AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Des étoiles dans la mer (10)

gabrielleviszs
gabrielleviszs   30 octobre 2017
Je secouai la tête. Quand je comparai la fille devant moi à celle qui était apparue sur le pas de ma porte, terrifiée, brisée, vidée, je réalisai pour la première fois à quel point ça avait dû être dur pour elle de venir ici sans même savoir ce qui l'attendait. Un cottage vide, laissé à l'abandon, pas de nourriture, pas d'électricité, pas d'argent, mais le paradis, comparé à l'endroit d'où elle venait. Comparé à ce qu'elle avait enduré.
Commenter  J’apprécie          30
KateLine
KateLine   20 octobre 2017
— Comment on va l’appeler ?
— Oh, c’est "on", maintenant ? Tout à l’heure, c’était "ton" chat, et maintenant qu’il commence à être emmerdant, c’est le nôtre ?
Je haussai les épaules innocemment.
— Quel que soit son nom, tu devras lui couper les griffes.
— Ivan ?
— Je refuse de lui donner un nom. Choisis ce que tu veux, c’est ton chat.
— Ivan le Terrible. Oh, attends, et si je l’appelais Terrance ? Terreur en guise de diminutif.
— Débrouille-toi, je te dis.
— OK. Ça sera Lancelot, alors. Parce qu’il a des griffes comme des petites lances, et j’espère qu’il sera mon preux chevalier si les cousines de Berthe débarquent.
Tom pinça les lèvres.
— Bon, peut-être pas. Quelque chose de plus mignon, alors ? Bouton d’Or ?
— Tu vas quand même pas l’appeler Bouton d’Or, objecta Tom.
Puis il s’aperçut qu’il avait mordu à l’hameçon et grogna, agacé.
Je souris.
— Tu as une opinion sur le sujet, donc. Tant mieux.
Je penchai la tête pour frotter mon nez contre celui du petit démon, et il me le mordit aussitôt.
— Connard ! m’exclamai-je.
Tom haussa les épaules.
— Sympa, comme nom. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KateLine
KateLine   20 octobre 2017
— Merde, est-ce qu’il faut que je vienne t’aider à cacher un corps ?
— Ouais, celui d’une grosse araignée. J’espère que c’était pas une de tes amies. Bordel, ce truc était énorme. Beurk.
Je frissonnai à nouveau, l’estomac en vrac.
Tom sembla ralentir sa course.
— Oh, tu veux dire Berthe ? Pauvre petite, tu l’as tuée ?
— Tu savais qu’il y avait une énorme araignée dans la maison et tu ne me l’as pas dit ?
— Ben, je ne l’ai vue qu’une fois, et je ne voulais pas te faire peur pour rien, puisque je ne l’ai plus revue ensuite.
— Alors mieux valait attendre que je me retrouve face à face avec elle ? dis-je avec un petit rire faiblard. J’ai cru que j’allais mourir. J’ai failli faire une crise cardiaque. Et j’ai vomi le peu de nourriture que j’ai réussi à ingérer aujourd’hui. En fait, peut-être même que c’est Berthe qui a laissé la porte de devant ouverte et qui a déplacé le pot de peinture. Elle en serait certainement capable.
— Désolé, dit Tom.
Il était toujours à bout de souffle, mais je l’entendis rire de soulagement en m’écoutant plaisanter. Ça voulait dire que ça allait.
— C’est ça. T’as intérêt à ramener une litière et tout le reste quand tu reviendras, parce que demain, je ramène à la maison un félin tueur d’araignées. J’ai besoin d’un garde du corps.
J’espérais que mon petit chaton était toujours en vie, et qu’il était fort et loyal.
— Je suis fier que tu aies tué Berthe. Ça montre que tu sais te défendre.
— Instinct de survie, marmonnai-je. C’était elle ou moi. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marlene_lmedml
Marlene_lmedml   27 septembre 2017
-Des étoiles dans la mer, intervint Tom, les yeux fixés sur moi.

-Quoi ?

-Désolé, c’est cliché. Quand j’étais plus jeune, au lycée, on m’a demandé de décrire à quoi ressemblait l’amour selon moi. C’était comme ça que je le voyais. Bleu, infini, brillant mais profond, un endroit qu’aucun homme ne peut vraiment atteindre. Des étoiles dans la mer.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui
rkhettaoui   27 septembre 2017
Je savais ce qu’elle faisait. Ses mots, son expression fermée, ses vêtements, tout était fait pour former une barrière qu’elle utilisait pour éloigner les autres. Comme ça, personne ne pourrait jamais être suffisamment proche d’elle pour la décevoir.
Ses cheveux noirs étaient attachés pour éviter de retomber sur son visage. On voyait ses racines blondes commencer à apparaître. Sous cet angle, sa mâchoire me rappelait tellement celle d’Abby que j’avais envie de tendre la main et de passer mes doigts le long de sa joue.
J’avais du mal à cerner cette fille. Elle était jeune, perdue, méfiante, sur la défensive. Elle aurait dû être lumineuse, belle, heureuse de vivre. Mais au lieu de ça, elle était venue se cacher ici, pour fuir je ne savais quoi.
Plusieurs possibilités me firent frissonner lorsqu’elles traversèrent mon esprit, et je les écartai immédiatement.
La culpabilité que j’éprouvais depuis six ans n’était rien comparée à celle qui me saisissait maintenant que la conséquence de mes actions, ou plutôt de mon inaction, était agenouillée devant moi. Cette fille était brisée. Il suffisait de voir sa méfiance, son attitude, sa peur, son anxiété. La façon dont elle cachait son évidente beauté derrière une teinture et un maquillage noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiliMatoline
LiliMatoline   20 septembre 2017
Chapitre Deux :
" Le cottage, qui n'était composé que de deux chambres, était plus petit et plus vieux que dans mon souvenir, mais cet instant précis, je n'avais jamais rien vu d'aussi merveilleux que lui. Il n'était même pas particulièrement envahi de verdure comme je l'vais cru. Ce serait mon havre de paix. Un endroit où panser mes plaies.
La peinture blanche ne méritait plus tellement son nom de peinture, mais de ce que j'en voyais, le toit avait l'air solide. Il dépassait par-dessus le porche de l'entrée. Il manquait deux barreaux à la balustrade sur la gauche et les escaliers penchaient un peu, mais...
Une minute.
Mon regard balaya la scène de gauche à droite. Il y avait de la peinture fraîche de l'autre côté. Et des barreaux neufs à certains endroits.
Non !
Lorsque je me tournai vers la gauche, mon cerveau confirma ce qu'il avait déjà aperçu à la périphérie de mon champ de vision. Une voiturette de golf. La même que tout à 'heure, si je ne me trompais pas. La porte-moustiquaire s'ouvrit et l'homme en sortit. La battant claqua derrière lui.
- Qu.. Qu'est-ce que vous faites là ?
..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszs
gabrielleviszs   30 octobre 2017
— Lui, c'est Tic, dit Tyler.
Il désigna un type immense, le crâne rasé, qui était en train de mettre un bonnet. Tic hocha la tête avant de se mettre à détacher les cordes.
— Et lui, c'est Cal. Les mecs, voici Olivia.
Cal, grand et maigre, était sans aucun doute le plus vieux de nous tous. Il avait la peau vérolée et un tatouage vert délavé représentant un crucifix sur la joue droite. Tout en me jaugeant, il m'adressa un lent sourire. Ses dents étaient jaunies et l'une d'entre elles était fendue. Son regard me parcourut des pieds à la tête.
Je frémis. J'avais envie de sortir de ma peau, de quitter mes vêtements et d'emmener mon âme très loin d'ici. Je connaissais ce regard. Je l'avais déjà vu. J'avais déjà vécu un cauchemar qui avait commencé par le même regard. Le frisson glacial qui me parcourut n'avait rien à voir avec la température, et je me rapprochai de ce que je connaissais : Tyler. Voilà pourquoi il s'était donné en spectacle en m'embrassant.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   27 septembre 2017
Ça allait avec mes ongles, avec mes vêtements habituels, et avec mon humeur. Et surtout, ça me cachait. Les gens me fuyaient du regard quand je m’habillais comme ça ; c’était pour ça que j’avais continué. Ça rendait les choses plus simples pour moi.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   27 septembre 2017
Il fallait absolument que je trouve un travail pour me nourrir et peut-être pour réparer le cottage ; le peu de liquide que j’avais sur moi suffirait à peine à me permettre de subsister. Néanmoins, l’idée de pouvoir recommencer de zéro et de devenir quelqu’un sans passé, sans attentes, me faisait tourner la tête. Je pouvais me réinventer complètement.
Et je serais en sécurité.
Commenter  J’apprécie          00
LiliMatoline
LiliMatoline   20 septembre 2017
Chapitre un :
" J'avais laissé un mot d'adieu aussi sec que les rares paroles que mes parents m'adressaient parfois ; mais au moins, de cette façon, ils sauraient que je n'avais pas été enlevée.
Je vous laisse tranquilles, maintenant.
Ne me cherchez pas.
Olivia."
Commenter  J’apprécie          00


    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




    Quiz Voir plus

    Les Amants de la Littérature

    Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

    Hercule Poirot & Miss Marple
    Pyrame & Thisbé
    Roméo & Juliette
    Sherlock Holmes & John Watson

    10 questions
    2651 lecteurs ont répondu
    Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre