AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alain Clerval (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782070723850
224 pages
Éditeur : Gallimard (20/11/1991)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Sous l’Occupation et le régime de Vichy, voici la tragédie d’un homme quelconque aux prises avec l’absurdité d’un pouvoir sans visage, qui frappe dans l’ombre faute d’être capable d’aller jusqu’au bout de sa logique totalitaire. Le drame de Bridet, gaulliste et résistant, est de ne pouvoir se battre à découvert contre un adversaire qui se dérobe. La souricière se met inexorablement en place autour de ce héros négatif dont on ne saura jamais les véritables mobiles.>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
djathi
  12 août 2017
En refermant ce livre , je reste dans l'incompréhension : comment un écrivain aussi subtil , lucide , à la plume précise et forte en soubassement a-t-il pu glisser si rapidement dans l'oubli ?
....
Le piège , c'est la chute inexorable d'un Bridet , quidam sans prétention ,qui en septembre 1940 , juste après l'Armistice , contacte l'un de ses amis haut placé à la direction générale de la Police Nationale afin d'obtenir un sauf-conduit pour quitter la France et rejoindre de GAULE . Requête dont il masque bien évidemment le but final puisque s'adressant à un représentant de la France Pétainiste .
De cette première démarche dont on ne comprend pas exactement les objectifs réels , par un enchainement vertigineux , échappant à l'entendement , Bridet n'en ressortira pas vivant .
La machine admnistrative de Vichy effectuera son travail de sabotage , implacable , dans une éclatante absurdité décrite à la manière Kafkaienne .
A travers ce chemin menant à l'échafaud tout en méandres et soumis à la complexité du système arbitraire et insensé , Bridet n'aura de cesse d'osciller entre divers sentiments , jouet de forces obscures ,tour à tour aveuglé par sa naiveté et son optimisme confinant à une presque bêtise , sa capacité à croire en l'humanité pour basculer dans l'incompréhension et le doute grandissant , incapable d'appréhender la situation et ses racines maléfiques souterraines .
Se dégage un malaise de plus en plus oppression dans cette alternance d'état d'esprit . Les personnages gravitant autour de cet anti-héros souffreteux , pathétique dans sa faiblesse psychologique broyé lentement avec force machiavélisme d'un système totalitaire , jouet de la France de Vichy, apparaissent comme des pantins nébuleux , inquiétant ,sans fondement , aussi désincarnés que Bridet , comme si toute capacité de réflexion s'était évaporée loin de la surface de la terre , laissant des individualités"coquilles vides" , manipulées par une force destructrice irrationnelle et inévitable .
Le pessimisme de Bove dont j'avais eu un aperçu avec l'excellent roman le pressentiment agit comme une chape d'enfermement ,le lecteur se trouvant lui aussi oppressé , pris au piège lui même de cette lecture angoissante , dont il ne percevra que quelques contours obscurs , mouvants , sans assise franche où chaque personnage se définit par tout et son contraire enfermé dans le non-sens d'un système .
Un livre riche , à multiples facettes et interprétations qui n'est pas sans rappeler l'oeuvre de Camus , la pensée Sartrienne , le Procès de Kafka .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JacquesBonhomme
  03 février 2020
Il existe des situations inextricables, dans lesquelles on s'empêtre, dans lesquelles on n'en peut mais: des pièges. Fraîcheur de la perspective. Timidité de l'optimisme.
Voilà un diable de roman, original mais sobre. Le contexte historique (les débuts de Vichy) est aussi passionnant que relativement peu traité. L'ambiance est au bricolage politico-administratif et c'est une ambiance pesante. Rien d'épique dans cette Seconde Guerre mondiale, pas de spectacle, pas d'effets spéciaux, mais le sens du devoir de l'administration est salué. C'est la grande histoire vraie.
Au total, dans ce roman la finesse psychologique est remarquable. Le propos mesuré accroît encore la tension. Kafka sans l'humour, avec plus de minutie.
L'auteur a du être un boa constrictor dans une vie antérieure.
Commenter  J’apprécie          132
JeanPierreV
  15 février 2016
Peu après l'Armistice, en septembre 1940, Joseph Bridet, se rend de Lyon à Vichy, afin d'y rencontrer un de ses anciens amis, Basson, attaché à la Direction générale de la Police Nationale. Il souhaite obtenir de sa part un sauf-conduit pour quitter la France et rejoindre De Gaulle…. Bien sur, il ne précise pas l'objet réel de sa demande, mais se perd dans des explications plus ou moins crédibles….en se faisant passer pour un pétainiste convaincu….
Début d'un long parcours au sein des bureaux, au sein d'une nasse qui va se refermer sur lui….des personnages troubles, des amis qui n'en sont peut-être pas, « Il sentait un grouillement confus autour de lui. Des papiers le concernant circulaient de bureau en bureau. Pourquoi ? Comment se faisait-il qu'on ne lui disait rien ? C'était de plus en plus inquiétant. L'attitude de Basson était bizzare. Il avait été cordial, et tout à coup, il avait changé. Et ce rapport ? Un rapport de qui et sur quoi ? » (P. 73)
Un homme baladé de services en services, sa femme qui par ses interventions ne l'aide peut-être pas. Au contraire ne l'enfonce t-elle pas encore plus? Un homme oscillant en permanence entre l'optimisme soufflé par certains et le pessimisme né de réflexions ou de l'attitude d'autres interlocuteurs, né de longues et vaines attentes, de fausses preuves ….Des interlocuteurs de l'administration du régime de Vichy soufflant le chaud et le froid….une connivence voulue de ces hommes au service d'un totalitarisme qui ne dit pas son nom
Une « souricière » décrite avec réalisme et minutie, un sentiment d'accablement et d'impuissance qui accable ce pauvre homme, qui malgré tout espérera…jusqu'à la fin et qui, confronté à des personnages glauques, se débat dans une atmosphère oppressante,
Une description sinistre du régime de Vichy …à découvrir
Un livre noir et angoissant, peu connu, d'un auteur, considéré avant-guerre comme l'un des principaux écrivains français ! Un auteur décédé en 1945 peu de temps après la parution de ce livre et la Libération.
Un vrai coup de coeur pour ce livre et pour cet auteur que je souhaite mieux découvrir
Lien : http://mesbelleslectures.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
charlit21charlit21   24 novembre 2019
- Je vais te dire une chose, tu ne te froisseras pas. Tu es grotesque, absolument grotesque. Tu es comme ces gens qui s'imaginent que parce que les Boches sont là, on va les arrêter. Ils n'ont rien fait et ils longent les murs. Ils veulent se rendre intéressants. Personne ne les connaît, personne ne s'occupe d'eux et ils se cachent, et ils font toutes sortes de simagrées. Un homme intelligent comme toi, tomber dans ce travers, c'est quand même malheureux. Et le plus drôle est qu'on finit par les arrêter vraiment. (p.140)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   02 juillet 2013
Rien ne dévoile mieux nos intentions qu’une longue impuissance. À toujours demander sans obtenir, on finit par donner de soi l’idée qu’on ne réussira jamais, qu’on appartient à cette catégorie un peu ridicule d’hommes dont les désirs sont trop grands pour leurs possibilités.
Commenter  J’apprécie          50
charlit21charlit21   20 novembre 2019
C'est peut-être la chose la plus désagréable qui puisse arriver à un homme orgueilleux que de dépendre d'un ami qu'il a négligé, auquel il n'a jamais cru et à qui les événements, en mettant notre sort entre ses mains, semblent donner raison contre nous. (p.14)
Commenter  J’apprécie          30
dechosaldechosal   23 octobre 2018
Il avait la coquetterie de se vieillir en laissant tomber les cendres de sa cigarette sur lui.
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaouirkhettaoui   02 juillet 2013
On se serrait la main, on s’efforçait d’avoir l’air aussi content à la dixième rencontre qu’à la première, on sympathisait dans l’immense catastrophe, feignant de croire que le malheur unit plutôt qu’il ne divise, mais dès que, cessant de parler de la misère générale, on essayait d’intéresser quelqu’un à son petit cas particulier, on se trouvait en face d’un mur.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Emmanuel Bove (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Bove
Vidéo de Emmanuel Bove
autres livres classés : pétainVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
1054 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre