AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le chant de l'océan (5)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
Laurapassage
  17 octobre 2018
Erika Boyer sait me surprendre à chacun de ses romans et vous savez quel plaisir c'est pour moi de les découvrir à chacune de leur sortie. Lorsqu'elle m'a proposé d'intégrer La constellation de la plume, son comité de lecture qui serait lancé avec le chant de l'océan, j'ai évidemment été emballée. Et force a été de constater avec ma lecture que ce spin-off de le langage des fleurs a su totalement m'embarquer et me convaincre.

"Penser à des choses positives aide à chasser le négatif, même si cela ne l'efface pas totalement."

Après le langage des fleurs où nous découvrions avant tout Rose et Ethan, le chant de l'océan, son spin-off, se concentre sur Stecy et Lucas, deux personnages qui ne nous sont donc pas inconnus. Stecy, la soeur d'Ethan vit avec un mal-être perceptible dès les premières pages (même bien avant si vous avez déjà lu le langage des fleurs). Mais elle sait garder mystérieux ses problèmes et il va falloir creuser page après page pour comprendre l'étendue de l'horreur qu'elle a vécu dans le passé et les conséquences qui en découlent dans le présent. Lucas, de son côté, est un personnage beaucoup moins torturé que son amie et pourtant, cela ne l'empêche avoir lui aussi ses propres secrets ! Et il semble évident qu'avec deux protagonistes aussi énigmatiques, leur histoire sera loin d'être simple et facile à suivre !

Chaque fois que je lis un roman d'Erika Boyer, je ne cesse de me dire qu'elle sait comment exprimer les pensées de ses personnages, sans les rendre répétitives, à la fois sincères et naturelles. En dehors de la qualité de ses intrigues et des caractères de ses personnages, c'est vraiment l'aspect qui me fascine chaque fois. Ainsi, le lecteur se sent automatiquement investi dans l'histoire, au coeur même du récit et totalement omniscient. Ce qui n'empêche pour autant pas l'autrice de garder des mystères, pour mieux nous surprendre, et que l'on découvre au fur et à mesure des pages. Car sachez-le, une fois encore, elle traite des sujets réels, parfois tabous - malheureusement - mais surtout terriblement difficiles, à vivre, à envisager, à imaginer.

"Son sourire est la plus belle chose qu'il m'ait été donné de voir. C'est aussi la plus cruelle parce que je suis persuadée qu'il n'est pas tout à fait vrai. On ne peut pas sourire ainsi en permanence."

Pour moi, le chant de l'Océan a été une lecture encore bien plus plaisante que le langage des fleurs, notamment grâce à la fluidité et à l'évidence même de la relation entre Stecy et Lucas. Peut-être me suis-je davantage reconnue dans ces deux personnages - même si je ne partage quasiment rien de leur passé - Mais les mots d'Erika Boyer ont vraiment su faire écho en moi. En effet, l'autrice a réussi sans mal à faire passer les émotions qu'elle souhaitait, entre le mal-être de Stecy, l'envie d'être parfait de Lucas et leurs tentatives d'entente et de rapprochement. Et c'est vraiment avec ce livre que j'ai pris conscience combien Erika Boyer avait enfin trouvé son style et sa voix (pas sa voie qui est évidemment l'écriture, mais bien sa voix pour signifier l'écriture qui lui propre) alors même que Hyacinthe est toujours dans ma PAL.

"C'est idiot, mais je crois que parfois, les gens qui nous sont les plus proches sont aussi ceux qui sont le moins en mesure de nous aider. C'est comme si leurs mots sonnaient faux parce qu'ils nous aiment trop et qu'on a peur qu'ils ne soient pas pleinement honnêtes à cause de leurs sentiments."

Le chant de l'océan permet un agréable retour à Lacanau où les retrouvailles avec Stecy et Lucas sont des plus plaisantes. Erika Boyer touche une nouvelle fois avec ses mots en présentant une histoire émouvante, sincère et vraie.
Lien : http://laura-passage.com/le-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sourisetdeslivres
  23 octobre 2018

Si tu me lis, depuis un moment, tu m'as déjà entendu parler de Erika Boyer.

Il y a quelques mois elle m'a demandé ainsi qu'à d'autres personnes de rejoindre son comité de lecture.
Le chant de l'océan est le premier projet depuis la création du comité que je tiens entre mes mains.
Sache, mon petit lecteur, que si j'avais eu des reproches à faire ou que mon avis avait été négatif je l'aurais dit.
Sincérité avant tout ! Cela tombe bien ; c'est une des raisons d'être de ce comité au doux nom de : « La constellation de la plume »

Qu'ai-je pensé de ce roman ? le 5e (hors le recueil de nouvelles où elle apparaît) que je lis de l'auteur.
J'ai complètement craqué pour ce spin-off du langage des fleurs.
Je l'ai même préféré au langage des fleurs que j'avais pourtant adoré.

Ce spin-off est basé sur l'histoire de Stacy et Lucas.
Stacy la soeur de Ethan dans le Langage des fleurs et Lucas le cousin de Rose.
Tous deux m'avaient déjà bien marqué lors de cette lecture, mais est-ce qu'un roman sur eux allait autant me plaire ?
La réponse est oui.
Le seul reproche que je pourrais faire à Erika c'est qu'il est trop court ! Je blague ; il est juste ce qu'il faut, mais je n'avais vraiment pas envie de dire au revoir à Samuel, Hina, Rose, Lilly, Ethan, Stacy et Lucas, plus la maman de Stacy et Ethan, même Mélanie et Samantha pourtant ces deux-là je les porte pas dans mon coeur, mais disons que je leur pardonne.
Quoi, tu ne le sauras pas !

Toute la difficulté de cette chronique va être de ne pas te spolier le langage des fleurs ni le chant de l'océan.
Tu peux lire les tomes indépendamment, mais ce serait tellement dommage de passer à côté.
En les lisant dans l'ordre de parution tu pourras suivre l'évolution de Stacy et Ethan.
Erika Boyer nous avait donné un très bref aperçu de leur caractère. de leur faille.
Ici, elle nous les fait explorer.

J'ai toujours dit à Erika que pour moi elle était la Colleen Hoover française, car elle réussit à mettre des mots sur des sentiments que tu ressens tellement fort.
C'est incroyable qu'en peu de mots, sans aucune répétition et sans tirer en longueur son intrigue, elle arrive à totalement te faire cerner la psychologie de ses personnages. Leur psychologie, mais avant tout leur état d'âme.

J'ai souffert pour Lucas, mais surtout pour Stacy.
Je n'ai pas envie de trop t'en dévoiler ; sache juste qu'elle a vécu un épisode traumatisant dans son passé et qu'elle en a gardé des séquelles mentales qui sont bien plus longues à cicatriser que les blessures physiques.
Stacy ne laisse quasiment personne l'approcher, seul Ethan et sa mère savent ce qui lui est arrivé.
C'est une carapace blindée qu'elle a mise autour de son coeur.
Elle ne se sent plus digne d'être aimée.
Elle ne veut plus tomber amoureuse, mais voilà, le coeur décide bien souvent à la place de la tête.
Pour Lucas, c'est différent, il se sent détruit pour des raisons totalement opposées à Stacy, il a peur de détruire les personnes qu'il aime.
Mon Dieu, qu'est-ce que je l'ai aimé, ce personnage ! Ses paroles, son amour pour Hina m'ont fait fondre.
Il pense être un danger public. Tous ces sentiments, il les cache derrière un sourire factice.
Seul Stacy voit clair en lui.

Car c'est bien de fuite qu'il s'agit entre eux.

Tu n'auras pas, comme dans certaines romances, des « je t'aime/je ne t'aime plus “ni de ‘suis-moi je te fuis
/fuis-moi je te suis ».
Non ! ici, c'est tous deux qui étouffent leurs sentiments par peur de nuire à l'autre.
Quand enfin ils vont comprendre que c'est tout le contraire qu'ils ne peuvent vraiment pas se causer du tort, tu souris, mais tu n'es pas au bout de tes surprises.

Car, là est un autre des talents de Erika, elle aborde des thèmes sensibles, forts et d'actualité tout en continuant l'intrigue sur ses personnages principaux.
Ainsi tu auras des nouvelles de Ethan et Rose, tu apprendras à connaître Hina et Mélanie, tu retrouveras Samuel et Samantha.

J'ai apprécié retrouver tout ce petit monde et les sujets qu'ils soulèvent.
La petite Hina m'a fait complètement fondre le coeur. Cet amour de petite fille. Son innocence, sa joie, comble les moments plus douloureux du récit.

Encore, une force de ce livre, tu n'es jamais totalement dans le noir.
Les étoiles brillent et scintillent.
Le jour se lève, le soleil brille.
C'est un vrai message positif que l'auteur te transmet sans nier pour autant la gravité du thème principal.

J'ai vraiment adoré Stacy et Lucas, davantage que Rose et Ethan, leur personnalité, leur histoire m'a davantage touchée.
Je me suis sentie extrêmement proche d'eux, j'ai marché avec eux sur la plage de Lacanau, j'ai entendu le ressac des vagues, j'ai senti les embruns.
Erika Boyer se met totalement au service de ses personnages.
Sa plume est fluide.
L'histoire entre Lucas et Stacy ne souffre d'aucune longueur ni de rapidité.
Cela coule de source, c'est naturel et tellement beau à lire.
La blessure psychologique de Stacy, sa cause, ses causes m'ont brisé le coeur.
Sa force de caractère et en même temps son extrême fragilité en font un personnage incroyable.
Elle n'est pas consciente de sa force, c'est ce qui fait toute sa beauté.
Tu ne trouveras pas de protagonistes lisses, sans âme, chez Erika Boyer. Ce sont des êtres brisés, certains moins fort que d'autres.
Ils commettent des erreurs. Ces imperfections les rendent on ne peut plus réels.

Erika te fait ressentir un panel d'émotion, tout en gardant la limpidité de son écriture et tout en restant juste et authentique du début à la fin du récit.
C'est un auteur qui écrit avec ses tripes et cela se ressent.
C'est légitime et vrai.

J'aimerais tellement te parler des autres protagonistes, t'en révéler plus sur l'histoire de Stacy et Lucas, mais je ne peux pas te spolier cette beauté.
Chaque personnage amène un plus à l'intrigue.
J'ai tout aimé, j'ai savouré chaque ligne, mais je retiendrai 3 passages qui ont été pour moi très marquants.
La révélation de ce que Stacy a vécu. L'arrivée de Hina dans le récit, une phrase de Lucas à l'avant-dernière page de la fin et l'épilogue qui m'a laissé avec un sourire niais et les papillons dans le ventre.

En bref :

Une romance où tout n'est pas joué d'avance, mais où tout sonne juste.
Une véritable leçon de vie avec un sujet qui touche tellement de personnes et qui est malheureusement encore bien souvent tabou.
Lucas. Un homme comme je voudrais qu'il y en ait plus. (Même si moi j'ai le mien xD.) Il est fort et faible, il ose montrer son amour, il n'aime pas à moitié. Beaucoup de choses vont lui arriver, mais il fait face stoïquement.
Du mieux qu'il le peut. Il réagit de manière intelligente pour cet homme au tempérament de feu.

Stacy, elle, elle est bien plus que la souffrance psychologique, bien plus que la dépression, bien plus que la maladie.
Sa maladie ne la résume pas et elle ne se résume pas à sa maladie.
Un personnage aux multiples facettes.
Une amie sur qui compter. Une soeur comme on rêverait d'avoir.
Un amour de petite bonne femme aux cheveux argentés et au magnifique tatouage dorsal.

Erika a réveillé en moi mon instinct de protection, j'ai versé mes larmes, ce n'était pas possible de les retenir j'ai souri, mais j'ai surtout pris une énorme vague d'amour.
Que cela fait du bien de lire des romans pareil.
Tu sais des romans qui te donne plein de réconfort.
Je ne trouve pas de synonyme, je ne saurais pas le dire autrement : ce roman est une énorme vague d'amour et pas uniquement entre Stacy et Lucas.
C'est tellement puissant et beau.
Touchant et réaliste.
Vraiment, je t'invite à découvrir cet auteur.

Donnez votre chance à l'auto-édition on y trouve des pépites comme celle-ci !

Notes supplémentaires :

Erika est perfectionniste et cela se voit, tout a été pensé.
Le roman est agréable à lire.
La police d'écriture choisie est parfaite tout comme le graphisme et la mise en page qui est claire et rend ta lecture encore plus confortable.
Enfin, mention spéciale pour la couverture que je trouve magnifique.
Elle est en totale adéquation avec le premier et la sobriété, mais l'efficacité de l'écriture de Erika Boyer.
Lien : http://unesourisetdeslivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LireEnBulles
  26 octobre 2018
Erika Boyer est une auteure française de romans en auto-édition qui a toujours nourri une passion pour la lecture est le mots. Son premier roman, Pardon, est sortie en 2016, et aborde le thème tabou de l'inceste consenti entre un frère et une soeur. N'étant jamais du genre à avoir zéro idée d'histoires, elle publie l'année suivante le Langage des fleurs, une romance contemporaine. À la rentrée automnale 2017 elle sort son premier roman M/M Sous le même ciel, qui aborde de nombreux sujets comme la communauté LGBT. Hyacinthe sort au printemps 2018, et a pour inspiration la mythologie grecque. C'est en cette fin d'année qu'elle oublie le Chant de l'océan, spin-off de le Langage des fleurs, mais qui peut tout de même être lu indépendamment du premier. À noter qu'Erika recommande de lire celui-ci avant de se lancer dans ce spin-off.

Erika Boyer, je l'ai découverte en tant que chroniqueuse littéraire sur un site, ainsi que sur les réseaux sociaux. Personne charmante et agréable à discuter, c'est avec gentillesse qu'elle m'avait proposé de lire Pardon. le thème étant sujet à controverse je me suis quand même laissée tenter. Malgré mon opinion sur l'inceste, j'ai adoré découvrir la plume d'Erika. Sa personnalité transparaît clairement dans son écriture. N'ayant pas lu le langage des fleurs je me suis tout de même lancée dans spin-off, puisque Erika m'a gentiment demandé de faire partie de son comité de lecture “La constellation de la Plume”, lui permettant de présenter son travail et d'envoyer ses romans en avant-première.

En ouvrant, le Chant de l'océan j'ai surtout eu peur de ne pas comprendre le récit et d'être spoiler. Alors, oui il y a certaines choses qui concrètement me donnent des infos sur les personnages du roman précédent, mais dans sa globalité je n'ai pas été gênée. L'histoire est celle de Stecy et Lucas, deux personnages en lien direct avec le Langage des fleurs. Stecy est une jeune femme habitée par un mal-être profond et palpable durant la lecture. Lucas, est un jeune homme moins sombre mais qui a, comme Stecy, vécu des choses difficiles par le passé. Ces deux êtres sont ensemble mais leur amour est compliqué, et ceux alors même qu'ils aiment. Les raisons sont toujours liées à leurs blessures respectives, notamment celles de Stecy qui ne veut se dévoiler face à cet homme. Ce qui marque de manière indélébile ce sont les sujets qu'aborde Erika Boyer. C'est sombre, dur, troublant et très émouvant. Stecy possède une personnalité extrêmement attachante, où la violence de son passé nous la rend vivante et fragile à la fois. On prend plaisir à la découvrir et à tenter de la comprendre. Elle est un peu comme cadeau mystérieux que l'on a emballé avec tant de papier qu'il faut une infime patience pour arriver à voir ce qui se cache en dessous.

Lucas est adorable du début à la fin, et de pouvoir découvrir le fil de ses pensées donne une belle dimension au personnage. Parce que oui, Erika Boyer sait écrire des personnages authentiques, riches et possédant aussi bien du bon que du mauvais. Dans les histoires que crée Erika, personne n'est parfait, mais simplement réel. Pas d'artifice, pas de faux-semblant, ni rien qui rendraient son histoire bancale. Au début, la relation de Lucas et Stecy est difficile à définir surtout pour eux, en fait ! L'amour, le lecteur le voit et va vouloir le porter avec ses deux mains, afin de s'assurer que ce dernier ne se brise pas en route. Nous avons aussi l'ambiance que dégage le paysage de Lacanau, se voulant vivifiant, rassurant et imprévisible à la fois. L'océan, les vagues, l'écume et ce bruit rassurant de l'eau qui parvient à sortir des mots sous nos yeux pour tinter à nos oreilles. le rythme est bon, et on prend plaisir à la lecture.

Depuis Pardon, le style de l'auteure a évolué de très belle manière. Erika se laisse porter par les personnages qu'elle mit au monde, et cela donne une saveur particulière à la lecture. Sensible, doux, réaliste et imperturbable seraient les mots-clés pour mettre en avant la plume d'Erika. Parlons de l'édition qui, même si c'est une auto-édition, est d'une beauté sans nom… la couverture illustrée par est en cohérence totale avec celui du Langage des fleurs. La reliure et le papier sont de qualité, et on voit que l'auteure a tenu à ce que l'ouvrage soit au top pour ravir le lecteur.

En conclusion, la Erika Boyer de Pardon est toujours bien présente dans ce nouvel ouvrage. Toutefois, elle a su développer une plume pleine de surprise, riche et unique. le Chant de l'océan est une romance contemporaine abordant des thèmes très présent dans notre quotidien (non je ne vous dirais pas lesquels…), avec des personnages qui nous font entrer dans leur coeur pour nous toucher d'une façon humaine, chaleureuse et vraie. Aucun doute qu'Erika continuera de nous conter des récits sincères et vibrants.
Lien : https://lireenbulles.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Camille_Pixie
  25 octobre 2018
Dans le chant de l'océan, on retrouve Stecy, qui tient désormais la boutique de vêtement conjointement avec Rose. On avait pu apercevoir quelques petits rapprochements entre elle et Lucas, le cousin de cette dernière... On les avait observé faire un pas en avant puis deux en arrière... J'avais souri devant leur petit manège et j'étais plus que ravie de découvrir le roman de leur histoire.

Si Stecy avait tiré un trait sur les hommes depuis plusieurs années, on voit bien qu'elle a du mal à ne pas regarder Lucas... J'adore l'alchimie entre les deux, ce magnétisme qui les rapproche, qui les attire l'un vers l'autre et pourtant, il y a toujours un petit quelque chose qui les fait hésiter. C'est le moment où leurs passés vont surgir parce que l'un comme l'autre a de sacrés bagages et il va être difficile de gérer tout ça.
J'aime leur rapport à l'océan, au surf... C'est quelque chose qui les rapproche alors qu'ils n'ont pas tant en commun, mis à part des passés difficiles et surtout un cercle d'amis fermé.

Après Ethan, j'ai complètement fondu pour Lucas ! Vraiment, Erika, tu les sors d'où ces book boyfriends en or ? Lucas, en plus d'être évidemment super canon, est doux et patient et courageux et attentif. Whaouh, je suis complètement tombée sous le charme et j'avoue que c'est un vrai bonheur de naviguer entre les pages en si bonne compagnie
Lien : http://ibelieveinpixiedust.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TiaWolff
  05 octobre 2018
J'avais adoré le Langage des fleurs donc, lorsque j'ai su qu'il y aurait un autre livre dans le même univers, j'étais ravie.
Ravie de retrouver Ethan et Rose, ravie d'en savoir plus sur Lucas et Stecy, ravie de retrouver la plume d'Erika.

Et je n'ai pas été déçue. J'ai dévoré le chant de l'océan en deux soirées (je ne remercie pas l'auteur pour mon manque de sommeil) Comme toujours avec Erika, le contenu est soigné. On a une mise en page propre qui laisse tout loisir de se concentrer sur le texte et la couverture pourrait devenir un objet de déco (à quand les produits dérivés ? :) )

Au sujet du contenu, parce que c'est quand même le plus important, j'ai enfin pu en savoir plus sur les passés de Lucas et Stecy. On comprend mieux pourquoi ils sont comme on les a découvert dans le langage des fleurs. Leurs réactions sont justes, mesurées et évoluent au fil du livre. Je ne peux pas trop rentrer dans les détails pour ne pas spoiler…
Lucas, je ne vais pas mentir, je suis tombée amoureuse au fil de ma lecture. C'est un homme intelligent, vif et qui déborde d'amour. Les choses lui tombent dessus les unes après les autres mais il s'adapte et s'en sort très bien.
Stecy, elle, est rongée par la dépression. Cette maladie sournoise qui la hante mais qu'elle va combattre. Ce sujet est extrêmement bien traité par l'auteur qui, en plus de montrer, explique ce que c'est. Mais Stecy n'est pas que sa maladie et on découvre plusieurs de ses facettes au fil de la lecture.
Rose et Ethan sont toujours là, en toile de fond, et ne font pas figuration. Chacun a son rôle à jouer et leur vie continue après le roman qui leur a été consacré.
L'océan… Une nouvelle fois Lacanau et son océan forment un personnage à part entière. L'amour de l'océan transpire à travers les pages et on se sent bien sur la plage en hiver… On entend chanter les vagues !

J'ai été traversée par plusieurs sentiments tout au long de ma lecture. Des bouffées d'amour pour les personnages, de l'émotion (j'ai même versé ma petite larme, ce qui est plutôt rare quand je lis), des envies de secouer (ou virer) des personnages ou au contraire des envies de les protéger… J'ai adoré ma lecture et ces personnages vont énormément me manquer ! Il y a de la délicatesse et de la justesse dans l'écriture d'Erika qui nous accrochent aux univers qu'elle crée.

Si vous avez aimé le langage des fleurs, je suis prête à parier que vous aimerez le chant de l'océan !
Erika faisait déjà partie de mes valeurs sûres en matière de lecture, elle vient s'asseoir un peu plus sa position.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
992 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre