AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2847202250
Éditeur : Gaïa (07/03/2012)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Paris, juillet 1942.
Un jeune étudiant provincial est prêt à quitter Paris pour rejoindre la Gironde et la maison familiale. Sa valise est presque bouclée et la chambre est rangée. Mais la visite d’un camarade de classe, d’ordinaire distant, va tout changer. Le jeune homme se voit proposer une mission : une rafle va avoir lieu, ici, à Paris, contre les Juifs. Il faut agir. La marche à suivre semble simple. Pourquoi refuser ? Il ne peut pas ne pas agir contre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
horline
  10 septembre 2012
Peut-on réellement qualifier Les guichets du Louvre de roman lorsque le récit est celui d'une journée tristement célèbre imprimée dans la mémoire du narrateur, qui s'avère être celle aussi de l'auteur ?
L'élégance de la plume, l'esthétisme des phrases, le reflux des images claires et précises du passé à peine trahies par les vingt années qui séparent cette journée de la rafle du Vel' d'Hiv du récit plaident en faveur du roman.
Mais l'écriture visuelle qui saisit les couleurs, les lumières, les instants dépouillés, la difficulté à raconter ce qui s'est passé née de la vivacité des émotions dévoilent avant tout le témoignage.
Un témoignage dans lequel le narrateur se cramponne à la volonté d'aider ceux dont il peine à dire le nom tant ils sont ostracisés, à savoir les juifs, en ce jour où des autobus bleus de flics, gendarmes et réservistes barricadent les quartiers populaires de Belleville, du Temple ou encore de Poissonnière. Mis dans la confidence la veille, le jeune étudiant tente maladroitement d'aborder dans la rue ceux qui portent une étoile jaune et de les convaincre de le suivre en-dehors du périmètre encerclé.
C'est un texte captivant. On découvre un récit introspectif riche d'images scellées dans les souvenirs mais aussi de questionnements, de colère sourde, d'indignation face à la distance de ceux qui ignorent ce qui se passe. L'auteur explore aussi tous les niveaux de sa conscience entre élans avortés, maladresses, hésitations, résignations et témérités stupéfiantes, le texte prenant la forme d'un aveu avec toutes ses bonnes intentions et ses renoncements.

Le témoignage n'est pas un exercice aussi simple qu'il pourrait le laisser croire : il est difficile de restituer les faits sans trahir les images du passé par la connaissance ultérieure de ce qui s'est déroulé ou de la portée de l'évènement dans l'Histoire. Les Guichets du Louvre n'échappe pas à cet écueil, le récit est envahi d'introspections lourdes de sentiments fragiles et intenses mais aussi d'orgueil et de solennité mêlés. Comme le dit la chanson c'est peut être un détail pour vous, mais pour ma part le témoignage doit revêtir une certaine candeur pour restituer l'imperfection du moment.
Les fragments introspectifs aussi sincères soient-ils ralentissent par ailleurs le récit. le rythme est lent, accablant, comme la chaleur qui frappait cette journée du 16 juillet 1942. le temps semble figé par l'ignominie de l'action.
Toutefois, ces défauts n'altèrent pas la valeur documentaire de ce récit-témoignage qui refuse la complaisance et l'indulgence en relatant des faits et des comportements que les autorités ont longtemps passés sous silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
MissG
  01 mai 2012
"Madame, je suis étudiant, je ne suis pas juif, et je peux vous aider à passer les barrages : ils ne demandent pas leurs papiers aux femmes accompagnées. Voulez-vous ? ..."
C'est l'une des accroches auxquelles Roger Boussinot a réfléchi en ce matin du 16 juillet 1942 afin d'essayer de sauver ne serait-ce qu'une personne de la grande rafle en cours sous Paris désignée par le nom de code "Vent printanier" mais que L Histoire a retenu sous celui de "Rafle du Vel d'Hiv".
Parce que l'une de ses connaissances est venu chez lui en ce matin du 16 juillet 1942 et lui a demandé de l'aider, Roger Boussinot décide d'ajourner son départ pour la maison familiale.
Sa mission est d'essayer de sauver un maximum de gens possibles, femmes et enfants notamment, arrêtés en cette journée du 16 juillet 1942 par la police française pour le motif qu'ils sont juifs, et pour cela les faire passer sur la rive gauche en leur faisant franchir les guichets du métro Louvre.
En se préparant, Roger Boussinot envisage différentes phrases qu'il pourra dire pour essayer de convaincre les gens de le le suivre, lui, un parfait inconnu : "La démarche est très simple. Avec un enfant, ce serait plus compliqué : un enfant ne suit pas n'importe qui, à moins qu'il n'ait conscience du danger réel. Je commencerais alors par : "Ecoute, petit ...", mais je n'ai aucune chance s'il n'a pas au moins une dizaine d'années."
Pour lui, "Il me semble que cela serait le plus dur : demander d'enlever l'étoile. Prononcer le mot juif, aussi. C'est-à-dire faire remarquer ce qui pour certains est aujourd'hui une tare, une marque, presque une infirmité."
Mais le plus difficile, ce sera tout cela, mais par dessus tout d'aborder les gens dans la rue, de les mettre en confiance, de leur expliquer ce qui est en train de se passer et qu'il ne faut surtout pas rentrer chez soi, surtout pas se fier à la police française.
Roger Boussinot revient avec "Les guichets du Louvre" sur sa propre histoire qui a croisé celle de la grande Histoire en ce jour de juillet 1942.
De façon très pudique, il raconte cette journée, la façon dont il l'a vécue, et quels sont les sentiments qui l'ont habité tout au long de cette journée et en fonction des évènements qui la jalonneront.
Il sera tenté de tout laisser tomber vers le milieu de la journée, puis il se ressaisira.
Quand enfin il réussira à convaincre une jeune fille de rester avec lui, il n'en pourra plus à la fin de journée : "Eh bien oui, je me l'avouais : qu'elle s'en aille maintenant où elle voudra, qu'elle me laisse. J'en ai marre. Marre d'elle. Marre de décider, de marcher, de discuter, d'avoir peur. Marre de la chaleur, de la police, de me trouver encore à Paris, de n'être pas à l'aise dans ma peau. Marre des Juifs ...", mais il le précisera lui-même : "N'oubliez pas combien nous étions jeunes.", comme si quiconque pourrait lui jeter la pierre d'avoir eu de telles pensées.
C'est l'une des forces de ce témoignage, la franchise de Roger Boussinot.
Il n'a pas peur de mettre des mots sur les pensées qui lui ont traversé l'esprit en ce jour et cela rend cette lecture encore plus humaine et ne fait jamais perdre à l'esprit du lecteur que le narrateur est un homme, un simple homme qui ce jour-là a essayé de faire quelque chose, d'agir au nom d'un idéal.
J'ai apprécié la lecture de ce témoignage qui offre une nouvelle vision sur la première journée de cette rafle.
Ce livre a un petit quelque chose de bien particulier, de bien à lui, sans doute parce qu'il a été écrit par une personne ayant vécu l'évènement de l'intérieur, mais pas avec les yeux de personne victime de cette rafle ou de policier, simplement avec les yeux d'un jeune étudiant qui s'est un peu trouvé malgré lui emmené dans le tourbillon de cette grande rafle.
Le style narratif n'a rien de particulier, il s'agit d'un récit et à aucun moment il n'est possible au lecteur de penser le contraire, puisque l'auteur intervient régulièrement, faisant ainsi part de ses sentiments au moment de la rédaction de son propre vécu.
Il a sans doute eu du mal à coucher sur papier son récit et il ne s'en cache pas.
Tout comme il a eu du mal ce jour-là à aborder des inconnu(e)s dans la rue, car il était à l'époque un jeune homme timide, pas forcément très sûr de lui, et il se retrouvait à devoir trouver en quelques instants les mots nécessaires pour convaincre une personne de le suivre et résumer la criticité de la situation.
A noter la note en post scriptum, très intéressante, de Roger Boussinot qui revient sur la genèse de ce récit et qui rappelle les différentes censures auxquelles a été soumise son histoire : tout d'abord la sienne, celle de revenir sur ce tragique évènement; celle de l'Histoire qui pendant près de deux décennies ne voudra entendre parler de rien; et enfin celle des maisons d'édition pour rééditer cet ouvrage.
Je précise d'ailleurs à cet effet que cela faisait longtemps que j'attendais la réédition de ce livre et je commençais à ne plus trop y croire.
J'ai énormément de mal à concevoir qu'une maison d'édition ne veuille rééditer un récit d'une telle qualité et d'une telle importance.
J'attendais depuis longtemps de pouvoir enfin lire "Les guichets du Louvre", le témoignage de Roger Boussinot sur son action en cette journée du 16 juillet 1942.
Son récit offre une vision nouvelle et intéressante de cet évènement tout en restant très pudique, une vraie réussite et un témoignage rare qu'il est utile de connaître, de lire et de faire connaître.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nanoucz
  09 avril 2012
Alors qu'il s'apprête à regagner Bordeaux pour les vacances, un jeune étudiant parisien accepte une mission confiée par Favard, une vague connaissance. D'après celui-ci, en ce 16 juillet 1942, la police française a décidé d'arrêter massivement les juifs dans quelques quartiers de la rive gauche. Il doit tenter d'en sauver quelques-uns, tout faire pour les emmener passer la journée sur l'autre rive de la Seine, les éloigner pour leur éviter l'arrestation.
Dès son arrivée dans le quartier qui lui a été assigné, l'étudiant est témoin des arrestations mais il ne sait comment aborder les personnes qu'il veut sauver, tellement peu sûr de lui qu'il se sent incapable de les convaincre du danger qui les menace et de l'aide qu'il peut apporter.
Puis, il rencontre une jeune fille, d'un âge voisin du sien et cette proximité lui donne plus d'assurance et d'autorité. Grâce à elle, il a l'occasion d'entrer chez des gens, qui prévenus par la police, ont préparé leurs valise et attendent qu'on vienne les chercher. Après qu'elle a accepté d'enlever son étoile jaune, il tente de la persuader de passer la Seine, d'aller au delà des guichets du Louvre.
Ce récit de Roger Boussinot est un témoignage précieux sur cette journée de la rafle du Vel d'hiv, vue avec les yeux naïfs d'un jeune homme, qui n'a pas immédiatement compris l'importance de l'évènement. Par la suite, son témoignage eut à subir plusieurs censures. D'abord la difficulté pour lui de retracer ce qu'il avait vécu, puis la première publication dans les années 60, alors qu'il était surtout question dans ces années-là d'oublier certains épisodes de l'occupation et enfin la chute dans l'oubli, alors que l'éditeur refusait de rééditer ce livre, malgré l'intérêt que commençait à susciter cette période.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
RosePotter
  14 avril 2012
C'est grâce à Babelio et à la Masse Critique que j'ai pu découvrir ce livre de Roger Boussinot. Une biographie, un moment de vie, son histoire dans l'Histoire. On entre dans la peau du jeune Roger Boussinot et on découvre le rôle qu'il a joué durant la « Rafle du Vel d'Hiv » le 16 Juillet 1942.
On découvre comment un petit jeune qui cherchait à rejoindre sa famille dans le Sud a finalement décidé de rester à Paris et de prendre part à la lutte contre la déportation des Juifs en France.
L'intérêt de cette lecture, c'est qu'elle permet de voir un nouveau point de vue. La plupart du temps, les récits sur ces évènements tragiques sont vus du point de vue des Juifs déportés survivants. Ici, ce qui donne une dimension particulière, c'est que c'est une personne « protégée » (entendre, sans raison d'être déportée ou arrêtée) et qui aurait pu tout bonnement choisir de continuer sa vie sans se préoccuper du destin d'inconnus qui décide de s'engager et d'agir, à son échelle.
Nous sommes donc dans les souliers de ce jeune homme, qui nous montre ce Paris menaçant malgré sa beauté, cette dichotomie entre la vie des non-juifs et celle des juifs. Une seule journée couchée avec douleur, avec ardeur, sur cette centaine de pages. On y sent la difficulté et en même temps la nécessité de raconter, de retransmettre cet événement de l'histoire qui l'a personnellement bouleversé mais qui a bouleversé tant de vie. Un récit d'une honte française, un hommage poignant à ces personnes qui n'ont pu être épargnées.
En ce 70e anniversaire de la Rafle, et parce que les années passent, je trouve que ce genre de récit est nécessaire, important. Il ne faut pas que les générations présentes et futures puissent avoir l'impression que cette guerre rasciste fait partie de l'Histoire ancienne au même titre que le règne de Louis XIV. Ces horreurs ont existé, il y a 70 ans seulement. Transmettons ces témoignages pour ne pas l'oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Erine6
  31 mars 2012
Je tiens tout d'abord à remercier les Editions Gaïa et Babelio pour son opération Masse critique qui m'a permis de recevoir cette nouvelle édition des Guichets du Louvre et de faire une belle et poignante lecture.
L'histoire que rapporte Roger Boussinot se déroule le 16 juillet 1942. C'est un témoignage de sa propre expérience qu'il nous raconte lors de cette date très importante de l'Histoire celle de la Rafle du Vélodrome d'Hiver. Il n'est pas Juif mais pourtant il a pris le parti d'agir ce jour-là d'une manière très remarquable.

de par sa manière d'écrire, le lecteur a l'impression d'accompagner notre jeune narrateur, de parcourir les rues en sa compagnie sous cette chaleur de juillet dans ce stress permanent de ne pas réussir à réaliser la mission qu'il s'est donné. La multitude de détails du décor, de ces sentiments ne fait que rendre plus intense cette impression de nous sentir présent à cette période de l'histoire. La découverte du quotidien parisien sous l'Occupation aussi bien pour un « Français » que la population étiquetée « juive », de la traque des Juifs en cette journée par la police française, des réactions de la population parisienne face à cette rafle, le lecteur est véritablement au contact de tout ce qui a composé cette journée et l'ensemble de cette guerre.
La plume de Roger Boussinot est sincère, quelque peu hésitante au début où on y trouve des passages commentant le fait d'avoir choisi tels évènements à raconter plutôt que de les passer sous silence puis sa plume s'envole et nous ne trouvons plus ce genre de passage. J'ai eu le sentiment qu'il était plus à l'aise, qu'il formulait ses pensées de manière plus directe, ou que ses souvenirs étaient plus clairs à force de coucher sur papier son vécu.
Son livre sera aussi le moyen de nous rappeler la foule de pensées, questions qui lui sont passées par la tête ce jour-là, en notre compagnie, il aborde ce qui le met en colère, ce qui lui pèse, ce qu'il a besoin de dire, de comprendre concernant cette atteinte perpétuelle à ce peuple juif depuis le début de cette guerre.
Ce livre sera aussi les récits « éphémères » de plusieurs « vies juives » que la Rafle attrapera. Chacun est poignant, déchirant, on aurait aimé qu'il en soit autrement et on est impuissant tout comme le narrateur.
Cette lecture en plus d'être poignante et révélatrice de faits mal connus, elle permet une fois de plus de prouver que des témoignages comme celui-ci sont importants pour connaître l'ensemble des facettes qui constituent notre Histoire qui ne doivent pas tomber dans l'oubli. Des pires comme des meilleurs comme le prouve bien le paradoxe entre cette mission de cette journée de juillet qui se voulait bienfaisante et « la fin de ce livre qui dénonce un problème historique avec cette adresse aux Guichets du Louvre ».
Pour finir je vous conseille, vous adolescents aux plus âgés, de lire ce récit où se livre Roger Boussinot l'espace d'une journée.

Lien : http://inspireretpartager.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
horlinehorline   10 septembre 2012
Et moi, là-dedans, […] au gré d’un monstrueux hasard, le miracle qui ne s’est pas encore manifesté, la main qui ne s’est pas encore tendue. J’ai le pouvoir d’arracher un être humain au cauchemar, sinon de lui rendre la vie, d’interrompre au moins son agonie. Je suis celui qui peut bloquer le déclic, mettre le cran de sûreté, ne serait-ce que jusqu’à demain : celui qui peut en sauver au moins un, comme a dit Favard, dérisoire et pourtant quelle victoire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MissGMissG   01 mai 2012
Eh bien oui, je me l'avouais : qu'elle s'en aille maintenant où elle voudra, qu'elle me laisse. J'en ai marre. Marre d'elle. Marre de décider, de marcher, de discuter, d'avoir peur. Marre de la chaleur, de la police, de me trouver encore à Paris, de n'être pas à l'aise dans ma peau. Marre des Juifs ...
N'oubliez pas combien nous étions jeunes.
Commenter  J’apprécie          20
Erine6Erine6   01 avril 2012
Chaque regard porté sur eux, même innocemment comme les miens, et qui les identifiait comme Juifs, les poignardait; chaque fois qu'ils lisaient le mot juif sur les murs, dans le journal, ils mouraient un peu plus: on les a lentement égorgés, leur sang a coulé goutte à goutte.
Commenter  J’apprécie          20
MissGMissG   01 mai 2012
La démarche est très simple. Avec un enfant, ce serait plus compliqué : un enfant ne suit pas n'importe qui, à moins qu'il n'ait conscience du danger réel. Je commencerais alors par : "Ecoute, petit ...", mais je n'ai aucune chance s'il n'a pas au moins une dizaine d'années.
Commenter  J’apprécie          20
MissGMissG   01 mai 2012
Madame, je suis étudiant, je ne suis pas juif, et je peux vous aider à passer les barrages : ils ne demandent pas leurs papiers aux femmes accompagnées. Voulez-vous ? ...
Commenter  J’apprécie          10
Video de Roger Boussinot (3) Voir plusAjouter une vidéo

Cinéma
Les improvisations musicales sont interprétées par Gérard PARMENTIER au piano. Emission publique présentée par François Régis BASTIDE consacrée au cinéma, avec les critiques Georges CHARENSOL, Françoise MAUPIN, Michel CIMENT, Robert BENAYOUN et Odile GRAND qui parlent de : - la parution de "L'Encyclopédie du cinéma" de Roger Boussinot : (8') - à 8'50", invitée de...
autres livres classés : rafleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1657 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre