AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070742158
294 pages
Gallimard (05/10/1995)
4.29/5   17 notes
Résumé :
Voici le livre de ses cahiers, son journal intime ou plutôt le long poème de sa vie intérieure. «Je suis dans un conte que mes semblables prennent pour la vie.»
Voici ces pages accolées au fil du temps, ces mots jetés l'un devant l'autre qui tendent à un but inaccessible : «Pour traduire le silence, il faut vivre au-delà de son propre silence, entendre et retenir toutes les voix qui se taisent en nous.»
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique

Parce que c'est avant tout un journal poétisé qui met en exergue ses réflexions sur l'amour et l'art...

Ensuite, ce livre montre bien comment le langage trahit souvent notre pensée.

Enfin, c'est une oeuvre où l'écriture sombre mais poétique irrigue chacune de ses pensées....

Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation

À travers la perception d’un objet, quel qu’il soit, je sens comme une espèce de préjudice causé à ma pensée. Le monde où je vis est accablé par le poids de la lumière, de cette lumière dans laquelle je ne peux pas pénétrer sans que toutes les pensées qui sont en moi deviennent transparentes et se fassent inexistantes comme des spectres. Ce monde est grotesque, et il faut bien qu’il porte son absurdité sur la face puisque, sans en connaître d’autres, je peux le juger imparfait. On ne peut pas rester dans l’horrible lumière, sous la hideuse pluie de rayons, et si quelqu’un d’aussi prévenu que moi y demeure encore, c’est qu’il ne sait par quel bout prendre la nuit.

Il y a une nuit dans la nuit.

Commenter  J’apprécie          180

Vivre de sons, de couleurs. Avoir un royaume dans son regard. Etre ainsi fait que les autres doivent, pour te comprendre, non pas penser, mais songer.

Commenter  J’apprécie          220

Je crois, ce soir, qu'il faut être à sa vie avant d'être à son amour, et que j'ai eu tort de rompre si totalement avec moi-même. J'ai tué ce que je lui donnais de moi.

Commenter  J’apprécie          190

Pourquoi demandons-nous à un être plus qu'il ne peut nous donner? L'excès de notre faiblesse nous inspire l'espoir de le trouver fort. On dirait que l'amour que nous avons pour lui n'est qu'une horreur de notre nature? Nous voulons trouver en lui la négation de ce que nous sommes tout en nous faisant un enchantement de l'idée que nous sommes semblables...

Commenter  J’apprécie          70

Au fond de la plus noire douleur j'ai surtout souffert de trouver des limites à ma faculté de l'exprimer.

Commenter  J’apprécie          230

Videos de Joë Bousquet (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joë Bousquet
Joe BOUSQUET – Le témoin de la condition poétique (Chaîne Nationale, 1955) Une émission spéciale diffusée, le 28 septembre 1955, en hommage à Joe Bousquet. Produite par Hubert Juin, pour la Chaîne Nationale, elle conviait : Michel Bousquet, Jean Negroni, Albert Béguin, Jean Cassou, Alain Robbe-Grillet, Roger Blin et Martine Sarcey.
autres livres classés : poésieVoir plus






Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1083 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre