AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782723472548
72 pages
Glénat (15/09/2010)
3.55/5   44 notes
Résumé :

Après une apocalypse d’origine inconnue, l’humanité a disparu. Reste un homme, qui n’aura même pas à se battre pour survivre dans une ville où la nature reprend lentement ses droits. Plus que jamais, le mot solitude prend son sens. Ses rêves et songes mais surtout, ses souvenirs et fantômes du passé prennent toute la place dans ses pensées.À la différence de La Route de McCarthy e... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,55

sur 44 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

LePamplemousse
  23 février 2015
"Entre les ombres" est une bande dessinée qui est presque sublime.
Les dessins au crayons sont magnifiques mais la taille de ces derniers est assez petite et cela gâche un petit peu le plaisir.
Il ne reste qu'un homme, un seul, dans une grande ville complètement vide.
L'apocalypse a eu lieu et la nature a rapidement envahit les toits, les murs, et recouvert le béton.
Nous suivons les déambulations de cet homme, qui dort dans un magasin de meubles, au rayon "matelas", qui va régulièrement chercher à manger dans un supermarché abandonné, qui "emprunte" des tableaux dans un musée et les accroche dans son nouveau foyer.
J'ai beaucoup aimé ces balades solitaires dans une ville sans vie, mais où la beauté a encore sa place.
De nombreux flash-back nous apportent des éléments de sa vie d'avant, révélant ses souvenirs, ses faiblesses et ses regrets.
Cette histoire ressemble à un rêve, les décors et les paysages surréalistes nous entraînent dans une épopée dont on devine l'inéluctable mais qu'on a plaisir à savourer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
BlackWolf
  31 mars 2011
Mon Avis : Je continue ma plongée dans la Bande Dessinée et cette fois je me suis laissé convaincre par Entre Les Ombres de Arnaud Boutle. Ce qui m'a convaincu de repartir avec ce livre c'est sa couverture que je trouve vraiment bien dessinée et très jolie. Puis après avoir feuilleté quelques pages, je ne pouvais pas passer à côté de cette histoire d'apocalypse.
L'humanité entière a disparue, il ne reste plus qu'un homme en vie qui survit dans une ville ou la nature reprend ses droits sur la planète entière. A travers cette histoire on va suivre un petit morceau de sa vie. Quand on parle apocalypse on pense rapidement à des livres comme La Route de McCarthy ou Je Suis Une Légende de Matheson et pourtant ici rien à voir. le seul ennemi de notre héros c'est lui même. Ne cherchez pas de l'action ou de la violence, dans cette BD tout est poésie et souffrance, la souffrance d'un homme seul avec ses souvenirs et ses regrets.
On suit cette tranche de vie de ce survivant avec un certain plaisir ou l'ambiance apocalyptique est très bien représentée. Les dessins sont vraiment bien faits comme le montre la couverture qui m'a attirée, reposant principalement sur des couleurs sombres et où l'auteur aime à jouer avec les ombres. Seule la nature et sa couleur verte viens égayer un peu cet univers. Des dessins qui mettent facilement dans l'ambiance, je reprocherai peut être juste un manque d'émotion sur le visage des personnages, comme s'ils étaient figés.
L'auteur utilise peu de textes s'appuyant plus sur les silences et les non-dits pour nous faire passer ses idées. Des silences qui offrent des moments de poésie et d'émerveillement à travers chaque case et chaque page. Notre survivant est vraiment poignant dans sa quête de survie plus pour les disparus que pour lui même. Les flash-back offrent une certaine nostalgie et aussi quelques réponses à nos questions. Mais voilà une fois la page tournée on ressent une légère pointe de déception, beaucoup de questions restent sans réponses et finalement on n'apprendra pas grand chose sur le héros. On a suivi qu'un léger morceau de sa vie, mais un morceau vraiment captivant, émouvant et magique
La grande question que se pose cette BD c'est à quoi bon continuer à vivre en étant le dernier homme sur terre? Pourquoi continuer à faire les courses dans des magasins dévalisé ou à essaye de trouver de l'électricité quand on est seul. Peut être en mémoire des disparus. Chacun y trouvera sa propre réponse en lisant ce livre. Si j'ai juste un reprocher à faire concernant cette BD c'est son prix, je le trouve un peu trop élevé.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
valunivers
  13 mars 2012
L'apocalypse a eu lieu. Comme dans La Route de McCarthy, il n'est pas important de savoir ce qui s'est exactement passé, mais quelques planches nous laissent deviner des émeutes, maladies et des morts…de nombreux morts, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un.
Le quotidien de ce survivant est très routinier, rythmé par la recherche de nourriture dans un supermarché, la pêche et ses promenades dans une ville morte que la nature semble avoir (re)conquis.
On pourrait presque croire qu'il mène une vie banale. Il s'est installé dans un magasin de literie, lit et joue du piano.
La musique tient une grande place dans sa vie. Elle lui rappelle la femme qu'il a aimé, leur rencontre, les espoirs qu'ils ont forgés jusqu'à ce rendez-vous manqué.
Pour cet homme, l'ennemi, me semble être lui-même, l'ennui et la solitude.
Ni l'homme ni l'animal ne viennent troubler cette quiétude ce qui donne à cette BD un rythme très lent et introspectif. Peu de mots sont utilisés mais il en ressort une poésie et une force extraordinaire. J'ai été bouleversée.
Merci Arnaud Boutle !
Lien : http://www.valunivers.fr/sci..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
chocobogirl
  21 avril 2011
Après une apocalypse dont on ne sait pas grand chose et qui a décimée l'humanité toute entière, un seul homme erre encore sur cette planète dévastée. Seul rescapé, il survit dans une grande ville anonyme où la nature reprend peu à peu ses droits. Désespérement seul, notre héros continue à vivre avec ses souvenirs et ses regrets.
On pense forcément à "La route" et pourtant on en est tout de même éloigné.
On découvre ici un homme qui continue de vivre contre et malgré tout. Dévalisant les supermarchés pour se nourrir et habitant dans des magasins de meubles. Pas de menaces particulières dans cet enfer silencieux, pas de bêtes sauvages ou de zombies sortis de films d'horreur. Juste lui, le silence et les souvenirs qui l'aident à continuer à avancer. Les jours se suivent et se ressemblent, les saisons passent, apportant leur lot d'inconfort.
Ses seules distractions :se remémorer son existence passée et ses petits riens qui en font le sel. Les parties de pêche avec le grand-père, son rapport à la musique, ses histoires amoureuses, .... Mais des souvenirs qui le renvoient inexorablement à sa solitude désormais sans fin. Notre homme s'invente des compagnons, profite des dernières ressources électriques, se met à la lecture et passe son temps comme il peut pour mieux combattre son démon à lui : la solitude.
Les amateurs d'action passeront leur chemin. Voilà un album très contemplatif qui n'a d'autre souci que de nous montrer une tranche de vie d'un survivant, son quotidien, ses pensées, ses questionnements. L'ambiance de fin du monde est parfaitement retranscrite même si la vie dans un monde où on reste le dernier survivant ne semble pas si difficile de prime abord, d'un point de vue "technique".
Si le pitch de départ semblait intéressant et original, l'album laisse néanmoins sur sa faim. L'histoire se cloture sans grande explication, laissant notre héros dans le même état que quand le lecteur l'a trouvé.
Les dessins, au contraire, sont plutôt bien grattés. La couverture qui m'a d'ailleurs attiré vers cet album reflète très bien le contenu de l'ouvrage. Les couleurs tendent majoritairement vers le noir, blanc et gris, ponctué de touches vert foncé, associées à la nature de plus en plus envahissante qui défait inexorablement l'oeuvre de l'Homme.
"Entre les ombres" est donc un bel album poétique et intimiste à déguster avec finesse mais qui aurait mérité un je ne sais quoi supplémentaire (un supplément d'âme ?) qui en aurait décuplé toute la force.
A découvrir tout de même !
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TwiTwi
  25 février 2012
Entre les ombres, c'est l'histoire d'un gars qui est le seul survivant d'une apocalypse qui a ravagé l'humanité. Il vit dans une grande ville, complètement vidée de ses habitants et retournant petit à petit à l'état de nature. Comme il est tout seul, seuls ses souvenirs et les ombres de la foultitude de la ville lui tiennent compagnie. Tel un Robinson Crusoé moderne, il erre d'un cinéma vide aux étages d'un magasin Ikea où il a élu domicile, va faire ses courses au supermarché sans file d'attente aux caisses et pense à son passé qui lui laisse certains regrets.
Une très forte impression de mélancolie se dégage de cette bande dessinée. Certes le sujet en est la cause mais elle est fort bien rendue par les choix de couleurs : prédominance de gris, bleu pour les flashback, avec des touches de vert-jaune, le plus souvent pour la végétation qui envahit la ville. Seule couleur vive représentée, elle symbolise pour moi l'espoir.
Quand on le voit parcourir la ville, parlant de la bibliothèque ou il aurait bien élu domicile, scrutant les iPod devenus inutiles sans électricité, choisissant ses tableaux préférés au musée du coin, bref vaquant à des occupations somme toute banale pour un survivant de l'apocalypse, on ne peut s'empêcher de s'identifier à lui, justement par la banalité de ses interactions avec des objets qui font partie de notre quotidien.
La lecture de cette bande dessinée m'a fortement touchée, traitant de la solitude de façon intemporelle, et qui va bien au-delà d'une lecture postapocalyptique de divertissement. On ressent avec gravité les émotions de ce pauvre type perdu au milieu de sa ville, entouré par les morts, poursuivi par ses souvenirs (et des crabes géants aussi), mais aussi ce qu'il lui reste d'espérance. Et on espère avec lui.

Lien : http://ledragongalactique.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
TwiTwiTwiTwi   25 février 2012
La bibliothèque est maintenant en pleine brousse ...
Au début, j'avais pensé y aménager directement
... Avec un bon canapé et un lit confortable.
Commenter  J’apprécie          90
BibliotekanaBibliotekana   03 juillet 2013
Comment tout ça a pu arriver ? Comment le monde a-t-il bien pu sombrer ? Pourquoi faut-il que ce soit moi le dernier ? Tout ça n'a aucun sens. En fait... peut-être suis-je simplement fou !
Commenter  J’apprécie          10
TwiTwiTwiTwi   25 février 2012
Après l'apocalypse ...
Je me suis mis à la pêche.
Commenter  J’apprécie          60
PillyPilly   15 janvier 2022
...plus de 800 000 morts. L'effondrement des réseaux européens ne nous permet que des projections. Une seule chose semble certaine, c'est que la pénurie est totale.
Commenter  J’apprécie          10
PillyPilly   15 janvier 2022
La bibliothèque est maintenant en pleine brousse...

Au début, j'avais pensé y emménager directement...

...Avec un bon canapé et un lit confortable...

Mais c'était quand même plus simple de déménager quelques livres plutôt qu'un canapé...
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : apocalypseVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

As-tu bien lu la BD Pinocchio

Qu'est-ce qui manque à Pinocchio?

des pieds
un nez
des mains
des oreilles

5 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Pinocchio, tome 1 : Comme une feuille au vent de Arnaud BoutleCréer un quiz sur ce livre