 30 dans un village rural entre Bretagne et Normandie. La fête au cochon, les bruits de l'enclume du forgeron, les cris des animaux, l'odeur du four à pain qui se mêle aux effluves du tas de fumier.
« Il n'y avait pas de téléphone, mais il y avait du monde. En effet dans ces villages densément peuplés, un voisin, un café-épicerie n'étaient jamais loin ; pour communiquer ou recevoir de l'aide, la voix suffisait. »
Francis a travaillé le bois toute sa vie, il le respecte, il sait en tirer le maximum. Il nous fait revivre le savoir-faire pour réaliser une roue, les carrioles faites sur mesure, les outils qu'on fabrique et qu'on se transmet d'une génération à une autre. La hache qui exige une bonne connaissance du bois, car il ne faut pas cogner n'importe où. Les premières machines électriques et les premiers accidents ; doigts coupés, mains arrachées, il suffit d'un instant de distraction.
Un récit sans aucune nostalgie, juste un hommage au travail des artisans. Il fallait du temps pour réaliser un objet qui dure, mais aujourd'hui nous n'avons plus le temps.
Pierrick Bourgault se contente d'écouter, de susciter les souvenirs et nous les retranscrire. Un grand merci à Babelio et aux ateliers Henry Dougier pour cette plongée dans des vies laborieuses, ordinaires, mais qui sont notre mémoire, notre patrimoine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
montmartinmontmartin   29 juin 2020
Le tintement des cuillères résonne dans les tasses. En Mayenne, le café est servi dès votre arrivée., ou lorsque vous exprimez l'intention de partir, afin de vous retenir encore un peu.
Commenter  J’apprécie          80
montmartinmontmartin   29 juin 2020
Il n'y avait pas de téléphone, mais il y avait du monde. En effet dans ces villages densément peuplés, un voisin, un café-épicerie n'étaient jamais loin ; pour communiquer ou recevoir de l'aide, la voix suffisait.
Commenter  J’apprécie          00
Giraud_mmGiraud_mm   04 juin 2020
Francis admire ces arbres qui nous dépassent. Ce sont les plus grands des êtres vivants et ceux qui durent le plus longtemps, des témoins immenses à la mémoire de plusieurs siècles. Francis les respecte et sait les économiser, tirer le maximum d'une planche lors du tracé avant de lancer la scie.
Commenter  J’apprécie          150

autres livres classés : mémoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
142 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre