AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hugues Leroy (Traducteur)
EAN : 9782226182395
275 pages
Éditeur : Albin Michel (27/02/2008)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 110 notes)
Résumé :
Là-haut vers le nord de l'Ontario, des femmes et des hommes, indiens pour la plupart, vivent, aiment, rêvent et meurent. Joseph Boyden évoque avec sensibilité leurs histoires singulières au parfum de légende: une jeune fille tombe amoureuse d'un loup; un gamin passionné de catch vole au secours de son héros; un jeune homme prétend envers et contre tous être un ours... Ces nouvelles étonnantes, mélange fascinant d'émotion, de colère et de grâce, de violence et de poé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
mesrives
  10 mars 2016
Dire quelque chose de plus après la magnifique critique d'un de nos babeliotes, Endymion, semble difficile et superflu mais je continue l'exercice car l'écriture de Joseph Boyden m'a vraiment touchée , émue et accrochée .
J'ai donc découvert cet auteur à travers ce recueil de nouvelles, et quelles nouvelles !
Mon premier Boyden est et sera Là-Haut vers le nord .
Treize nouvelles, comme les treize semaines composant le temps d'une saison…et il y a bien quatre saisons dans ce recueil .
Joseph Boyden amorce sa partition avec l'Est, la saison de la peine, ensuite avec le Sud, la saison de la ruine, puis avec le l'Ouest la saison de la course et enfin le Nord la saison du retour.
Cycle des saisons, cycle des illusions et des désillusions qu'il faut guérir. Et chez les Cree pour guérir, il faut honorer les quatre points cardinaux dans ce sens pour former le cercle avant le rituel.
L'auteur est avant tout un passeur de mémoire et il s'exprime à travers ses personnages, comme Rémi. « Rémi n'aime rien tant que les cycles. Les choses qui se répètent, les routines quotidiennes, il semble ne vivre que pour ça. Maman dit qu'il est l'incarnation des Crees d'autrefois, avec leur passion pour les cycles, les saisons, le cercle de guérison. »

Treize nouvelles pour nous faire ressentir le déchirement entre passé et présent et le futur rêvé ou possible.
Nous voyageons à travers une série de personnages, tous apparentés de près ou de loin à l'aïeul, « le vieux », celui qui parle au Weesageechak, le trompeur ou figure bouffone .
Dans ces tranches de vie, chacun à sa manière, témoigne d'une réalité quotidienne où affleure légendes et croyances amérindiennes : ici, les indiens Crees du Nord de l'Ontario, de la baie James (partie inférieure de la baie d'Hudson).
A travers chacun d'eux, l'auteur donne la parole à des âmes blessées, des esprits éveillés.
En même temps réalistes et poétiques, ces nouvelles nous permettent de percevoir, partager les difficultés, failles et maux (diabète, malformations dus à la pollution, drogue…) que les Crees rencontrent dans leur réserve au contact de la société moderne matérialiste.
Comme le dit Soeur Jane « N'oubliez pas, Père Jimmy, qu'il n'y a pas si longtemps, ce peuple vivait en autosuffisance. Les jeunes d'ici sont écartelés entre ce qui n'est plus et ce qui n'est pas encore là ; entre tout ce qui fait leur identité de peuple et tout ce que nous leur demandons de devenir. »
Mais ces nouvelles dessinent aussi les contours d'une spiritualité toujours vivace : les esprits, les windingos (les démons), les animaux totems sont bien présents et n'ont pas été effacés.
J'ai été particulièrement émue par la dernière saison, le retour, où les points de vue de différents personnages interfèrent sur la vision d'un même événement : le décès de l'une d'entre eux Linda (petite-fille pour l'un, fille, tante, nièce, cousine pour d'autres).
le retour de son corps parmi les siens permettra à la communauté de communier autour du chant de la rivière et , pour quelques heures renaître en célébrant les Manitous.
C' est avec ce recueil, Là-haut vers le Nord, que j'ai découvert Joseph Boyden.
C'est un gros coup de coeur, je suis tombé sous le charme de son écriture, profonde et sincère qui a déclenché en moi beaucoup d'émotions.
J'attends avec impatience de le retrouver dans « Le chemin des âmes » et « Les saisons de la solitude » ou « Dans le grand cercle du monde » .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6010
Sachenka
  12 janvier 2018
Il y a quelques années déjà que j'ai lu mon premier Joseph Boyden et, après ce quatrième roman, mon enthousiasme n'a pas du tout fléchi. Ce « jeune » auteur, même s'il est passé de la saga historique au roman plus moderne, il a toujours su donner une voix aux Amérindiens. Là-haut vers le nord ne fait pas exception, à la différence près que ce sont des voix multiples qu'il propose aux lecteurs. Ce recueil, divisé en quatre parties (est, sud, ouest et nord) avec leurs thèmes propres, elles-mêmes comprenant trois ou quatre nouvelles.
À travers ses personnages sensibles, Joseph Boyden jette un regard lucide sur les communautés amérindiennes de l'Ontario. Loin des stéréotypes et des clichés (quoique certaines sont plus difficiles à éviter, comme ce conseil qui débat sur ouverture potentielle d'un casino) mais aussi des complaisances. Quelques sont des alcooliques, d'autres des profiteurs. Mais même eux nous font pitié. En fait, particulièrement. D'autres ont été malchanceux depuis le début, souffrent de maladie, d'ignorance, de laisser-aller, du chômage. Tout n'est pas sombre ni misérable, quelques uns gardent leur dignité malgré les difficultés. L'espoir existe encore.
Cet ensemble de destins brisés, de rêves et d'espoirs vains, d'amour perdu d'avance, de désillusion, il est touchant. Et on ne cherche pas des coupables. Ni les Blancs qui auraient perverti les Amérindiens, ni ceux-ci d'être responsables de leur sort. Joseph Boyden raconte le présent, un point c'est tout. Certains pointent du doigt le matérialisme occidental mais ce nouveau démon a pris bon nombre d'Amérindiens. Plusieurs jeunes se détournent des traditions ancestrales. Sans oublier l'alcool et la drogue qui font ravage. Et la pollution, aussi. le monde est changeant, tourne comme les saisons, alors il faut s'y faire.
Je ne suis pas un grand lecteur de recueil de nouvelles mais Là-haut vers le nord m'a accroché. La plume du talentueux Joseph Boyden y est pour beaucoup. En peu de mots, il réussit à rendre vivant ses personnages, dont certains sont très colorés sinon attachants, puis à bien nous les faire connaître (il faut dire que plusieurs reviennent d'un nouvelle à l'autre, plusieurs histoires se déroulent au même endroit). Ce voyage vers des contrées peuplées d'Amérindiens est une bouffée d'air frais, d'originalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          513
bilodoh
  21 août 2020
Des nouvelles de la vie dans le Nord, des textes vivants, avec le poids du réel et l'énergie du spirituel.

Joseph Boyden décrit sans complaisance les problèmes des communautés autochtones du Nord de l'Ontario. Qu'il s'agisse des enfants enlevés à leurs parents pour les envoyer dans les pensionnats, des abus sexuels, de la consommation d'alcool et de drogue et même des jeunes qui sniffent de l'essence. Car non, la vie n'est pas facile pour ces jeunes « écartelés entre ce qui n'est plus et ce qui n'est pas encore là ; entre tout ce qui fait leur identité et tout ce que nous leur demandons de devenir. » (p.260)

Dans cette série de nouvelles, on trouve des drames, mais on y trouve aussi un peu de l'esprit de ces peuples, la solidarité, l'amour des parents pour leurs enfants, et parfois une étonnante résilience.

Je croyais que j'avais été touchée par ces récits parce que je suis déjà allée à Moose Factory, j'ai vu le barrage de la rivière Abitibi et j'ai vu danser une petite fille avec sa robe à clochettes. Mais au regard des critiques d'autres Babeliotes, je crois que j'ai simplement été touchée par l'humain, par la qualité de l'émotion et de l'écriture de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Blackbooks
  22 décembre 2019
Est, l'aube naissante, jaune immaculé, saison du printemps de tous les possibles. L'illumination d'un peuple tapi dans des réserves, chassés entre un passé prestigieux et un présent laborieux. Dans cet est canadien, les Ojibwés de Moose factory ont le coeur lourd de peine. Vivre, survivre quand on a perdu ses racines, sa langue. « Les mots qu'il m'apprenait n'étaient pas ma langue, mais c'était quand même de l'indien : ça valait mieux que rien.” Exister dans un monde en marche où l'on est exclu, revendiquer quand on a plus de voix, plus d'esprit. Elles s'appellent Née avec une dent, Jenny two Bears ou encore Mary , elles sont veuves ou célibataires qu' importent, elles ont ancré dans leur veine la peine des chamanes, la complainte des esprits qui bat en elles. Des voix qui s'élèvent se révoltent au travers de la musique, passive ou violente qu'importe. Surtout exister, crier, exsuder cette détresse, cette némésis, sortir de cette léthargie.
Sud, le passé, rouge comme le sang, la colère des hommes. Saison des chasses, des transformations. C'est le cercle des guerriers aujourd'hui erratiques, vaincus par la folie, la drogue, l'alcool. C'est le vent violent qui s'emparent des êtres, Dink, l'orphelin, devenu un bearwalker marchant sur les ruines d'un peuple usé, devenu une minorité sans avenir, terne comme la vie monotone et insipide de l'ancienne junky Sylvina. « La seule chose que Sylvina sache avec certitude, c'est qu'un jour elle deviendra sa vieille mère, qu'elle verra le monde à travers des yeux mouillés. Cette certitude lui fait peur. Il y a forcément autre chose que cela dans le monde du pilote, autre chose que cette petite vie étriquée à Moose Factory, cette vie qui s'enfuit sous ses yeux.” Un monde en lambeau, aseptisé au modernisme bétonné suintant de haine et de sectarisme où les anciens se perdent dans des labyrinthes éthérés et mortifères, ne laissant poindre que les rêves en guise de vie. « Alors, il avait descendu Bay sous la plainte creuse de la voie express, traversé les rails et rejoint la couronne de son rocher, assez loin de la cohue du centre pour rêver, un temps, qu'il était enfin rentré chez lui, dans les bois. Très bientôt, il reprendrait sa route. La vie n'avait pas toujours été la même , mais ses souvenirs de la réserve s'effaçaient aussi vite que le soleil. »
Ouest, le noir automnal, le temps de la réflexion, du combat. C'est le temps présent, la course contre le temps et ses ravages, celui de la digestion des appâts sucrés qui ont assouvi un peuple sauvageon, réduit une nation à coup de ciseaux dans les crinières de la liberté. Autant de menottes, autant de barrages construits sur les rivières invisibles du peuple Cree, qu'il faut à présent éradiquer. Que ce soit sur le ring comme la vision du jeune Kumamuk, ou par la force contre les bulldozer d'Abitibi.
Nord, le futur, l'approche du soir éternel mais aussi de la renaissance du retour, celui des tambours qui s'élèvent à nouveau pour célébrer les morts. le voile opaque se lève enfin pour Johnny cul-de-jatte, pour Crow, sous l'oeil apaisé du vieux et de Gitchi-manitou. C'est l'appel d'un nouvel esprit, la voix d'une nouvelle auto-suffisance et du refus de l'assistance, c'est l'allégresse du vainqueur au Bingo, ces casinos tombés lentement dans la tutelle des indiens.
Joseph Boyden, l'écrivain aux multi-racines réinvente sa famille pour le plaisir des lecteurs. Une immersion dans les réserves canadiennes aux côtés de personnages attachants, brûlés par les maux de l'assimilation. Des histoires fictives mais qui pourraient être vraies tant elles sonnent justes, ciselant à la plume les plaies purulentes d'être en perdition. Ça sent la misère, la moisissure, la décomposition d'être nourris à l'alcool, la drogue et le désespoir mais derrière cette crasse apparente se terre une longue réflexion, la croissance des bourgeons annonciateurs d'un nouveau printemps. Des nouvelles disparates comme souvent dans ce genre de recueil mais certaines sont de véritables pépites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
sylvaine
  19 septembre 2017
Quatre points cardinaux, treize nouvelles qui forment le cercle, un rythme dans l'écriture qui vous prend aux tripes, le chant du tambour ne peut que vous ravir. Joseph Boyden chante la communauté indienne sans se voiler la face, sans tabous , sans à priori mais tout est dit et si bien dit.
Magie, poésie antidotes de violence et alcoolisme . Une fois de plus je ferme ce livre avec le regret de le voir terminé . le chemin des âmes m'avait conquise Là-haut vers le Nord me confirme l'immense talent de Joseph Boyden . A lire et relire sans modération ...
Commenter  J’apprécie          322

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
mesrivesmesrives   10 mars 2016
Je soulève mon tambour que j'avais posé près de moi, sur le banc. Je me plante au milieu de l'allée centrale, près de la porte, juste en face du cercueil de Linda qui repose à l'autre bout. Je m'agenouille, je lève ma baguette et je frappe une fois, fort. Le son se répercute dans l'église silencieuse. Le père Jimmy m'aperçoit et devient écarlate. « Pas de blasphème dans cette église, Joe Cheechoo ! » . Je le fais taire d'un autre coup de tambour. Ca sonne bien, là-dedans : on dirait un grand coeur qui bat.
Je lève à nouveau ma baguette et je lance un rythme, celui de la rivière. Mon chant funèbre. Le Père Jimmy bondit de la chaire ; mais on lui coupe la route car ils sont tous sortis des rangs pour me rejoindre, les frères de Linda, mes oncles, mon grand-père, des cousins,
Ils s'agenouillent en cercle autour du tambour où je pousse ma meilleure plainte – pure, juste qui monte jusqu'aux poutres de l'édifice et m'envoie des frissons dans l'échine. Ils se mettent à battre le rythme, avec les mains, avec leurs chaussures qu'ils ont retirées. Je serre encore la gorge et le chant monte plus haut, d'autres personnes dans l'assistance s'approchent du cercle. Mon grand-père répond à ma plainte, les autres entrent à leur tour dans le cercle, les yeux fermés, la gorge nouée. Nous chantons haut ; nous battons fort . Nous chantons pour l'uchak de Linda, son âme, nos voix s'envolent pour la tirer de son corps immobile, là-bas, à l'autre bout de l'église – et l'emporter, sous la garde de sa famille jusqu'à son repos.
Le Père Jimmy bat en retraite vers sa chaire, la figure écarlate, la peur dans les yeux. Il se retourne et disparaît dans la sacristie. Le rythme s'emballe et je pense fort à Linda, à une petite fille qui battait la campagne dans des bottes trop grandes pour ses petits pieds. Sa robe à fleurs. Son vélo rouge. Cette nuit qu'elle avait passé à boire avec moi. La tristesse qui éteignait son regard, la dernière fois que je l'ai vue. Je relève la tête : ma sœur est là, sa mère qui me regarde en face. Et ses yeux sont ceux de Linda . Un peu de l'étincelle a reparu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
mesrivesmesrives   05 février 2016
Wasishu veut dire homme blanc. Grand-mère n'a jamais eu l'occasion de m'apprendre le mot ojibwe, alors je l'emprunte à la langue des Sioux. Mais attention, je suis pas des plaines, moi: Ojibwé et fière de l'être. Les Sioux, quand ils sont arrivés de l'Est, étaient nos ennemis: il n'y avait personne que l'on craigne et respecte plus, à part les Iroquois. Ma grand-mère parlait couramment ojibwé, mais elle est morte il y a très longtemps. Avant de connaître Ollie, j'ai appris un peu d'indien avec un garçon du Dakota du Sud. C'était un Sioux Oglala: il vous disait ça en roulant des mécaniques. Les mots qu'il m'apprenait n'était pas ma langue, mais c'était quand même de l'indien: ça valait mieux que rien. En retour, je lui apprenais le peu d'ojibwé que je savais, en dehors des insultes. Aneen Anishnabe veut dire "Salut l'indien" dans ma langue. Un de ces quatre, je prendrai un congé du Palace et j'apprendrais mieux l'ojibwé, pour avoir quelque chose à transmettre à mes deux gosses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
mesrivesmesrives   09 février 2016
La forêt l'a changé. On dirait qu'il a grandi: pas tant d'un point de vue physique - même si, c'est vrai, il paraît plus costaud - , mais dans son amour-propre. Cela se voit à sa démarche. Autrefois, il rasait les murs comme un chien battu; désormais il avance la tête haute, parlant à quiconque veut bien l'écouter. Et les choses qu'il raconte! Plusieurs personnes m'ont rapporté qu'il se moque de mes frères et de moi, de ce que nous lui avons fait. Il affirme que la dégelée n'a réussi qu'a déchaîner ses pouvoirs. Il dit que là-bas, dans les bois, il a pu se changer en orignal; qu'il a couru entre les arbres toute la nuit; qu'il a couvert une femelle au matin, près d'une fondrière. A d'autres, il a raconté qu'il s'était changé en corneille et qu'il avait survolé la réserve quelques jours plus tôt. Il a parlé à Zachary Goodwin de l'esturgeon que celui-ci sortait alors de l'eau; et informé la voisine, la vieille Koostachin, que le trou de son toit s'agrandissait. Elle s'est signée avant de s'éloigner sans un mot. Je crois que Dink lui a vraiment flanqué la frousse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
litolfflitolff   05 avril 2011
Quand il avance, ses gestes sont lents, comme s'il marchait sous l'eau ou contre une bourrasque : c'est peut-être pour ça qu'il se débrouille si bien dans les bois. Ma mère disait que Gitchi-Manitou n'a jamais créé un être sans le doter d'un talent particulier : le talent de Francis, c'est de connaître les voies du bush. Il approche un orignal ou un caribou par-derrière avant que la bête ait remarqué sa présence, il lui touche pratiquement le cul. Et je me rappelle une chose dingue que j'ai vue un jour d'hiver, en chassant : Francis qui cavalait parmi une horde de caribous comme s'il en faisait partie. Les bêtes ne bronchaient pas, comme on tolère un ami envahissant. Dink peut rester dans les bois des jours entiers. Il trouve son chemin en silence parmi les plus épaisses broussailles, cueillant au passage des plantes et des baies pour se nourrir et il repère les bêtes avant que les chasseurs les plus aguerris ne sachent de quoi il retourne. Il a un don, Dink, mais dans une culture à l'agonie. Autrefois ce talent-là aurait valu tous les trésors de la terre aujourd'hui, il ne rapporte que quelques centaines de dollars la semaine, lâchés par des Yankees qui montent du Michigan ou du Minnesota. Dans les bois, Dink n'a plus rien d'un gosse ingrat : c'est un maître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mesrivesmesrives   12 février 2016
Il n'aurait su dire combien de temps il avait dormi. Quelque chose lui chatouillait la figure; quand il ouvrit les yeux, il découvrit un grand nuage de papillons qui l'environnait. Beaucoup s'étaient posés sur la pierre et sur son corps; ils battaient lentement des ailes. Les autres tourbillonnaient en si grand nombre qu'il montait du nuage comme un sourd vrombissement. Le coeur de Noah battit plus vite. Certains papillons étaient plus gros que sa main; le soleil faisait resplendir leurs couleurs, orange, noir luisant, rouge profond. Et dans la rumeur de leurs ailes, il semblait à Noah entendre une langue inconnue. Il regarda; il écouta ces minuscules langues de feu. Des centaines de papillons. Des milliers. A force de tendre l'oreille à leurs chuchotements, Noah vit émerger un motif, se mit à les comprendre, à saisir la signification de cette rencontre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Joseph Boyden (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Boyden
Rencontre avec Joseph Boyden pour "Dans le grand cercle du monde".
autres livres classés : canadaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Lucky Luke

Je suis le personnage secondaire "réel" le plus présent dans la série et je fais ma première apparition dans l'album "Hors-la-loi". Dès ma deuxième apparition, dans "Lucky Luke contre Joss Jamon", je prends les traits d'un jeune bandit coléreux, petit, nez retroussé, taches de rousseurs et incisives en avant, je suis la parfaite caricature des jeunes adolescents.

Lucky Luke
Jolly Jumper
Rantanplan
Joe Dalton
Billy the Kid
Calamity Jane
Roy Bean
Buffalo Bill
Jesse James
Sarah Bernhardt
Wyatt Earp
Abraham Lincoln
Edwin Drake
Mark Twain
Allan Pinkerton

15 questions
124 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd jeunesse , bande dessinée , bande dessinée humour , western , western humoristique , bd franco-belge , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre