AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1717845568
Éditeur : KDP (16/08/2018)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 10 notes)
Résumé :
La plume et ses multiples facettes… Couverture de l’oiseau, outil de l’écrivain, symbole de la légèreté. Pour chacun, elle a une évocation particulière. Toujours, elle nous fascine. Souvent, elle nous échappe.

Quatorze auteurs indépendants ont pris le pari de la prendre pour totem et de lui rendre hommage à travers ce recueil singulier, aux multiples voix.

Laissez-vous happer par ce déluge de plumes, entrouvrez le temps d’une lecture la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Wolkaiw
  11 octobre 2018
Il était une plume… Il était une fois, quatorze auteurs, quatorze styles, quatorze histoires… C'est un collectif d'auteurs indépendants qui s'est prêté à l'exercice de la nouvelle, c'est une association qui est ici mise en lumière, celle des Plumes Indépendantes. Tout naturellement, ce premier recueil (qui j'espère ne sera pas le dernier), traite du thème qu'est la plume ; de ses multiples définitions, de ce qu'elle inspire comme ce à quoi elle aspire. J'ai énormément apprécié la petite introduction du recueil ; mise en bouche avant de savourer chaque nouvelle à sa juste valeur.
Il est toujours difficile d'appréhender un recueil… Je trépignais d'impatience à l'idée de découvrir de nouveaux auteurs, de percer à jour une part de leur univers, d'entr'apercevoir la sensibilité de chacun. Quelles définitions d'une plume allais-je trouver ? Nous avons tous en tête l'image de cette plume d'animal, souvent colorée, parfois capricieuse. En grande amatrice de lecture, la plume m'évoque bien entendu le style d'un auteur, sa façon de s'exprimer, de faire passer des messages… Mais je dois avouer que le simple mot « plume » semble être une source d'inspiration inépuisable, à la fois synonyme de la liberté mais aussi de la légèreté, chacun y est allé de sa définition. Je peux vous assurer que personne n'a copié sur son voisin, toutes les nouvelles sont uniques et j'ai plus qu'apprécié la richesse et la diversité du recueil.
Pour avoir déjà eu l'occasion de lire quelques recueils, je crois pouvoir clamer haut et fort que celui-ci est de loin mon préféré. J'ai vraiment été impressionné non seulement par la qualité des nouvelles, mais aussi par l'originalité des histoires ainsi que par les nombreux messages véhiculés. Chaque nouvelle est précédée d'une superbe illustration de plume – à chaque fois différente -, conférant presque au recueil le statut d'objet- livre tant j'ai admiré la beauté des coups de crayon. Dans l'ensemble, les nouvelles étaient courtes, très courtes pour certaines, denses et passionnantes. Je vous propose sans plus tarder de découvrir mon avis sur chacune d'entre elles, en quelques lignes.

La Plume rebelle, Pierre Thiry : Une première nouvelle que j'ai trouvé très amusante, quoique sans doute un poil tiré par les cheveux, mais tout se tient. Tout au long de ma lecture, je me suis demandé où l'auteur allait bien m'emmener, quel chemin il allait emprunter… Une plume rebelle, ça inspire quand même ! Une simple plume pourrait-elle être responsable de bien des drames ? C'est impensable ! Soit dit en passant, j'ai beaucoup aimé le style de l'auteur, sa plume… rythmée, presque poétique. La chute est bien amenée, elle tombe à pic. Je vous invite à découvrir l'histoire de cette plume rebelle...
Lettres en héritage, Agnès de Cize : Cette nouvelle ressemble, à s'y méprendre, à un immense puzzle dont on doit recoller les morceaux. le titre est très justement choisi, à cet effet, la lecture de différentes lectures apportait au poids aux mots ainsi qu'aux maux… Cette histoire est assez sombre, triste par moments, j'ai ressenti le poids du passé, de ces secrets qui nous rongent et nous plongent dans une mélancolie sans nom. J'ai dû relire cette nouvelle plusieurs fois, notamment pour me familiariser avec le style de l'auteure, un style assez détonant ! Très bien amenée, la chute semblait ici logique, clôturant parfaitement l'histoire.
La plume de la Harpie, Erika Boyer : J'ai énormément apprécié cette nouvelle, non seulement pour la plume de l'auteur que je découvre à peine et que j'aime déjà, mais aussi pour l'originalité de l'histoire, la sensibilité que j'ai sentie derrière l'intrigue. L'histoire est passionnante, les mots glissent sans que rien ne les retienne. J'ai vraiment pris plaisir à lire ce récit, il s'agit d'une rencontre, la nouvelle est enveloppée d'un voile de mystère, de doute et de surprises… Une belle découverte.
Quand le destin frappe à la porte, G !: Une nouvelle placée sous le signe de l'humour et de la dérision. J'ai beaucoup aimé la plume, riche, soutenue et totalement maîtrisée de l'auteur. le personnage est tout simplement fabuleux et la chute l'est plus encore, surtout quand on prend conscience du titre… Une nouvelle que j'ai énormément appréciée, d'un cynisme à toute épreuve. Une belle réussite !
Plume solitaire, Audrey Martinez : J'ai beaucoup aimé la douceur de cette nouvelle, le mal-être du personnage ainsi que sa prise de conscience. La plume m'a séduite, envoûtée, je me suis laissé bercer par l'histoire. C'est doux, c'est beau, c'est touchant. C'est une nouvelle qui parlera sans doute à de nombreuses personnes, de par les thématiques abordés : l'amour et l'écriture, le succès et la solitude.
La légèreté du non-être, Tia Wolff : Une nouvelle qui témoigne d'une grande sensibilité, aussi bien dans l'interprétation que dans la représentation. Un titre qui prend vraiment tout son sens et délivre un message…Cette histoire m'a fait voyager, elle appelle votre imagination à travailler… Une plume qui, une fois de plus, m'a séduite. Difficile de rester insensible à la beauté, l'élégance (surtout) de cette nouvelle.
La plume manquante, Loli Artésia : Je l'ai trouvé très poétique et sensible, finement travaillée, tout est dans le détail, l'interprétation des choses... La chute est sublime, elle se dessine au fil des pages… Une nouvelle qui invite à réfléchir, qui travaille votre imaginaire et votre perception des choses. Une plume nous manque et tout notre être est dépeuplé… Libre à vous d'imaginer ce que peut être cette plume, ce qu'elle peut symboliser.
A hue et abysses, Attila Valpinson : Ce qui m'a frappé avec cette nouvelle, c'est la plume très riche et soutenue de l'auteur, son vocabulaire incroyable et mes très nombreuses références que l'on saisit au vol. Une nouvelle que j'ai lue à haute voix pour faire danser les mots, les savourer, en extraire toute la saveur. L'union de la mer et des mots ; une nouvelle très poétique dont la chute n'a d'égale que la grandeur des idées. Il faut s'accrocher, mais cette lecture vaut le détour. Un style recherché comme on en voit peu.
Comment le chien apprivoise une P'tite Plume, Frany Jane Cavalier : Cette nouvelle est plus courte que les précédentes. D'une grande douceur, elle joue sur l'inquiétude et l'amour que l'on peut porter à autrui. Quelques ellipses ajoutent ici une petite dose d'inquiétude, un soupçon de mystère et de tension. Il est question d'affection et d'amour, de confiance et de sérénité, cette histoire joue sur les apparences…
Echos, Antoine Delouhans : Une nouvelle très agréable, très sensorielle, elle dégage de belles émotions et invite à la rêverie. Une plume qui berce le lecteur au gré des réminiscences, le laissant voguer sur l'océan des souvenirs à la recherche de qui il est. L'amour plane comme une ombre bienveillante sur cette nouvelle, conférant une tonalité douce et bienveillante à l'histoire.
Plume Noire, Lou B Simone : Une nouvelle subtile et sensible… Une plume aérienne et fluide, délicate mais pas trop. Une plume noire sur un duvet blanc, blanc et noir, tellement opposés mais si complémentaires. de l'Afrique à l'Europe, de la morale à l'éthique, des traditions aux conventions. C'est un voyage à travers l'art et la beauté, l'amour de la plume, la passion… Un besoin d'apprendre à se connaître, comme une quête de soi…
Ma première plume, Chris Red : Une nouvelle touchante et sincère qui laisse planer l'espoir (comme l'oeuvre de Chris en général). Tradition, doute et courage se mêlent pour vous proposer une histoire émouvante sans être niaise. Un plongeon à la découverte de cette première plume et de ce qu'elle symbolise. On se laisse happer par l'histoire, la chute arrive à point nommé, clôturant très bien le récit : avec douceur et espoir.
Plume, Flore Avelin : En voyant l'illustration de la plume, j'ai pensé à une histoire de fées, une nouvelle dans laquelle la magie et la rêverie seraient présentes. Je ne me suis pas totalement trompée ! Il s'agit d'une histoire sensuelle et presque onirique, d'un voyage sensoriel et hypnotique à la recherche d'une saveur perdue, d'un ensemble que l'on cherche à conquérir… Une plume volage qui traduit bien la curiosité et le doute… Un titre simple qui recèle de nombreux mystères.
Vortex, Hilda Alonso : Une nouvelle sur le travail de l'ombre et la reconnaissance, ombre et lumière… Des questions sur l'oubli et le feu des projecteurs, sur la solitude aussi ; sur ce que l'on expose et ce que l'on cache. Une nouvelle douce, sombre et lumineuse en même temps. Une immersion au coeur d'un monde coloré et bruyant… Qu'est-ce que la liberté ?

Une superbe réussite que ce recueil, et quel recueil ! Quatorze superbes plumes à découvrir, quatorze histoires qui ne demandent qu'à être lu avec curiosité et plaisir. Je suis dans l'incapacité de vous dire quelle nouvelle j'ai préféré tant les styles sont divers mais maîtrisées, les histoires originales et captivantes. J'espère que Les Plumes Indépendantes prévoit de publier d'autres recueils… du talent à l'état brut, des diamants qui n'attendent que vous pour briller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ceache
  15 septembre 2018
Ce recueil de nouvelles publié par l'association LES PLUMES INDÉPENDANTES réunit 14 auteurs et 14 nouvelles sur le thème de la plume…
Je l'ai lu avec beaucoup de curiosité, d'intérêt, de surprise, de passion même. Certaines de ces nouvelles sont de véritables coups de coeur. J'ai apprécié l'ensemble, je le dirai à travers les impressions que ces lectures ont suscitées en moi.
J'ai lu avec enthousiasme la nouvelle « PLUME MANQUANTE » de Loli Artésia, c'est même un de mes coups de coeur. Entre mystère et merveilleux, Loli Artésia a réussit à créer un univers poétique, onirique, mêlé de lumières et d'ombres, qui est aussi et surtout une admirable métaphore de la réalité… Ce texte pourrait sans doute figurer dans un album illustré pour enfant : un conte qui donne à penser, à rêver, un conte autant pour adultes que pour enfants. J'y ai retrouvé quelque chose de l'univers du Petit prince de Saint Exupéry.
J'ai été infiniment touché par la nouvelle « PLUME SOLITAIRE » de Audrey Martinez, peut-être parce-que j'ai trouvé de multiples raisons de m'identifier au héros de cette nouvelle infiniment touchante. Je me suis autorisé à lire avec une petite larme (de nostalgie ou de bonheur) au coin de l'oeil (celles et ceux qui me connaissent bien comprendront pourquoi). L'émotion amoureuse fait partie intégrante de la vie d'un écrivain.
LA PLUME DE LA HARPIE de Erika Boyer évoque ces histoires que les enfants se racontent le soir, dans le noir pour frissonner après une longue promenade en forêt. À lire ce conte j'ai éprouvé sentiment que j'éprouve face à un romantisme à la George Sand et quelque chose qui évoque aussi ce style auroral des auteurs du début de XXe siècle (Le Grand Meaulnes d'Alain Fournier par exemple).
PLUME NOIRE de Lou B Simone raconte la fragile construction d'un jeune homme africain, écartelé entre sa culture, peule, et ses désirs d'ailleurs et d'autrement. Ce récit, dont la fin pourra paraître sombre, est l'une de mes très belles découvertes.. Il conduit à se penser et approfondir les relations entre Afrique et Europe, entre valeurs et cultures différentes, entre clôture et ouverture, la fin tragique amènera chacun à penser son rapport à autrui, à prendre le temps d'écouter et de comprendre.
La nouvelle « LETTRES EN HÉRITAGE » d'Agnès de Cize mérite qu'on s'y arrête. Je l'ai lue avec l'impression de lire un immense roman, c'est un récit court par la taille, relatant une longue histoire familiale faite de zones d'ombres de mémoire et d'oublis…
À LA PORTE… est signé par l'auteur le plus discret du livre (juste une initiale et un signe de ponctuation : G !). Ce conte original et poétique est une belle invitation à réécouter la musique d'un certain L. V.B.
« À HUE ET ABYSSE » d'Attila Valpinson nous fait entrer dans un univers d'une immense originalité qui peut susciter une lecture poétique où on se laisse porter par les mots, par leurs rythmes encore plus que par leur sens : mais cette nouvelle aura plus d'une significations à qui prendra le temps de s'y attarder…
ÉCHOS signé Antoine Delouhans est un récit de type autobiographique, est-il réel ? Est-il romancé ? On ne se pose pas la question car on est entraîné par sa sincérité, sa simplicité, sa belle humanité. Peut-être que ce court récit se transformera-t-il un jour en un long roman ?
MA PREMIÈRE PLUME de Chris Red saura certainement plaire à de nombreux lecteurs par le thème choisi : les amérindiens, le rapport à la nature…
Dans LA LÉGÈRETÉ DU NON-ÊTRE, Tia Wolff suggère plus qu'elle ne souligne. L'imagination du lecteur s'y glisse pour y brosser sa propre histoire.
Frany Jane Cavalier dans COMMENT LE CHIEN APPRIVOISE UNE PETITE PLUME nous offre une belle illustration du fait que le chien est l'un des meilleurs amis des enfants.
Le recueil se termine sur les nouvelles de Flore Avelin (PLUME) et Hilda Alonso (VORTEX) qui nous entraînent dans le monde de la nuit et de la danse avec des points de vue bien différents mais dans un univers où flirtent ensemble le féminin, le mystère et le fantastique.
Je ne dirai rien de PLUME REBELLE qui ouvre le recueil, chacun comprendra pourquoi (il est signé Pierre Thiry) vous voudrez bien m'en excuser…
Chacune de ces nouvelles augure certainement chez chacun de ces auteurs, de nombreux autres écrits, plus amples, plus développés : de nouveaux livres à venir. Nous les attendons avec impatience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Analire
  24 novembre 2018
Il était une plume…, c'est un recueil composé de 14 nouvelles d'auteur(e)s différents, qui abordent tous une thématique commune : la plume. La plume va être écrite et présentée sous toutes ses formes : plume d'animal, de coq, plume d'auteur, plume d'indien… Chacun a donné sa propre définition du mot plume. Les nouvelles sont toutes très différentes les unes des autres, certaines plus poétiques que d'autres, d'autres plus émouvantes, plus noires, certaines plus abstraites, ou encore plus engagées… il y en a pour tous les goûts !
Nous sommes naturellement transportés d'un univers à un autre, avec comme seul fil conducteur la plume. Certaines nouvelles m'ont plus plût que d'autres, aussi, je ne parlerais dans cette chronique uniquement des nouvelles qui m'ont le plus marquées (positivement ou non).
Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé les auteurs de nouvelles engagées, qui prennent position et défendent leur opinion sur la thématique donnée. C'est le cas pour Tia Wolff dans La légèreté du non-être, qui raconte un épisode tragique de la vie d'un animal : la chasse. Loli Artésia aussi, dans La plume manquante, raconte l'histoire d'un oiseau, jadis blanc, qui ne peut maintenant plus voler, tant son plumage est lesté de plomb et de mazout. Deux histoires totalement différentes, qui donnent à réfléchir sur des thématiques contemporaines, beaucoup débattues dans notre société actuelle.
J'ai également particulièrement apprécié la nouvelle de Audrey Martinez, Plume solitaire, qui raconte l'histoire d'un homme-écrivain qui rencontre sa muse, éditrice, mais la perd, à cause d'un orgueil et d'une soif d'argent démesuré. Pendant près de 10 ans, il se mure dans le silence et plonge dans un gouffre dépressif qui l'isole de tous et de tout. Jusqu'au jour où le déclic arrive : il doit écrire un roman sur sa muse Marie, et lui envoyer. Une histoire douce et touchante, que j'ai beaucoup apprécié.
En revanche, j'ai eu beaucoup plus de mal à entrer dans l'univers de G !, avec sa nouvelle Quand le destin frappe à la porte, que je n'ai pas totalement comprise. Elle est très courte, un peu abstraite, sans véritable suite logique entre les phrases… J'en suis ressortie déstabilisée et interrogative.
Chacun est libre d'interpréter comme bon lui semble chacune de ces nouvelles, notamment celles plus abstraites, à la thématique plus suggérée, plus sensorielle et métaphorique.
Les autres nouvelles n'en restent pas moins belles et agréables à découvrir. Bien que je ne garderai pas un souvenir impérissable de ces nouvelles, j'ai apprécié plonger, le temps de quelques instants, dans l'univers imaginaire et littéraire de chacun de ces écrivains. de belles découvertes, qui permettent de découvrir la stylistique maîtrisée et captivante de plusieurs auteurs peu connus, qui augurent de jolies histoires pour l'avenir.
Il était une plume… est un recueil de 14 nouvelles d'écrivains indépendants aux styles d'écriture différents, qui vous transportera au coeur d'histoires originales et captivantes. Grâce à ce recueil, vous ne verrez plus les plumes de la même manière…
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
chroniquesdurenard
  13 septembre 2018
Dans « Il était une plume », un collectif d'auteurs indépendants s'exprime et se rassemble autour d'un thème commun : la plume – Avouez que vous ne vous y attendiez pas ! Et ça vaut vraiment la peine d'être lu.
Il est toujours compliqué de donner son avis sur un recueil de nouvelles, d'autant plus lorsque ce dernier est composé de textes émanant d'auteurs différents. Mais aventurons-nous dans cette oeuvre qui est, pour moi, une belle invitation au voyage !
Ce recueil de nouvelles met en lumière des styles et des univers bien distincts, très singuliers.
Tantôt à une voix, tantôt à deux. Tantôt mélancoliques, tantôt sérieuses. Tantôt profondes, tantôt superficielles ; certaines de ces histoires m'ont touchées. Parfois, une seule phrase nous aide à comprendre et parfois, on s'interroge toujours sur le sens véritable du récit tout en étant déjà passé au suivant. L'envie de créer et de transmettre réunit pourtant ces auteurs. Et puis, c'est globalement bien écrit, bien ficelé et rondement mené.
Pour autant, comme dans toute histoire, certaines résonnent en nous, d'autres moins. de ce fait, je délivre, à la manière d'un festival, des mentions spéciales, des prix imaginaires. C'est juste mon humble avis de lectrice et d'être humain. Sans jugement de valeur, je vous spécifie celles qui, pour moi, sortent du lot.
Mention spéciale pour la première nouvelle, « La plume Rebelle » de Pierre Thiry. C'est confusant, poétique et la première partie de son histoire m'a étrangement replongé dans les fablesDe La Fontaine. Et comme il est difficile de passer le premier, c'est d'autant plus honorable lorsque c'est magistralement réussi. Chapon bas !
Mention spéciale à nouveau pour « La plume de la harpie » de Erika Boyer. Ce court récit mérite approfondissement ! Il est pour moi le préambule d'un roman oscillant merveilleusement entre onirisme et fantastique. En tous cas, le texte ainsi que le style de l'auteur m'ont embarqué dès les premières lignes.
Et enfin, « Echos » d'Antoine Delouhans, récit qui exploite à merveille le thème des souvenirs et de la nostalgie. Et puis, c'est bien écrit et c'est positif. Et ça, ça fait du bien ! On est conforté dans l'idée que ce sont les petits bonheurs passés qui nourrissent notre bien-être présent et sont la clé d'un futur bienveillant.
Vous aurez compris que j'ai été emballé, dans l'ensemble, par ce recueil que j'ai lu très rapidement. Il me donne envie d'aller explorer les atmosphères propres des écrivains, d'en lire d'autres et de me replonger dans ceux que j'ai aimé pour être sûre de n'avoir rien loupé ! Une petite pause légère entre deux romans.

Lien : http://www.chroniquesdurenar..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LesMissChocolatinebouquinent
  14 décembre 2018
Soutenant l'auto édition, lire ce recueil était comme une évidence. Ce collectif est le parfait exemple que les auteurs « indés » ont tous leur place dans le paysage littéraire français. Leur talent, leur style, leur imagination, leur manière de faire voyager le lecteur dans leur monde sont à l'image de la multitude d'auteurs méconnus qui méritent pourtant ton attention.

14 auteurs, 14 nouvelles, 14 façons de s'approprier le thème de « IL ETAIT UNE PLUME ».

14 voyages dans l'imaginaire, dans des histoires touchantes, émouvantes et percutantes.

14 styles uniques rejoints par les mêmes passions : la plume, l'écriture, le plaisir de donner du bonheur et d'inviter vers de nouveaux horizons.

14 nouvelles atypiques et merveilleuse où chaque fois le lecteur participe à une nouvelle aventure.

LA PLUME REBELLE de Pierre Thiry : une cascade d'événements agrémentée d'une note d'humour où la plume d'oie devient l'instigatrice de nombreux rebondissements.

LETTRES EN HERITAGE de Agnès de Cize est une nouvelle où la tristesse est de mise. Secrets de famille, amour clandestin et mort sont de bien lourds cadeaux qu'à laisser la vie à cet homme. Ces lettres sont autant de poignards que de larmes coulées.

LA PLUME DE LA HARPIE de Erika Boyer : l'auteur joue avec les légendes et les peurs induites par la forêt où rêve et imagination ont une place capitale.

QUAND LE DESTIN FRAPPE A LA PORTE de G! : au coeur de la Vienne de 1805, la musique est au centre de toutes les attentions et surtout d'un certain Ludwig. Quand l'inspiration tient à un fil ! Ecriture atypique.

PLUME SOLITAIRE de Audrey Martinez est une magnifique nouvelle sur la solitude et l'amour perdu d'un auteur qui ne sait plus trop bien mener sa barque.

LA LEGERETE DU NON-ETRE de Tia Wolff : l'auteur met en exergue dans un sujet actuel la douceur dans le chaos. Nouvelle bouleversante !

LA PLUME MANQUANTE de Loli Artésia : sous forme de conte, l'auteur narre l'histoire d'un oiseau qui part à la recherche de sa plume perdue. Il découvre alors un monde bien différent de celui qu'il imagine depuis son arbre.

A HUE ET ABYSSES de Attila Valpinson : nouvelle atypique écrite par une plume qui adore la grandeur des mots et plonge le lecteur dans les abysses de la mer.

COMMENT LE CHIEN APPRIVOISE UNE P'TITE PLUME de Frany Jane Cavalier : sur le thème de l'acceptation et de l'amitié, la mise en scène de ce petit chien qui a su percer la carapace d'une petite fille est riche en émotions.

ECHOS de Antoine Delouhans : héros rêveur et amoureux transis ou boulimique, il vit son aventure au jour le jour. Voguant sur ses frasques sans rien vouloir et ni attendre du lendemain. Belle ode à l'amour.

PLUME NOIRE de Lou B Simone : sur le thème de l'amour n'a pas de couleur, cette nouvelle trace l'histoire d'un jeune sénégalais artiste dans l'âme et contraint de suivre les traditions.

MA PREMIERE PLUME de Chris Red : l'auteur trace le parcours d'une jeune indien qui tente désespérément d'obtenir sa premier plume. Une merveilleuse quête initiatique.

PLUME de Flore Avelin : entre amour et mythologie il n'y a qu'un pas pour Flore Avelin. Une artiste tourmentée et en manque d'inspiration et une muse, la passion est à portée de mains.

VORTEX de Hilda Alonso : dépeint le portrait d'une plumassière d'un grand cabaret qui a voué sa vie entière à son prestigieux métier touchée par l'unique regard d'un homme attiré par ses belles plumes.

14 nouvelles d'une qualité surprenante. Certaines m'ont particulièrement plu d'autres n'ont pas eu autant d'effets. Mais peu importe le voyage était exaltant !

Ce recueil de nouvelles est dans son ensemble une merveilleuse découverte que je t'invite à prendre connaissance. Des auteurs et des autrices qui seront te convaincre de leurs talentueuses plumes.
Lien : https://lesmisschocolatinebo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   18 novembre 2018
J'ai depuis toujours été un grand rêveur. La réalité n'a pour moi pas grand intérêt, si nous ne l'assaisonnons pas d'étincelles de rêves. Je n'arrive d'ailleurs toujours pas à voir la vie autrement. Quel intérêt aurions-nous à fouler cette Terre, si nous devions nous contenter de notre quotidien raisonnable ? La folie a quelque chose de plaisant. Elle vous permet de voyager dans des mondes imaginaires, de parcourir le temps, en quête d'aventures épiques. Je suis un peu fou sans doute, mais je peux me targuer avec une délectation certaine de l'être pour mon plus grand bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AnalireAnalire   10 novembre 2018
C'est le problème de toutes les peurs, elles sont irrationnelles ; on sait qu'ils n'y a pas de raison de les ressentir, mais elles nous possèdent malgré tout.
Commenter  J’apprécie          40
AngeliqueLeslecturesdangeliqueAngeliqueLeslecturesdangelique   31 octobre 2018
Pour chaque nouvelle, une voix, un style, une individualité propre. C'est la richesse même de la littérature indépendante, et nous avons fait le pari audacieux de les rassembler en un même recueil, ces écritures si particulières, sur le thème commun de la plume. […]
À la fin de ce recueil, vous aurez, nous l'espérons, perçu tout ce que peut évoquer une simple plume, si volatile, presque insignifiante, et cependant riche de possibilité. Plume d'oie que tient l'écrivain, plume de cabaret, plume de mer, plume noire, blanche, multicolore… La plume va et vient, suggestive, virevoltante, invitant l'auteur à la suivre dans son insouciante errance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WolkaiwWolkaiw   09 octobre 2018
C'est étrange de voir à quel point durant l'enfance, nos émotions, nos sentiments sont purs et sans limites. Nous nous efforçons, par l'éducation et la soi-disant sagesse venant avec l'âge, de tempérer ces émotions, de les contraindre, de les rationaliser, pour satisfaire les normes que notre société nous dicte.
Commenter  J’apprécie          10
larubriquedolivialarubriquedolivia   03 octobre 2018
Les aventures que l'on rapporte dans les bons livres sont toujours merveilleuses, la fatalité d'un poulailler n'atteint que très rarement ces régions si prisées des lecteurs. Monsieur Gedeloy disposait de tout ce qu'il fallait pour faire prévaloir ses préférences poétiques sur celles des poules.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Erika Boyer (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erika Boyer
Vidéo de Erika Boyer
autres livres classés : plumeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
684 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre