AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2354881843
Éditeur : Gulf Stream Editeur (17/01/2013)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 148 notes)
Résumé :
Elle était dans ma classe. Quatrième D. D comme déconne, délire, débile, dévergondé, début, douleur, douceur aussi. Il y avait tout ça, chez nous.
Des pimbêches qui riaient trop fort, des timides, des bébés sages, des filles toutes fières de se comporter en femmes et des garçons qui ne savaient plus comment fonctionnaient leurs mains ni leurs pieds.
Il y avait aussi les Jade et les Benjamin, les bons copains toujours là en cas de coup de blues à la ré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  01 novembre 2015
Elle l'avait rencontrée le jour de la rentrée. Elle l'observait, là, assise sur un banc, plongée dans son agenda. Elle semblait terrorisée. Une allure de gazelle un peu paumée dès qu'elle s'est levée du banc. Layla était dans sa classe, en 4ième, mais Alex n'a jamais osé lui parler. Aussi, lors du jour de l'inscription pour le théâtre, elle lui a tapé sur l'épaule pour lui demander son crayon, Alex est comme subjuguée. Commence alors une belle amitié entre ces deux jeunes filles. Mais, pour Alex, il s'agit d'autre chose...
A la manière d'un journal intime, ce Rouge Tagada s'épanche sur la relation entre Alex et Layla. S'agit-il d'une amitié? D'un amour? le sentiment qui les unit reste ambigu. Car, Alex n'ose avouer ses véritables sentiments à son amie de peur de tout gâcher. Tout en subtilité et délicatesse, Charlotte Bousquet nous livre un album finalement touchant sur l'homosexualité. Les couleurs vives et acidulées et la fraîcheur du dessin collent parfaitement à la tendresse et la jeunesse du propos.
Rouge Tagada, rouge passion...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          611
milado
  10 janvier 2015
Ce n'est pas que ce soit un mauvais livre. Il est très agréable à feuilleter, c'est coloré, dynamique, avec un découpage intéressant, la plupart des scènes sont bien senties. de plus, elle est sympathique comme tout cette jeune fille qui ne sait pas comment gérer et vivre son attirance pour une autre fille.
Quand je le compare avec « le bleu est une couleur chaude », j'ai le sentiment qu'il s'adresse à un public plus jeune que ce soit par le format, le dessin et ses protagonistes élèves en classe de 4ème.
Soit. Mais la chute ne me convient pas. Quel message va-t-il en ressortir pour quelqu'un de 13, 14 ans ? Que Layla s'enfuie parce qu'elle se sent trahie, « violée » ? Je crains plutôt hélas que certains ados en concluent que pour ne pas perdre la personne désirée il est préférable de garder secret ses sentiments... Surtout si cette personne est du même sexe...
Quant à moi, je suis vraiment resté sur ma faim, la chute est trop abrupte, je garde le sentiment que cette BD est inaboutie, dommage, elle avait des qualités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Mahpee
  01 juillet 2015
Présenté comme un journal intime ce petit roman graphique rose bonbon parle des amours adolescents et des turpitudes qui accompagnent cet âge ingrat.
L'héroïne est une jeune fille bien dans sa peau, elle a des amis fidèles, des activités de son âge, tout va donc pour le mieux pour elle. Elle dont on ignore le nom car le livre est écrit à la première personne. le jour de la rentrée des classes, la présence d'une nouvelle, prénommée Layla, va bouleverser sa jeune existence.
Bien plus pudique que la couleur bleue est une couleur chaude, Rouge Tagada, j'ignore si le parallèle coloristique est voulu, nous conte la découverte de l'amour chez une adolescente. le sujet n'est pas nouveau mais il est traité avec fraîcheur, toujours avec goût, même si le sujet peut encore heurter. Les dessins de Stéphanie Rubini agrémentent admirablement cette petite histoire écrite par Charlotte Bousquet, où chacun pourra peut-être un peu se retrouver.
Commenter  J’apprécie          290
canel
  27 avril 2017
Le bleu est une couleur chaude (Julie Maroh).
Et le rouge Tagada (Charlotte Bousquet), c'est la couleur, le goût et la texture des lèvres de Layla quand Alex l'embrasse...
Deux histoires d'amour entre jeunes filles, deux couleurs pour en parler.
Ce deuxième album est destiné à un public plus jeune que celui de Julie Maroh, même si le ton n'est guère plus optimiste.
La bonne idée que transmet l'ouvrage : la frontière est parfois tellement floue entre amitié et amour qu'on peut la franchir, sans devoir se censurer si l'autre est du même sexe (à condition qu'il/elle en ait envie aussi).
Mes bémols : la fin, qui laisse sans réponses les questions que l'on peut se poser à cet âge sur la 'norme' et la honte par rapport à des désirs homosexuels...
Pour toute question sur la sexualité à l'adolescence, voir le site http://www.onsexprime.fr/.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
orbe
  05 mars 2013
Une nouvelle élève. Une amitié qui naît. Mais Alex ressent plus que de l'amitié pour Layla. Comment l'approcher? comment lui dire? Comment lui faire partager ses sentiments? Car Axel est elle aussi une fille...
Au delà de la relation du thème du premier amour, se dessine avec finesse, justesse et pudeur les thèmes de l'amour non partagé et de l'homosexualité. le choix du roman graphique est une réussite. Les illustrations accompagnent avec douceur cet émouvant récit de vie. On reprendrait bien une fraise Tagada...

Lien : http://0z.fr/Ov2ks
Commenter  J’apprécie          320

critiques presse (5)
BDSelection   12 avril 2013
Le texte est sensible et pudique tout en saisissant tous les tenants et les aboutissants de cette relation. Si ce récit est touchant, il comporte quelques maladresses, notamment du côté du dessin parfois un peu trop figé.
Lire la critique sur le site : BDSelection
BDGest   10 avril 2013
Sans avoir l’air d’y toucher, Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini parlent de l’attirance comme peut la ressentir une adolescente qui entrevoit sous le voile des apparences une émotion à la fois plus forte et plus désarmante.
Lire la critique sur le site : BDGest
Bedeo   28 février 2013
Il n’y a nul jugement moral dans les pages de ce roman graphique. Lorsque l’on tombe amoureux, est-ce d’un garçon, d’une fille ou simplement de l’autre ? Chaque lecteur y trouvera sa propre réponse.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Ricochet   19 février 2013
Excessivement touchante, étonnamment sincère, elle nous fait frémir, espérer, souffrir avec elle. Un très bel et très juste ouvrage bourré d'adolescence…
Lire la critique sur le site : Ricochet
Auracan   29 janvier 2013
Les dialogues de la scénariste Charlotte BOUSQUET comme les dessins naïfs de Stéphanie RUBINI transpirent l'adolescence et l'on s'imagine fort bien Alex, la narratrice, transformer son journal intime en cet adorable album que l'on dévore comme des fraises Tagada, jusqu'à ce que le sachet soit vide.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
orbeorbe   05 mars 2013
A deux, tout était plus facile, et j'en arrivais même à oublier mes idées bizarres, mes envies de la serrer dans mes bras, contre moi, d'embrasser ses paupières et le bout de son nez, de goûter ses lèvres roses et, quand elle était triste, de sécher ses larmes avec des baisers. J'oubliais tout ça, oui, parce que nous étions amies. Vraiment amies. Meilleures amies. Inséparables.
Commenter  J’apprécie          230
MahpeeMahpee   01 juillet 2015
Alors, quand elle a relevé la tête, rajusté son bonnet en maille et s'est levée, l'air déterminé, forcément... Forcément, j'ai pris de plein fouet son allure de gazelle un peu paumée.
Commenter  J’apprécie          250
AmbagesAmbages   02 décembre 2015
Je venais d'écrire mon nom sur la feuille quadrillée quand...
ELLE. A. TAPÉ. SUR. MON. ÉPAULE.
Elle m'aurait demandé la lune, je la lui aurais apportée. Après, c'est devenu plus facile.
On s'est souri,
On a échangé quelques mots.
T'aimes le théâtre ?
Ben oui...
Commenter  J’apprécie          90
PegLutinePegLutine   07 janvier 2014
J'ai imaginé que le garçon au nom de caleçon avait déménagé, loin, en Amérique, ou pourquoi pas en Chine, qu'elle ne le verrait plus jamais.
Ou mieux, qu'elle s'était aperçue qu'à force d'être "TROP" il n'était surtout pas assez.
Je me trompais.
Commenter  J’apprécie          50
LilizLiliz   02 mai 2015
Il y a des oiseaux qu'on appelle comme ça - les inséparables. Quand ils ne se voient plus, ils dépérissent. Si l'un des deux meurt, l'autre ne tarde pas à le rejoindre. Layla et moi, on était un peu comme ça.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Charlotte Bousquet (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charlotte Bousquet
Charlotte Bousquet nous dévoile ce qu'elle aime des Imaginales.
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le dernier ours

Qui est le personnage humain principal ?

Anuri
Karen Avike
Svendsen
Kiviuq

12 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Le dernier ours de Charlotte BousquetCréer un quiz sur ce livre