AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253189657
486 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (04/11/2020)
3.58/5   26 notes
Résumé :
« Qui est H. ? D’où vient-il ? Comment a-t-il surgi dans ma vie déjà bien entamée ?
Ce qui ne m’avait jamais effleuré jusqu’alors commence à m’obséder. »
Ainsi débute le journal de John W., embarqué avec l’énigmatique H. dans une expédition sur les traces de l’explorateur Sir John Lucas parti vers l’île de Pâques. Un périple tumultueux comme le seront les errements de Walter Croft, un médecin aliéniste de l’asile de Bedlam et de son étrange patient Jon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 26 notes
5
3 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
1 avis

Cannetille
  13 janvier 2021
Qui est H. ? Quand s'ouvre en 1907 le premier épisode de cette trilogie, il apparaît comme le grand et brillant ami du narrateur britannique John W., qui se réjouit de le retrouver après une longue séparation et de se voir inviter à nouveau à l'accompagner dans une expédition à travers le monde. Un voyage bien mystérieux, dont John ne connaît ni la destination, ni l'objectif, mais pour lequel il est chargé d'armer un voilier et de recruter un équipage…

H. et W. comme Holmes et Watson : impossible de ne pas penser au célèbre duo lorsque l'histoire commence dans un Londres brumeux où John W. se prépare à accompagner H., cet homme apparemment admirable qui l'impressionne tant, dans une énigmatique mission. Celle-ci ne tarde pas à prendre les allures d'une chasse au trésor, transformant la narration en un récit d'aventure aux multiples périls, qui nous emmène, au travers d'une mer capricieuse et dangereuse, sur une mystérieuse île qui n'a pas toujours été déserte, puis en remontant les eaux boueuses d'un fleuve aux vapeurs mortifères, au coeur de l'étouffante forêt amazonienne. Devenu fantastique, le roman se met à naviguer entre mystères et mythes célèbres pour évoquer civilisations disparues, croyances religieuses et finalité de l'humanité, dans une apothéose où menace l'apocalypse. C'est ni plus ni moins à une ardente plaidoirie en faveur de l'espèce humaine, avec tous ses travers, ses dualités et son orgueil, mais aussi avec son émouvante capacité d'amour et d'émotion, ainsi que sa fascinante force créative et artistique, qu'aboutit cet étonnant mélange des genres.

Hommage à la littérature populaire du 19e siècle, sorte de pastiche des romans-feuilletons de l'époque où l'auteur entremêle roman policier, récit d'aventure et histoire fantastique, H. s'avère un ouvrage profondément original. Figurant parmi les premières publications de l'auteur, il révèle un talent protéiforme et une écriture déjà hypnotique. On y voit s'affirmer au fil des trois tomes la beauté d'un style qui fait, de la lecture de chaque roman de Franck Bouysse, une incomparable délectation.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          801
Floyd2408
  19 mars 2021
Une ballade dans les étales d'une librairie grand public, les livres de poche sont disposés selon un critère qui m'est inconnu, j'erre sans but précis, découvrir de nouvelles lectures, puis je me surprends de découvrir un roman de Franck Bouysse H, que je ne connaissais pas , pourtant après avoir dévoré Glaise et Plateau, j'ai fait des recherches approfondies sur son travail qui me touche beaucoup, je dénude son oeuvre roman par roman, Vagabond, Grossir le ciel, puis Né d'aucune femme, viennent siester un temps dans ma bibliothèque personnelle, d'autres viendront comme son dernier Buveurs de vents, H est une oeuvre à part, que j'achète sans me poser de questions, je lis avec empressement le quatrième de couverture. C'est à l'origine trois carnets séparés, le premier, le mystère H, le second, LHondres ou les ruelles sans étoiles, et le troisième, La Huitième lettre, publiés respectivement 2008, 2010 et 2012, ils sont réunis dans ce roman au titre éponyme H, pour le plaisir des amateurs d'aventure, de fantastique et d'une écriture, surtout dans le dernier livre, caractéristique à Franck Bouysse, que j'ai perçu dans ces deux romans déjà lus. La dernière fois, où je fus autant prisonnier d'une lecture était Da Vinci Code de l'Américain Dan Brown, j'avais envie de ne plus lâcher ce livre, j'ai eu d'autres moments entre, mais par des émotions différentes, comme Ambre de Maxime Chattam, Les trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas et j'en oublie, H est une livre qui a réveillé ma fougue d'adolescent, l'aventure est une source si rafraichissante surtout lorsque les mots sont à la gloire de l'intrigue, une vraie passion nait.
Cette fresque a cette alchimie, grâce à cette trilogie de ces trois histoires dans l'indépendance de l'une de l'autre par sa forme à l'intrigue commune, celle de l'aventure dans sa première partie, à l'essence même des conquêtes fluviales, comme celle contée par Robert Louis Stevenson, avec L'Île au trésor, ce volet respire le grand large, raconté dans un Journal tenu par un certain John W. , en partance pour une nouvelle aventure maritime à bord de la petite goélette l'Arlequin. La deuxième partie se déroule principalement dans Londres à la fin du XIXème siècle, avec en toile de fond l'histoire de Jack l'éventreur et aussi l'atmosphère de Charles Dickens, avec Oliver Twist, Les Grandes Espérances que l'on retrouve dans une bibliothèque de l'un de ces personnages, et cette troisième partie plus Bouyssien, une écriture plus aboutie, mais des échos tintent à cette prosaïque plus dense, comme celle d'une des histoires sur Vienne et ses flâneries d'un protagoniste du Roman, comme Stefan Zweig dans les lumières du Prater ou La Nuit des temps de René Barjavel, sur l'antarctique avec cette histoire narré par H, sur le mont Tanok , dans la Banquise de l'Antarctique, 143-162 apr. J.-C. Franck Bouysse nous embarque dans la culture Maya, puis celle des légendaires Amazones, la mystérieuse île de Pacques et des étranges statues, de l'esclavage dans cette Amérique des plantations de coton, la mythologie grecque avec le disque d'Héphaïstosle, et la culture Égyptienne et ses pyramides. La richesse de ce roman est la progression de l'intrigue, avec la pluralité des inspirations et surtout une puissance d'écriture, pénétrons alors dans cette folle aventure.
Le mystère est cet homme H, la pierre angulaire de ce roman, par son étrangeté et les zones d'ombres qui l'entourent, déjà dans le carnet de John W. son ami, le nommant ainsi, puis par la suite du roman, nous découvrant son histoire et le rôle qu'il aura pour l'humanité, il aura cette phrase si juste « Nous avons confondu les humains avec l'humanité », celui-ci devra défendre la vie de la terre et trouver des arguments pour montrer la richesse de l'être humain, qui , pour sauver la terre face à une communauté inconnue, des êtres auquel il appartient , voulant s'en détaché, ayant connu la volupté de l'amitié de son ami John W. et de sa femme Marie, pour être touché au coeur de son être dépourvu de sentiments, de corps et d'immortalité, ces êtres sont immuables à ces univers qui composent la galaxie. Il y a un autre personnage auquel je me suis attaché profondément c'est Jonas, nous le rencontrons éphémèrement dans le journal de John W. c'est l'un des deux marins internés dans un l'asile psychiatrique de Bedlam, devenu fous, suite à une expédition malheureuse, celle de Sir John Lucas à bord du Black Warrior parti à la recherche de la légende des cents vingt, les deux rescapés ont été repêchés au beau milieu de l'océan Atlantique. Dans la deuxième partie Dickensienne, Franck Bouysse relate la vie de Jonas, de son enfance à sa vie d'adulte, une vie vagabonde qui le fera voyager à travers le monde, déjà garçon, il a su toute suite prendre en main sa vie et avoir cette capacité froide de prendre des décisions radicales, comme enfant, tuant sa mére alcoolique, prostituée, vieillissante d'une pierre lancée sur le bord d'un trottoir malfamé des bas-fonds de Londres, comme ceux ou se perd Dorian Gray, le héros d'Oscar Wilde. D'autres personnages secondaires comme l'auteur du journal de la première partie John W., un ami de H, marié à Marie, Philanthrope, sa femme aura un rôle conséquent par la suite, malgré elle, par l'intermédiaire de H, la jeune écuyère Mary accueillant Jonas au Cole's Circus, et bien d'autres que Franck Bouysse présente brièvement en prémisse au début de sa deuxième partie, en résumant la première partie, et puis il faudra venir vous perdre dans cette fresque pour les découvrir et partager leurs aventures.
L'histoire est la quête de la légende des cents vingt que vont poursuivre John W. et H, à la recherche de celle précédente dirigée par Sir John Lucas, Franck Bouysse entraine nos aventuriers de Londres vers les profondeurs de l'Amazone et en France aussi. Un récit où le fantastique caresse la réflexion sur le devenir de l'homme, à travers huit récits dans la troisième partie, la particularité humaine à pouvoir s'aimer, s'émouvoir, s'ouvrir à l'art, accéder à la transcendance d'une gloire divine, et d'émotions contradictoires. Je ne n'oublie pas les petites anecdotes savoureuses sur les explications des statues de l'ile de Pâques, la construction des pyramides Égyptiennes et le mythe des amazones.
Si je peux être titillant sur cette oeuvre c'est la brutalité de la fin, j'aurai aimé un quatrième épisode pour encore rester dans cette aventure et être avec Jonas et cette légende des cents vingt, puis de la lumière blanche destructrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
collectifpolar
  24 novembre 2020
Récits d'aventures sur les traces de l'explorateur sir John Lucas et dans les bas-fonds de l'East End.
La trilogie «H.» est composé de 3 romans d'aventures qui revisitent les grands mythes des romans noirs autour de la figure énigmatique du personnage de H.
Le mystère H.
En 1905, un service en porcelaine est commandé à l'industriel Théodore Haviland par sir John Lucas. Ce dernier part ensuite en expédition vers l'île de Pâques et sa femme, Diana Lucas, n'a plus de nouvelles de lui. de Londres, en 1907, H. part sur les traces de l'explorateur.
Un vrai roman d'aventure digne d'un Dickens ou d'un Stevenson
Lhondres ou Les ruelles sans étoiles
Des bas-fonds de l'East End aux riches demeures victoriennes, les errements de Walter Croft, médecin aliéniste de l'asile Bedlam, et de son étrange patient, Jonas, avec pour toile de fond les crimes de Jack l'Eventreur.
Une intrigue psychologique haletante au coeur du Londres fin de siècle !
La Huitième lettre
H. : une lettre, l'ombre d'un Homme, la clé d'un destin.
Un procès.
Forêt amazonienne : théâtre et prison de vie où se joue notre humanité, son salut suspendu au plaidoyer de H., disant de fragiles et bouleversantes Histoires d'hommes, leurs amours, leurs courages, leurs renoncements.
L'un d'eux, l'une d'elles, poussières échappées aux rouages des dieux, tentent entre Londres et Limoges de briser la sentence des Cent-Vingt.
Après le mystère H. et Lhondres ou Les ruelles sans étoiles, ce dernier volet dérangeant de la trilogie H. Il décrit huit destins d'hommes, leurs amours, leurs courages et leurs renoncements.
La trilogie «H.» navigue entre énigmes policières, récit d'aventure et récit fantastique. Franck Bouysse plonge le lecteur dans une course pour la survie des âmes et des corps, véritable voyage initiatique ciselé comme une intrigue policière. Et le tout dans une ambiance hypnotique. On y retrouve toute l'âme du roman populaire du 19e siècle. En véritable feuilletonniste, l'auteur nous transporte dans une aventure folle sur les traces de l'explorateur sir John Lucas et dans les bas-fonds de l'East End. A découvrir ou redécouvrir ces premiers textes de Franck Bouysse, le conteur que l'on connait aujourd'hui.

Lien : https://collectifpolar.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Andromeda06
  01 octobre 2021
Ce livre réunit les 3 tomes de la trilogie "H" : "Le mystère H." (ou "Journal de John W."), "Lhondres ou les ruelles sans étoiles" (ou "Les ruelles sans étoiles") et "La huitième lettre".
C'est déçue que je sors de cette lecture qui ne m'a pas plus emballée que ça et dans laquelle j'ai peiné à arriver jusqu'au bout. Même si j'ai bien suivi, j'ai trouvé tout ça un peu fouilli et le style narratif différant d'un tome à l'autre ne m'a clairement pas aidée. Si j'ai lu les deux premiers assez rapidement, j'ai en revanche eu beaucoup de mal avec le dernier, qui manque d'entrain par rapport aux autres et que j'ai trouvé plutôt long...
C'est pourtant toujours aussi bien écrit et si je n'aimais pas autant la plume de Franck Bouysse, je pense que j'aurais décroché bien plus tôt. L'intrigue était plutôt bien trouvée, l'époque de ce début du XXe siècle londonien également, les personnages sont énigmatiques. Il avait donc de bonnes bases, mais ce n'est tout simplement pas passé avec moi...
J'ai par contre apprécié les références, clins d'oeil et similitudes aux ouvrages et personnages cultes/classiques de la littérature anglophone, tels que Mobidick ou Sherlock Holmes. J'ai même longtemps cru que John W. n'était autre que le Docteur Watson racontant sa dernière aventure avec Sherlock... jusqu'à ce que tout prenne des proportions trop bizarres... Et même encore maintenant, le doute subsiste...
Mais globalement, je suis contente de passer à autre chose....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
luparahlam
  09 décembre 2020
A la toute base ce sont des histoires parues indépendamment, mais le Livre de poche a réuni cette trilogie en un seule volume.
1 : H un mystérieux personnage embarque avec lui John W pour un long voyage jusqu'à l'île de Pâques afin d'y retrouver l'explorateur Sir John Lucas. Cette 1ère est racontée à travers le journal de John qui au fur et à mesure est traversé par les doutes concernant la démarche de H. C'est la partie qui m'a le plus plu.
2 : Les ruelles sans étoiles, dans ce volet ci c'est le médecin alieniste, Walter Croft, évoqué dans le tome 1, qui prend la place. On le suit à travers les bas fonds de Londres, avec en arrière plan les crimes de Jack l'éventreur. Un de ses patients, Jonas, lui adresse des lettres dans lesquelles plane la menace (Jonas étant l'un des rescapé dans le tome 1 . Ce qui m'a plu c'est l'attirance de Walter envers Hannah, prostituée ainsi que l'histoire de Mary et Jonas.
3 : La 8ème lettre : fin de la trilogie qui regroupe les 120, ce groupe qui observe les humains en se demandant s'ils doivent les laisser vivre ou pas. Dès le 1er tome la question est posée : "faut il laisser l'humanité continuer dans sa voie ou en interrompre la prédominance ?" H qui fait partie des 120 n'est pas du même avis. Mary l'épouse de sir Jonh Lucas s'allie avec Jonas pour contrer le plan des 120.
Dans l'ensemble donc, une assez bonne trilogie qui fait penser à Robinson Crusoé et qui aborde plusieurs sujets. Je reste toutefois assez mitigée car je ne suis pas fan des récits fantastiques mais j'ai aimé la lire je dois dire sans m'éclater totalement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
CannetilleCannetille   13 janvier 2021
Dans sa bibliothèque, Balzac voisine avec Dickens, Molière avec Keats, Dumas avec Stevenson. Ses lectures font toute la différence entre le dénuement et une richesse permanente, nourrie des mots qui affûtent son esprit et tirent son âme vigilante vers une ultime vérité qu’il ne redoute pas. Il lit chaque matin. Ce bonheur lui suffit.
Commenter  J’apprécie          210
CannetilleCannetille   13 janvier 2021
La nuit commence à se diluer dans la lumière naissante. Après tout ce temps passé sur cette terre, il m’est impossible de préférer le jour à la nuit. Au final, peut-être sont-ce les transitions qui m’émeuvent le plus. Le crépuscule est la superposition de la nuit sur le jour et l’aube, celle du jour sur la nuit. La sinueuse transcendance de l’un par rapport à l’autre est un doux mensonge dans lequel s’éteignent ou naissent les chants d’oiseaux surpris par un miracle sans cesse renouvelé. Regarder s’éteindre et s’illuminer ce monde recèle une beauté qui devrait à elle seule avoir raison de la suffisance de nos pensées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Floyd2408Floyd2408   16 mars 2021
On a raconté bien des idioties sur les vertus de l’opium, qu’il provoquerait un état d’abattement, ou de torpeur. Ses effets sont exactement opposés, il ouvre l’espace à toutes les exaltations. Je me souviens des mots de Thomas de Quincey, qui disait que l’opium provoquait une jouissance chronique. Il écrit en substance que, loin de déranger les facultés mentales, l’opium apporte l’ordre et l’harmonie, qu’il rend plus sensible et plus forte la connaissance de soi,
qu’il introduit la tranquillité et l’équilibre dans toutes les facultés de
l’homme, actives ou passives.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CannetilleCannetille   13 janvier 2021
J’ai tenté de dire que tous les hommes ne sont pas mauvais, qu’ils ne devraient pas tous payer pour la folie de quelques-uns. J’ai encore voulu parler du sacré et du beau, mais ils n’ont rien trouvé de beau et de sacré dans ce que j’avançais. Je leur ai lu des mots écrits, montré ce qui pouvait jaillir des mains d’un homme ou d’une femme, expliqué les liens qui peuvent unir deux êtres, des liens si puissants qu’ils ne font qu’un, des liens que nul ne peut défaire, des liens que nous ne connaîtrons jamais. Que nous ne comprendrons jamais.
Sygm n’a rien voulu entendre. Il a parlé du désir des hommes d’être plus que des hommes, affirmant que cette perversion n’a pas de fin, puisque pas d’assouvissement. Il m’a rétorqué que la beauté est la forme extrême de leur nature narcissique, que les statues et les monuments érigés ne sont conçus que pour leur propre gloire, que les liens qui unissent les êtres humains ne sont pas sains et qu’ils finissent tôt ou tard par les détruire, parce qu’ils n’y croient pas eux-mêmes durablement. C’est leur insatisfaction qui mène le monde (…).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   24 novembre 2020
— Sir John Lucas était le descendant d’une des plus prestigieuses familles de la City. Grand aventurier, il passa sa vie à courir le monde, obnubilé par la recherche de civilisations disparues, fasciné par les vestiges retrouvés sur l’île de Pâques, dans la vallée du Nil et jusqu’au plus profond de la forêt amazonienne. Il se faisait fort d’élucider la disparition des peuples à l’origine de ces merveilles éparpillées de par le monde. Au fil des années, il parvint à réunir une impressionnante quantité de documents, qu’il se mit à étudier avec ferveur. Sans que nul n’en connaisse la véritable raison, il délaissa son sanctuaire de mémoire, afin de mettre sur pied une expédition. Les marins engagés furent immédiatement consignés à bord, avec interdiction de descendre à terre et de communiquer avec quiconque hors du bateau. Toute la presse de l’époque commenta largement ce dernier périple qui aurait dû couronner une vie déjà bien remplie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Franck Bouysse (71) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franck Bouysse
Payot - Marque Page - Franck Bouysse - L'Homme incendié
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2190 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..