AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226037985
205 pages
Albin Michel (19/10/1989)
3.82/5   14 notes
Résumé :
" A vingt ans, j'ai été gravement atteint par un coup de feu.
Mon corps s'est retranché de la vie ; par amour pour elle, je rêvais d'abord de le détruire. Cependant, les années, qui me rendaient mon infirmité plus présente, enterraient mon intention de me supprimer. Blessé, je devenais ma blessure. J'ai survécu dans une chair qui était la honte de mes désirs. "
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
zohar
  24 février 2011
« le Meneur de lune » ou l'insurrection de l'âme dans la mort du corps.
Blessé à l'âge de 21 ans, pendant le Première Guerre mondiale, par une balle qui lui traversa la colonne vertébrale. Joe Bousquet (écrivain et poète français) restera paralyser, toute sa vie, jusqu'à sa mort (1897-1950) dans sa chambre à Carcassonne.
De cette infirmité, la poésie deviendra son moteur de vie, ou comme il le dit, lui-même : «son sens du langage et de l'être ». Joe Bousquet au corps meurtri, cassé, fragilisé, et vulnérable, est impuissant ; et, devant une telle déchéance, il la ressent comme une vive douleur.
Mais il la transcendera par la poésie qui surréalise le réel (comme miroir de son corps et de sa douleur qui est devenue son corps même !).
L'homme au vol arrêté, a survolé et la solitude et le temps en tissant dans sa toile (sa chambre) autant de belles correspondances, « Lettres à une jeune fille », « Lettres à Poisson d'Or » que de beaux textes : « Traduit du silence », « le Médisant par bonté », « La Connaissance du soir », « D'un regard l'autre » ou encore « Papillon de neige ».
Toute son oeuvre est un chant sublime de l'amour de la vie : « La peur de vivre est cachée dans l'amour. Et, ainsi dissimulée, elle ne s'appelle plus la peur de vivre, mais bien l'amour de vivre ».
Joe Bousquet fait parti de ces hommes qui font subir un renversement de leur vulnérabilité pour en faire une force ! le handicap limite nos capacités physiques mais n'obère en rien les possibilités infinies de l'être : on est d'autant plus fort qu'on se connaît et s'assume vulnérable.
Aussi, Joe Bousquet compose, certes pour s'exprimer, mais c'est avant tout pour s'emparer de la vie et lui rendre sa hauteur.
Pierre Reverdy disait : « la valeur d'une oeuvre est en raison du contact poignant du poète avec sa destinée ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
GentlemanW
  06 octobre 2011
Poète oublié , quel dommage !
Commenter  J’apprécie          20
morrigan
  24 avril 2012
Joë Bousquet a fait la guerre, la Grande. Et à l'âge de 20 ans, il a reçu une balle qui la paralysé.
Dans le Meneur de Lune, oeuvre de prose poétique, les pensées de l'auteur nous sont livrées, que ce soient des anecdotes ou des réflexions sur la vie, la mort, l'amour, les femmes...
Oeuvre magnifique, le Meneur de Lune est, d'après Joë Bousquet lui-même, l'autoportrait qui lui ressemble le plus.
Cette prose nécessite deux (voire trois) lectures pour être appréciée pleinement. A découvrir.
Lien : https://sites.google.com/sit..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
sonatemsonatem   25 juin 2022
Ce n’est plus l’amour, mais autre chose qui est dans l’air et à quoi tout le monde pense, comme à la mort, mais ce n’est pas la mort. Une main offre à la Souterraine une pierre bleue, à la porte suivante une ombre lui tend un caillou rouge, elle ramasse une émeraude. Ainsi compose-t-elle un collier et le passera au cou d’un être si pâle que toutes les couleurs retournent au blanc sur sa peau de moribond.
Je reconnais la route, le marchand dont les cris faisaient vibrer les vitres, je reconnais les maisons, je ne connaissais pas l’homme qui est caché dans la plus basse. Personne ne le savait de si grande taille, la Souterraine doit ouvrir les bras pour le presser sur elle, on ne le savait pas étendu si bas, elle se jette à genoux pour l’embrasser. Je voudrais intervenir, c’est pour moi que cette femme à risquer de se perdre, pour mon salut qu’elle a risqué le sien. Elle avait déjà les cheveux gris quand je l’ai rejointe. Personne ne savait que son malade était si lourd. Il faudra plusieurs hommes pour porter son brancard. Elle chantera en les suivant. Il l’a apprise à aimer. « C’est un poète qui meurt, disait-elle. S’il n’était pas un enfant, il était mon enfance. »
« Il est cependant des avantages à habiter ses propres yeux: on est un peu dans ce qu’ils voient et presque dans ce qu’ils aiment de trop beau.
« Douceur exquise que l’exil physique révèle. N’être que son regard devant un objet choisi, c’est effleurer la nudité du jour.
« Vous étiez très blanche et c’est la couleur de la joie, mais la vôtre ; la couleur même du jour où mon ombre aura pris ma place.
« Vous le quitterez, vous serez devenue l’horizon, comme au cœur d’un lis noir sa blancheur consumée.
« Vous n’existiez que pour mes yeux, ma voix vous donne asile. Loin de moi, vous serez votre rire, si émouvant de vous avoir parcourue toute...
La tête me tourne comme à ceux qui ont des yeux pour ce qui n’est au monde... »

Toute neuve est l’image
D’un mal qu’on ne sait pas
Et fête un mariage
Où le jour seul viendra

Ceux qui s’en vont ignorent
Qu’une fois en dix ans
L’absence est près d’éclore
Le coquelicot blanc

Au jardin de ma mère
Chaque fleur à son tour
Ferme avec mes paupières
Les yeux menteurs du jour

Où les couleurs sont-elles
Tant que la nuit y voit
Le rouge vend ses ailes
Le blanc est mort de froid

Sur des lèvres où sombre
Un papillon gelé
C’est entre une ombre et l’ombre
Notre amour en allé

Sois moins triste on t’écoute
Ouvre tes yeux d’absente
À la folle qui doute
Du coquelicot blanc

Ton nom ce n’est personne
Mais son propre secret
Tout le noir qui frissonne
D’un bois dans un bouquet

Cueille la fleur de glace
De loin le froid se voit
Ce qui brille où tu passes
Si ce n’était pas toi ?


Deuxième partie : Le bourdon du noir, XII (extraits), pp. 118-121.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
coco4649coco4649   05 octobre 2015
L'HIRONDELLE BLANCHE, II


… Il ne fait pas nuit sur la terre ; l'obscurité rôde, elle
erre autour du noir. Et je sais des ténèbres si absolues que
toute forme y promène une lueur et y devient le pressenti-
ment, peut-être l'aurore d'un regard.
Ces ténèbres sont en nous.
[…]


Il fait jour ton regard exilé de ta face
Ne trouve pas tes yeux en s'entourant de toi
Mais un double miroir clos sur un autre espace
Dont l'astre le plus haut s'est éteint dans ta voix.

Sur un corps qui s'argente au croissant des marées
Le jour mûrit l'oubli d'un pôle immaculé
Et mouille à tes longs cils une étoile expirée
De l'arc-en-ciel qu'il draine aux racines des blés.

Les jours que leur odeur endort sous tes flancs roses
Se cueillent dans tes yeux qui s'ouvrent sans te voir
Et leur aile de soie enroule à ta nuit close
La terre où toute nuit n'est que l'œuvre d'un soir.

L'ombre cache un passeur d'absences embaumées
Elle perd sur tes mains le jour qui fut tes yeux
Et comme au creux d'un lis sa blancheur consumée
Abîme au fil des soirs un ciel trop grand pour eux.

Il fait noir en moi, mais je ne suis pas cette ténèbre bien
qu'assez lourd pour y sombrer un jour. Cette nuit est : on
dirait qu'elle a fait mes yeux d'aujourd'hui : et me ferme à
ce qu'ils voient. Couleurs bleutées de ce que je ne vois
qu'avec ma profondeur, rouges qui m'éclaire mon sang,
noir qui voit mon cœur...
Nuit du ciel, pauvre ombre éclose, tu n'es la nuit que
pour mes cils.


Bien peu de cendre a fait ce bouquet de paupières
Et qui n'est cette cendre et ce monde effacé
Quand ses poings de dormeur portent toute la terre
Où l'amour ni la nuit n'ont jamais commencé. …

p.165-167
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
zoharzohar   02 février 2011
On n'apprend la vérité à des hommes qu'en la leur cachant à moitié.
Commenter  J’apprécie          90
line70line70   19 mars 2011
Le bonheur de vivre est la faculté de s'agrandir, d'être la richesse de plusieurs.
Commenter  J’apprécie          70
coco4649coco4649   25 janvier 2021
Il faut se placer à chaque instant devant la vision de l'instant…



Il faut se placer à chaque instant devant la vision de l'instant qui nous emportera. Si la terre manquait sous mes pieds et que tout se dissipât entre mes mains, de quelle lumière le reformerai-je ? Il y aura un moment dans le désespoir où la poussière sera dans nos imaginations désorientées comme une source jaillissante, la boue même nous rendra plus désolante la nostalgie du bonheur. Nous reconnaîtrons toutes les paroles d'autrefois et les plus tristes, les paroles de mort, même, porteront l'ombre du passé comme un chant lointain de délices dans une nuit sans espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Joë Bousquet (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joë Bousquet
Joe BOUSQUET – Le témoin de la condition poétique (Chaîne Nationale, 1955) Une émission spéciale diffusée, le 28 septembre 1955, en hommage à Joe Bousquet. Produite par Hubert Juin, pour la Chaîne Nationale, elle conviait : Michel Bousquet, Jean Negroni, Albert Béguin, Jean Cassou, Alain Robbe-Grillet, Roger Blin et Martine Sarcey.
autres livres classés : AutoportraitsVoir plus





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1062 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre