AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 235648180X
Éditeur : Editions 12 bis (14/10/2010)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 38 notes)
Résumé :

Celle-ci dura, dit-on, cent ans. Comme la grêle et la peste, la guerre s'abat sur la campagne lorsque le blé est lourd et la fille jolie... La Mariotte est jolie. Du soir ou du matin, le crépuscule s'étire entre lumière et ombre, comme entre chien et loup. Le Chevalier est loup. Ces deux-là méritaient un compagnon fidèle. Mais l'Anicet est lâche...

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
trust_me
  28 septembre 2011
Ils sont trois. Un chevalier sans visage, un valet pleutre et sournois et une jeune fille rousse au tempérament de feu. Ces compagnons d'infortune errent sans véritable but en pleine guerre de 100 ans. En chemin, ils croiseront de dangereux lutins, de terribles Dhuards et devront déjouer un complot machiavélique. Ensemble, ils vivront une épopée pleine de bruit et de fureur dont certains ne sortiront pas indemnes...
Le premier album est très bon et constitue une belle entrée en matière. Les personnages sont déjà clairement définis. L'intrusion du fantastique semble naturelle et ne pose pas de problème de compréhension. Bref, c'est un tome d'introduction de grande qualité. On ne peut malheureusement pas en dire autant du second. le propos est confus, verbeux en diable, alambiqué. le fantastique est présent à chaque page et l'aspect onirique prend le pas sur tous les autres. Un album que j'ai eu beaucoup de mal à finir. Heureusement, le niveau remonte sacrément avec le troisième opus, de loin le plus abouti. 140 pages, une profondeur et une densité dignes d'un roman. Beaucoup de personnages mais une construction imparable qui laisse l'ensemble d'une grande lisibilité. Naviguant entre le récit historique, le policier médiéval et le conte, ce volume où les histoires s'entrelacent sans jamais perdre le lecteur (pour peu qu'il reste attentif) est maîtrisé avec brio. Et puis l'action se passe en ville et au coeur d'un château, c'est qui rend l'intrigue beaucoup plus réaliste. Une sorte de plongée en immersion dans la réalité urbaine de l'époque assez fascinante.
Que retenir de cette imposante trilogie ? D'abord le plaisir de parcourir les contrées moyenâgeuses avec ces attachants compagnons. le preux chevalier sans visage, courageux et toujours prompt à lutter contre le mal. Anicet, son valet mignon mais apparemment lâche. Et la belle Mariotte, femme libre, sauvageonne et finalement si moderne. Ensuite, les dialogues d'antan dont on ne saisit pas toujours le sens mais qui possèdent une musicalité envoutante. Enfin, l'éblouissement devant le talent graphique de Bourgeon, son découpage au cordeau, son trait réaliste et si expressif, l'atmosphère particulière qu'il parvient avec créer avec un choix de couleurs d'une grande pertinence et des décors somptueux. Là encore, pour le dessin, ma préférence va, et de loin, au troisième tome qui est clairement le plus abouti.
Une série du début des années 80 devenue aujourd'hui un classique. Certes l'ensemble n'est pas facile d'accès et demande plusieurs relectures pour que l'on en saisisse les enjeux et la finesse, mais au final, difficile d'oublier cet univers mâtiné de mystère, de violence et d'érotisme ou l'aspect fantastique des légendes vient côtoyer la dure réalité d'une époque où la guerre dura 100 ans.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Acidus
  17 mai 2018
En pleine période médiévale, sous la menace de la guerre (Guerre de Cent Ans) et de la maladie (Peste noire), nous suivons un bien étrange trio réunissant un chevalier au visage aussi rongé que son âme, un jeune garçon tant idiot que lâche et une fille effrontée et séduisante. Trois est aussi le nombre de tomes composant ce cycle des « Compagnons du Crépuscule ».

J'ai vite été séduit par cet univers moyenâgeux dans lequel pointe des accents fantastiques ici et là. François Bourgeon réussit dès les premières pages à poser une atmosphère sombre, violente et mystérieuse (mais aussi sensuelle) avec quelques envolées poétiques et épiques rappelant les sagas légendaires germano-scandinaves. On pourrait presque penser à du Thorgal. Les dessins servent parfaitement l'intrigue et contribuent à mettre en place cette ambiance dure et froide.

Une très bonne trilogie qui nécessite toutefois un effort au lecteur pour à la fois rentrer dans cet univers torturé et étouffant mais aussi pour comprendre les subtilités de l'histoire. Une fois domptés, on ne peut qu'apprécier...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Floccus
  25 décembre 2017

"Cric ! Crac ! Tes oreilles sont à moi !"
Au sortir d'un "Grand Mort" tome 7 quelque peu délayé, j'ai plongé ici dans un foisonnement de paysages, de pendeloches, de pluie, de vent et de bons crétins végétariens. Bourgeon conte sa bonne histoire avec grande générosité. “La langue crétine” est savoureuse, fourmille de trouvailles et de travail de recherche. Quelle richesse ! Mais gare aux paienies, maldisances et autres coquefabues de la truandaille ! La survie est jeu de chance, de facétie et de réflexes. Planquer ses fesses et tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler.
"S'il n'avait pas eu peur de l'ours, j'aurai bien pu m'esnuer toute sans en pouvroir rien soutirer." (115)
L'errance en campagne et en songe des deux premiers albums a eu toutes mes faveurs. Mais plus on se rapproche des hommes et plus l'atmosphère est étouffante. Pavés, puits, fièvres collectives. La ville et sa foule, le château et ses couloirs meurtriers, pèsent avec sanglante noirceur sur "le dernier des Malaterre".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
alouett
  03 octobre 2011
(...)
Les Compagnons du crépuscule, c'est un voyage de près de 240 pages dans un univers fantastico-médiéval. Ce monde décrit à la fois le quotidien des campagnes de l'époque et les conditions de vie rendues précaires du fait de la Guerre de Cent Ans (famine, épidémie, troupes de soldats sanguinaires…). Les noms de personnages historiques illustres permettent de situer l'intrigue peu après Philippe le Bel. le travail de reconstitution historique réalisé par Bourgeon est impressionnant, tant au niveau graphique que narratif. Sur ce dernier point, j'ai pourtant trouvé la lecture ardue du fait que les dialogues utilisent des termes de vieux français. Certes, cela aide à se plonger dans l'ambiance mais certaines tournures de phrases compliquent la compréhension de l'intrigue.
Graphiquement, cette série est un pur joyau. Les visuels sont lumineux, les couleurs collent parfaitement à l'époque. Comme dans les autres séries de Bourgeon, les filles y sont pulpeuses, sensuelles et partiellement dévêtues. La personnalité de chaque personnage est fouillée, ils sont charismatiques (même ce stupide Anicet !). Rien n'est figé, les événements auront des répercussions sur chacun des protagonistes : les liens se tissent progressivement entre eux, ils murissent (surtout l'Anicet et Mariotte) ce qui renforce d'autant l'intérêt qu'à le lecteur à poursuivre sa lecture.
(...)
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
alouettalouett   03 octobre 2011
Je veux te regarder telle que tu m’a vue. Sans chaperon joli, ni mantel, ni cote ! Je veux que tu connaisses ce frisson de froidure qui inquiète la peau quand l’ombre d’un regard l’isole du soleil
Commenter  J’apprécie          110
alouettalouett   03 octobre 2011
Petit être ou grand être, là n’est point la question !… En nous quittant, la vie nous laisse à tous le même masque dérisoire. Une petite coquille vide, ouverte ça et là au vent de nos questions, mais dont l’unique réponse est à jamais, Silence !
Commenter  J’apprécie          40
alouettalouett   03 octobre 2011
Attendu que les trois humains ont profané nos beaux terrains.
Attendu que, très gros,
patauds et lourdauds,
ils ont avec leurs gros sabots,
détruit un bien joli hameau…
Nous, Lutins anciens,
fameux magiciens,
portant la pourpre et le carmin,
avons tracé sur parchemin.
Les prisonniers sus-cités
seront dépecés et salés,
partagés dans tous les foyers
pour nos veillées et nos soupers
Commenter  J’apprécie          20
AcidusAcidus   17 mai 2018
En pleine période médiévale, sous la menace de la guerre (Guerre de Cent Ans) et de la maladie (Peste noire), nous suivons un bien étrange trio réunissant un chevalier au visage aussi rongé que son âme, un jeune garçon tant idiot que lâche et une fille effrontée et séduisante. Trois est aussi le nombre de tomes composant ce cycle des « Compagnons du Crépuscule ».


J'ai vite été séduit par cet univers moyenâgeux dans lequel pointe des accents fantastiques ici et là. François Bourgeon réussit dès les premières pages à poser une atmosphère sombre, violente et mystérieuse (mais aussi sensuelle) avec quelques envolées poétiques et épiques rappelant les sagas légendaires germano-scandinaves. On pourrait presque penser à du Thorgal. Les dessins servent parfaitement l'intrigue et contribuent à mettre en place cette ambiance dure et froide.


Une très bonne trilogie qui nécessite toutefois un effort au lecteur pour à la fois rentrer dans cet univers torturé et étouffant mais aussi pour comprendre les subtilités de l'histoire. Une fois domptés, on ne peut qu'apprécier...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
alouettalouett   03 octobre 2011
Je ne sais où vous allez, mais une quête insensée vous attire si loin que j’en ai peur… Cependant, étrangère parmi les miens, j’ai toujours rêvé de l’être parmi les étrangers
Commenter  J’apprécie          30
Videos de François Bourgeon (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Bourgeon
Les Passagers du Vent - La saga historique est de retour
autres livres classés : médiévalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3409 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre