AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081294133
Éditeur : Flammarion (30/01/2013)

Note moyenne : 2.43/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Le créateur des Grosses têtes raconte ses 60 ans de parcours professionnel, de son premier poste de garçon de courses au«Figaro»à aujourd'hui.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
moravia
  28 juin 2018
En voyant l'été arriver j'ai pensé qu'il me fallait une lecture facile. Un livre que je puisse lire en dilettante, l'abandonnant quelques jours si cela me chante, l'oublier même pour d'autres plaisirs. Un livre où je n'aurais aucun scrupule à abandonner en chemin.
Mon choix fut facile. Quelques jours avant j'avais acheté ce livre dans un vide-greniers en pensant que si j'avais résisté à la tentation devant "Un oursin dans le caviar" (je trouvais le titre amusant) il était idiot de persévérer dans ce rejet. Je pourrais même parler d'un rejet épidermique tant l'auteur me déplaisait. Allez savoir pourquoi ? Sa façon de rire qui laisse croire qu'il a un ressort en guise de cou ? Son apparition excessive dans les médias ? Pour faire court je peux dire que je ne le "sentais pas".
Malgré ce lourd handicap, j'ai lu ce livre d'une traite. Jamais ennuyeux, souvent spirituel, Philippe Bouvard apporte un témoignage sur son métier de journaliste et d'animateur qui m'a séduit.
Contrairement à beaucoup de livres de ce genre, écrits par des "People" qui s'ils possèdent un talent de chanteur, de comédien ou de sportif ne devraient pas pour autant se croire écrivain, les souvenirs de Philippe Bouvard ont un style qui va au-delà du langage journalistique.
Désormais, lors de mes balades dominicales je n'aurais plus cette moue de dédain devant ses livres.
Bientôt un Oursin dans le caviar au menu ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
Nicolas053
  27 octobre 2017
Heureusement, j'ai simplement emprunté ce livre en bibliothèque, par un malheureux hasard. S' il est encore disponible à la vente, ne l'achetez surtout pas. C'est un simple recueil d' anecdotes, décousues, sans aucune mise en perspective. Cela ne mérite pas le terme de journalisme dans le sous-titre. Dommage, c'est pourtant bien écrit. Les portraits de ses contemporains n'apportent rien aux souvenirs de l'auteur car aucun élément n'est mis en relation avec son époque. Franchement, des mémoires qui ne servent à rien.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   01 juillet 2018
Le critique littéraire

Parfois choisi parmi les écrivains ratés, il lui est déconseillé d'exercer des vengeances trop visibles. Souvent lecteur chez un grand éditeur, il ne doit pas davantage paraître privilégier la production de son employeur. Certes, il est autorisé, voire encouragé, à parler favorablement des bouquins publiés par les collaborateurs du journal auquel il appartient mais lorsqu'il critique (sic) l'œuvre d'un ami, il est plus crédible si, au milieu d'un concert de louanges, il inclut une petite fausse note. Moyennant quoi quand le critique littéraire publie à son tour un roman ou un essai il est assuré, en vertu du système dit des renvois d'ascenseur, d'excellents papiers des autres critiques littéraires. Ainsi est-il prouvé statistiquement que, dans les rubriques spécialisées, on parle quatre à cinq fois plus des livres signés par des journalistes écrivains que par des écrivains non-journalistes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
moraviamoravia   03 juillet 2018
Trois jours plus tard, je passais à la caisse. Vingt ans d'ancienneté, cela ne se refuse pas. Surtout quand on a de menus travaux à faire dans sa maison de campagne. Je me souviens de Bernard Pivot qui, de même, avait quitté Le Figaro nanti d'un confortable viatique et qui, l'ayant transformé en piscine dans sa propriété de Bourgogne, l'avait inauguré solennellement en faisant sceller sur la margelle une plaque indiquant "Bassin Jean d'Ormesson" du nom du directeur académicien qui l'avait mis à la porte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
moraviamoravia   02 août 2018
Mais le principal passage se situe en 1990 lorsque les rubriques people sont devenues des magazines du même métal. Un titre d'abord puis deux puis trois puis quatre. Aujourd'hui, les plus austères publications se croient obligées d'évoquer la vie privée des stars.
Comme ces dernières se font de plus en plus rares, les people sont descendus jusqu'aux psychopathes et aux schizophrènes de la téléréalité. Mais, hégémonie cinématographique oblige, les acteurs américains se taillent toujours la part du lion. Et dans leur sillage, des petites comédiennes sexy et peu frileuses dont nous connaissons davantage les mensurations que la bibliographie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
moraviamoravia   04 août 2018
Manouche
Elle fut la version féminine de Papillon puisque, comme lui, elle tira sa célébrité d'un passé orageux et de mauvaises fréquentations. Son principal titre de gloire était d'avoir partagé le lit du fameux gangster Carbone. Avec des intonations de poissarde, elle m'avait volontiers avoué qu'elle avait été séduite par ses tatouages : "Quand nous faisions l'amour, je ne me suis jamais ennuyée. J'avais toujours de la lecture sur son torse."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
moraviamoravia   13 août 2018
Carmet (Jean).
[............................................]
Il avait mis au point un comique qui n'appartenait qu'à lui et qui consistait à sublimer le ratage, l'inabouti, le dérisoire. Il nous faisait hurler de joie lorsqu'il décrivait sa vie quotidienne : " j'entre dans un café. Une jolie femme est au bar. Je lui offre un verre. Elle me répond "Casse-toi minable !"...encore un souvenir..." Il m'avait dit un jour, à la fin d'un de ces déjeuners qui ne se terminaient jamais avant cinq heures de l'après-midi : " Les meilleurs moments de ma vie, je les aurai passés au fond d'une chopine."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Lire un extrait
Videos de Philippe Bouvard (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Bouvard
Une simple question qui dérape sur le plateau des Grosses Têtes... Les moustachus.
autres livres classés : célébritéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Harry Potter à l'école des sorciers

La famille Dursley vit à Privet Drive, à quel numéro exactement?

3
4
6
8

15 questions
4321 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'Ecole des Sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre