AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229002693X
Éditeur : J'ai Lu (05/01/2011)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 8 notes)
Résumé :
« Je suis mort hier. Au seuil de l'éternité, j'ai déjà mesuré le monument de bêtises qu'on édifie à chaque fin d'existence. Moi, le premier. Encore que, par superstition, j'évitais le sujet. C'est à destination des survivants provisoires que j'ai donc décidé de tenir, durant ma première année d'éternité et avant d'être gagné par la routine posthume, mes carnets de mort. »

Des carnets qui n'ont rien de morbide tant ils manient l'ironie et assènent des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
greg320i
  05 juin 2015
Attention Messieurs-Dames, Bouvard sort du tiroir pour nous causer de sa langue du terroir :
Celle du rire et de la décadence, de celle qui pend,prend et surprend par tant d'investiture dans la démesure : figure de style, effort de paraphrase, multiples délices d'humour raffiné et effilé de longues années à s'en enfiler.
C'est qu'il a filé doux Philippe ..
Mieux ! Comparé aux humoristes (qui se définissent parfois ainsi de nos jours) mortel et moderne, notre boulevard du rire tient encore -à défaut de corps- la dragée haute :
C'est qu'il est gourmand Phi-Phi,, et déjà tout petit à l'époque sous les jupes des filles,,
Bref , En apparence voyez-vous l'appendice déjà humide et frétillant pourrait sembler raide ou pompeux: Que nenni mon vieux !
Ce Philippe là n'est pas comme ça, non, mais toujours empreint d'humilité et de spontanéité solennelle.
C'est qu'il a du en entendre de belles, des ouvertes et pas mûres. oh sûr !
Voilà sans doute pourquoi, bien installé dans sa coquille surmonté d'une croix, frais comme un gardon notre garçon prête encore sa voix ,au moyen d'un dictaphone accroché au cercueil :
Ma foi, pourquoi pas ? Stephen King, lui, à bien fait revenir Winston Churchill ( le chat !) de "là-bas en bas " , n'est ce pas ? Et selon Maxime le Forestier "Ambalaba" etc, etc, (les formules magiques de nos jours .. .)

Mais revenons plutôt à notre mouton oui, de celui qui ressemble à s'y méprendre à un poisson, je dirai une gentille grosse carpe, quoi qu'il cause beaucoup lui.
Désormais enterré et entériné hors des territoires commun aux mortel, -sans doute mort de rire- entamé et rétamé par tant de causerie aux Grosses Têtes,, pardon LES grosses têtes,,hem , le fabuleux interprète de l'émission phare et forte en culture nous assaisonne désormais de son bouillon de culture.
Un poison violent distillé mais millésimé de petites touche de grandiose ,,
Faut dire qu'il en a surement vu des choses le monsieur.. excusez du peu ..
Hermétiquement hiératique dans son caveau, l'imposant journaliste de 80 ans se déclare comme jamais tout feu ( naturellement ) tout fou.
Officiel ? Erreur sur la ligne mon cher si vous pensiez à une sorte de biographie.
Même post-mortem , son indicateur de bonne humeur pointe encore à cent à l'heure pour une vitesse de sédimentation en élévation constante. Personnellement je n'ai jamais vu un décédé aussi décidé de mordre la vie ainsi , c'est à croire qu'il n'y a pas que le cyclisme qui donne des ailes. de toutes manières,tous les sports pour prendre son pied ,que ce soit à la main, de maintes façons ou cérébraux (entre autres) sont bon . Ça ' cultive ' comme on dit. ..Et Ça rapporte au tiroir-caisse occasionnellement.
C'est ainsi qu' à l'insu de son plein gré ( mais mêlé d'un peu de graisse j'avoue ) son sens de l'humour , son bon goût et ses ritournelles sont la preuve qu'on peut être et avoir été , penser passé, dicter présent et songer futur.. éternel.

Au final ,AMEN, Point trop s'il n'en faut (mais bien loin le cas -hélas- car entrecoupé de pages blanches pour 263 feuilles de quelques lignes ,,aïe) l'ouvrage est bourré de malice, de complicités sans complications.
Pas épais; mais épistolaire, le couvert se dégustant en paragraphes commençant tous par la formule du pronom personnel ' Je ' précédé de ' Où ' , qui multiplié par trente-cinq concertation en chapitres avec lui-même , Philippe Bouvard passe le cap du penseur de Rhodes (pour le physique , pas gagné toutefois)
Un tout joliment enrobé ( je parle du livre,, ) et relativement relevé, franchouillard et résolument sans langue de bois. le mec qui dit tout haut ce qu'il aime tout bas quoi,,
L' explication de tant de talent ? Très simple ma foi ,, AHAH !
-AH..euh ?
-Si tout-à-fait.. pour Auto-critique Habillée d'Arrogante Habileté.
Hé, on en deviendrait (presque) jaloux d'être encore sur terre nous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
dictus
  09 décembre 2018
Une grosse tête qui préfère les bons mots aux gros mots.
Commenter  J’apprécie          00
MarcBibliotheca
  16 janvier 2011
Comment pouvoir tout dire ? Mieux vaut être mort ! Ainsi le journaliste et écrivain français Philippe Bouvard nous présente son oeuvre posthume...
...
Article complet : CLiquez sur le lien ci-dessous !!!
Lien : http://bibliotheca.skynetblo..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
MarcBibliothecaMarcBibliotheca   16 janvier 2011
En quelques instants, on passe d'un d'un trois cents mètres carrés résidentiel et sans vis-à-vis aux deux mètres carrés réglementaires d'une sépulture dont les voisins se comptent par milliers. Une dépossession totale organisée dans les plus brefs délais en vertu d'un postulat imaginé par les survivants et selon lequel les morts n'ont plus besoin de rien. (Qui leur a dit ?)
Commenter  J’apprécie          10
MarcBibliothecaMarcBibliotheca   16 janvier 2011
Vivant j'avais souvent des fourmis dans les jambes. Mort, je n'ai plus de jambe mais les fourmis sont encore là. Ces animaux sociaux me tiennent compagnie, efficaces et silencieux.
Commenter  J’apprécie          30
MarcBibliothecaMarcBibliotheca   16 janvier 2011
Pas si égalitaire la mort : chapelle, buste. A l'épaisseur de la dalle se mesure l'importance de celui qui n'en a plus.
Commenter  J’apprécie          30
MarcBibliothecaMarcBibliotheca   16 janvier 2011
"Encore un peu de morphine ?" Comme s'ils offraient une tasse de thé. Tous les gériatres sont des dealers.
Commenter  J’apprécie          30
dictusdictus   27 janvier 2019
Après la dernière pelletée de terre, les commentaires cessent brusquement comme si mon nouveau voisin était déjà oublié. Grâce à mon périscope, je distingue la retraite du bataillon des veuves officielles et putatives. (…). Certaines marchent bras dessus bras dessous, d’autres se regardent en chiens de faïence. Nul besoin d’être grand clerc pour prévoir que ça se passera mal chez le notaire.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Philippe Bouvard (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Bouvard
Une simple question qui dérape sur le plateau des Grosses Têtes... Les moustachus.
autres livres classés : roman de sociétéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
817 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre