AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Brice Matthieussent (Traducteur)
ISBN : 2743603933
Éditeur : Payot et Rivages (16/02/2004)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 10 notes)
Résumé :


Le malentendu et la duplicité sont au coeur des fictions de Paul Bowles : du quiproquo le plus infime à la méprise mortelle, les personnages de ces nouvelles se fourvoient, sans y prendre garde, en d'étranges labyrinthes, tombent par hasard dans les pièges que leur tend le destin, et sentent alors le sol se dérober sous leurs pas.

Le grand magicien de l'écriture qu'est Paul Bowles nous emmène ici de l'Amérique du Sud au Maroc, de New ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
bdelhausse
  18 août 2013
Il est toujours frappant de noter que les auteurs établis écrivent des nouvelles ne respectant pas les codes usuels du genre. Par exemple, la chute dont on prétend qu'elle est nécessaire. C'est sans doute cela qui fait qu'ils sont de grands auteurs. Bowles ne déroge pas à la règle. Il réussit cependant à instiller une ambiance en quelques lignes. Il alpague le lecteur aussi finement qu'un pêcheur à la ligne. J'ai une préférence pour "Si j'ouvrais la bouche", récit froid d'un terroriste qui dépose ses paquets un peu partout... Bowles nous fait pénétrer son cerveau et ses maniaqueries, ses frustrations, ses habitudes.
Commenter  J’apprécie          30
tristantristan
  07 décembre 2017
C'est toujours un régal de suivre Paul Bowles dans les mandres de l'âme humaine. 10 belles nouvelles avec mention spéciale pour "Le jardin"
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
tristantristantristantristan   07 décembre 2017
Les citadins qui approchaient du jardin, entendirent les cris et se précipitèrent. Ils libérèrent l'enfant et se mirent à frapper l'homme avec des houes et des faucilles. Lorsqu'ils l'eurent mis en pièces, ils l'abandonnèrent., la tête dans le canal, puis ils rentrèrent en ville rendant grâce à Allah parce que le garçon était sain et sauf.
Peu à peu les arbres moururent et il ne resta très bientôt plus aucune trace du jardin. Seul le désert était là.
p.149
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Paul Bowles (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Bowles
Un Thé au Sahara ( bande annonce VOST )
autres livres classés : marocVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox