AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070379256
Éditeur : Gallimard (22/04/1988)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 164 notes)
Résumé :
L'incendie du château de Fréteval rapproche Bernold, jeune maître verrier, et Isambour, brodeuse sur toile. Ils s'aiment. D'un amour tendre et passionné. Mais l'oncle de la jeune fille veut la marier au fils du meunier. Bernold enlève Isambour. Après ce rapt chevaleresque, il l'emmène à Blois et l'épouse. Roman de cet amour qui dure les vingt années que dure la vie du couple, Le Grand Feu est aussi celui de toute la société féodale du début du XIIe siècle. Aux alent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Nadouch
  17 février 2017
Le début du roman a tout pour plaire : un grand feu est décrit dans le détail, l'incendie vient troubler la paix d'un hameau dans les années 1100, faisant se rencontrer deux adolescentes et deux jeunes hommes. Quinze ans plus tard, l'une est mariée avec l'un, l'autre est "vieille" fille...
Roman sur le Moyen-âge, mais aussi et surtout roman d'amour, le grand feu est l'occasion pour l'auteur d'apporter un éclairage sur la vie quotidienne médiévale, par le biais de détails, de revoir l'image de la femme à cette époque (le personnage principal, Isambour, est une figure très forte et riche), mais aussi de tisser une intrigue amoureuse, avec l'abandon du foyer par le mari d'Isambour, et l'attente enamourée de cette dernière...
Bon, si l'ambiance m'a globalement plus, il faut reconnaître que tout ceci traîne en longueur, la vie de famille n'est pas trépidante. Ce qui m'a gênée, c'est le côté un peu mièvre de certains passages, car de roman d'amour on glisse vite à roman à l'eau de rose... Comme ce ne sont pas mes lectures habituelles, j'ai été un peu déstabilisée, et me suis un peu ennuyée par moments...
Néanmoins, les personnages sont consistants, et la vision sur le Moyen-âge intéressante, même si sûrement grandement idéalisée, c'est toujours un éclairage de plus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
babounette
  31 mai 2009
Merveilleux, splendide, se déroule au moyen-âge au tout début des changements qui vont transformer la société féodale. Une histoire d'amour, de foi de mort de vengeance et de liberté. L'histoire d'Isambour brodeuse de toile et Bernold, maitre verrier.
Je vous le conseille.
Commenter  J’apprécie          190
dedanso
  23 août 2015
Ce roman, dont j'attendais beaucoup, m'aura finalement déçue. Et pourtant, pour être tout à fait honnête, il aurait pu mériter beaucoup plus. Mais que voulez-vous, on ne se refait pas et ma trop grande soif d'indépendance, mon esprit un poil fleur bleue et mon féminisme incontrôlé auront eu raison de cette lecture...
Au départ, tout y est : une description fidèle de la vie quotidienne dans un village blésois du XIIème siècle, Fréteval en l'occurrence, un amour impossible qui finit par braver les obstacles, des personnages poignants de réalisme, une intrigue sachant alterner actions et descriptions. Bref, tout ce qu'il faut pour être heureux. Un roman historique riche et entraînant, une plume juste. Pour tout cela le Grand Feu mérite bien son prix (Grand prix catholique de littérature en 1986).
Mais malheureusement pour moi (et là attention je vais spoiler!), un peu avant la moitié du roman, Bernold, le héros maître-verrier, s'enfuit avec la toute jeune promise de son fils, laissant sa femme Isambour, humiliée et déchirée, s'occuper seule des nombreux enfants et de la ferme pendant que monsieur batifole (tout cela va quand-même durer presque 2 ans). Puis monsieur revient par la force, il ignore Isambour qui fait fi de tout cela car bien-sûr, son amour est plus fort que tout! Non, je suis désolée mais là je n'ai pas pu continuer ma lecture, ma déception avait déjà propagé son poison sur toutes les autres pages. Je n'ai plus que survolé pour savoir comment tout cela allait se terminer...et j'ai bien fait car la fin est une apothéose en son genre : soumission définitive de la femme qui ne vit que pour et par son mari...
Si vous êtes plus rationnel que moi alors ce livre vous plaira sans nul doute!
Challenge Variétés 2015 : "un livre qui se passe dans votre ville".
Challenge ATOUT PRIX.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          104
babounette
  31 mai 2009
Superbe! l'histoire d'Isambour brodeuse de toile et de Bernold maître verrier,dans la France du moyen-âge au carrefour de la métamorphose qui va transformer la société féodale. XIème - XIIème siècle.
A lire!!!!!!!
Commenter  J’apprécie          180
LaMoun
  21 août 2013
Je suis une inconditionnelle de Jeanne Bourin !
Pour ceux qui aiment le Moyen-âge et les beaux romans d'amour : allez-y foncez ! Vous ne regretterez pas la lecture de ce merveilleux livre .
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   10 novembre 2012
Défaits, les cheveux d'Isambour la recouvraient jusqu'aux genoux. Épais, bruns mais moirés de reflets de cuivre, ils lui composaient un manteau sauvage et soyeux qui enveloppait complétement son corps menu.
- Les hommes aiement ces chevelures foisonnantes, déclara Aubrée. La vôtre est fort belle. Le pelage de certaines martres du nord que porte la princesse Adèle est presque de la même nuance.
- Je ne sais pas si elle plaira à Bernold, dont je connais encore si mal les goûts, dit Isambour en rougissant une nouvelle fois, mais je la trouve bien lourde ! Il m'arrive d'avoir des maux de tête insupportables à cause du poids de mes nattes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LooUnepauseLivreLooUnepauseLivre   28 juillet 2014
"Dans un autre four de travail à température à peine plus basse, Gerbaut-le-mainé, de son côté, à l'aide d'une tige creuse de métal, cueillait le verre en fusion. Il portait ensuite ce tube à ses lèvres, puis soufflait légèrement avant de l'éloigner pour le tenir contre sa joue, car il ne fallait pas attirer de flammes dans sa bouche".
Commenter  J’apprécie          62
MurielTMurielT   14 mai 2015
"Touchez là, mon beau neveu, dit le vavasseur, touchez là. Le temps de la réconciliation est venu. Je commence à me faire vieux Je ne tiens pas à me trouver encombré de rancune quand je me présenterai devant Dieu, notre sire. Ce jour de noces me semble tout indiqué pour que nous fassions la paix, vous et moi."
Commenter  J’apprécie          50
LooUnepauseLivreLooUnepauseLivre   28 juillet 2014
Il lui fallait, comme d'habitude, surveiller la cuisson du pain, la fabrication du beurre et des fromages faits avec le lait de ses vaches ou de ses brebis, mais en plus, présider à la salaison des poissons, des quartiers de viande, du lard qu'on ne fumait pas sous le manteau de la cheminée. Elle aidait à la confection du boudin, des saucisses, des cervelas, des rillettes, des pâtés, qui nourriraient, avec le gibier et la volaille comme appoint, toute la maisonnée durant la mauvaise saison".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LaMounLaMoun   30 septembre 2013
Le sacrement de mariage lie l'homme et la femme à jamais. Rien ne peut par la suite les séparer. Rien ni personne. Même pas la faute de l'un d'entre eux.
Commenter  J’apprécie          79
Video de Jeanne Bourin (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeanne Bourin
LA CHAMBRE DES DAMES : debut 1er episode Feuilleton français diffusé pour la 1ère fois le jeudi 23 février 1984 à 20h35 sur TF1. Rediffusé sur La Cinq. .... suite ci-dessous ..... ----------------------------------------­------------------------------------- Année de production.......... 1982 Réalisé par......................... Yannick Andrei Nombre d'épisodes............ 10 épisodes de 52 minutes Générique composé par .... Vladimir Cosma Générique chanté par......... Annick Thoumazeau ("Pour l'amour") ----------------------------------------­------------------------------------- A NOTER : Cette série est adaptée du roman éponyme de Jeanne Bourin écrit en 1979 et de la suite de celui-ci : "Le Jeu de la tentation" (1981). Jeanne Bourin a participé au scénario de la série. La documentation rigoureuse de cette œuvre historique donne au moindre détail une authenticité que Régine Pernoud, éminente médiéviste, à confirmé dans la préface du roman de Jeanne Bourin : "Les Brunel vivent sous nos yeux comme on vivait en ce XIIIème siècle rayonnant (...) Et bien des idées reçues se voient battues en brèche." Des plans longs et des acteurs qui prennent leur temps : cela change assurément des séries et des films qui inondent les téléspectateurs de changements de plans à chaque seconde. ----------------------------------------­------------------------------------- L'HISTOIRE : En 1246, dans la France du roi saint-Louis. Florie, quinze ans, fille de Mathilde et d'Etienne Brunel, maître-orfèvre à Paris, épouse Philippe Thomassin. Beaucoup plus jeune que son mari, Mathilde la mère, trente-quatre ans, souffre en silence du manque de sensualité de son époux. Au cours de la noce de Florie et de Philippe, Guillaume, le beau mais brutal cousin de Philippe, se prend de passion pour la jeune mariée, mais celle-ci le repousse. Mathilde n'est pas insensible au charme viril de Guillaume, mais sa grande foi lui montre la folie d'une telle infatuation. Mais Guillaume ne renonce pas à Florie et est prêt à tout pour arriver à ses fins ... ----------------------------------------­-------------------------------------
+ Lire la suite
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La chambre des dames - Jeanne Bourin

A quelle époque se situe le récit ?

Préhistoire
Antiquité
Moyen Age
Renaissance

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thème : La chambre des dames de Jeanne BourinCréer un quiz sur ce livre
.. ..