AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782862722283
351 pages
Presses Universitaires de Saint-Etienne (09/01/2002)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
5Arabella
  04 mars 2018
Composé entre 1476 et 1494, resté inachevé, éclipsé dans la postérité par l'ouvrage de l'Arioste, Roland furieux, qui est une continuation du récit de Boiardo, le Roland amoureux est une vaste oeuvre en vers, un roman de chevalerie, d'amour et de guerre. le livre connut un très grand succès de son temps, ce qui entraîna « la suite » de l'Arioste.
Boiardo s'appuie pour rédiger son texte sur Historia de vita Caroli Magni et Rolandi attribuée à l'évêque Turpin, rangé parmi les douze pairs du royaume de Charlemagne, présent (entre autres ) dans la Chanson de Roland. La geste de Charlemagne a joui d'une grande popularité en Italie, Boiardo a eu l'ambition d'écrire un roman de type nouveau, qui joindrait aux thèmes et personnages de chansons de gestes ceux des romans arthuriens, avec la large place accordé à l'amour, à la magie, à l'aventure. Boiardo, avant le Roland, s'était déjà fait connaître par des poésies d'amour d'inspiration pétrarquiste. Mais nous sommes pendant la renaissance, et les thèmes, mythes et récits antiques, sont également de la partie ; les lecteurs croiserons ainsi dans le Roland, des nymphes, le Cyclope, une sirène, les armes d'Hector...Des sources multiples d'inspiration donc, que Boiardo fond dans un seul récit.
Tout débute par une femme, la plus belle des belles, Angélique. Fille du roi de Cathay, elle vient à la cour de Charlemagne, où tous les chevaliers tombent sous son charme. Mais elle a des mauvaises intentions : accompagnée de son frère, qui dispose d'armes enchantées, elle se propose comme prix du combat entre le frère et les chevaliers qui le souhaitent, le but étant d'amener les chevaliers chrétiens, qui ne pourront gagner le combat, comme prisonniers chez son père. Evidemment le complot est déjoué, mais de nombreux chevaliers, et surtout le plus fameux d'entre eux, Roland, sont complètement subjugués par la trop belle Angélique, qu'ils sont prêts à poursuivre jusqu'au bout du monde. Sur la route, de nombreuses aventures, des châteaux enchantés, des dragons, des géants, des princesses captives et tant d'autres. Et quelques guerres aussi, celles que des prétendants amoureux font au père d'Angélique, pour pouvoir l'épouser, celle que les musulmans livrent aux chrétiens etc. Il n'est pas possible de résumer les nombreuses péripéties et rebondissements, ni évoquer tous les héros et héroïnes qui habitent les pages de Boiardo.
L'auteur est un admirable conteur, qui enchaîne les aventures, qui laisse un personnage en fâcheuse posture pour évoquer un autre héros, qui lorsqu'on pense enfin arriver à un moment d'accalmie, trouve moyen de relancer le récit par des faits encore plus grandioses et palpitants. Il est dommage que ce livre ne soit pas vraiment accessible en français, la seule version que j'ai trouvée est une vieille traduction du XVIIIe siècle de Lesage, qui d'après la préface, a pas mal modifié l'oeuvre d'origine, pour l'adapter au goût de son époque. Une traduction moderne, avec les exigences actuelles en ce qui concerne la fidélité, ne serait pas un luxe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   04 mars 2018
A la vue de tant de beautés, le jeune Africain qui n'avait rien vu de semblable, en fut atteint jusqu'au coeur. Il lui sembla qu'on venait de le blesser d'un trait de feu. La liberté s'enfuit de son âme. Il se trouble et, comme s'il appréhendait la guerrière, il ne peut plus qu'en tremblant parler devant elle.
Commenter  J’apprécie          60
5Arabella5Arabella   25 février 2018
Astolphe était parfaitement beau, magnifique, courtois et galant. Les dames aimaient sa compagnie parce qu'il avait des saillies vives et plaisantes qui le rendaient très agréable dans la conversation. Il entendait bien à railler. Il ne manquait pas de courage ; et s'il paraissait vain dans ses discours, il savait au moins les soutenir par ses actions. Il était prompt à s'offrir au péril et c'était dommage que sa force ne répondît pas à l'estime qu'il en faisait. S'il lui arrivait de tomber de cheval, ce n'était jamais sa faute. Il s'en prenait à son coursier. Il s'en faisait donner un autre, sur le lequel il se remettait volontiers au hasard d'être renversé de nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : roman de chevalerieVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2678 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre