AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782354080808
288 pages
Éditeur : Mnémos (21/05/2010)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 43 notes)
Résumé :
La splendeur de Cribella, capitale lagunaire de Cytheriae, n'est plus qu'un lointain souvenir rongé par l'humidité et la décrépitude. Certains prétendent même que d'effroyables créatures hantent ses canaux nauséabonds...

Et voilà qu'aujourd'hui une vague de suicides inexpliqués endeuille le quartier populaire de Métida. Nola, écrivain public, et son amant, Angelo di Larini, sorcier réprouvé de l'Ordre de la Nouvelle Lune, entendent découvrir et comba... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  06 décembre 2019
Second tome de l'Archipel des Numinées. Nous quittons Arachnaé, l'universelle araigne, pour rejoindre Cytheriae et sa cité envahie par les eaux. L'auteure a laissé les héros cabossés d'Arachnaé continuer leurs vies tourmentées, et nous en présente d'autres, pas tellement plus chanceux, il faut bien le reconnaître, avec leur passé chaotique, leur présent douloureux, et, seulement par temps clair, leur rêve d'un avenir meilleur…
La menace, qui demeurait en arrière-plan sur Arachnaé, devient cette fois beaucoup plus tangible. On sent ramper cette entité supérieure venue du fond des âges dans les venelles malodorantes de cette cité lagunaire ; on la voit prendre, avec toute sa malignité, sa cruauté, sa perversité, possession des âmes ; on la voit grandir, se renforcer d'heure en heure, pour assurer son hégémonie sur ces archipels dont les chefs s'ingénient à regarder ailleurs. C'est l'éternelle lutte entre le bien et le mal si présente dans les livres de fantasy…
Le combat que mène nos héros contre Elle, et au premier chef, l'ensorcelante Nola et le glacial Angelo est désespéré, perdu d'avance. C'est le combat des sacrifiés.
J'ai préféré ce second tome. J'ai aimé me perdre dans les ruelles tortueuses auréolées de brume de Cribella, la grande cité lagunaire en train de se perdre inexorablement dans ses eaux noires ; d'entendre le clapotis des vaguelettes sur les coques des frêles esquifs ; de frissonner dans les dédales désordonnées des innombrables pièces et corridors des grands palais laissés à l'abandon, signe d'une grandeur passée, à jamais révolue ; de craindre ces ombres mouvantes tapies au fond des venelles ; de m'asseoir à un coin de table de l'Ambre Rouge pour y savourer, à la lueur tremblotante d'une bougie, une soupe chaude, manger quelques écrevisses, et admirer Rossana, l'exubérante libertine.
Et puis Nola, belle comme un ange ! Écrivain public, elle accueille dans sa petite échoppe toutes les peines et toutes les espérances du monde, fait des poèmes à trois sous pour les amoureux transis qui ne savent comment déclarer leur flamme… Nola, qui casse tous les codes et désespère ses adorateurs, âme libre qui ne rend compte à personne et prend tous les risques, âme tourmentée, âme passante entre deux mondes…
Bientôt le troisième tome et un embarquement pour une nouvelle archipel. Un nouveau monde. Mais toujours la même menace.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          753
Alfaric
  23 avril 2020
ROMAN FANTASY / DARK FANTASY.
On aurait pu avoir un "Seven" lovecraftien au sein d'une Venise Dark Fantasy. Oui mais non. Au lieu de cela on nous refait le coup de l'artiste maudit du romantisme noir. Fin du rêve (ou plutôt du cauchemar au vu de tous les éléments horrifiques)...
Lien : http://www.portesdumultivers..
Commenter  J’apprécie          492
Nepenthes
  27 décembre 2013
En terminant Arachnae, le premier tome de l'Archipel des Numinées, j'étais restée sur une impression en demie-teinte. L'univers et l'écriture de Charlotte Bousquet avaient su me séduire, mais j'avais trouvé que l'ensemble restait un peu en surface, et que de telles promesse méritaient d'être plus développées.
Malgré que je sois restée sur ma faim, j'avais quand même envie de poursuivre l'aventure ; l'univers de Charlotte Bousquet et la singularité de sa plume suffisaient à me donner envie de continuer. J'ai donc été ravie de recevoir le mail de Masse Critique m'annonçant que j'allais recevoir Cytheria comme lecture.
Sitôt reçu, sitôt entamé ! Voilà que ce nouveau tome est devenu mon nouveau compagnon des transports en commun (et quand on y passe plus de 3h par jour, autant que ce soit un bon compagnon !). Autant dire que je n'ai pas vu les stations du train défiler, et que c'est à regret que je rangeais le livre arrivée à destination. Là où Arachnae m'avait laissé un goût d'inachevé, Cytheria a rempli toutes les promesses auxquelles je m'attendais.
L'univers sombre et glauque de Charlotte Bousquet a toujours cet attrait étrange, attire toujours en nous cette fascination noire pour un monde recouvert en permanence d'un sentiment de danger, de violence, de désespoir. Tous les personnages semblent torturés, tous à leur manière. Chacun ses chaînes, chacun ses démons... Et l'écriture de Charlotte Bousquet restitue cette lugubre atmosphère avec une subtilité et une finesse sans pareil. On pourrait craindre de tomber dans le pathos, mais il y a une certaine distance qui nous en garde toujours.
A l'instar d'Arachnae, ce tome prend des allures d'enquête policière en nous mettant sur les traces d'un meurtrier en série. On pourrait croire à une redite mais ce n'est pas le cas : nouveaux personnages, nouvelle ville, nouveau modus operandi. L'intérêt du lecteur est renouvelé et l'intrigue est assez bien ficelée pour nous porter tout au long. Même si j'ai remis quelques pièces du puzzle en place avant le dénouement, l'histoire est suffisamment palpitante et pleine d'enjeux pour nous garder en haleine. A l'investigation se mêlent de la magie (noire évidemment), un soupçon de révolte sociale et d'intrigue politique, et des relations entre personnages bien compliquées... Ce qui fait de ce tome un roman complet et riche, bien construit et bien mené.
A noter que, bien que ce tome soit le second de la série L'Archipel des Numinées, l'intrigue n'a pas de lien direct avec le premier tome. Les deux romans peuvent se lire séparément ; il est fait quelques fois références à Arachnae mais nul besoin de connaître l'histoire du premier. le seul lien direct est la référence à la sombre entité qui sème folie et peur au sein de L'Archipel toute entière, et que l'on retrouvera très certainement dans la suite, Matricia, qui est légèrement amorcée à la fin de Cytheria.
Pour finir sur une petite note nuancée (on ne peut pas tout apprécier), j'ai seulement regretté qu'il y a autant de personnages, et avec des noms aussi similaires. Je m'y suis un peu perdue par moment et je suis même revenue en arrière pour vérifier si je ne me trompais pas... L'alternance parfois très rapide des différents points de vue fait que, au début surtout, on a un peu tendance à s'y perdre dans cette galerie de personnages.
Et comme je n'ai pas envie de finir sur une note négative, dernier petit point : le livre se termine sur des extraits de poésie et deux nouvelles qui se passent à Arachnae avec deux personnages déjà croisés dans le premier tome (et pas des moindres) : Tigran et Théodora.
La partie poésie n'est pas forcément indispensable, mais elle montre bien la diversité de plume de Charlotte Bousquet, et sa façon de manier la poésie sombre.
Les deux nouvelles m'ont plu, en particulier celle avec Tigran et l'Arlequin Sanglant, qui fait référence à une enquête mentionnée dans Arachnae et qui se déroule avant ce premier tome. Peut-être l'enquête aurait-elle mérité un véritable roman à elle seule, mais j'ai quand même apprécié ce petit clin d'oeil.
La seconde nouvelle, plus courte, met en scène Théodora. Je n'ai pas souvenir qu'il s'agisse d'une histoire évoquée dans le premier tome (mais peut-être est-ce ma mémoire qui me fait défaut). Cette nouvelle m'a paru un peu trop courte et aurait peut-être mérité quelques pages de plus. Mais j'ai malgré tout apprécié de remettre un pied à Arachnae... avant de plonger à pieds joints à Matricia !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
boudicca
  10 avril 2012
Après la ville d'Arachnae, Charlotte Bousquet nous entraine avec ce second volume de « L'archipel des Numinées » au coeur de Cribella , cité lagunaire menacée depuis quelque temps par de mystérieuses créatures surnaturelles qui semblent être de plus en plus nombreuses à hanter ses canaux. Et se ne sont pas les étranges disparitions ou meurtres dont sont victimes les habitants qui risquent de rétablir le calme dans la ville qui menace de s'enfoncer irrémédiablement dans la décrépitude. C'est dans ces circonstances que l'on suit, comme dans le tome précédent, l'enquête menée cette fois par Nola, écrivaine publique à tendance dépressive, et Angelo, son sombre amant nécromancien au moral également en berne. L'intrigue est encore une fois passionnante et on retrouve l'ambiance sombre et inquiétante que l'auteur avait déjà excellé à créer dans le tome précédent.
J'ai malgré tout été davantage séduite par le premier volume, celui-ci m'ayant laissé plutôt indifférente quant au sort des différents personnages, à commencer par celui de l'héroïne. Seul celui de la prostituée Parminia est ainsi parvenu à véritablement m'émouvoir, personnage auquel Charlotte Bousquet a d'ailleurs consacré une très courte mais excellente nouvelle disponible sur son blog ou via l'excellent site internet d'Elbakin et intitulée « Chair et âme ». le roman n'en reste pas moins très divertissant et c'est avec plaisir qu'on découvre une nouvelle facette de cet archipel qui recèle décidément bien des surprises. « Cytheriae » a d'ailleurs été récompensé en 2010 par le prix Elbakin et s'est vu décerner l'année suivante un second prix au festival des Imaginales. Ne reste plus désormais qu'à attendre le troisième tome, « Matricia », censé clore cette trilogie de « L'archipel des Numinées ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Imo
  26 janvier 2014
Tout d'abord, Merci à Babelio et aux Editions Mnemos pour m'avoir offert ce livre.
Je ne connaissais pas du tout Charlotte Bousquet et je dois dire que j'aime bien sa plume.
Bien que ce roman ne sera de loin pas mon préféré de l'année, il me laisse une petit goût de mystère et de poésie alors que je viens de le refermer.
Pour essayer un peu de résumer l'histoire : Un enquête, des meurtres bizarres, le mal qui s'insinue partout et la mort d'une femme, une très belle femme, un sacrifice, une mélopée, une poétesse...
Les points forts de ce roman ?
Moi qui aime la poésie, j'ai été servie, entre les pamphlets d'Orseo, la poésie de Nola, les extraits des scènes des pièces de théâtre de "l'ange de Cribella", il y en a pour tous les goûts et dans cette histoire cela casse le rythme ... mais c'est nécessaire.
Malgré une très belle plume, j'ai trouvé que le début du roman était trop long, vraiment trop long... il m'a fallu une vingtaine de jours pour réussir à m'extirper des 100 premières pages dont le rythme ne m'a pas du tout convenue... je ne voyais vraiment pas où l'auteur voulait en venir... passée ces pages, le rythme se fait un peu plus soutenu et on a moins de peine à se plonger dans l'histoire.
Un autre point un peu négatif : On voit arriver trop facilement le tueur et on connait son identité bien trop tôt à mon goût ... un peu trop simple comme intrigue et surtout la fin de l'histoire nous laisse présager une suite à tout ce mal... que je m'y attende m'a un peu cassée le plaisir de lire la fin... c'était trop prévu... enfin je me comprends...
Pour finir : J'ai trouvé la lecture de se roman plutôt agréable dans l'ensemble, je garderai de bon souvenir des parties plus poétiques et je ne pense pas forcément lire la suite ou le premier tome, car le rythme de l'histoire ne me convient pas beaucoup.
En tout cas, Merci pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (1)
Elbakin.net   04 novembre 2013
Charlotte Bousquet confirme son statut d’espoir en plein essor de la fantasy française et laisse le lecteur impatient de découvrir ses prochains écrits.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Eric76Eric76   17 novembre 2019
Les dernières manœuvres terminées, la trirème s'éloigna. Massée sur l'embarcadère, une petite assemblée assistait au départ du magnifique navire. Sa figure de proue élancée, sculpture d'écume et de bois gris, évoquait une jeune vierge sortant des flots. Ses voiles, comme la bannière argent et nuit de la principauté d'Arachnae, claquait dans le vent. Mouettes et goélands saluaient son départ ; leurs cris moqueurs avaient remplacé les olifants accompagnant le noble cortège et les discours d'adieux, officiels et froids. Le spectacle des trois rangs de rames s'élevant et se baissant au même rythme était hypnotique ; plusieurs personnes comptaient, à voix basse, la cadence régulière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
AlfaricAlfaric   09 avril 2020
Ballade des vanités :

Je contemple dans le miroir,
Les visages entremêlés,
De ma sinistre destinée ;
Sous le voile clair de l’espoir,
Se devine le crâne blanc
Au sourire sombre, effrayant
De la mort. Entre-deux, un masque
De chair à la grâce fantasque.

Lui, je l’ai longuement porté.
J’ai cru que ses vices nuances
Blondes, anis et rouge garance,
Suffiraient à ensorceler
Celui que je désirais tant.
Las ! Funeste naïveté !
Candeur gorgée de vanité !
A peine fut-il mon amant,

A peine ses baiser brûlants,
Eurent-ils entr’ouvert la fleure
De mon innocence, son ardeur
ternit. A mes bras s’arrachant,
Au loin l’indifférent s’enfuit ;
Et maintenant seulette suis.
Ma peau et mes yeux délavés
Sont ceux d’une pauvre noyée.

ENVOI

Exquises et douces beautés,
Soyez promptes à déchiffrer,
Dans le reflet d’une psyché,
L’énigme de la vanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Eric76Eric76   21 novembre 2019
Nola entra dans son échoppe. Comme toujours, les effluves de cuir, d'encre et de papier la rassurèrent. Le chat fila au fond de la pièce, là où elle gardait, dans un gros bahut de bois peint, quelques provisions et une jarre soigneusement fermée. Il miaula jusqu'à ce qu'elle lui donne de la viande séchée et une coupelle d'eau puis, rassasié, grimpa sur le coffre, se roula en boule et ferma ses grands yeux d'or.
A peine était-elle installée que la clochette tinta, annonçant un visiteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
AlfaricAlfaric   18 octobre 2020
Ordre avait été donné d’abandonner sur le champ les affaires en cours afin de consacrer pleinement à la protection de la capitale. Par protection, Lacana entendait : contenir la foule en colère, arrêter les traîtres – le mot avait été pesé et répété ad nauseam – responsables de ce chaos et mettre un terme aux émeutes. A cela, Fosca avait soulevé de vives objections, rejointe par le capitaine d’Hypotie. Le danger ne venait pas des hommes, il venait des choses innommables qui hantaient les canaux, les marais et enlevaient les gens. Il venait du sentiment d’isolement, d’abandon et de peur. Le meilleur moyen de mettre un terme au vent de révolte balayant Cribella était de répondre aux demandes du peuple, pas d’étouffer sa colère dans le sang.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AlfaricAlfaric   12 avril 2020
Quatrains en rouge :

Une mélodie dans le vent
Éparpillée au fil du temps
En quelques notes insensées :
Et meurent nos amoures blessées.

Le fer heurte ms os blanchis
Par le temps, le vent et la pluie.
Un éclat jaillit dans le nuit,
Vestige de mon cœur trahi.

Mêlé à mes larmes, un ichor
Souille ma peau de noirs sillons :
Décharné, yeux crevés, un mort
Pleure et implore le pardon.
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Charlotte Bousquet (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charlotte Bousquet
La sélection Mois des fiertés : - Rouge Tagada de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini (Les Graphiques collège) - Thèmes : homosexualité et amours adolescentes - Dès 13 ans : https://gulfstream.fr/produit/rouge-tagada/
- Barricades de Charlotte Bousquet et Jaypee (Les Graphiques lycée) - Thèmes : transgenre et harcèlement - Dès 15 ans : https://gulfstream.fr/produit/barricades/
- Les Maux bleus de Christine Féret-Fleury (Échos) - Thèmes : homosexualité, rejet familial et résilience - Dès 13 ans : https://gulfstream.fr/produit/les-maux-bleus/
Thème de l'homosexualité en filigrane : - Les Outrepasseurs de Cindy van Wilder : https://gulfstream.fr/produit/les-outrepasseurs-tome-1-les-heritiers/ - Là où tombent les anges de Charlotte Bousquet : https://gulfstream.fr/produit/la-ou-tombent-les-anges/
Pour le Mois des fiertés, Gulf stream éditeur s'engage auprès de l'association le Refuge, qui vient en aide aux jeunes LGBT+ en difficulté. Ainsi, Gulf stream éditeur reversera 1 € sur chaque titre de la sélection acheter sur son site.
+ Lire la suite
autres livres classés : dark fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le dernier ours

Qui est le personnage humain principal ?

Anuri
Karen Avike
Svendsen
Kiviuq

12 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Le dernier ours de Charlotte BousquetCréer un quiz sur ce livre

.. ..