AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mary Rosenthal (Traducteur)
ISBN : 2226030298
Éditeur : Albin Michel (30/11/-1)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Eric John Stark : un aventurier solitaire capable de survivre dans les mondes les plus hostiles et même sur Skaith, cette planète mystérieuse et mourante où des tribus sauvages à demi humaines errent, combattent et rêvent de l'Homme Sombre qui, un jour, les conduira vers les étoiles...
Dans ce premier volume de la trilogie de Skaith, nous retrouvons Eric John Stark, N'Chaka, l'Homme-Sans-Tribu. « Il n'y qu'une Leigh Brackett et il n'y a qu'un Eric John ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Alfaric
  30 août 2017
Aux confins de l’Étrier d'Orion, Skaith est un monde mourant gravitant autour d'une étoile mourante (donc nous sommes à 100% dans le genre Dying Earth inauguré par H.G Wells !). Il y a 2000 ans, c'est pour échapper à l'extinction que les peuples des zones arctiques déferlèrent sur les zones tropicales lors de la Grande Migration… En prenant le pouvoir pour protéger et servir tous les nécessiteux, les mystérieux et prétendument immortels Seigneurs Protecteurs mirent fin au chaos et à la désolation, mais le nouvel ordre progressiste devint rapidement une dictature conservatrice : les peuples tropicaux sont devenus les quasi esclaves des Errants, anciens nomades désormais chiens de gardes des autorités cachées qui attendent placidement la fin du monde dans l'alcool, la drogue et le sexe… Pire, au fil du temps les technologies ont été oubliées, et pour trouver des alternatives à l'extinction les différentes communautés de Skaith se sont réfugiées dans des religions de plus en plus obscurantistes… Quand virent les outremondains dans leurs vaisseaux stellaires, ils apportèrent aux populations un Nouvel Espoir, sans doute leur dernier espoir d'échapper à leur fin graduelle et terrible… Les Seigneurs Protecteurs ne voulaient pas de cet espoir qui aurait pu saper leur pouvoir, mais en enlevant et séquestrant l'agent humain Simon Ashton ils ont fait venir sur Skaith l'Homme Sombre de la prophétie de la Devineresse d'Irnan devant apporter la damnation des Seigneurs et la rédemption du Peuple… C'est ainsi que vint Eric John Stark le Mercurien - cheveux noirs, regard sombre, épée au poing, un voleur, un pillard, un tueur aux accès de mélancolie tout aussi démesurés que ses joies - pour fouler de ses sandales les trônes constellés de joyaux de la Terre ! Bienvenue dans un univers de grande aventure : envoyez le générique !!!
https://www.youtube.com/watch?v=9j6nyEcIk98

Dans ce tome 1 intitulé "The Ginger Star" en VO, passée l'introduction dans un spatioport sous tension nous parcourons un monde crépusculaire dans la peau d'Eric John Stark le mercenaire des causes perdues qui a trouvé son gagne-pain dans les conflits tiers-mondistes de notre galaxie… On est peu ou prou avec Rambo en Afghanistan à la recherche du Colonel Samuel Trautman, et après la révolte d'Irnan l'antihéros badass fait route vers la Forteresse des Seigneurs Protecteurs avec divers compagnons dont Gerrith la précog intermittente fille de celle qui a prédit sa venue…

Nous sommes dans un récit pulpien très linéaire, mais d'abord et surtout dans un formidable récit d'ambiance porté par la poésie mélancolique de l'auteure qui parvient parfaitement à nous faire partager ses visions fantastiques. Toutefois l'ensemble souffre d'un défaut majeur : OMG qu'est-ce que c'est froid ! Alors je veux bien que comme chez Michael Moorcock on nous raconte l'histoire d'hommes et de femmes à la recherchent de ce qu'ils ne pourront jamais obtenir, donc condamnés à la déception et à la désillusion, et qui au mieux peuvent apprendre de leurs échecs, mais ici l'auteure semble en avoir rien à faire de ses personnages, et ses personnages semblent en avoir rien à faire d'eux-mêmes… Dans ces conditions comment voulez-vous vous prendre au jeu ? Pourtant il a une foultitude de bonnes idées, et un relationship drama qui ne demande qu'à être développé (rdv pour la critique du tome 2 !)… Mais ici on tombe dans la malédiction de l'auteur jardinier persuadé de n'être qu'un artiste guidé par sa muse, et qu'il suffit de planter un pitch arrosé de style pour que les histoires poussent toutes seules… Non, non et re-non, on ne peut pas développer et approfondir histoire et personnages, univers et thématiques, quand tout évolue au petit bonheur la chance ! Tout se prépare et ne s'improvise pas !!! Et je suis d'autant plus sévère qu'avec exactement les mêmes ingrédients ça déchire sa race quand Leigh Brackett change son fusil pour piocher dans la boîte à outils de l'auteur architecte… (rdv pour la critique du tome 2 !)

Leigh Brackett est tombée dans le chaudron de la Science-Fiction en lisant "John Carter", et qu’est-ce qu’on obtient quand elle mélange l’astounding story d’Edgar Rice Burroughs et la poésie noire et mélancolique de Clark Ashton Smith ? Tarzan dans l’Espâce, mieux encore Conan le Barbare dans les étoiles déambulant dans les univers baroques de Jack Vance, et au final on a un mix entre Karl Eward Wagner et Michael Moorcook, entre Rambo et Riddick (le réalisateur australien David Twohy poussant le vice jusqu’à emprunter tout ou presque à l’antihéros badass de l’auteur américaine)… Vous la sentez la supracoolitude du résultat ? ^^
Le Space Opera a été qualifié plus que péjorativement de western spatial par des commissaires littéraires dont tout le monde a oublié le nom, mais méliorativement c'est exactement cela ! Ce sous-genre de la SF explore les thématiques de l'émigration, du voyage, de l'immigration, du déracinement, des grands espaces, de la confrontation de l'Homme avec la Nature, de la Civilisation avec la Barbarie, des relations avec les autochtones (acculturation, déculturation, contre-acculturation), de la Frontière et de l'horizon des rêves et des espérances… Des millions et des millions d'hommes et de femmes ont été confrontés à ces problèmes et cela fonctionne de la même manière dans les Appalaches, dans les Rocheuses, ou sur n'importe quel front pionnier, ou sur Vénus, Mars, ou n'importe quelle exoplanète ! (Que c'est triste de voir les littéros débrancher leurs cerveaux dès qu'une oeuvre n'a pas été étiquetée et labélisée intello par les prescripteurs d'opinion… Visiblement la malédiction des Moutons de Panurge continue de sévir…)
Donc Leigh Brackett (à qui l'on doit Hoth, Dagobah et Bespin dans "L'Empire contre attaque" ^^), fait du western dans l'espace, nul ne peut en douter, mais son héros est proche de Clint Eastwood alors que les héros de Edward Elmer Smith sont proches de John Wayne et que les héros de son époux Edmond Hamilton sont proches de Stewart Granger… du western crépusculaire avant l'heure donc, ce qui est d'autant plus moderne pour une spécialiste du western classique, mais que c'est dommage de céder aux sirènes des auteurs jardiniers pourtant incompatibles avec son autre métier de scénariste cinématographique (à moins de tomber dans la nawak arty ou le nawak nanaresque, car oui les extrêmes se rejoignent dans la médiocrité).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
meygisan
  11 avril 2015
Je retrouve avec joie l'écriture tellement évocatrice de Leigh Brackett dont le talent pour nous emmener dans des mondes riches n'est plus à démontrer. Je retrouve également son héros, Eric john Stark, fidèle à lui même mais dans une version un peu plus sauvage, dont on ne sait pas grand chose d'ailleurs et qu'on se plait à découvrir tout au long de ce récit. Elle lui fait vivre des aventures dangereuses, dans un monde où il semble être une sorte de messie qui délivrera les peuples proches de l'extinction ou de l'esclavage. Skaith est une planète étrange, et dans les mots de Brackett, étrange rime avec diversité et originalité.
Le livre se lit vite, c'est un bol d'air et d'aventure exotique qui ne peut que vous emmener vers l'ouverture du second tome.
Commenter  J’apprécie          80
gilou33
  07 août 2014
Ce premier tome est le début d'un voyage long (et agité!) sur une planète proche de l'extinction aux côtés de l'intraitable Eric John Stark.
L'univers SF-Fantasy (dont semble faire partie ce cycle) donne un certain intérêt à l'aventure.
Même s'il n'y a pas de place pour les grandes intrigues, on suit l'évolution de notre héros au fil de sa quête et des ses différentes rencontres avec beaucoup de curiosité.
Dès la fermeture du premier livre, je me suis directement lancé sur le second. :-)
Commenter  J’apprécie          10
Vermer
  20 juillet 2018
Bon, je suis un grand fan de Brackett mais il y a des limites : abandon au bout de 60 pages....
Déjà c'est très mal écrit, proche du style télégraphique (on dirait presque un script). Mais aussi c'est très mal construit et très grossier dans une construction linéaire improvisée et pulp, le tout avec des personnages bâclés.
Commenter  J’apprécie          00
ch1cros
  10 juin 2016
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
meygisanmeygisan   11 avril 2015
Très loin sous la masse sombre de peur qui anéantissait tout courage humain, un autre cerveau parla. Un froid cerveau animal, sans pensée, sans raison. Un esprit vivant, affamé de vivre, ayant conscience de soi en tant qu'os, muscles, chair, ayant conscience de froid et de souffrance, de faim à apaiser, de peur à endurer. La peur est la vie, la peur est la survivance. La fin de la peur est la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gilou33gilou33   17 août 2015
C'est sur Pax que les millions de problèmes des milliards de gens habitant des milliers de planètes diverses deviennent des abstractions faciles à résoudre, tracées sur des rubans magnétiques, des fiches et d'incroyables quantités de feuilles de papier.
"Un monde de papier, pensa Stark, peuplé de gens en papier."
Commenter  J’apprécie          50
AlfaricAlfaric   06 septembre 2017
Faire régurgiter des données à un réseau d'ordinateurs ne suffisait pas toujours à résoudre les problèmes spécifiques propres à des lieux spécifiques.
Commenter  J’apprécie          110
AlfaricAlfaric   15 août 2017
- Vous devez bien savoir que Skaith n'est pas la planète la plus importante de la galaxie.
- Sauf pour ceux qui y vivent...
Commenter  J’apprécie          90
AlfaricAlfaric   24 août 2017
Si vous voulez votre liberté, il faudra la gagner par vous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          121
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2974 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre