AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070384310
256 pages
Gallimard (27/11/1991)
3.02/5   21 notes
Résumé :
Un vieux libraire bayonnais, désirant prendre sa retraite, voudrait transmettre sa librairie à son fils. Or celui-ci, qui rêve d'aventures quitte brusquement le pays : il préfère la vie aux livres. Fort heureusement pour le libraire, une jeune femme, lasse de la débauche, décide de s'assagir et se met à fréquenter la librairie si assidûment qu'elle secondera bientôt le vieil homme : elle préfère les livres à la vie. Mais de tels choix peuvent-ils être définitifs ? L... >Voir plus
Que lire après L'empire des livresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Je trouve que Bourgeade a souligné un element très réelle, ce qui la complexité de la sexualité de la femme, et la sexualité en général. Pendant le roman, on suit Mlle d'Urruty et on symphatise avec et après ce sentiment s'en va avec certaines, disons, folies qu'elle fait. le sentiment où on fait des choses que nos corps choisissent et nos cerveaux reste comme observateurs et non participants (expliqué par le métaphore du train); cela rend Mme d'Urruty une mise en garde pour nous et une incitation à refléchir sur notre comportement et surtout nos vices.
Le théme de l'amour des livres est une relation pittoresque et thérapeutique pour Mlle d'Urruty et aussi dévorante et nuisif pour les deux M Dufourcq. Avec ces descriptions contradictoires, il me semble que l'écrivain nous laisse le choix de décider nous-mêmes l'effet des livres sur nous. Ou peut-être le but c'est de ne pas décider, mais d'accepter sa complexité et les possibilités.
Commenter  J’apprécie          50
Monsieur Dufourcq est libraire au Pays Basque et à la veille de sa retraite, il espère que son fils reprendra son commerce qui est toute sa vie. Mais, ce dernier a décidé d'un destin autre et s'exile brutalement en Amérique du Sud.
C'est sa rencontre avec Maïtena qui va redonner espoir à Monsieur Dufourcq. Il finira par épouser cette jeune femme qui a connu une vie parisienne pleine de débauches et souhaite désormais retrouver une existence retirée et calme. Trop calme peut-être...
Première lecture de cet auteur et plutôt une déception.
Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages que j'ai trouvés peu crédibles. le roman m'a paru déséquilibré dans sa structure avec une partie bien trop longue, à mon goût, sur le "libertinage" de l'héroïne.
Commenter  J’apprécie          20
Après avoir été intrigué par le titre de cet ouvrage, je me suis dit : tentons le coup ! Eh bien ce ne fut pas très heureux...

L'histoire s'articule autour des aventures sentimentales d'une jeune étudiante vivant entre Paris et Bayonne et qui va finalement se marier avec un libraire.
Bien que l'histoire baigne dans cet univers de livres, ce sont les aventures de la demoiselle qui tiennent le plus à coeur de l'auteur et c'est ce qui m'a le plus déplu.
Dommage, le titre était alléchant !
Commenter  J’apprécie          30
Je recherchais un livre érotique excitant qui se lit d'une main.
J'ai loupé la cible.
Je ne porte pas de jugement sur la qualité de l'histoire car finalement je l'ai juste survolée ...

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Ils dinèrent un peu plus tard, sous les arcades, dans le petit restaurant où ils avaient coutume de se retrouver, en fin de journée, deux jours sur trois. Mlle d'Urruty ne dit pas un mot de tout le repas, mangea comme un ogre, et but une pleine bouteille d'Irouléguy à elle seule. Rentrés à l'appartement, vers vingt et une heure, ils gagnèrent immédiatement la chambre à coucher et prodédèrent aux rites qui précédaient pour la mise au lit. La lumière éteinte, M. Dufourq, soit indulgence, soit pitié, soit impuissance à exprimer par des mots les sentiments complexes qui l'animaient, tendit la main droite et pour la première fois depuis qu'ils étaient mariés, posa cette main sur le front de son épouse, et lui effleura les cheveux.
Mlle d'Urruty resta immobile quelques secondes,le corps sec, tendu à se rompre, puis elle poussa un sourd gémissement, pivota sur le côté et, pour la première fois depuis qu'elle avait épousé M. Dufourcq, se rapprocha de lui à le toucher. Elle tendit, elle aussi, la main droite et, sans trembler, la posa sur le ventre du vieil homme.
Commenter  J’apprécie          20
De certains on dit : « Ils ont écu ! » De toi, on pourra dire : « Il a lu ! » Autrement dit : l n’a rien pensé, rien vu, rien entendu, rien fait par lui-même. Pourquoi vivre, alors ? Je hais les livres qui ont fait de toi un vieillard prématuré. Chaque fois que je t’ai retrouvé, lorsque je revenais du collège, cassé en deux sur ta petite table, dans la pénombre, le front appuyé sur la main, en train de lire pour la énième fois de vieux récits (car non seulement tu lis, mais tu relis !), j’ai haï ces maîtres de papier qui te tenaient en esclavage. J’aurais voulu remonter dans les siècles et tuer de ma main ces êtres maléfiques qui volaient ta vie.
Commenter  J’apprécie          20
Il avait toujours pensé que les mots, qu’ils soient prononcés, qu’ils soient
entendus, qu’ils soient lus, ne s’évanouissent pas comme par enchantement. Ils forment des ensembles, des îles, des planètes, qui dérivent éternellement dans le ciel. L’homme qui a franchi le seuil de l’immédiat (ainsi, dans son jargon, nommait-il la vie apparente), et par-dessus tout le libraire qui, ayant franchi ce seuil, dérive à son tour dans l’infini, se retrouve en terres de connaissance. Il vit parmi les mots, pour toujours.
Commenter  J’apprécie          10
D'autres anecdotes, du même ordre, figurent au dossier. A quoi bon les raconter en détail? Ainsi que la vertu, le vice est monotone.
Commenter  J’apprécie          60
L’homme livresque a, de l’existence, sentiment différent des autres hommes. Il a tant vécu, par mots interposés. Il a tant voyagé, tant vu, tant souffert, tant
aimé ! Plus vite qu’un autre, il désire poser le joug. Monsieur Dufourcq n’avait vécu que pour les livres, et par les livres. Vincent bachelier, prêt à devenir libraire à sa place, il jugea qu’il avait, pour l’essentiel, achevé sa tâche.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Pierre Bourgeade (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bourgeade
Jean-Hubert Gailliot - Éditions Tristram .Jean-Hubert Gailliot des éditions Tristram vous présente deux ouvrages de Pierre Bourgeade. Rentrée littéraire 2014. "Venezia" http://www.mollat.com/livres/bourgeade-pierre-venezia-9782367190297.html "Ramatuelle" http://www.mollat.com/livres/bourgeade-pierre-ramatuelle-9782367190303.html Notes de Musique : None Music/Unknown Album/Seizure's Palace. Free Music Archives.
autres livres classés : librairesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (71) Voir plus



Quiz Voir plus

Percy Jackson série (difficile)

Quel est l'âge de Percy au début de la saga ?

9 ans
10 ans
12 ans
13 ans

6 questions
152 lecteurs ont répondu
Thèmes : percy jackson , fantasy , mythesCréer un quiz sur ce livre

{* *}