AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782809432916
480 pages
Éditeur : Panini France (21/08/2013)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Dans une opération de la dernière chance pour récupérer le contrôle des États-Unis, où des hordes de morts-vivants pourchassent les humains, un commandant de la Navy mène une opération au coeur de la pandémie. La force Zombie est l’ultime espoir de l’humanité, et chaque décision des derniers survivants, peut sauver ou mener droit dans l’enfer qui existe entre la vie et la mort.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  01 août 2014
Troisième et dernier tome des aventures de Kilroy.
Nous allons suivre cette fois le commando Phoenix à la reconquête de l'hôtel 23 suite à son abandon, le commando Hourglass, parti à l'assaut de la chine, suite aux révélations de la fin du tome 2, une petite équipe en arctique et Kilroy et Saien qui font la liaison et tenir la mayonnaise à bord du porte-avion puis du sous-marin.
Après un premier opus assez intime, seul ou presque avec notre héros, un second plus, survie de groupe, l'auteur poursuit sur sa lancée et nous offre une vision plus globale de son univers.
Avant toute chose, il faut faire le deuil des deux premiers tomes. Ce troisième livre n'est pas mauvais. Non, il est juste assez fondamentalement différent de ce qu'on avait lu avant du même auteur, et si on n'est pas préparé à ce changement, on est forcément déçu. Fini le journal intime, on revient à la trame classique, basique même du roman d'action zombie. Action et shootage à tout va de notre ami Zack par des équipes militaires solides et efficaces.
Quelques points noirs malgré tout : Nos deux héros font de la figuration dans ce dernier opus. Un groupe de méchant (Remote6) peu crédible, dommage. Une fin réellement bâclée qui tombe comme un cheveu sur la soupe et expédiée en quelques pages, explications comprises alors que l'auteur nous l'a vendue comme l'opération du siècle dernière chance de l'humanité et tous les superlatifs.
Bref, sympa à lire, mais clairement le moins bon des trois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          604
Alfaric
  02 juillet 2017
Mieux écrit, mieux construit, plus équilibré, plus intéressant, j'ai trouvé ce 3e tome des "Chroniques de l'Armageddon" assez plaisant… avant que la fin pourrie ne vienne tout invalider et tout gâcher !
L'auteur abandonne le récit intimiste de survival horror et la narration à la 1ère personne inspirés du légendaire "Je suis une légende" de Richard Matheson pour un récit choral de SF militaire post-apocalyptique à la 3e personne. Quelque part il aurait dû faire cela dès le départ… Alors certes on perd en originalités, mais vu qu'on suivait un militaire endurci Gary Stu de l'auteur militaire endurci autant s'assumer à fond ! Et il parvient à trouver un équilibre entre le commando Hourglass qui part en sous-marin exfiltrer le Patient 0 à Pékin, le commando Phenix qui remonte la piste de Remote 6, la team Kilroy qui fait face à une mutinerie zombie sur porte-avions USS George Washington, Crusow et ses coéquipiers qui dans une base relais arctique assure la liaison entre tout le monde, et les manigances des illuminati de Remote 6… Kilroy et Saien le terroriste islamiste repenti qui se taillaient la part du lion dans le tome 2 sont ici plus spectateurs qu'acteurs, mais cela les rend finalement plus humains. C'est le côté très positif de ce tome : les personnages plus nombreux ne sont plus seulement vu par les yeux de Kilroy, ils sont beaucoup mieux caractérisés et on n'en plus rien à foutre qu'ils vivent ou qu'ils meurent ! Je me suis pris au jeu car du coup l'action et l'émotion marche bien plus que le suspens .Les scènes d'action consacrés aux commandos Hourglass et Phoenix gagne en efficacité, et le récit survivaliste de Crusow voir le flashback de la marche de Doc et Billy à travers l'Afghanistan et le Pakistan auraient eu leurs places dans "World War Z" le juge de paix en matière de récits zombifiques !
On retrouve les incohérences des tomes précédents, mais comme ici l'ensemble est plus abouti cela finit par passer et même se faire oublier…

Alors certes l'auteur est tributaire dans ce tome des choix bons ou mauvais qu'il a fait dans les tomes précédents, mais le gros problème vient de la fin qui met en avant tout ce qui ne va pas : je m'y étais préparé puisque qu'on envoie Kilroy récupérer le Patient 0 à Pékin et qu'à 20 pages de la fin il n'a pas encore débarqué en Chine !

Donc si je résume tout le cycle se résume à créer l'apocalypse et à monter une opération de la dernière chance pour débusquer les illuminati avant de sortir un deus ex-machina des familles avec une invention sino-américaine bricolée à partir d'engins extraterrestres… Au test du canard tout le cycle peut donc être qualifié de gros nanar, et c'est bien dommage car l'auteur n'a cessé de s'améliorer et avec ses connaissances militaires et les idées qu'ici il n'a pas exploité il aurait pu réaliser un formidable techno-thriller !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
finitysend
  05 septembre 2013
Le troisième tome d'une série de trois romans post-apocalyptiques .
Toujours aussi sympathique .....
L'univers est le même pas de changements majeurs , les deux « espèces « de zombies restent donc deux espèces de zombies , les irradiés et les autres moins performants et moins vifs .
Le territoire des états unis reste aussi et de toutes les façons , toujours aussi dangereux à parcourir .
Le changement majeur c'est la structure du livre . Nous avons un roman avec des arcs narratifs distincts , plus ou moins connectés , qui tendent à se rapprocher mais qui se réuniront vraisemblablement dans un tome qui est à venir . Je serais bien étonné s'il n'y avait pas un prochain tome .
C'est même complètement improbable qu'il n'y en ait pas . Trouve-je , d'ailleurs ( sourires ) !
Ainsi ce n'est pas un journal comme dans les deux tomes précédents et le personnage principal n'est de ce fait qu'un narrateur parmi d'autres .
Dans un univers zombie , il est quand même assez difficile de varier . Beaucoup d'auteurs ou de réalisateurs , se lancent dans un élan inflationniste pour donner à leurs récits du relief et de la dimension .
Ici , J.L. Bourne s'en tient simplement aux bonnes vieilles recettes qui font un bon roman .
A savoir : Intrigue soignée , caractérisation soignée , descriptions soignées , le tout fondu dans un beau tableau animé qui est globalement tout à fait palpable pour le lecteur , suspens et découvertes .
Ces arcs narratifs , fournissent du suspens et de la diversité environnementale . Ils permettent véritablement d'explorer plus avant et encore , ce monde risqué , désespérant et ravagé .
Les personnages ont vraiment la bougeotte et la menace semble bien être plus diversifiée que celle que représentent les morts-vivants , qui ne sont pas les seuls à être menaçants finalement .
Ce choix rédactionnel de l'auteur constitue un changement majeur par rapport aux récits précédents et cela pourra déplaire ou simplement désarçonner certains lecteurs qui espéraient ou attendaient un troisième journal . Personnellement j'ai adoré les deux journaux précédents , cependant ayant déjà lu des romans ( pas mal en fait ) , auparavant ( sourires ) , je me suis parfaitement adapté à cette narration éclatée , sur un mode thriller tranquil assez posé ( sourires ) .
C'est véritablement de la bonne science-fiction militaire , on est moins dans le risque de chaque instant que dans les deux récits qui précèdent , encore que cela dépende des différents arcs narratifs ..... Mais tous les personnages se confrontent brutalement et frontalement à un moment ou bien à un autre , aux aspects implacables et horribles de cet univers impitoyable .
La fin est bien une fin ( un peu abrupte ) , mais je trouve que ce texte est vraiment fait pour prendre tous son sens dans le cadre d'un quatrième tome , qui reste à venir et qu'il faudra donc attendre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Wiitoo
  04 novembre 2014
Petite déception à la lecture de ce troisième tome des Chroniques de l'Armageddon. le livre est plus épais que les précédents avec ses 450 pages mais pour autant l'histoire est bien moins aboutie.
Toute la petite équipe du bunker H23 est maintenant saine et sauve, à bord d'un porte avion de l 'armée américaine. L'histoire va mettre de côté ses héros pour les cantonner à des rôles secondaires et de nouveaux personnages assez peu intéressants (genre gros bourrins des forces spéciales à moitié cons) vont prendre le relais. Une première équipe retourne prendre possession du bunker H23 et nous allons vivre une sorte de pèlerinage répétitif en hommage au deuxième tome. Un deuxième groupe part, lui, à bord d'un sous-marin pour une mission totalement inutile jusqu'aux 50 dernières pages, pendant que les événements "prétextes" à bord du porte-avion frisent le ridicule.
La partie la plus intéressante selon moi réside dans l'aventure au sein de cette base dans l'Arctique. Quatre survivants qui tentent de rester en vie, seul au milieu des glaces, réussissent à entrer en contact avec le porte avion et vont servir de relais radio avec le sous-marin. Leur aventure est sympathique à suivre.
Ma critique peu sembler très négative et si effectivement je reste déçu par le fait que l'auteur manque fortement d'inspiration dans ce chapitre, il n'en reste pas moins que le roman se laisse lire bien sympathiquement, le rythme est soutenu et l'on passe un bon moment.

Wiitoo Takatoulire
Note 3,5/6
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
sailormoon
  25 novembre 2014
Je ne sais pas trop comment chroniquer ce livre, qui me semble contenir autant de bon que de mauvais.

D'abord, dans les bons points, on peut noter que comme l'action n'est plus dépeinte par l'intermédiaire d'un journal intime, il n'y a plus de photos ou d'ajouts d'images qui n'apportaient rien à l'histoire (d'un point de vue éditorial, c'était une bonne idée, mais je trouvais ça assez mal exploité). Ensuite, à nouveau à cause du changement de format, là où la narration était assez plate dans les deux premiers tomes (pas de dialogues, rythme constant et assez lent), ici, le fait de se retrouver avec une trame plus classique redonne du peps et du rythme à l'histoire, il y a des dialogues, ça bouge plus. J'ai apprécié de pouvoir "regarder" Kilroy de l'extérieur au lieu d'être constamment dans sa tête: ça donne une certaine perspective au personnage. Cela dit, j'étais contente durant les quelques passages extraits de son journal, ça permet de faire le lien avec les deux tomes précédents. J'ai aussi beaucoup apprécié d'en découvrir plus sur le personnage de Saien, qui m'a bien plu. de façon générale, les passages avec les survivants qu'on connaissait déjà (Jan, Tara, John...) sont mes préférés, j'étais contente de pouvoir suivre leur évolution.

Au niveau des points plus négatifs, je n'ai pas aimé (mais c'était déjà dans le tome 2) me retrouver plongée au coeur d'une intrigue essentiellement militaire. C'est vraiment un univers très masculin auquel je n'adhère pas. de plus, si dans le premier tome il n'y avait (en gros) que deux personnages, ici, il y en a beaucoup trop. Je trouve que l'auteur s'est trop éparpillé, à voulu évoquer trop de survivants, et non seulement on s'y perd (sauf ceux qu'on connaissait déjà), mais ça ralentit l'intrigue (je sais, je me contredis un peu avec ce que je disais sur le rythme plus rapide ici): je pensais que l'essentiel de l'histoire se déroulerait en Chine a essayer de dégoter le patient zéro, alors qu'en fait, ils n'arrivent en Chine que 50 pages avant la fin! et les scènes avec les personnages connus de l'Hôtel 23 sont trop rares (puisqu'il faut parler de beaucoup d'autres nouveaux personnages) alors que ce sont les plus intéressantes... de nombreuses sous-intrigues ou personnages n'étaient pour moi pas nécessaires. La seule partie concernant des nouveaux personnages qui m'a bien parlé, c'est celle qui concernait la base en Arctique, et je regrette de ne pas savoir ce qu'ils sont devenus.

En résumé, un trilogie en demi teinte, avec de bonnes idées et un univers post-apocalyptique bien amené et bien abouti, mais avec un manque de rythme dans la première moitié de la trilogie et une seconde moitié plutôt déséquilibrée au niveau de l'intrigue.

Lien : http://read-aholic.blog4ever..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   03 août 2014
La Navy semble fonctionner selon deux principes fondamentaux. Le premier, c'est la règle du « tu merdes, tu grimpes », selon laquelle plus vous vous plantez, plus vous avez de chance de prendre du galon. L'autre principe, qui s'est vérifié pendant mes états de service, c'est « la malédiction du travailleur compétent ». Plus vous êtes compétent, plus on vous donne de responsabilités (sans contrepartie) et plus on vous accable de travail.
Les gens compétents sont toujours sous les ordres de personnes appartenant à la première catégorie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
fnitterfnitter   02 août 2014
Doc et Billy se mirent à ramper. Pas seulement parce qu'ils n'avaient pas le choix, mais aussi parce que qu'ils avaient une trouille bleue. C'était comme se plier en deux en sortant d'un hélicoptère : ça ne servait à rien, mais ça ne mangeait pas de pain non plus.
Commenter  J’apprécie          320
fnitterfnitter   02 août 2014
Hawse fit exploser le visage et le cou de la créature. La tête vola, décrivant une trajectoire évoquant un ballon de volley-ball. Des fragments d'os blancs éclaboussèrent le capot de la Subaru, dessinant une œuvre d'art qui se serait vendue à des milliers de dollars des années auparavant.
Commenter  J’apprécie          262
WiitooWiitoo   27 octobre 2014
- Une fois qu'on aura franchi cette porte et que je vous aurai dit ce que j'ai à vous dire, il ne sera plus possible de faire machine arrière. Est-ce que c'est clair ? On n'a pas de flashouilleurs de mémoire façon Men in Black. Cela vous affectera pour le restant de vos jours.
Commenter  J’apprécie          270
AlfaricAlfaric   30 juin 2017
Je me demande combien d’ados de la génération « moi, moi, moi » sont morts dans les premiers jours de la catastrophe en vérifiant que leurs smartphones captaient bien ou en postant un message débile sur les réseaux sociaux. Ça devait ressembler à ça :
« OMG, ils sont en train de défoncer ma porte ! »
Commenter  J’apprécie          203

autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (124) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3112 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre