AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Profileuse : Une femme sur la trace des serial killers (14)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
KrisPy
  02 décembre 2016
Je n'avais jamais lu de livre de Stéphane Bourgoin, bien que le connaissant par la télévision et ses documentaires sur les tueurs en série.
Sa propre histoire l'a amené à s'intéresser de très près à ces monstres humains : sa fiancée a été tuée par un de ces psychopathes.
Sans avoir été mêlée de près ou de loin à une telle histoire, comme beaucoup, j'ai une espèce de fascination morbide pour ces hommes (et rares femmes) tueurs de sang-froid.
Comme un profiler, je me "glisse" dans la tête du tueur, essayant de comprendre comment, pourquoi, par quelles tenants et aboutissants arrive-t-on à de tels actes ? Quels mécanismes mentaux conduisent des hommes à tuer avec plaisir ?
Stéphane Bourgoin s'applique à nous '"raconter" ces tueurs depuis des décennies, allant les rencontrer, épluchant les enquêtes et minutes de procès, rencontrant des profilers du monde entier.
Dans ce livre, Bourgoin nous montre ce que c'est que d'être profiler. Il a suivi et interviewé longuement Micki Pistorius, profileuse sud-africaine de talent, qui a aidé à résoudre de nombreux cas de serial-killers dans toute l'Afrique du Sud du côté de Pretoria.
Elle nous raconte sa façon d'opérer (très proche de celle du héros de Thomas Harris dans Dragon rouge)
en quête du moindre ressenti sur les lieux de crimes, se laissant imprégner de cette ambiance délétère jusqu'à "entrer" dans la tête du tueur. ET ça marche.
L'empathie poussée à son paroxysme, ça me fascine également. (Je suis moi-même extrêmement sensible, et comprends parfaitement ce sentiment d'être imprégnée des actions et faits des autres, bons ou mauvais...)
Mais Micki Pastorius a un don incroyable car elle se laisse imprégnée, mais sait aussi se libérer. Enfin, jusqu'à un certain point. Elle fatigue sur la longueur. Toute cette noirceur, toute ces horreurs, ça mine, ça ronge quand même à la longue, même quand on est profiler. Mais le moteur, c'est que cesse ces abominations. Alors dès qu'un nouveau cas émerge, et ce n'est pas chose rare en Afrique du Sud, Micki Pistorius est sur le pont.
Je crois qu'elle est maintenant à la retraite. Elle écrit des livres sur ses enquêtes les plus intenses.
Ce livre a été publié en 2000 la première fois sous le titre "Micki Pistorius - une femme sur la trace des serial killers", puis réédité en 2007 sous ce titre "Profileuse, une femme sur la trace des serial killers".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
zezette3217
  20 novembre 2015
premiere des chose faus aimez ce genre de lire ou on decouvre
de vrais tueur en serie des homme son des demon vivant
qui aime faire le mal et ce livre de demontre assé bien
Commenter  J’apprécie          60
raynald66
  07 juillet 2015
Mon deuxième livre de Stephane Bourgoin sur les sérials killers avec les enquêtes de la profiler Micki Pistorius.
Livre intéressant malgré quelques passages difficiles à lire
âmes sensibles s'abstenir !!!
Commenter  J’apprécie          60
nathf
  07 janvier 2016
Afrique du Sud. A travers diverses enquêtes, Stéphane Bourgoin nous fait découvrir le quotidien de Micky Pistorius, psychologue et 1ère femme profiler.
Oubliez les séries américaines où les ceux-ci sont des surhommes et de vrais héros....Micky Pistorius m'a beaucoup touchée, justement par son humanité. On peut dire en lisant ce documentaire qu'elle en a "bavé"! Entre le machisme des policiers, l'horreur des actes des tueurs en série etc..., son métier ne l'a pas laissée indemne, au point où, à un moment, elle craque psychologiquement.
On peut le comprendre rien qu'avec ces récits d'enquêtes.Tout est dans l'ambiguïté. Durant un chapitre, j'ai eu pitié de l'un des tueurs (enfance catastrophique etc...) jusqu'à ce que j'ai tourné quelques pages et ai découvert ses crimes atroces.
En conclusion, je dirais que ce bouquin est très bien documenté et instructif. Néanmoins, âmes sensibles s'abstenir.
Commenter  J’apprécie          34
morrigan
  24 avril 2012
Découvrez à travers cet ouvrage Micki Pistorius, première femme au monde à avoir exercé le métier de profileur.

En Afrique du Sud à la fin de l'apartheid, Micki entre dans la police. Les difficultés à se faire accepter en tant que femme, les réticences envers sa façon de traiter une scène de crime, l'enseignement de son savoir, tout est expliqué.
A chaque fois, pour chaque thème, une enquête où son rôle à été déterminant est traitée.
On trouve même en annexe un profil complet que Micki Pistorius a établi lors d'une enquête.

Un ouvrage intéressant, aussi bien sur cette femme que sur le profilage.
Lien : https://sites.google.com/sit..
Commenter  J’apprécie          30
Kenehan
  13 octobre 2018
Livre extrait du fond de ma PAL, cette seconde lecture issue de la bibliographie de Stéphane Bourgoin s'est révélée bien plus intéressante que son "Livre noir des serial killers". Cette fois, l'auteur ne s'intéresse pas directement aux tueurs en séries mais à une femme, Micki Pistorius, qui les traque.

Micki Pistorius a officié en Afrique du Sud et est notamment connue pour avoir intégré une approche psychologique dans l'investigation des crimes en série. Bien que Stéphane Bourgoin insiste sur le côté "Profileuse", Micki Pistorius n'en est pas moins lucide quant aux avantages et aux limites de cette "profession" qui fascine tant au point de nourrir régulièrement la fiction. En plus de remettre quelques points sur les "i" (l'importance de la culture, la rigidité des classifications américaines, etc.), elle revient sur quatre ou cinq cas qui ont marqué sa carrière.

Contrairement au "Livre noir des serial killers", le présent livre lève légèrement le voile sur une méthode, celle de Micki Pistorius. D'ailleurs, un des profils dont elle est l'auteure est présenté en annexe, dans son intégralité. Et, toujours à l'inverse de Stéphane Bourgoin, elle ne s'intéresse pas aux criminels emprisonnés car, comme elle le dit à plusieurs reprises, une fois le coupable en prison, ça ne la concerne plus.

Toutefois, bien que Micki Pistorius conserve un esprit critique vis-à-vis du profilage, il est à mon sens nécessaire de rester vigilant. Outre le fait que Stéphane Bourgoin entretienne le fantasme autour du profilage (le fameux "dans la tête des tueurs") au détriment d'autres techniques possibles, quelques petits points m'ont questionné.
Tout d'abord, j'ai eu un peu de mal à cerner ce que pouvait représenter le "vent" que Micki Pistorius percevait sur les scènes de crime. Elle-même a du mal à y mettre des mots dessus et se défend de tout mysticisme, privilégiant une ouverture d'esprit vers un sens, une sensibilité que la science n'expliquerait pas encore, comme beaucoup d'autres phénomènes. Reste qu'un de ses élèves au moins intervient dans l'ouvrage et que sa collègue est régulièrement mentionnée (Elmarie Myburgh) sans que jamais leur ressenti personnel soit mis en avant comme ce peut l'être pour Micki Pistorius.
De la même manière, Micki Pistorius évoque ses vies antérieures, dont l'une aurait beaucoup de sang sur les mains. Une manière supplémentaire pour elle d'expliquer sa capacité à "penser" comme les tueurs en série, à les "accueillir" en elle mais aussi d'exprimer son besoin de réparer une sorte de faute, une rédemption pour son âme. Avec de tels éléments, ce n'est plus la science mais la croyance que l'on touche du bout des doigts. Une croyance personnelle en laquelle certain(e)s se retrouveront et que d'autres rejetteront.
Enfin, il est un peu dommage que seuls les "exploits" soient mis en lumière. Régulièrement, Micki Pistorius évoque les nombreuses affaires avec lesquelles elle jongle, leur durée, etc. mais pas véritablement les impasses ou les échecs. le côté "publicitaire" du profilage est certes légèrement écorné avec les cas de Selepe et Sithole où elle a un sentiment d'inachevé car convaincue qu'un troisième homme se cache derrière les meurtres mais jamais n'apparaît un "voilà, cette fois le profilage n'a pas fonctionné". du coup, l'idée que cette méthode fonctionne à tous les coups plane tout au long du livre sans jamais être remise en question.

Au final, avec un peu moins de 300 pages, je suis bien moins resté sur ma faim qu'avec les quasi 800 pages du "Livre noir des serial killers". C'est probablement parce que Micky Pistorius est une psychologue qu'enfin on a droit à un minimum d'analyse des faits (bien que certains lui reprocheront certainement son approche psychanalytique), à une prise de recul vis-à-vis du discours des tueurs en séries et à une critique (bienveillante) du profiling. Autrement dit, tous les points que je reprochais à Stéphane Bourgoin dans son ouvrage : son absence d'analyse, sa tendance à prendre pour argent comptant ce que lui confie les criminels (quid des enjeux sous-jacents ? de la sincérité ? de la jouissance ?), et peut-être son manque d'introspection (encore qu'apparemment son ouvrage "Mes conversations avec les tueurs" viendrait combler cette lacune, à voir…).

Challenge MULTI-DÉFIS 2018 : Un livre avec un métier dans le titre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
frueka
  01 juillet 2018
Malgré mon grand intérêt  pour les thrillers et les serial killers (fictifs je précise), je n'avais bizarrement encore jamais pris le temps de lire Stephane Bourgoin. Et bien, c'est maintenant chose faite!

Dans "Profileuse. Une femme sur la trace des serial killers", l'auteur revient sur la carrière de la profileuse sud-africaine Micki Pistorius, experte mondiale des tueurs en série et 1ère femme profiler -et longtemps la seule- au monde. Engagée en 1994 à l'âge de 32 ans, elle a travaillé 6 ans en tant que psychologue et analyste comportementale pour la police sud-africaine avant de démissionner, ravagée  par l'ampleur de la tâche, le stress et la crainte de perdre sa santé mentale en continuant de  cotoyer les serial killers et leur folie meurtrière.

Pour les besoins d'un documentaire télévisé, SB l'a suivie pendant plusieurs semaines, partageant sa mission quotidienne  au travers de diverses enquêtes décrites ici jusque dans leurs moindres détails, extraits de profils psychologiques à l'appui. Parallèlement, il nous explique comment Micki Pistorius a dû affronter l'hostilité et se battre au fil des ans pour imposer son travail et mettre en place une méthode et une unité d'investigation psychologique. Son engagement et sa détermination ont largement contribué à une refonte des méthodes d'investigation criminelle en permettant l'agrandissement de cette unité et la formation de nombreux enquêteurs des brigades criminelles sudafricaines.

"Profileuse. Une femme sur la trace des serial killers" est un récit glaçant, très bien documenté et instructif. Un bel hommage à une femme d'exception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Satine
  01 mars 2018
Comment résister à un titre si accrocheur ?
Par contre sur la quatrième de couverture est mis en avant la phrase suivante : "Mes jours et mes nuits sont peuplés de cauchemars et de corps en décomposition." Moins classe du coup !
Mais il m'en faut plus que ça pour m'effrayer, alors hop je l'achète et le fais dédicacer par son auteur présent et très abordable aux Livres sur la place de Nancy...

Etant lui-même un spécialiste mondialement reconnu des tueurs en série, je trouvais intéressant et curieux que Stéphane Bourgoin mette en lumière une collègue en lui consacrant un livre entier. Je ne vous cache pas que le fait que ce soit une femme l'héroïne a quelque peu aussi joué sur mon impulsion...

Quatrième de couverture : Micki Pistorius est la première femme au monde à avoir accédé au métier de profiler. Stéphane Bourgoin, spécialiste international des serial killers, l'accompagne dans ses enquêtes. Scènes de crime, interrogatoires, visites dans les morgues et les prisons de haute sécurité : il témoigne des méthodes de Micki Pistorius, de sa façon de résoudre les cas, mais aussi de ses moments de doute et de faiblesse.

Lire ce livre c'est faire de multiples voyages.
Tout d'abord c'est comprendre les coutumes et le mode de vie de pauvres noirs en Afrique du Sud. Ils survivent dans de petites bourgades, cherchent désespérément des emplois surtout les femmes seules avec ou sans enfant, certains sont prêts à tout pour quelques pièces de monnaie, ce qui évidemment facilite les pièges, les promesses proposés par les agresseurs.

C'est ensuite, explorer les scènes de crime, donner son importance à chaque détail, voir à travers les yeux de Micki Pistorius, comprendre sa logique, son cheminement, son besoin de cerner l'agresseur pour éviter qu'il y ait d'autres victimes à déplorer. Elle est lui, elle se met à sa place, elle pense comme lui, elle étudie en profondeur son mode opératoire, sa façon de ligoter, de violer, de torturer, de tuer ses proies. Tout a un sens dans cette morbidité, il faut pouvoir l'affronter.

C'est avant tout dégager un profil. Il ne sera pas forcément entièrement juste. Ce sont des hypothèses basées sur les indices des scènes de crime, ce qui est identique à chaque fois, ce qui diffère, l'endroit où sont laissés les cadavres, la façon dont ils sont exposés... Tout est analysé. Ce profil permet simplement de resserrer le cadre des recherches, d'éliminer des suspects, d'orienter les enquêteurs mais aussi les habitants des quartiers touchés vers une personne étrange qui pourrait être comme ci ou comme ça. Il n'en faut pas davantage pour avancer dans l'enquête et trouver le coupable.

C'est enfin interroger les suspects, chercher leurs points faibles, comprendre leur passé, s'immiscer dans leur tête pour les faire avouer.

Micki Pistorius n'a pas manqué de courage. Etre une femme dans un milieu d'hommes testostéronés au pouvoir et vouloir leur apprendre à enquêter différemment n'a pas été une mince affaire. Ses théories, sa façon de réfléchir, d'observer avec minutie les scènes de crime, ses hypothèses lancées à la pelle ont créé bien des réactions dans les commissariats du mépris, des moqueries, de l'ignorance, de la jalousie, du sexisme bien évidemment. Heureusement, Micki ne s'est jamais laissée abattre, elle a toujours défendu ses propos et ça a payé dès sa première enquête sur un serial killer. Par la suite, d'autres affaires ont été résolues grâce aux profils qu'elle soumettait. Elle a fini par obtenir le respect, la reconnaissance qu'elle méritait et a formé d'autres personnes à ce nouveau métier pour que davantage de commissariats puissent profiter de cette aide ô combien importante encore aujourd'hui.
Sa vie privée en a pris un coup très rapidement, elle a pourtant continué jusqu'à un trop plein qui l'a stoppé net dans ses enquêtes de terrain.
Suivre une partie de sa vie a été réellement très intéressant, c'est une femme de courage qui a laissé sa santé mentale de côté pour sauver des vies. Elle a fait avancer et faciliter les enquêtes sur les serial killers, c'était une pionnière, elle a encaissé les coups pour rendre nos rues plus sûres.

A la fin du livre, on analyse certaines scènes de crime étudiées par Micki Pistorius, chaque détail est mis en parallèle avec ce que cela implique pour le tueur. C'est un profilage en direct et c'est vraiment une bonne idée.

Stéphane Bourgoin nous livre donc un hommage en quelque sorte à cette femme. Il y dévoile son métier en détail, nous emmène sur les lieux de plusieurs enquêtes et n'hésite pas à incorporer ses interviews avec Micki. En bref, profiler c'est tout un art et cet ouvrage vous en apprendra beaucoup.
Bonne lecture !

Extrait : "Beaucoup de serial killers ont des mobiles sexuels, explique Micki Pistorius. Les hommes et les femmes n'ont pas la même idée du sexe. Un homme est excité par ce qu'il voit, une femme par le toucher. Voilà pourquoi il y a plus de voyeurs et d'hommes qui regardent des films pornographiques. Les crimes sexuels sont directement liés à l'apparence de la victime et à son physique. Si un homme veut dominer une femme, il exige un rapport sexuel avec elle. A l'inverse, si une femme veut dominer un homme, elle refuse d'avoir un rapport sexuel avec lui. Si un homme a été abusé sexuellement ou maltraité, il s'attaque à quelqu'un d'autre. Une femme au contraire a tendance à s'en prendre à elle-même et à pratiquer l'automutilation."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HerveSard
  27 février 2011
Ce livre est un témoignage, un "documentaire", sur l'activité de profiler (profileuse, en l'occurence) apporté par un très grand (sinon le plus grand) spécialiste des tueurs en série, Stéphane Bourgoin. On suit, au travers de plusieurs enquêtes, le cheminement d'une Sud-africaine professionnelle de la psychologie des serial killers, Micki Pistorius.
Le livre est intéressant par les faits qu'il relate de manière objective et précise : modes opératoires, descriptions des scènes de crime, comportements des assassins et de leurs victimes, notamment.
Par contre, j'ai été déçu par cette spécialiste, ou plus exactement par les explications qu'elle donne. Certes, le métier qu'elle exerce la conduit à la folie, ou du moins à de sérieux troubles psychologiques qui la contraignent à démissionner, mais ses croyances (très peu crédibles, non scientifiques) discrédident à mon sens le tout. Elle se croit envahie par l'esprit des tueurs qu'elle traque, dit sentir "le vent souffler" sur les scènes de crime et, pour finir, justifie son "don" pour le profilage par un lien qui l'unit à l'un de ses lointains ancêtres, au travers les siècles.
Mais je suis peut-être trop "matérialiste"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PriscillaMushu
  10 février 2019
Je n'ai pas aimé cette lecture..à vrai dire je survole la fin en attendant d'en commencer un nouveau demain.

Le style d'écriture m'a beaucoup déplu et la mise en page est étouffante :/

Je pensais en apprendre plus sur la traque de grands criminels.

Mais au final j'ai l'impression de lire un résumé sur des affaires criminelles...juste des faits.

Trop rien sur les méthodes d'investigation, rien sur les raisons qui ont poussé les serial killer à agir...d'ailleurs je n'en connaissais aucun alors que je m'attendais à en retrouver des «connus».

Et puis autre chose qui ma fortement dérangé: les victimes sont réduites à un nom et un âge. On ne sait absolument rien d'autres d'elles 😐

Ce livre je voulais pourtant le lire depuis longtemps !
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
296 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre