AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203172274
Éditeur : Casterman (18/09/2019)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Malgré des avancées grâce au mouvement #metoo, le Projet Crocodiles est toujours utile aujourd'hui pour combattre toutes les formes de sexisme !
Le Projet Crocodiles naît sur Internet en même temps que le site Paye Ta Shnek et bien avant le mouvement #metoo. Des témoignages de femmes victimes de harcèlement de rue et de sexisme y sont transposés en bande dessinée avec une originalité : les hommes sont représentés sous la forme de crocodiles.
Juliette ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
agnesrobert
  20 novembre 2019
Le manque d'attrait des illustrations disparaît très rapidement derrière un contenu au ton juste, abordant des situations très diverses dans lesquelles n'importe quelle femme, à mon sens, peut se retrouver au moins en partie.
Pour ma part, ce qui a fait le plus écho à des situations vécues se trouve vers la fin de l'album (comportements de gynécologues et violences obstétricales).
Commenter  J’apprécie          90
mydearema
  30 septembre 2019
Alors cet album je l'attendais avec tellement d'impatience… Je n'ai jamais pu lire le premier en fait. Juste des planches qui se retrouvaient ici et là sur un site ou l'autre qui traitait du harcèlement de rue. Je pense que les dessins sont assez célèbres, tu en as probablement déjà vu passer à un moment donné.
Parce que c'est un sujet encore bien trop d'actualité, un deuxième album était nécessaire à mon sens. D'entrée de jeu, ils disent bien que l'album peut s'avérer dur à lire. Ils proposent également aux personnes n'ayant pas subi de violences sexistes/sexuelles de débuter leur lecture dans une optique qui se veut empathique. Encore une fois, il ne s'agit pas de dire que tous les bons monsieurs sont des méchants crocodiles, on a compris, on le sait. Par contre, il s'agit bien de montrer que 100% des femmes subissent des violences ou discriminations liées à leur sexe. C'est une réalité, c'est un fait. Notre monde est encore majoritairement vu à travers un prisme masculin, le patriarcat c'est ça le problème. C'est une déconstruction longue à faire mais absolument nécessaire …
Cet album parle autant du harcèlement de rue, des violences sexuelles et du viol mais aussi de l'accueil réservé aux victimes et par extension de la problématique du dépôt de plainte. Il couvre aussi les violences commises à l'égard de la communauté LGBTQ+ et enfin les violences dites obstétricales/gynécologiques.
Il a quelques semaines j'ai à nouveau été harcelée en rue. Ça faisait un moment, je me sentais à nouveau à peu près sereine dans ma ville. Puis en l'espace de deux aller-retours de ma fac à mon arrêt de bus, j'ai eu droit au défilés des gros relous du quartier. C'est usant, usant d'être dans l'espace public, usant de devoir réfléchir à la meilleure tactique pour ne pas se faire cogner ou pire lorsqu'on se fait aborder dans la rue et qu'on souhaite juste être tranquille. T'as beau faire tourner dans ta tête des discours tels que « faut pas laisser la peur te gagner, tu vas pas passer ta vie à stresser » ou « bats-les-ovaires j'suis une bad-ass, au bucher le patriarcat ».. beh, dans les faits, tu sais que d'une situation de drague banale tout peut très vite escalader… Alors oui, à nouveau, tu as peur. Peur car tu sais que c'est justifié, que tout un tas de trucs vraiment moches nous arrivent vraiment trop souvent. Et mon discours ne se veut pas juste inutilement alarmiste. Non, je rêve réellement du jour où je ne trouverai plus usant de me balader seule, de me trouver dehors, de me trouver jolie, de ne pas devoir élaborer des stratégies pour pouvoir éviter des catastrophes.
« Les crocodiles sont toujours là » sont des témoignages de détresse, mais aussi parfois des témoignages de bienveillance, de support et de compréhension. Se montrer défaitiste face à des violences systémiques de cette ampleur, c'est un peu naturel je pense. J'essaie de me montrer optimiste quand on me vend du rêve à me parler de certains endroits plus safe que d'autres, de policiers bien formés ainsi que tout autre corps de métiers bienveillants. Ça fait du bien, et l'album en parle également.
L'accumulation récente des témoignages de tout horizon tend à faire de plus en plus peur : à juste titre, c'est une émotion plus que légitime. Ce que ces réalités démontrent c'est bien l'urgence de faire quelque chose… Y a un manque d'implication de la part du gouvernement de part son inaction dans cette lutte, un problème d'éducation qu'on répète sans cesse ainsi qu'un gros soucis au niveau de la justice.
C'est fini le silence, aussi longtemps que ces violences resteront occultées, nous continuerons à les crier. Merci à Casterman, Juliette Boutant et Thomas Mathieu de les faire entendre aussi.
Lien : https://mydearema.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Minimouthlit
  18 septembre 2019
Si le premier tome s'attardait principalement sur le harcèlement de rue, ce nouveau recueil se veut plus large. En compagnie de la dessinatrice, Juliette Boutant, Thomas Mathieu s'attaque cette fois-ci au sexisme et aux violences faites aux femmes dans leur vie de couple, sur leur lieu de travail ou lors de leurs interactions avec la police ou les gynécologues.
On va commencer par le seul point négatif de cette chronique : je n'aime pas spécialement le style de dessin de Juliette Boutant et Thomas Mathieu dans cette bande dessinée. le but de Crocodiles n'est aucunement de faire de la « belle » BD, mais il n'empêche que ça ne me séduit pas des masses. Voilà, c'est dit, maintenant on peut rentrer dans le vif du sujet. Bref, dans ce qui est vraiment important.
Parce que oui, le message de Les crocodiles sont toujours là doit être diffusé au plus grand nombre et doit servir de médium de discussion. D'une part, pour les hommes qui n'auraient pas conscience du sexisme encore beaucoup trop présent dans notre société ou qui veulent s'éduquer. D'autre part, pour les femmes afin qu'elles se rendent compte qu'elles ne sont pas seules et trouvent, peut-être, un réconfort dans ce triste constat, voire des pistes pour combattre ces violences.
Et l'esprit de sororité, on l'éprouve fort en lisant les témoignages recueillis par les deux auteurs. de quoi nous faire sourire ou rire par moments, de quoi nous donner envie de pleurer à d'autres. Tandis que les témoignages se succèdent, on est de plus en plus affligés face à ces situations bien trop connues, bien trop vécues et surtout bien trop banales et acceptées par la société. N'importe quelle femme peut se retrouver non pas dans une, mais dans plusieurs des histoires mises en scène dans la bande dessinée. On se retrouve également dans ces sentiments d'injustice, d'incompréhension et malheureusement de culpabilité non justifiée qui sont très bien mis en évidence dans la BD.
Mais la force des Crocodiles sont toujours là réside dans le fait que les auteurs ne tombent pourtant jamais dans le donnage de leçons ou le paternalisme. Ils dressent simplement un triste constat de la situation actuelle qui, même s'il fait sourire par moments, rend compte de l'ampleur du problème. Une bande dessinée totalement dans l'air du temps et particulièrement importante à une époque où on essaye encore de nous faire croire que le féminisme a déjà mené à bien tous ses combats. Ce n'est, évidemment, pas le cas et le chemin est encore long pour changer les mentalités d'un côté comme de l'autre.
À mettre entre toutes les mains !
Lien : https://minimouthlit.com/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ninaalu
  06 novembre 2019
As-tu peur en marchant dans la rue ? Rentres-tu à n'importe quelle heure ? Dans n'importe quelle tenue ? En 2013, Thomas Mathieu décide d'illustrer des témoignages de harcèlement de rue envoyés par des femmes. L'année suivante, l'album Les Crocodiles paraissait, centré sur ce sujet. Cinq ans plus tard, on sent l'influence du mouvement #balancetonporc et des nombreux tumblr #payetaschnek, #payetongyneco etc. Ce nouvel album propose des scénettes aux sujets plus larges.
On trouve toujours des témoignages de harcèlement de rue, mais également la difficulté à être correctement reçues et écoutées par les forces de police, le sexisme au travail, chez les médecins spécialisés et également dans la sphère privée : couple et parents. On découvre aussi les réflexes misogynes qui sont ancrés chez les femmes, inconsciemment ou non.
Alors oui, on pourrait reprocher à cet album d'être subjectif et de ne montrer que des hommes-crocodiles, mais malheureusement on évolue encore dans une société trop sexiste. Il y a encore des hommes qui retirent leur capote sans prévenir, qui pensent que le sexe leur est dû, des personnes qui pensent qu'on mérite de se faire violer parce qu'on porte une jupe, qu'un avortement doit se faire dans la douleur pour bien rentrer dans le crâne des femmes ce qu'elles font, que les gynécos savent mieux que les femmes ce qu'elles ressentent, etc.
Honnêtement c'est un album un peu déprimant, qui met parfois mal à l'aise. Mais c'est surtout un album utile, véridique, qui fait réfléchir, et encore aujourd'hui nécessaire, malheureusement. Tous les hommes ne sont pas des crocodiles, heureusement.
Lien : https://ninaalu.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (3)
Sceneario   19 novembre 2019
Les planches sont accompagnée de textes qui permettent de bien se rendre compte qu'au lieu de mettre tout le monde dans le même sac, il peut être intéressant de réouvrir le dialogue, de faire changer les mentalités ! Un album coup de poing très conseillé ! Une lecture très importante, nécessaire !

Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   20 septembre 2019
Un ouvrage utile et nécessaire qui libère la parole et lève le tabou sur un phénomène de société global, malheureusement trop fréquent et banalisé. À lire.
Lire la critique sur le site : BDGest
LeMonde   18 septembre 2019
Thomas Mathieu s’est finalement associé à une auteure ayant pâti personnellement du sexisme, Juliette Boutant, 28 ans. Leur album à quatre mains est édifiant, par l’accumulation des faits reproduits dans leur brutalité nue.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
NinaaluNinaalu   06 novembre 2019
- Je vais devoir avorter à l’hôpital.
- Je veux que tu choisisses l’anesthésie locale pour que tu comprennes BIEN ce qui t'arrive.
Commenter  J’apprécie          10
NinaaluNinaalu   06 novembre 2019
Au moins quand j’aurai le stérilet, je pourrai aller moins souvent chez le gynéco.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : avortementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Trouvez l'éditeur

?

Éditions Buchet/Chastel
Éditions Buchet/Chanel

15 questions
98 lecteurs ont répondu
Thèmes : recel , moravieCréer un quiz sur ce livre