AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782413004080
88 pages
Delcourt (03/10/2018)
3.8/5   51 notes
Résumé :
Dans ce premier volet du dernier cycle des Passagers du vent , François Bourgeon investit Paris, et particulièrement le quartier Montmartre, pour un récit puissant lié à la période complexe et méconnue de la Commune.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 51 notes
5
7 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
1 avis

RChris
  10 novembre 2018
39 ans après le début de la série, Bourgeon s'est remis aux Passagers du vent, mais dans ce huitième opus point de mer. Je ne vois d'ailleurs pas en quoi il suit les autres, on change de siècle... Deux femmes au centre, certes, et c'est peut-être le lien avec les passagers d'avant mais comme l'auteur met essentiellement en scène des héroïnes...
C'est la Bretagne qui vient à Paris où l'on voit défiler Lautrec , Renoir ...on construit le Sacré Coeur, on parle en breton et en argot.
Le texte donne son importance au récit même si les dessins et la couleur, que d'aucuns ont qualifiés de vitraux parce que le scénariste-dessinateur a un diplôme de maître verrier, sont toujours extraordinaires. Ouvrez le premier tome et vous verrez pourtant l'évolution du dessin.
Commenter  J’apprécie          220
Foxfire
  13 janvier 2020
François Bourgeon est décidément un auteur talentueux, malin et audacieux. Il aurait pu se contenter de placer son récit dans la continuité directe de « la petite Bois-Caïman ». Au lieu de ça, Bourgeon ose un changement radical de décor. Plus de 20 ans ont passé, années dont on ne saura pas grand-chose et surtout la sauvage Louisiane laisse la place au Paris de la fin du 19ème siècle. Ce contexte est d'ailleurs particulièrement intéressant. Les cicatrices laissées par le tragique destin de la Commune sont encore vives, ce qui donne lieu à des passages assez poignants.
Si on retrouve, avec grand plaisir, Zabo, elle n'est pas la seule héroïne de ce nouveau cycle. Avec Klervi, Bourgeon donne encore une fois vie à un beau personnage féminin.

Ce nouveau cycle commence donc de fort belle façon. Certes, on peut regretter le changement de registre, on n'est plus dans l'aventure, mais ce nouveau décor est joliment planté, le contexte historique est réussi et le plaisir de retrouver Zabo est immense. J'ai hâte qu'elle nous raconte ce qui lui est arrivé pendant ces années car je ne doute pas qu'elle le fera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
tchouk-tchouk-nougat
  10 mars 2019
Klervi est une jeune bretonne qui débarque à Paris pour se trouver un travail. Elle n'a que 14 ans, ne parle que le breton et se perd complètement dans cette capitale qui en 1885 enterre Jules Vallès. Heureusement une jeune femme qui suit le cortège va la prendre sous son aile.
J'ai eu un mal fou à rentrer dans cette histoire pourtant le Paris de cette fin de 19ème siècle est bien rendue, peut être trop d'ailleurs. Entre les phrases en breton et les tartines d'argots de Paname comprendre les dialogues devient une gageure qui prend toute notre concentration. C'est très lourd à lire pour ne pas dire illisible car en plus le contexte est celui de l'après commune. Les personnages en parlent beaucoup, c'est assez politique donc déjà pas toujours clair alors en plus si on ne fait que deviner le sens des mots ce n'est pas simple!
Je trouve aussi que l'intrigue a manqué d'un peu d'action ou de suspense. le temps s'écoule pour nos deux femmes qui sont devenues amies et il faut bien le dire il ne se passe pas grand chose.
le dessin de Bourgeon est précis, expressifs bien qu'un peu figé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Domichel
  22 janvier 2019
Cela fait longtemps, très longtemps que nous avons fait la connaissance d'Isa. dans « Les Passagers du Vent » version traite négrière. Puis sa descendance en Louisiane avec « La Petite Fille Bois-Caïman », et aujourd'hui environ un siècle après « La Fille sous la dunette », retour en France, avec Clara (Zabo) le jour des obsèques de Jules Vallès au Père-Lachaise. Une petite Bretonne, Klervi, débarque à Paris pour se placer, comme on disait alors. La pauvre arrive sans parler le moindre mot de français. Alors qu'elle est malmenée par deux « apaches », Clara l'aide à se sortir de ce mauvais pas et la prend en charge quelque temps. Trois ans plus tard elles se retrouvent dans les rues de Montmartre et cette fois Clara l'extirpe des proxénètes de la Butte…
Pour le dessinateur emblématique de la série que nous connaissons depuis bientôt 40 ans, les retrouvailles sont toujours l'occasion de sublimes pages illustrées de main de maître. Il y a longtemps que Bourgeon s'est affranchi d'un nombre imposé de cases dans une page (Hergé le faisait déjà en son temps), et quand une action s'impose, il lui accorde la place qu'il faut. Les personnages sont toujours très réalistes et s'il excelle dans l'architecture et les décors, il reste malgré tout, avec le charme qu'elle induit, une “petite gaucherie” dans le dessin des visages, que le l'artiste n'a jamais quitté. C'est bien égal, quand on ne recourt pas à l'ordinateur, il ressort toujours une fraîcheur dans le dessin qui ne se pare pas d'artifices. J'ai lu par ailleurs que Bourgeon avait passé presque trois mois pour reconstituer la maquette en volume du quartier où évoluent ses personnages, c'est dire s'il rend le cadre idéal pour les aventures des deux amies en cette fin de siècle. Les perspectives ou les plongées sont impressionnantes et l'artiste exprime là tout son talent.
Le scénariste excelle autant qu'avant et la richesse de sa documentation lui permet de nourrir son histoire pour le plus grand bonheur des lecteurs. Croisant des célébrités de l'époque, de Bruant à Lautrec ou Renoir, on assiste à une véritable leçon d'histoire à travers la vie difficile des petites gens de Paris, et au-delà, des aspirations légitimes d'un peuple opprimé qui s'exprime aussi par les chansons au goût de sang et de cerises…
Il ne reste plus qu'attribuer un bon point aux deux auteurs qui n'en font qu'un et espérer qu'il nous livre la suite bien vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Franz
  25 mars 2022
Femme libre, toujours tu chériras la mère Michel.
Le 16 février 1885, Jules Vallès l'insoumis est inhumé au cimetière du Père-Lachaise. Son cortège draine des milliers de Parisiens dont de nombreux Communards rescapés du massacre de 1871. Klervi, jeune femme du Finistère breton, débarque dans la capitale en tenue bigoudène et déclenche la colère de tristes revanchards du défilé qui commencent à la molester. Zabo, petite fille d'Isabeau de Marnaye, héroïne des Passagers du vent, découvre l'altercation et intervient opportunément. Trois ans plus tard, les deux femmes vont à nouveau se croiser dans le quartier montmartrois, Klervi étant maintenant sous la coupe d'un souteneur. Elles vont sympathiser, s'éduquer et se découvrir progressivement dans le Paris populaire, gouailleur et frondeur de la fin du siècle mais les femmes libres indisposent et l'ancien proxénète nourrit des velléités de vengeance.
L'épopée d'Isabeau de Marnaye est la grande oeuvre de François Bourgeon. Les passagers du vent voient le jour en 1979 et se perpétuent aujourd'hui, quarante années plus tard. Après avoir pris la haute mer au XVIIIe siècle, poursuivi en Afrique, aux Antilles et en Amérique, l'auteur campe son histoire dans Paris à la fin du XIXe siècle. Cela lui permet de changer de lieu et d'époque mais de conserver en fil rouge le caractère réfractaire de ses personnages féminins. Après la navigation hauturière, le monde clos de la ville lumière peut sembler statique et terne. Pourtant, l'apprivoisement réciproque de deux femmes fortes est sensible et bien traduit. Il n'y a guère d'action mais un apprentissage et une émancipation sur les cendres et les braises de la Commune qui peuvent émouvoir. le livre I du Sang des cerises est paru en 2018. le livre II se fait attendre. Il pourrait constituer l'opus testamentaire d'une oeuvre exceptionnelle léguée à la postérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (2)
BDGest   14 novembre 2018
Ce premier pan du Temps des cerises est à la hauteur de l’œuvre exigeante composée par Bourgeon. Le charme opère dès la première case et emporte le lecteur dans un mélange délicat de culture, d’intelligence et de sensibilité. L’attente a été longue depuis La petite fille Bois-Caïman (2009 et 2010) mais elle est pleinement justifiée.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   16 octobre 2018
François Bourgeon atteint ici des sommets. On se demande parfois, en parcourant les dialogues léchés, les cases parfaitement articulées des Passagers du vent, comment il est seulement possible de demeurer si égal, tant dans la qualité objective, l’originalité, que dans la masse de travail extravagante nécessaire à la construction de ses albums.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
RChrisRChris   31 octobre 2018
T'es peut-être la fi-fille d'une famille moussue, mais moi, je suis la môme de pas grand-chose et rien. Dans ma chienne d'enfance, je n'ai appris que ça : Faire pâturer la vache en bordure des routes et chanter des cantiques où je n'entravais rien.
Commenter  J’apprécie          120
monsieur_burpmonsieur_burp   06 octobre 2018
...Puis, faut bien vivre, quoi !... Moi aussi, j'ai un cul ! Note que je la boucle quand ton plumard bateau grince de toutes ses membrures à chacune des visites du bon docteur Maze !
Commenter  J’apprécie          20
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   10 mars 2019
Dav deoc'h kerzhet sonn ho penn, du-man, ne vez ket gouelet!

*Il faut marcher la tête haute, chez nous, pleurer ne se fait pas!
Commenter  J’apprécie          10

Videos de François Bourgeon (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Bourgeon
Les Passagers du Vent - La saga historique est de retour
autres livres classés : commune de parisVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4460 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre