AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782881826757
1800 pages
Editions Zoé (23/09/2010)
4.62/5   8 notes
Résumé :
« La vie est tellement incandescente. Ici comme là-bas. Vieux frère je te lance un grand pont. » Ces propos de Vernet à Bouvier du 17 août 1955 traduisent l’intensité d’une relation faite de passion et de fraternité. Depuis l’âge du collège, Nicolas Bouvier (1929-1998) et Thierry Vernet (1927-1993) ont rêvé ensemble d’accords majeurs avec le monde, par le voyage et par la création. L’un devient écrivain, l’autre peintre : en mots et en images, ils diront ce que l’on... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Gine
  26 mai 2011
Volumineux, mais passionnant ... Je n'ai rien pu lire d'autres pendant les trois semaines que ce livre m'a tenue ! Inutile de le lire si l'on n'a pas déjà lu les ouvrages de Bouvier, cette correspondance est truffée d'allusions au voyage raconté dans l'Usage du Monde. L'amitié très forte qui unit les deux hommes est profonde, bien que leurs différences sont révélées par les styles, les choix des informations qu'ils échangent. J'ai découvert Vernet que j'avais laissé entre parenthèse après son "abandon" du voyage et parce que je ne connaissais pas sa peinture. Cette correspondance montre sa recherche artistique, son exigence et sa loyauté indéfectible. Petit bémol dû à la présentation de cette correspondance : il est parfois difficile de suivre l'évolution entre les interruptions. J'aurais aimé un petit encart disant par exemple les dates auxquelles ils s'étaient rencontrés, leurs déménagements. Ce n'est pas toujours explicite. Sinon, du pur bonheur !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
PilingPiling   13 septembre 2014
La Bactriane est un pays aussi ensorcelant, doux, immense, que la Batchka ou le Kurdistan, genre déjà vu dans une vie antérieure immense plaine de jonc de marais, de petits déserts, d’herbages, de fleuves, dans toutes les gammes de vert, jaune, roux, le premier coin de terre que je vois où l’automne peut prendre toute sa place. Pour trouver ce paradis plein de cavaliers, sangliers, aigles, faisans, il faut traverser l’Hindou Kouch effroyablement haut, épais, immense, silencieux, glacé.

Nicolas Bouvier à Thierry Vernet, Kaboul le 24 novembre 1954.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PilingPiling   11 septembre 2014
Je crois que je suis tout à fait heureux. Mais d’un bonheur pas complet parce que devant encore se parfaire et devenir encore plus bonheur.
31 octobre – 2 novembre 1948, Thierry Vernet à Nicolas Bouvier.
Commenter  J’apprécie          10
PilingPiling   11 septembre 2014
Et sans aucun goût, moins que jamais, pour le malheur ; simplement, quand il vous vient avec cette force et cette évidence, il faut le prendre contre soi et l’accepter, jusqu’à ce qu’il ne soit plus malheur.
Nicolas Bouvier à Thierry Vernet, Cologne, 12 juillet 1953.
Commenter  J’apprécie          00
PilingPiling   11 septembre 2014
Je trouve que quand je m’analyse, je suis pareil à un homme qui des heures durant aiguise péniblement un couteau sur une pierre, et qui vers le soir anéanti de fatigue, coupe son gigot avec l’autre côté.
Nicolas Bouvier à Thierry Vernet, Pêcherie, juillet 1945.
Commenter  J’apprécie          00
clara19clara19   08 juillet 2013
Il n'y a pas de doute que la vie est bien comme elle est, malgré tout ce qu'elle comporte.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Nicolas Bouvier (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Bouvier
Extrait de Le Hibou et la Baleine. Ce documentaire forme le portrait de l’écrivain, photographe, iconographe et grand voyageur Nicolas Bouvier. Elaboré avec son étroite collaboration, Le hibou et la baleine a été filmé dans les lieux familiers et intimes de l’auteur de L’usage du monde — sa maison de Vandoeuvres, près de Genève, son atelier de Carouge. Des textes inédits, écrits dans le contexte et l’envie du film, une iconographie emblématique, des photographies, des musiques aimées, ou enregistrées sur la route des Balkans, s’ajoutent à la parole de l’écrivain qui, en sept «chapitres», s’attache à décrire les paysages de réflexion qu’il privilégie à ce jour: l’ici, la maison, la Suisse; Tailleurs, le voyage, l’espace; les lectures, les mots, le travail d’écri ture; la musique, le rire et les larmes; le temps, la mort, le corps, l’amour. L’être. Un bien beau tour de force que ce «voyage en chambre» réalisé par une cinéaste genevoise qui s’adonne avec une passion égale à la fiction et aux explorations documentaires. Sans coup férir, Patricia Plattner capte le lieu et l’instant de naissance de toute littérature: le corps immobile, l’esprit en mouvement, en voyage dans la mémoire — à fortiori quand il s’agit de celle de Nicolas Bouvier, citoyen du monde.
+ Lire la suite
autres livres classés : correspondanceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'usage du monde - Nicolas Bouvier

En juin 1953 débute l’aventure. Nicolas et Thierry partent-ils à pied, en voiture ou à dos d’âne ?

à pied
en voiture
à dos d’âne

10 questions
132 lecteurs ont répondu
Thème : L'usage du monde de Nicolas BouvierCréer un quiz sur ce livre