AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

William Olivier Desmond (Traducteur)
EAN : 9782020685412
317 pages
Seuil (24/09/2004)
  Existe en édition audio
3.74/5   85 notes
Résumé :
Récemment nommé Garde Chasse de la bourgade de Twelve Sleep, Wyoming, Joe Pickett n'est pas du genre à accepter des pots de vin ou à regarder ailleurs lorsqu'une infraction aux lois sur la chasse et la pêche est commise sous ses yeux. De fait, sa réputation n'est plus à faire depuis qu'il a été jusqu'à arrêter le gouverneur de l'Etat qui pêchait sans permis. Ce haut fait n'a évidemment pas plu à tout le monde, même si beaucoup en ont ri et n'hésitent jamais à le lui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 85 notes
5
5 avis
4
8 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Derfuchs
  26 mars 2021
C'est le premier roman de cet auteur, que j'ai pris en marche, ayant lu quelques uns de ses bouquins avec bonheur je dois dire. Ici on peut s'apercevoir que le personnage de Joe Pickett est en ébauche, lui et sa famille, femme et deux filles, dont l'une, l'ainée, Sheridan, 7ans est témoin d'une salle affaire.
Pickett c'est le garde chasse de la Sleep River, dans le Bighorn, le Wyoming, il n'a rien d'un détective, ce qui l'oppose d'ailleurs, régulièrement, au shérif du coin. Là c'est un guide de chasse qui a été abattu tout près de l'endroit où vit Joe. Qu'avait donc ce guide à dire à Pickett ?
Un enquête qui s'avérera riche en rebondissements et des moments assez difficiles, effroyables et sanguinolents mais pas trop pour écoeurer le lecteur.
C'est un livre très intéressant par son histoire, son intrigue et par la façon de les raconter. L'écriture est sobre, phrases courtes, sans ambages, du concret ce qui me convient parfaitement.
L'endroit suffisamment bien décrit pour que l'on s'y intéresse et même à s'y croire par moments. Là on respire, la forêt est dense, la rivière rapide et la buse vous a à l'oeil de toute sa hauteur.
Et puis ce Pickett la est foncièrement honnête et bigrement sympathique, alors à la revoyure.

Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Ellane92
  27 octobre 2016
Détonations rapprochées est le premier volume qui met en scène Joe Pickett, garde-chasse dans le Wyoming (au grand dam de sa belle-mère qui lui reproche de ne pas assez gagner bien sa vie).
Dans ce premier volume, un guide de chasse, avec lequel Joe s'était disputé (histoire qui déclenchait encore des gorges chaudes tant Joe avait été humilié), vient mourir dans la réserve à bois de Joe. Pour le plus grand bonheur de tous, l'enquête est rondement menée et le coupable arrêté. Sauf que Joe a l'intuition que l'histoire est un peu plus compliquée que cela, intuition confirmée quand il voit à quel point on lui met des bâtons dans les roues dans lors dès lors qu'il continue à mener sa petite enquête.
Je suis assez déçue par cette première incursion dans l'univers prolifique de C.J. Box dont j'avais pourtant entendu le plus grand bien. Fane des grands espaces et des enquêtes policières (et du Wyoming, rapport à un shérif que je ne nommerai pas ici mais dont je suis toujours avec plaisir les aventures !), Détonations rapprochées semblait fait pour moi. Malheureusement, j'ai trouvé que le début du livre peinait à trouver un rythme, que les personnages étaient aussi caricaturaux et manichéens que les discours écolos et partis pris de l'auteur, et que l'intrigue et sa résolution étaient plutôt faibles et prévisibles. Bien sur, c'est un livre agréable à lire, il y a quelques jolis passages et moments de tension, mais pas tellement plus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Kassuatheth
  22 mars 2014
Premier roman de la série Joe Picket de J. C. Box et premier roman que je lis de cet auteur. Je vais lire les autres romans de cette série et je la recommande à ceux qui veulent lire un polar différent de ceux des vedettes américaines.
Joe Picket est garde chasse et non détective. C'est seulement parce que trop d'éléments ne sont pas logiques qu'il continue l'enquête fermée par le shérif Barnum.
Il a une belle famille. Sa femme, Marybeth est une épouse charmante, équilibrée et bonne mère de famille. Sheridan et Lucie sont adorables. Sheridan, 7 ans, est intelligente, éveillée et débrouillarde. Elle est très attachante et joue un grand rôle dans ce roman. Je ne serai pas surpris de la revoir dans les romans suivants. Vous allez l'adorer.
Le roman est bien rythmé, les chapitres sont courts. le niveau d'intensité et de suspense augmente au fur et à mesure que nous approchons de la fin. Je me suis même surpris à détester les méchants.
Vous ne serez pas déçu de l'avoir lu.
Commenter  J’apprécie          160
Verdorie
  06 octobre 2021
Il y a quelques semaines, j'avais regardé à la télé un film intitulé « Wind River » qui m'avait bien plu et m'avait immédiatement fait penser à ce roman, se situant comme le film, entre polar et western contemporain.
Autre analogie est le personnage principal qui, comme dans « Wind River » est également garde-chasse dans le Wyoming.
C'est en 2003 où 2004 que j'avais fait connaissance avec Joe Pickett, un homme un brin maladroit, parfois un peu trop confiant mais surtout intègre, persévérant, droit dans ses bottes (de cow-boy), qui aime son travail autant que sa famille et à qui on s'attache facilement.
Parce que j'avais envie de le retrouver, je me suis donnée à la relecture de cette toute première enquête de Pickett et cela m'a procurée autant de plaisir que la fois précédente.
Ce n'est pas tant pour l'intrigue, de très bonne tenue, mais dont on devine assez rapidement les tenants et les aboutissants… après que Joe a trouvé le cadavre d'un guide-chasse troué par balles sur son tas de bois (ce qui va le plonger, lui et sa famille, dans un amas d'emmerdes au moins aussi grand)… mon intérêt (en plus de mon petit faible pour Joe) était porté sur les excellents portraits des personnages, le métier de garde-chasse et le côté écologique (qui offre une plutôt inhabituelle matière à réflexion !).
Et… arrivée au dernier tiers du livre, j'ai retenu mon souffle, quand les événements s'enchaînent méchamment et qu'on espère fort que « ces pourris » vont s'en prendre plein la tronche… Je m'emballe ^_^
Après un trop-plein (overdose ?) de littérature policière actuelle, rivalisant en matière d'intrigues tortueuses hemoglobinaires, j'ai apprécié ce polar plus « rustique ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
Thyuig
  03 octobre 2011
Attention, très bon polar !
Prevenir d'emblée que le lecteur ne se retrouvera pas une nouvelle fois face à resucée d'un énième thriller nordique à l'action émoglobinisée est préférable non ? Mais bien sur qu'il y a du sang ! Et de l'action, et de l'irrévérence (à peine pour ce point mais ça compte quand même), et du suspense, le maître mot absolu du succès de ce genre de littérature !
Joe Pickett est garde-chasse dans le comté de la Twelve Sleep River, Wyoming et sachez dés lors que l'action sera sauvage, brute comme le sont les conditions de vie dans cet état montagnard des Rocheuses. Une femme charmantes, deux filles charmantes, et un emploi au grand air : le pied.
Oui, mais...
mais c'était sans compter le cadavre encore chaud d'un guide de chasse venu mourir la nuit passée dans le tas de bois situé à l'arrière de la maison de Joe Pickett. Qu'est-ce que cet homme avait-il donc de si urgent à montrer à Joe pour venir mourir chez lui, si loin de son camp de chasse ?
Voilà toute l'intrigue de Détonations rapprochées et même si ça ne s'arrête évidemment pas là, il a suffit à Sheridan - la fille aînée de Joe, 7 ans) - d'être témoin de cette sale affaire pour que tout s'enclenche à un tout autre niveau. Ne vous y trompez pas, C.J. Box vous tiendra en haleine jusqu'au dénouement final !
Sans esbrouffe, d'une écriture directe et tirant au plus juste, Détonations rapprochées étonne par la proximité de l'action et la précision avec laquelle les faits sont rapportées. Joe Pickett n'est pas un enquêteur, il subit le roman jusqu'à son terme et si la processus n'est pas nouveau dans le genre, il faut admettre que ça fonctionne terriblement.
A lire pour qui rêve encore des grands espace américains et n'est pas rebuté par la fébrilité toute apparente du héros.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
cardabellecardabelle   25 septembre 2017
... Le monde sauvage est le matériau brut à partir duquel l'homme a forgé l'outil qu'on appelle civilisation.

Aucun homme ne reverra jamais
la prairie et les hautes herbes ,
la prairie où les fleurs
venaient effleurer les étriers des pionniers...

Aucun homme ne reverra jamais
les pinèdes vierges des états lacustres,
les mangroves des plaines côtières
ni les arbres géants ...


Aldo Leopold — A Sand County Almanac (1948 )

p.271
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
isabrootisabroot   16 mars 2018
«  Ils aimaient leurs camions, enchaîna-t-il. Ils nous renvoyaient à une époque où les hommes vivaient de la terre et faisaient vivre leur famille grâce à leur connaissance du milieu et à leur ruse. Ils étaient de la même étoffe que les premiers Américains blancs. Ils étaient des pionniers. Des hommes de la nature. Des sportifs du plus haut calibre. Et ces garçons le connaissaient, leur calibre. C’était du wapiti qu’ils mangeaient, pas de l’agneau. De la venaison, pas du porc. Du canard sauvage, pas du poulet…»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CrazynathCrazynath   15 avril 2014
On était entre chien et loup, l'heure où les troupeaux de cerfs quittaient leurs retraites secrètes et les buissons les plus touffus, l'instant bref et magique où la lumière, avec juste assez de force et sous un angle aigu parfait, fait flamboyer le pelage fauve et blanc de centaines d'antilopes comme autant de balises au milieu des broussailles grisâtres.
Commenter  J’apprécie          62
KassuathethKassuatheth   22 mars 2014
Il avait souvent remarqué que celui qui parlait le plus était aussi celui qui avait le moins à dire.
Commenter  J’apprécie          170
KassuathethKassuatheth   22 mars 2014
Joe avait toujours considéré les mots comme des unités discrètes, finies, une monnaie qu'il fallait épargner. Il n'aimait pas les gaspiller pour rien. Il fallait les dépenser avec discernement. Il lui arrivait parfois de garder un silence prolongé jusqu'à ce qu'il ait trouvé le mot juste pour exprimer exactement ce qu'il voulait dire.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de C.J. Box (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de C.J. Box
C.J. Box intervient dans Murder at The Magic City.
Non sous-titré.
autres livres classés : wyomingVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2340 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre