AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Darkest Minds tome 4 sur 4
EAN : 9782017868514
544 pages
Hachette Jeunesse (13/11/2019)
3.91/5   87 notes
Résumé :
Cinq ans après la destruction des camps dans lesquels les adolescents Psi étaient enfermés, Zu est devenue porte-parole du nouveau gouvernement et se bat pour les droits des Psi rejetés par la société.
Mais quand on l'accuse d'avoir organisé un attentat, elle doit fuir à nouveau et vivre cachée...
Déterminée à prouver son innocence, Zu espère que ses amis clandestins, Ruby et Liam, pourront l'y aider. En attendant, elle doit faire alliance avec Roman... >Voir plus
Que lire après Darkest Minds, tome 4 : HéritageVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 87 notes
5
5 avis
4
9 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
J'ai un peu hésité avant de me décider à lire ou pas, ce tome quatre des Insoumis/Darkest Minds. Même si la fin de Dénouement restait assez vague quant à l'avenir de nos héros, elle était pour moi, pleine d'espoir et de possibilités, avec cette notion que même nous, lecteurs, nous n'avions pas droit d'imaginer ce que Ruby, Liam, Zu et Chubs allaient devenir. C'était leur choix à eux et Alexandra Bracken le leur donnait. Avec Héritages, j'avais cette impression que c'était un peu quitte ou double. Soit j'accrochais à Héritage, soit je n'allais pas aimer et entacher un peu la trilogie d'origine que j'avais adorée. Que Zu soit notre narratrice ne me gênait pas du tout, par contre. C'est un personnage que j'avais adoré et que son jeune âge avait un peu mis de côté au final. Donc un choix que j'approuvais sans soucis.

L'histoire se déroule donc cinq ans après les derniers événements de Dénouement. Si Héritage pouvait nous laisser espérer quelque chose de positif, le désenchantement est assez rapide. Ce ne fut pas une grande surprise en soi. Si j'avais un peu d'espoir à la fin de la trilogie, espérant que les adultes prennent conscience de leurs erreurs et fassent en sorte de les réparer pour ces générations ayant tant souffert, je savais aussi au fond de moi que Alexandra Bracken avait construit un monde de manigances et de cruauté. Quant l'univers de Zu est subitement chamboulé, c'était comme entendre "je te l'avais bien dit". Une fin heureuse, un monde juste... utopie pure et simple. Mais, grâce à Zu, les choses ne sont pas aussi simples que cela. Je veux dire par là qu'il n'y a pas qu'un basculement brutal. Au fil des pages, notre jeune héroïne se rend compte de la mascarade, des faux-semblants. Elle a voulu s'y accrocher, faire des sacrifices pour le bien de tous... mais était-ce vraiment la bonne chose à faire ?

Tout le roman tourne autour de ce choix. Que doit faire Suzume ? Quel est le chemin à suivre pour qu'elle puisse être en accord avec elle-même et en même temps poursuivre ses objectifs ? Ruby avait eu un cheminement assez semblable, mais plus accès vers ses pouvoirs. Ici, nous sommes vraiment dans ce domaine de l'Héritage. Nos héros veulent se battre pour le futur, pour la marque qu'ils laisseront aux jeunes générations, pour leur offrir quelque chose qu'eux n'ont pas eu. Et comment faire quand les dirigeants et autres grands manias bafouent subtilement tous vos droits ? Comment faire quand on est seul, acculé et que l'on doute à tous instants ? Zu a grandi mais elle reste encore à cet âge où l'on doit choisir entre rester l'enfant qu'on ne souhaite plus être, mais l'adulte qui nous fait peur. Et le monde qui l'entoure ne l'aide pas. Notre groupe de héros n'est plus. Zu est en quelque sorte seule, abandonnée de ses trois aînés qui ont été ses remparts pendant une période si douloureuse. Elle doit faire des choix, comme faire confiance ou pas à Roman et Priyanka. Quitte à faire des erreurs.

Je ne vous mentirai pas. le fait de ne pas trop voir Liam, Chubs et Ruby a créé un manque. Mais Alexandra Bracken grâce à Roman et Priyanka arrive à pallier ce manque avec brio. Les deux nouveaux sont un vrai mystère et on a pourtant envie de leur faire confiance dès le départ. Un état d'esprit similaire à Zu. Et c'est quelque chose que j'apprécie beaucoup, de pouvoir se mettre dans les baskets d'un héros. Sans compter que sans Liam, Chubs et Ruby, les trois jeunes héros ont tout le loisir de s'épanouir et d'évoluer. Et pour le coup, le manque est vite retombé. Bien entendu, quand les anciens personnages font leur retour à un moment donné, j'étais "joie et bonheur", je ne le cache pas, même au vu des circonstances peu réjouissantes. Sans compter que leur retour n'efface pas ce que Zu a accompli elle-même. C'est juste la cerise sur le gâteau. Et quelle cerise !

Le dernier tiers du roman est addictif et vraiment bien mené. Il y a autant d'émotions, d'angoisse et de petits moments de fierté. Zu a évolué de façon réaliste et juste, ses relations avec Roman et Priyanka sont agréables à suivre, et là encore très réussies. Elle n'est plus la petite fille muette que nous avons connu. Elle a suivi les pas de sa "grande soeur" et on ne peut être que fière d'elle. le côté politique et vie post-apocalypse s'intègre aussi très bien, plantant un décor qui pousse nos héros à aller au delà de leur retranchement. C'est encore une guerre secrète menée pour que les Psi obtiennent justice. Ce n'est pas un roman joyeux et un sentiment de révolte risque de gronder en vous durant votre lecture, mais gardez à l'esprit qu'il y a des combattants. Leurs actions ne seront pas forcément spectaculaires, mais il y a toujours ce feu qui brûle pour ce futur plus brillant.

La fin d'Héritage est à l'image de Dénouement. Certains ne seront pas satisfaits, surtout qu'Alexandra Bracken n'a pas le désir pour l'instant de poursuivre Darkest Minds. Pour moi, cette fin ouverte est la fin qui devait être. Elle est le résultat du cheminement de Zu. La prise en main de sa propre destinée. le pouvoir que l'on donne au choix que l'on peut faire. Les combats que l'on doit mener pour être en accord avec soi-même. Et comme je l'ai dit au tout début, cette fin ouverte est aussi une prise de position. Alexandra Bracken offre à ses personnages le choix de devenir ce qu'ils veulent.
Commenter  J’apprécie          340
5 ans après la libération de Thurmond et la rébellion menée par Ruby et les Enfants de la Ligue, la jeune Suzume a grandi. Elle est maintenant porte-parole du gouvernement et déterminée à faire changer la vision qu'ont les adultes sur les enfants Psi afin de leur offrir la vie qu'ils méritent.
Mais ce n'est pas simple d'apaiser les peurs d'un pays tout entier.
Bien que Chubs et Vida la soutiennent par leur travail au sein du gouvernement, les opposants aux Psi sont nombreux, et les attaques se multiplient. Et pire encore : Zu n'a plus de nouvelles de Liam et Ruby …
Alors qu'elle présentait un énième discours, elle est victime d'une attaque meurtrière. Commence alors une aventure dans laquelle Zu devra affronter les ombres de ce pays meurtri pour se sortir des accusations faisant d'elle la responsable des attentats et retrouver ses deux amis clandestins disparus. Mais elle ne sera pas seule : l'effrontée Priyanka et le mystérieux Roman l'accompagneront. Mais peut-elle vraiment avoir confiance en ces deux jeunes Psi sortis de nulle part et aux ambitions plus qu'énigmatiques …


Je dois bien l'avouer, j'avais un peu peur de me lancer dans ce quatrième tome. Non pas parce que je n'ai pas aimé les précédents (bien au contraire !), mais plutôt parce que j'avais peur de ne pas être autant prise dans l'histoire en suivant Suzume plutôt que Ruby. Eh bien, j'avais tord …
Tout comme j'ai adoré les 3 premiers tomes de la saga où l'on suit Ruby, j'ai adoré ce dénouement avec Zu.

Tout d'abord, j'apprécie le fait de se retrouver projetés 5 ans après les événements du tome 3. Cela permet de découvrir l'évolution des personnages, l'amélioration de leurs conditions de vie, le développement du pays ravagé dans lequel ils évoluent et la prise de conscience des adultes et du gouvernement sur les jeunes Psi. Ou pas … En effet, bien que les choses semblent être sur le bon chemin, il y a encore du travail pour que les Psi soient considérés comme des jeunes « normaux ».

Nous allons donc retrouver de vieilles connaissances dans ce monde en reconstruction : Vida, Chubs, Cate, Zu et bien d'autres. Tandis que certains ne font que de rapides apparitions et conservent leur rôle de personnages secondaires, d'autres prennent les rênes et montent sur le devant de la scène pour nous guider dans cette nouvelle aventure. C'est le cas de Suzume.

Une chose est sûre, elle a bien grandi la petite Zu. Elle qui était si discrète et réservée sur une bonne partie des précédents tomes, elle se révèle totalement différente ici. Elle est forte, courageuse, déterminée et prend la relève de Ruby avec brio. Mais malgré cette force apparente, elle est emplie de doutes, de peurs et d'incertitudes, ce qui fait d'elle, à la fois l'héroïne que l'on voulait retrouver après Ruby (qui avait mit la barre assez haute, quand même) et la jeune fille profondément humaine qui fait tout pour améliorer les choses, malgré les embuches.

Evidement, d'autres personnages font leur apparition : Roman et Priyanka, notamment. Ils sont, eux aussi, attachants et intéressants. Je ne vais pas trop parler d'eux car ce sont des personnages qu'il faut découvrir et apprendre à connaitre au fur et à mesure de l'histoire pour les apprécier réellement.

Pour rester sur les personnages, j'ai parfois été un peu perdue. En effet, j'ai lu les 3 premiers tomes en début d'année et je dois avouer que certains personnages secondaires se sont un peu estompés de ma mémoire. Or, l'auteure fait peu de rappels des événements précédents, mais surtout de l'implication des personnages dans ces derniers. C'était un peu frustrant de ne pas réussir à remettre certains personnages dans un contexte, de les replacer dans l'histoire et les événements antérieurs, mais, pour autant, cela n'empêche pas de comprendre les événements actuels, donc bon … Je vous conseille quand même de lire ce quatrième tome pas trop loin des précédents.

Outre ces personnages attachants et bien construits, j'ai apprécié retrouver cet univers et l'ambiance qui se dégage de ce livre et de la plume de l'auteure. Il y a de l'action, du suspense et de nombreux rebondissements, il est impossible de s'ennuyer ! Et jusqu'à la fin, Alexandra Bracken parvient à nous maintenir en haleine et à jouer avec nos nerfs.

Bien que se soit le dernier tome, la fin reste ouverte et laisse le lecteur s'imaginer l'avenir de ces enfants. Les Psi seront-ils un jour acceptés et intégrés dans la société ? Pourront-ils vivre normalement et arrêter de fuir pour survivre ? Quelles seront les prochaines opérations du Cercle Psion ? Bref, autant de questions sans réponses qui entretiennent encore le suspense autour de ces enfants aux capacités étranges que je ne regrette pas d'avoir découverts …


#PumpkinAutumnChallenge
Commenter  J’apprécie          30
Au départ, je m'étais interdite de lire ce quatrième tome, qui n'était pas indispensable selon moi pour la conclusion de cette saga. Mais Darkest Minds, après ma lecture du troisième tome, s'est révélée être une de mes sagas préférées et j'ai rapidement voulu me replonger dans l'univers.
Ce n'est pas du tout une déception comme l'ont pu être d'autres hors-série ou préquels. Non, c'est une surprise.
On ne se retrouve donc, d'une part, pas avec les mêmes personnages, mais pas non plus au même endroit ni au même moment. Je n'avais pas réellement saisi la chose, alors je me suis retrouvée assez démunie, lorsque je suis tombée avec Zu, alors que cela faisait plusieurs années que les camps avaient été détruits. Déjà, c'est dur, comme pour Hunger Games, de se dire que la lutté est terminée. Que Ruby et Liam ont droit à leur fin heureuse.
Les camps ont beau être détruits, les adolescents Psi sont toujours autant surveillés, voire mal traités. Encore une fois, c'est dur de se dire que le combat de Ruby n'a pas totalement porté ses fruits...
Zu est donc aux mains du gouvernement, et n'a plus rien de la petite de l'époque. La voir ainsi modelée n'est pas vraiment agréable.
Certains évènements vont la projeter dans de réels problèmes, mais aussi aux côtés de Roman et Priyanka, qui ma foi, rivalisent presque avec les personnages des trois premiers tomes.
Pendant une grande partie du roman, ils sont en cavale, délivrent des gens, se rapprochent, et même si ça n'a pas été aussi génial que dans les tomes précédents, c'était fort sympathique.
Et, vers la dernière partie du livre, nous retrouvons nos deux personnages préférés : Ruby et Liam. Et ma désillusion s'aggrave. Non, ils n'ont pas eu droit à leur fin heureuse, à vrai dire ils se disputent plus qu'autre chose et Ruby a fini par partir, plongeant Liam dans une angoisse sans précédent. C'est dur de voir que Ruby n'a toujours pas chassé ses démons.
Nos amis s'embarquent alors dans une périlleuse mission pour sauver Ruby, qui s'est encore fourrée dans le pétrin toute seule, n'arrivant pas à demander de l'aide.
Les dernières pages m'ont redonné espoir mais je ne suis vraiment pas sûre que Liam et Ruby resteront éternellement ensemble et ça fait vraiment mal de se dire ça...
Pour être honnête, j'ai vraiment lu ce livre pour retrouver Liam et Ruby, je ne me suis alors pas vraiment concentrée sur les autres personnages. Je n'ai, à ce jour, qu'une hâte : relire la trilogie !
Commenter  J’apprécie          60
J'avais beaucoup apprécié la trilogie " Darkest Minds " donc je ne pouvais pas passer à coté de cette suite.

Je l'ai bien apprécié dans l'ensemble même si certaines choses m'ont frustrés.

L'histoire est très prenante et je n'ai pas senti de longueurs cette fois.
Le livre permet de savoir ce qu'il s'est passé pour les personnages,le pays et les droits des psi.
C'est très appréciable.

On découvre aussi des nouveaux personnages notamment Roman et Priyanka qui sont très intéréssants et attachants.
Je trouve juste qu'ils ressemblent un peu trop à des persos de la trilogie originale,ainsi Roman rappelle Cole tandis que Priyanka c'est du Vida tout craché.
Je regrette aussi la gestion de Clancy,j'avoue ne pas avoir tout compris à son sujet et sa conclusion est frustrante,surtout que la façon dont il finissait dans le 3e tome était parfaite selon moi,et là l'auteure a tout fichu par terre.
Même chose pour Cruz qui devient mauvaise alors qu'elle était positive dans le 3e tome,et au final il n'y a pas beaucoup de personnages adultes positifs ou alors on les voit/on en parle à peine.

Je regrette que Ruby soit aussi absente,alors que c'était le personnage principal de la trilogie originale et qu'on ne la lâchait pas d'une semelle.
Le personnage de Zu est très différent de la trilogie originale presque trop,on passe de la gentille gamine à une jeune femme qui n'hésite pas à tuer des tas de gens en les faisant bien souffrir,alors certes ceux qu'elle tue sont des ordures mais Ruby était plus humaine et moins hard à ce niveau,on a l'impression que Zu est devenue une sorte de Ruby en mode dark.
Après le personnage reste très intéressant et appréciable,mais le décalage avec la trilogie originale est peut-être un peu trop grand surtout que les autres persos sont fidèles à eux-mêmes.

Le livre a aussi parfois tendance à exagérer son coté sombre,j'ai eu l'impression que l'auteure me disait " t'as vu comme c'est sombre,comme c'est dark,attends je peux aller encore plus loin ! ".

Heureusement il y a aussi des moments positifs,des touches d'humour bienvenues et une fin plutôt positive et porteuse d'espoir.

Le problème étant que les problèmes du troisième tome ont été reproduits : pas de confrontation avec les grands méchants et une fin qui en dit encore moins que celle du tome 3,alors que c'est censé être la conclusion d'une saga de 4 livres !
Vous allez me dire que c'est pour laisser le lecteur imaginer sa propre histoire,mais à ce compte là on aurait aussi pu ne pas faire ce tome 4 et rester sur la fin du tome 3 que je trouvais mieux et plus satisfaisante.
10/15 pages de plus à la fin pour bien tout conclure et expliquer les conséquences des actions des personnages et ce qu'ils allaient devenir et ça aurait été parfait,mais non l'auteure prend visiblement plaisir à nous frustrer,et c'est pareil pour le grand méchant de la trilogie originale qui a juste " disparu dans la nature " génial ...

Malgré tout ça reste un bon livre,bien écrit,prenant,avec de bons personnages,un bon univers et en tant que suite de la trilogie avec Ruby ça fait très bien le travail,ça reste une bonne saga malgré ses défauts.
Commenter  J’apprécie          20
C'est en me rendant en librairie que j'ai découvert qu'Alexandra Bracken avait écrit cette suite. Je regardais les nouveautés, et j'ai vu apparaître Darkest Minds, et je me suis dit c'est bizarre, ça me parle et j'ai tilté. Ayant adoré, même plus, ça a été un coup de coeur, l'univers proposé par l'autrice, je ne pouvais que me procurer ce tome.
4 ans après avoir lu la trilogie, il a fallu que je me creuse un petit peu le cerveau pour me souvenir, mais c'est revenu tranquillement. Dans ce tome 4, nous ne suivons pas Ruby, mais Zu, à mon plus grand plaisir parce que j'ai toujours adoré ce personnage (en fait je les aimais tous), et le fait qu'elle ne parlait pas beaucoup la rendait mystérieuse.
Donc on suit Zu, cinq ans après l'effondrement du gouvernement Gray, qui est la porte parole du nouveau gouvernement, pour que les Psi (donc ces enfants avec des super pouvoirs) puissent être reconnus, et obtenir des droits, et plus être traités comme des animaux. Sauf qu'un jour alors qu'elle se rend dans un lycée pour faire un discours, il se passe une explosion, et Zu est accusée d'actes terroristes. de là s'en suit une fuite sans fin pour retrouver ses anciens compagnons, et faire éclater la vérité. Comment vous dire que tout le long de cette aventure, je ne me suis pas ennuyée, j'ai adoré suivre une Zu plus grande, plus mature, avec de grandes responsabilités, et se rendre compte qu'aujourd'hui elle a la place de Liam dans les autres tomes.
Dans sa fuite, elle est accompagnée de deux autres personnages inconnus au bataillon du nom de Roman et Priyanka. Ces deux là sont très mystérieux, ils ont fait croire à Zu qu'ils faisaient partis d'une organisation alors qu'il n'est rien de tout ça. Si j'ai eu du mal au début à m'attacher à Priyanka parce qu'elle me paraissait très peu sympathique, j'ai appris à la connaître tout au long de ce roman, et je me suis beaucoup attachée à elle. A l'inverse de Roman pour lequel je me suis attachée très rapidement, il avait l'air d'avoir été énormément blessé, et on ressent beaucoup de compassion pour lui. Bien évidemment la romance très prévisible, mais clairement pas au coeur du sujet, et oui ma petite Zu devient une femme.
De plus ce que j'ai adoré aussi c'est de revoir notre équipe de choc, Chubs, Liam, Ruby et une autre fille dont je vais taire le nom parce que je risque de spoiler. Chubs et cette dernière, on les voit rapidement dans l'histoire parce qu'ils sont très proches de Zu et oeuvrent pour la même cause qu'elle auprès de services bien différents. Liam quant à lui c'est beaucoup plus tard, et celle pour laquelle je suis le plus déçue c'est Ruby, on la voit à la toute fin mais c'est tellement peu… Et tous deux travaillant dans l'ombre pour sauver les enfants qui sont encore en difficultés.
Une autre petite déception sur l'aventure, c'est le manque de présence des grands méchants de l'histoire, j'aurai beaucoup aimé une vraie confrontation et pas seulement le fait qu'ils fassent éclater la vérité. C'est juste ça qui me manquait pour que ma lecture soit vraiment parfaite.
Sinon j'ai passé un superbe moment en compagnie de Zu et de ses nouveaux amis, et je recommande vivement la lecture de ce tome si vous avez adoré les trois premiers tomes avant, ça fait un épilogue super grand.
Lien : https://takeabreakavecsachik..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
- Ne t'inquiètes pas, intervient Priyanka en s'adossant à la voiture. C'est juste un coup à prendre.
(...)
- Quoi ?
- Mal agir pour les bonnes raisons... Au final, tu te rends compte que tu ne peux vivre qu'en suivant tes propres règles.
- La société ne peut pas toujours fonctionner comme ça, objectai-je. Les gens doivent être responsables. Un système est nécessaire. On prend soin de lui, et il prend soin de nous.
- Peut-être, concéda-t-elle. Je ne sais pas. Ces derniers temps, responsabilité semble vouloir dire se passer docilement une corde autour du cou et faire semblant d'ignorer que les personnes qui nous détestent vont la resserrer. Quand un système est dysfonctionnel, comment le réparer si on est piégé à l'intérieur ?
- N'est-il pas préférable d'essayer de réparer ce qui a du potentiel plutôt que de tout détruire ? arguai-je. Je préfère me forger ma place dans un système imparfait plutôt que de m'exclure moi-même en ne participant pas.
(...)
- Qu'en penses-tu ? demandai-je à Roman avec curiosité. Comme d'habitude, il prit son temps pour réfléchir.
- Interrompre un cycle peut parfois briser le système, déclara-t-il. Mais briser le système interrompra toujours le cycle. La différence, c'est le degré de certitude.
Commenter  J’apprécie          10
La plupart des gens craignent le silence. Ils font tout pour le briser, parlent de n'importe quoi et posent des questions pour entendre une reponse. Beaucoup semblent considérer le silence comme un échec. Une preuve du manque d'intérêt qu'ils suscitent ou de leur incapacité à forger des liens. Ou peut-être sont-ils simplement nerveux à l'idée de ce que le silence pourrait révéler.
Commenter  J’apprécie          50
Ruby avait l’habitude de dire que nous méritions nos souvenirs, mais que nous n’avions pas d’autre dette envers eux que de les conserver.
Commenter  J’apprécie          140
Il m'est arrivé de passer des mois sans prononcer un seul mot. Plus d'un an, en fait.
Au début, ça avait été un accident - ou peut-être pas. J'avais toujours du mal à expliquer les raisons de mon silence. C'était comme si les barbelés qui entouraient le camp de réhabilitation m'avaient entaillée si profondément, la nuit de notre évasion, que tous les mots à l'intérieur de moi s'étaient vidés de leur sang. Ne laissant que le vide sous ma peau. Le froid. J'étais si faible que le choc avait pris le contrôle de mon être.
Commenter  J’apprécie          20
C’était ça le plus difficile. Pas la façon dont mes amis avaient changé – nous changions tous plus ou moins – mais ces parts d’eux que je reconnaissais et qui me manquaient.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Alexandra Bracken (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandra Bracken
Darkest Minds : Rébellion | Bande Annonce [Officielle] VF HD | 2018
autres livres classés : dystopieVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (380) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4851 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..