AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Comme neige au soleil (23)

ericbo
ericbo   03 mars 2018
Quelle vie ! La beauté du paysage, le succès de leur entreprise ne pouvaient en aucun cas compenser l'ennui de leur train-train quotidien. (...) Elle avait des masses de domestiques, mais la chaleur l'incommodait toujours autant ; Le soleil ne convenait pas à son teint trop clair. Chaque insecte visait en elle une proie délectable. Elle transpirait sans cesse, et ses vêtements collaient perpétuellement à sa peu irritée. Elle avait régulièrement de la température. Ses voisins étaient distants et antipathiques, les distractions rares à Moshi, et Erich n'était pas très porté sur les bals et les mondanités.
Commenter  J’apprécie          120
GeorgesSmiley
GeorgesSmiley   02 mai 2019
Il vit la bouffée de fumée sur les remparts avant même que ses oreilles incrédules n'enregistrent la détonation de l'arme. Il vit l'ascension rapide de l'obus, une traînée noire sur le ciel bleu.
"Fuyez ! Fuyez !" puis il se retourna et se mit à courir. Il y eut un immense grondement...il perdit conscience quelques secondes, ouvrit les yeux pour se retrouver enveloppé de tourbillons de fumée. Il fut choqué de découvrir qu'il était totalement nu, à part ses bottes, qui étaient toujours là. Du sang dégoulinait de son menton sur sa poitrine. Il toucha son visage, sa tête et regarda le bout de ses doigts. Il semblait que le sang lui coulât du nez, des oreilles et des yeux. A travers la seule ouverture dans la fumée qui le cernait, il entrevit le visage flou et angoissé de Wheech-Browning, entendit sa voix bouleversée, claire comme celle d'un enfant :
"Le cordon, Cobb ! J'ai éternué. Je le tenais dans ma main. Et puis, c'est parti. Je suis désolé, Cobb. Je suis désolé..."
Commenter  J’apprécie          60
GeorgesSmiley
GeorgesSmiley   14 mai 2018
Bientôt le soleil levant cueillit de ses rayons le sommet neigeux du Kilimandjaro qui surgit, majestueux, au-dessus de ses sombres contreforts. Ils traversèrent la plaine sous l'immensité d'un ciel serein, avec seul le petit crachotement du moteur pour briser le silence, en direction de la magnifique montagne dont le soleil approchait doucement.
"Splendide vue !" hurla Wheech-Browning.
Une demi-heure après, ils furent contraints à une halte afin de permettre à Mr. Essanjee de vomir; il déclara trouver le mouvement du side-car tout à fait déplaisant.
Commenter  J’apprécie          50
GeorgesSmiley
GeorgesSmiley   15 mai 2018
Il s'avisa qu'il était soldat depuis deux ans et demi et qu'il n'avait jamais tiré un coup de feu contre l'ennemi. Quelle sorte de guerre était-ce qui permettait une telle absurdité ? Et pourtant, il avait été malade, à demi mort de faim, assommé d'ennui. Il avait vu son frère atrocement assassiné, avait partagé une maison avec un Portugais syphilitique qui ne parlait pas un mot d'anglais et enfin avait failli être tué par un obus lancé par un officier britannique. Il savait bien qu'il n'était pas responsable de la manière dont les choses s'étaient passées... Mais enfin, chacun de nous devait bien, tout de même, disposer d'un reste de capacité à influencer les événements ? Il s'était juré qu'avant de quitter l'Afrique, avant d'en avoir terminé avec cette guerre folle, absurde, il exercerait ce vestige de pouvoir et tirerait au moins sur un ennemi. Il logerait une balle dans la tête de von Bishop. Pour lui, jusque-là, la guerre ne serait pas finie.
Commenter  J’apprécie          42
GeorgesSmiley
GeorgesSmiley   15 mai 2018
Temple ressortit dans la rue au soleil, ajusta son casque et soupira bruyamment. Ces Anglais ! Il secoua la tête de rage et d'admiration mélangées. Un général alcoolique, une armée style tour de Babel, et tout un chacun se baladant dans cette plaine aride sans avoir la moindre idée de ce qu'il était censé faire...
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui
rkhettaoui   15 décembre 2012
Tout homme avait besoin de simples réconforts dans sa vie intime. Elle n’aurait pas été surprise d’apprendre que, dans cette curieuse famille, Gabriel avait été privé de l’attention et de la tendresse qu’un enfant est normalement en droit de recevoir. Toutes ces sœurs… et les sœurs peuvent être si autoritaires, si rancunières à l’égard de leurs petits frères.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui
rkhettaoui   15 décembre 2012
Plus tard, à mesure qu’elle apprenait à connaître mieux l’ennemi, ou qu’il devenait plus excentrique et sénile, sa personnalité longtemps réprimée s’était de plus en plus imposée. Elle portait les vêtements les moins appropriés qui fussent, s’intéressait à des sujets qui, les premières années de son mariage, auraient été immédiatement bannis, et s’abandonnait subrepticement à ce qui était sa plus grande faiblesse : son goût du moderne.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui
rkhettaoui   15 décembre 2012
On devient très sanguinaire par les temps qui courent, et l’on voudrait que tout le peuple allemand soit anéanti, avec seulement quelques individus épargnés, sur le modèle Sodome et Gomorrhe.
Commenter  J’apprécie          20
GeorgesSmiley
GeorgesSmiley   15 mai 2018
La moto surgit dans la rue. Le conducteur s’arrêta et ôta ses grosses lunettes. C’était un soldat anglais. « Dis-moi mon pote, dit l’homme gaiement, où est tout le monde ? J’crois que je suis perdu. Tu peux me dire où est la garnison de Kasama ?
Von Bishop se rendit compte qu’avec son uniforme dépenaillé, il ressemblait plus à un fermier qu’à un officier allemand. C’était d’autant plus embarrassant qu’il n’avait même pas un revolver.
_ Cette ville est occupée par les troupes allemandes.
_ Oh ! Je suis fait prisonnier, alors ?
_ Oui, vous l’êtes, dit von Bishop, avec le sentiment d’être plutôt ridicule.
_ Vous n’êtes pas au courant, dit l’estafette, la guerre est finie depuis avant-hier. »
Commenter  J’apprécie          11
GeorgesSmiley
GeorgesSmiley   13 mai 2018
On encouragea Temple à rejoindre une des deux unités de volontaires qui avaient été promptement formées pour défendre l'Afrique-Orientale britannique. Il avait le choix entre la prosaïque force de défense nairobienne et les fusiliers montés d'Afrique-Orientale, une troupe aristocratique et désinvolte qui requérait la possession d'un cheval ou d'un poney de polo. Ce dernier groupe, un rassemblement polyglotte de diverses nationalités, dont des Boers, des Suédois et trois Italiens avait attiré la plupart des Américains. Les membres présents, ce soir, incluaient un musicien, plusieurs patrons de bistrot, un ex-clown et un gardien de phare écossais.
Commenter  J’apprécie          10




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    ARMADILLO, LE PETIT SOLDAT

    Le héros de ce roman est ...........

    William Boyd
    James White
    Lorimer Black
    Jonathan Roscoe
    Michael Bottom
    Conrad Milliband
    Waldemar Strike

    15 questions
    10 lecteurs ont répondu
    Thème : Armadillo de William BoydCréer un quiz sur ce livre