AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le maître d'hôtel de Matignon (8)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
mariech
  12 octobre 2019
Le maître d'hôtel de Matignon a côtoyé 13 premiers ministres pendant sa carrière de 31 ans .
Des premiers ministres mais aussi leurs femmes , leurs enfants .
Il nous raconte des anecdotes sur ces hommes au pouvoir , sur son travail intensif , sur l'histoire même de l'endroit .
Des noms connus défilent , des êtres humains pas tout à fait comme les autres car ils ne connaissent jamais la fin de leur mission .
Trois décennies de premiers ministres défilent devant nous , les souvenirs affluent , des liens d'amitié se tissent avec certains .
Lorsque se profile la retraite , il y a un moment de flottement, le maître d'hôtel fait le bilan de sa vie , de sa carrière bien remplie qui lui a fait côtoyer le pouvoir , il se demande un court instant ce qui l'attend , un retour à la normalité sans doute .
Commenter  J’apprécie          240
vratajczak257
  11 décembre 2019

Récit Qui a le mérite de parler des arcanes politiques et plus précisément d'un des lieux les plus emblématiques du pouvoir Français, vu de l'intérieur: l'hôtel Matignon. On y parle rapidement des premiers ministres qui se succèdent mais surtout de la vie au quotidien et notamment de l'aspect restauration vu du narrateur, qui rentre au début du roman au service de Matignon. Tout y est différent, et c'est cette vie au quotidien qui nous y est relaté. J'ai un peu regretté cet écart, cet éloignement, ce détachement que le narrateur a vis à vis de cette mission. Je ne sais pas trop si c'était un ressenti personnel ou si c'est l'auteur qui l'a instillé mais cela m'a un peu dérangé ...en tout cas, c'est un livre qui nous permet de mieux comprendre certaines réalités du pouvoir . Merci à NetGalley pour le prêt de ce roman.
Commenter  J’apprécie          90
Waterlyly
  16 octobre 2019
Ce roman s'ouvre sur un avertissement de Gilles Boyer. Certains éléments de ce récit ont été respectés à la lettre, d'autres s'apparentent plus à l'imaginaire. À nous de démêler les fils. L'auteur nous mentionne tout de même de ne pas s'arrêter à cela, ce n'est pas le propos de ce roman finalement. Voilà le genre d'incipit qui aurait tendance à me frustrer, puisque j'ai eu envie de lire ce livre avec l'intention justement de découvrir les coulisses de la politique française. Et pourtant, Gilles Boyer a entièrement raison, il ne faut pas s'arrêter à cela.

J'ai tout simplement adoré ce court roman, du début à la fin. J'y ai trouvé une grande originalité, puisque d'habitude, ce sont plutôt le Président et l'Élysée qui sont mis en avant. Ici, on change de perspective, et c'est le Premier ministre et Matignon qui seront en vedette. le tout, vu sous le regard bienveillant de Claude, maître d'hôtel.

Claude est un personnage réel, et donc, finalement, j'ai eu tendance à prendre pour argent comptant ce qu'il va nous raconter. J'ai passé un excellent moment de lecture, et oui, Claude va nous révéler les petits secrets, les petites manies et les petites habitudes des Premiers ministres, de Rocard, en passant par Cresson, jusqu'à Philippe. En exergue, Gilles Boyer va intercaler certains passages ayant pour protagoniste l'un des prédécesseurs de Claude, chacun à une époque de l'histoire, comme par exemple en 1944 ou en 1959.

J'ai été subjuguée d'en apprendre plus sur ces figures de la France. L'auteur a su nous les rendre profondément humains au travers du regard de Claude. J'ai également fortement apprécié de savoir en quoi consistait le métier de Claude, et j'en ai appris beaucoup sur l'histoire de Matignon. C'est une vraie réussite.

La plume est fluide et j'ai dévoré les pages. L'auteur a su romancer le sujet à la perfection, sans jamais être rébarbatif ni ennuyer son lectorat. le personnage de Claude est attachant au possible et je me suis laissée porter par son histoire.

Un document de poids et romancé sur les coulisses de Matignon, qui ne tombe jamais dans le rébarbatif et qui octroie au lecteur un sentiment de proximité avec ces grandes figures de la France. Une réussite.
Lien : https://mavoixauchapitre.hom..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Bigmammy
  17 décembre 2019
Nous voilà embarqués sur le navire Matignon, toujours en branle-bas de combat, que certaine journaliste a jadis qualifié d'« enfer » …
C'est le maître d'hôtel, Claude Brunet, qui a passé 31 ans dans la maison et a vu passer 13 Premiers ministres (dont une seule femme et pas longtemps) qui raconte ses souvenirs.
Une galerie de portraits, vus de près sans qu'ils s'en doutent par ceux que l'on ne voit jamais car ils travaillent dans l'ombre : cuisiniers, jardiniers, secrétaires, conseillers. Et puis les chefs : les Dir Cab, les Chef de Cab, l'Intendant …
Il y a les gentils PM : Rocard, Raffarin, Mauroy, Ayrault, Barre, Jospin, Cazeneuve, Juppé et les bruyants : Villepin, Chirac, les indéchiffrables mais toujours courtois : Balladur, Fillon, l'étonnante Edith Cresson toujours flanquée de son conseiller occulte Abel, le torturé Bérégovoy, Valls et son régime sans gluten… (étrange, il ne cite pas Fabius …).
Certains habitent dans l'hôtel, parfois avec de jeunes enfants, d'autres filent en fin de semaine dans leur circonscription (ils savent qu'ils ne sont que de passage !), certains passent les week-ends dans les résidences de campagne léguées à l'Etat, La Lanterne ou Souzy la Briche, où il faut tout préparer ...
Le maître d'hôtel voit tout, mais ne comprend pas grand-chose à la politique : le PM, pour lui qui a été formé à la discipline de la marine, c'est le Pacha. Il les aime bien tous comme ils sont …C'est un sage.
De temps en temps, il nous fait profiter d'un cours de droit constitutionnel de la Vème République (p. 123 – 124). Nous partageons son émotion : ici, aucun de ces pachas ne sait quand il sera congédié. Mais le personnel hôtelier demeure et les générations d'énarques conseillers s'y succèdent.
On imagine mal le travail incessant nécessaire à la marche de la machine étatique car tout remonte à Matignon. Contrairement à ce que l'on aurait pu attendre, le livre ne comporte pas de vacherie bien sentie sur tel ou tel travers, rien que de déjà connu en tous cas. Dans ce monde feutré, on ne « balance » pas … Car on ne sait jamais, il y a des allers et parfois des aussi retours …
Lien : http://www.bigmammy.fr/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
som
  10 décembre 2019
A l'image du film « le majordome » de Lee Daniels, ce roman relate la vie de Claude, maître d'hôtel à Matignon. Une trentaine d'années à servir dans la plus grande discrétion et efficacité près de treize premiers ministres et leurs sbires.
Cette pseudo biographie, écrite par un proche d'Edouard Philippe, est surtout un faible subterfuge pour relater les dessous d'une vaste mécanique politique. Ce qui aurait pu être passionnant tourne vite à la déconfiture tant l'histoire est écrite à la truelle et le manque de distanciation de l'auteur plombe le tout. N'est pas Saint-Simon qui veut. Vivement le prochain tome des chroniques d' « Emmanuel le magnifique » de Patrick Rambaud. Tout aussi partisan mais nettement plus caustique et vivifiant.
Commenter  J’apprécie          70
Matatoune
  31 octobre 2019
Treize Pachas à découvrir avec le roman de Gilles Boyer « le maître d'hôtel à Matignon« paru chez JC Lattès. « 7 plutôt à droite et 5 plutôt à gauche. Et le dernier, plutôt au milieu », ce sont le Premiers Ministres qui ont occupés l'hôtel de Matignon, vu de la place d'un maître d'hôtel.

Un roman qui ressemble beaucoup au film « le Majordome » sauf évidement que celui-ci ne se passe pas à la Maison Blanche, mais dans cet hôtel particulier si parisien, joyau du XVIIIe siècle.

Comme tout le monde (je crois), j'aime feuilleter chez mon médecin les magazines genre Paris-Match ou People de toutes sortes. Souvent, ils vendent, à coup de titre sensationnel, des secrets et des indiscrétions qui n'en sont pas. Et, pourtant, attirée comme par un aimant, je m'y plonge avec une coupable délectation !

Ce livre fait le même effet. On croit découvrir des secrets et en fait, peu de révélation…On découvre que chaque occupant doit planter son arbre dans le parc, c'est une tradition. On y découvre d'autres choses encore, entre comportements et personnalités.

Ce roman est bien écrit. le style est fluide et plaisant. Les souvenirs s'enchaînent sans lasser mais franchement sans rien gardé. Une lecture attrayante !
Lien : https://vagabondageautourdes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ZeroJanvier79
  08 octobre 2019
Gilles Boyer est d'abord un conseiller politique et un proche du Premier ministre Edouard Philippe, avec qui il partage notamment deux caractéristiques : ils ont tous deux été des fidèles d'Alain Juppé, et ils aiment tout autant la littérature. Ensemble, ils ont d'ailleurs écrit deux bons romans se déroulant dans le monde politique : L'heure de vérité et Dans l'ombre. Gilles Boyer est également l'auteur, seul cette fois, d'autres livres frictionnels ou non, dont Rase campagne qui raconte la campagne présidentielle 2017 de François Fillon, qu'il a vécue de l'intérieur.

Cette fois encore, l'univers politique n'est pas loin avec son nouveau roman : le maître d'hôtel de Matignon. le titre, l'auteur et le résumé m'ont très vite donné envie de lire ce livre, que j'ai eu la chance de lire grâce à NetGalley.fr et à la maison d'édition JC Lattès.

" le maître d'hôtel de Matignon a connu 13 Premiers ministres : il les a servis, côtoyés, il a été pour eux l'homme de l'ombre, le confident, le témoin silencieux des colères, des détresses, des grandes heures. La dernière année de son service, avant de partir à la retraite, il assiste à l'arrivée d'un jeune conseiller, qui a connu Matignon enfant quand son père était Premier ministre. Il est son contraire. Il doit agir, s'engager, il est le novice, il ne connait pas les lieux, pas les hommes, presque rien du pouvoir. le maître d'hôtel est arrivé là un peu par hasard après avoir servi dans la Marine. le conseiller a rêvé de travailler ici. L'un est un autodidacte, l'autre un héritier. Pourtant ils se comprennent, se rapprochent, se confient.

De Matignon, on connait l'histoire officielle, le tapis rouge et le perron où sont photographiés les invités de marque, les puissants et l'hôte des lieux. Gilles Boyer dans un roman qui s'inspire de ce qu'il a pu connaitre à Matignon comme conseiller, des hommes et des femmes qu'il a rencontrés, de ce qu'il a ressenti, nous raconte l'histoire cachée de ce lieu et de ces hommes : les assistants, les huissiers à chaine qui portent des piles de parapheurs, les chauffeurs, les maîtres d'hôtel, les serveurs qui tiennent des plateaux repas ou des corbeilles de fruits, les conseillers qui courent, dossier à la main vers la réunion suivante. On découvre un monde bien différent de ce qu'on imaginait, des secrets, des intrigues, des actes qui bouleversent complètement ceux qui travaillent un jour-là. "

L'auteur prévient dès le préambule : il y a du vrai dans ce roman, mais aussi du faux. C'est le genre d'avertissement qui a plutôt le don de m'agacer dans ce genre de situation : on sait très bien que le lecteur ressent un intérêt supplémentaire pour un livre sur les coulisses de Matignon, même présenté comme un roman, du simple fait que son auteur baigne dans le milieu politique depuis des années, qu'il a été le lieutenant d'un ancien Premier ministre et qu'il est l'un des plus proches conseillers de l'occupant actuel de Matignon. Jouer ainsi sur le mélange de fiction et de réalité me semble alors un artifice incongru et maladroit.

Cet étant dit, le livre se lit vite, très bien et est passionnant du début à la fin.

J'ai notamment adoré les courts chapitres mettant en scène des maîtres d'hôtel successifs de l'hôtel de Matignon à des moments clefs de l'Histoire de France et de l'hôtel de Matignon lui-même : l'époque où il abritait l'ambassade de l'Empire austro-hongrois à la fin du XIX° siècle, l'installation de la Présidence du Conseil, alors nomade, dans les années 1930, le chassé-croisé en 1944 avec le départ précipité de Pierre Laval (“la fuite de la rue de Varenne”) et l'arrivée du gouvernement provisoire, et l'atmosphère de fin d'une époque avant la victoire de la gauche en 1981.

J'ai apprécié également l'évocation de Michel Rocard, Premier ministre en exercice lorsque le narrateur a pris ses fonctions de maître d'hôtel à Matignon et dont il se souvient avec émotion trente ans plus tard.

Le reste se compose des chapitres racontés par Claude, le fameux maître d'hôtel du titre, qui nous livre les coulisses de Matignon et évoque, avec une certaine liberté de parole mais toujours avec un respect perceptible, ses occupants successifs et leurs habitudes. le roman propose également quelques chapitres où s'exprime Thomas, jeune conseiller fictif d'Edouard Philippe qui nous sert de porte d'entrée dans les coulisses plus politiques de Matignon.

Le livre est très plaisant. En tant que roman, de récit de fiction, ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais pour l'amoureux à la fois de politique et d'histoire, c'est une mine incroyable d'informations et d'anecdotes.
Lien : https://zerojanvier.fr/2019/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
audeLOUISETROSSAT
  08 octobre 2019
Une histoire vraie romancée sur les coulisses de Matignon, mais quelle bonne idée ! Pouvoir enfin connaitre l'envers du décor j'adore !
Claude le maître d'hôtel (qui partira en retraite en mars 2020) nous livre sous la plume de @gillesboyermep des anecdotes, des choses vécues ou imaginaires sur les 13 premiers ministres qu'il a côtoyé pendant ses 30 ans de service à Matignon.
C'est passionnant !
L'écriture de @gillesboyermep est fluide, chaleureuse et nous donne un regard "plus humain ou pas " sur ces Hommes, Femme haut placés. J'ai passé un excellent moment, je vous le conseille, je l'ai dévoré 🤗
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
876 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre