AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Chambon (Traducteur)Henri Robillot (Traducteur)
ISBN : 2207246388
Éditeur : Denoël (30/11/-1)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.97/5 (sur 2173 notes)
Résumé :
"J'ai toujours voulu voir un Martien, dit Michael. Où ils sont, p'pa ? Tu avais promis.
- Les voilà", dit papa. Il hissa Michael sur son épaule et pointa un doigt vers le bas.
Les Martiens étaient là. Timothy se mit à frissonner.
Les Martiens étaient là - dans le canal - réfléchis dans l'eau. Timothy, Michael, Robert, papa et maman.
Les Martiens leur retournèrent leurs regards durant un long, long moment de silence dans les rides de l'eau... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (142) Voir plus Ajouter une critique
latina
  30 août 2014
Les petits hommes verts ? Non ! Une belle peau bronzée et des yeux comme des pièces d'or.
Des villes aux maisons de cristal, et puis des villes mortes, des canaux, des mers vides...
Pour un peu, je passerais bien mes vacances sur Mars imaginé par Ray Bradbury. Quoique.
Mars avant l'arrivée des hommes, c'était un paradis. Mars à partir des hommes, ce n'est pas loin d'être un enfer. Quoique.
C'est ce balancement continuel entre l'enfer et le paradis qui m'a bercée. Cette valse d'hésitation entre l'homme qui respecte et l'autre, l'insensé qui veut reproduire sur la planète inviolée ce qu'il a connu sur Terre. Et aussi cette oscillation entre le Martien fort et inhospitalier et le Martien fragile et disponible.
Tout se joue en quelques années, finalement. Entre l'arrivée des premiers colons, ou colonisateurs, comme vous voudrez, et la solitude, il n'y a qu'un pas, vite franchi par l'inconscience, des Martiens ou des Terriens.
J'ai été éblouie par l'univers de Ray Bradbury. Par son écriture poétique, qui tend des fils de dentelle entre les civilisations. Par les thèmes abordés, qui vont de la folie à la solitude, en passant par la famille, le racisme, le deuil, le respect...
Je quitte avec une grande nostalgie cet univers où l'homme est capable du meilleur comme du pire, où l'Autre, le Martien, nous renvoie à nos plus profondes interrogations.
J'ai adoré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          797
Sachenka
  27 janvier 2018
Depuis le temps que j'entends parler de ces fameuses Chroniques martiennes, sa lecture devenait de plus en plus pressante alors je m'y suis mis finalement. J'ai été surpris de découvrir un recueil de nouvelles. Mais ça pourrait passer pour un roman, puisque toutes les histoires qui s'enchainent forment un tout, une suite logique. de la première expédition sur la planète rouge, dont les équipages auront connu des fins inattendues et un peu drôlasses, aux arrivages massifs de colons « comme des sauterelles, par nuages entiers […] » (p. 130) puis éventuellement de touristes, le tout projeté dans les années 2030 essentiellement.
L'auteur de science-fiction Ray Bradbury était un visionnaire car il a imaginé à quoi pourrait ressembler ces différentes expéditions sur Mars dans les années 1940, donc avant les missions habitées dans l'espace et sur la Lune, avant l'exploration de Mars par des sondes. Ainsi, il faut saluer son effort créatif. Pourquoi n'y aurait-il pas des êtres humanoïdes télépathiques, qui vivraient dans des maisons au confort semblable aux nôtres, préoccupés par leur propre existence, amateurs d'art et de religion ? On est loin des petits hommes verts. Toutefois, là où le génie de Bradbury m'a un peu déçu, c'est que la planète la planète rouge ressemble énormément à la Terre.
Mais Bradbury semblait avoir comme souci la crédibilité aussi. Les premières missions habitées vers Mars sont dirigées par quelques poignées d'astronautes, des militaires. Ces individus sont accueillis étrangement par les Martiens (un mari jaloux, puis un psychiâtre dans un asile de fous) ou bien se perdent dans des boucles spatio-temporelles. Très original ! Puis, un peu plus tard, les expéditions connaissent plus de succès mais les habitants de Mars sont presque tous disparus… victimes de la varicelle. Ça vous rappelle quelque chose ? L'arrivée des Européens en Amériques ? Dès lors, plus rien n'empêche la venue de colons en grands nombres. Il faut dire que, dans cette vision futuriste, la Terre souffre encore de multiples maux, comme la guerre ou une catastrophe nucléaire imminente, alors pourquoi ne pas tout recommencer à neuf sur une nouvelle planète ? Il me semble que ce cours des événements aurait pu se produire si notre planète voisine avait une atmosphère respirable…
Contrairement à plusieurs ouvrages de science-fiction que j'ai lus, hermétiques et compliqués, ici, dans les Chroniques martiennes, le style est limpide. Je l'ai lu rapidement, sans difficultés. le ton de plusieurs des nouvelles qui le composent assez varié, oscillant entre l'humoristique, le dramatique et même le poétique. Aussi, il aborde des thèmes sérieux comme l'environnement et la religion. Par exemple, ce Spender qui se rend compte que Mars est un endroit spécial, unique et qui essaie d'éviter que les Terriens ne viennent en grand nombre la saccager. Et que dire de ce père Peregrine qui vit une expérience spirituelle. Ce respect de la planète est touchant et fait écho aux groupes environnementaux ici sur Terre qui militent pour la protection de la nature. Par moment, l'auteur se fait également le critique de plusieurs enjeux sociaux comme le racisme. Ainsi donc, j'ai l'impression que l'auteur explore davantage l'humanité que sa planète voisine. Conséquemment, si certains pourraient penser que ce recueil a mal vieilli, il demeure un classique pour toutes ces raisons.
Dans tous les cas, Mars ne sera plus. Ou, du moins, la planète rouge comme on la concevait n'est plus dès lors où les Terriens se l'approprient et la transforment au gré de leurs besoins, « empoisonnée par la civilisation terrienne » (p. 318). Mais, en même temps, elle sera toujours. J'apprécie beaucoup les derniers mots du recueil, quand un garçonnet dit à son père qu'il a toujours voulu voir des Martiens. « Les voilà, dit papa. Il hissa Michael sur son épaule et pointa un doigt vers le bas. » Les deux colons fixent leurs reflets dans un lac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
ericbo
  09 septembre 2018
Je retiens cette idée terrible d'une nouvelle colonisation. A l'image de toutes celles où les colonisateurs ont tout détruit sur leur passage, envahissant et pillant tout ce qui leur tombait sous la main. Faire de cette nouvelle colonie un monde à leur image. Bradbury a tout compris de l'Homme. Je suis sûr que si on envahissait une nouvelle planète, habitée par des gens accueillants comme ceux des Caraïbes au XVe siècle, le même carnage se répéterait.
Sur la forme, c'est parfait, efficace. Et même une certaine poésie se dégage de la description de ce monde de cristal qui tombe sous les coups des envahisseurs humains.
A méditer, pour essayer de changer quelque chose.
Commenter  J’apprécie          604
Kalgan
  01 mai 2018
Dans ce classique de la science-fiction qui laisse déjà transparaître le génie d'un jeune auteur, Bradbury met toute son inspiration à profit de la littérature en entreprenant de retracer la colonisation de Mars dans un style décalé, à travers des nouvelles fantastiques qui forment les Chroniques Martiennes. Dans ce tourbillon de créativité, d'émotions et de critiques à l'encontre de la stupidité humaine, on retrouve notamment les prémisses de l'histoire qui inspirera le chef-d'oeuvre Farenheit 451, écrit trois ans plus tard.
La force du livre vient d'abord de son excentricité dans le style d'écriture qui le différencie des récits habituels de science-fiction. Bradbury le dit lui-même en début d'ouvrage: il ne considère pas les Chroniques Martiennes comme appartenant au genre de la science-fiction mais comme un livre regroupant des « fables » et des « mythes ». Cela illustre bien mieux le ton décalé et parfois absurde de ses nouvelles. Elles n'ont rien d'ordinaire et cela offre au lecteur de nouveaux horizons de lecture, lui faisant presque découvrir un tout nouveau style de nouvelles.
Le style unique de Bradbury illustre la diversité des formes que peut prendre la science-fiction et témoigne de la richesse de ses sous-genres. Dans le cas de Chroniques Martiennes, la fiction prend une place prépondérante dans le récit laissant de côté la science. Bradbury use d’une écriture très poétique, très subtile, très peu descriptive, avec plus d’implicites et des dialogues rigoureusement dosés, évoquant plus la dimension fantastique d’une fable que d’une véritable nouvelle de science-fiction. Il ne s'attarde pas sur des enjeux politiques, économiques, scientifiques ou sociaux, et préfère l’émotion que l’on peut tirer du récit au prix de quelques incohérences narratives dues à des imprécisions ou plus à la volonté de ne pas s’attarder sur des détails superflus.
Bradbury décrit la colonisation future de Mars à travers plusieurs histoires indépendantes mais qui se rejoignent, mettant en scène un florilège de personnages, et s'étalant sur plusieurs années voir décennies. Il offre au lecteur la vision d'un décor tout à fait exceptionnel et lui fait découvrir le visage de Mars et de ses habitants d'un angle tout à fait peu ordinaire. Malgré le peu de crédibilité scientifique du récit, et quelques passages peu compréhensibles, Bradbury fait jouer tout son talent et se montre parfois poète. On se plait à lire les descriptions qu'ils nous fait de la vie paisible qui règne sur Mars, mais cela jusqu'au jour où l'homme intervient.
C'est là que transparaît la dimension critique de l'oeuvre, une dénonciation sous-jacente à l'histoire principale, qui se fait à l'encontre de l'homme, qui partout où il passe ne sème que son ignorance, laissant derrière lui les traces de ses pires vices. Seuls quelques individus tentent de s'opposer à la décadence mais ils sont pris pour des fous par les autres. Les Martiens sont anéantis, dépouillés de leur planète, que les Terriens s'approprient mais qui n'est pas la leur. Même la Terre finit par sombrer dans la guerre, une guerre nucléaire annihilatrice, car, tendit qu'il s'enlise dans les abysses d'une société entièrement formatée, sans livre, sans fantaisie, sans imagination, l'homme semble n'être porteur que de destruction partout où il passe.
Mars qui était vue comme une terre d'espoir, une nouvelle Amérique, où les hommes pouvait fuir la décadence de la Terre, se révèle n'être qu'un mince échappatoire, car rien n'échappe aux griffes de la décadence. En effet la créativité des individus est menacée partout où elle est, même lorsqu'elle pense être en sécurité. Les hommes croyaient assurer la pérennité de l'humanité en colonisant Mars, mais la stupidité leur a fait tout perdre: La Terre et Mars. Il s'en est fallut de peu pour que la civilisation humaine s'éteigne, mais une fois encore elle est sauvée par un mince groupe de personnes sensées qui se font les gardiens de l'humanité, et qui à eux seuls font avancer le progrès.
Mais les hommes sont incorrigibles car c'est ce même progrès qui se veut être le garant de l'humanité, qui aux mains de l'homme, irresponsable, le fait courir à sa propre perte.
Les nouvelles restent néanmoins très divertissantes, caractérisées par leur ton humoristique, décalé et parfois absurde, donnant du rythme à la narration. le livre est très agréable à lire grâce à un style remarquable et Bradbury réussit à ne pas rendre le récit trop sérieux, malgré tout les messages qu'il souhaite faire passer. On y retrouve un certain coté émotionnel même, le récit étant parfois dominé par les sentiments. Et Bradbury réussit à nous attacher à ses personnages et surtout à ses Martiens, si fascinants et si tendres, qui par-dessus tout autres raisons, nous font aimer Chroniques Martiennes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Luniver
  27 novembre 2012
J'ai longtemps boudé ces chroniques martiennes pour deux très mauvaises raisons : la couverture qui ne me plaît pas du tout, et le terme « Mars » qui m'évoque directement de la science-fiction vieillotte et totalement démodée. Il aura fallu l'insistance d'Amazon à me le conseiller en première page pendant de nombreux mois, et les commentaires souvent très élogieux pour me décider enfin à l'ouvrir.
Plutôt que de se focaliser sur les martiens, ce sont en fait les Hommes les vrais sujets d'étude de ce livre. En une trentaine de nouvelles, Bradbury expose une possible histoire de la colonisation de la planète rouge. Les thèmes les plus sérieux (les hommes vont-ils détruire le patrimoine martien pour en faire une copie conforme de la Terre ? Comment apporter le christianisme aux martiens ? Ou encore la grande fuite des Noirs d'Amérique qui préfèrent tout quitter pour tenter l'aventure martienne) côtoient des sujets plus légers (citons par exemple les premiers astronautes qui finissent dans un asile : se prétendre être un extra-martien en visite est en effet une maladie mentale très répandue sur la planète rouge).
Ces aventures martiennes sont très réussies et nous font passer par tous les sentiments : on s'amuse, on réfléchit sur quelques périodes troubles de notre histoire, on se laisse emporter par la poésie du récit. Un seul petit regret, la volonté de « faire un roman » a poussé l'auteur à écrire des transitions entre les nouvelles pour assurer un semblant de continuité : transitions qui sont loin d'être nécessaires, et qui n'apportent rien au texte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
Citations et extraits (91) Voir plus Ajouter une citation
liratouva2liratouva2   07 juin 2012
Août 2033 - Rencontre nocturne

Il y avait dans l’air comme un odeur de Temps. Il sourit et retourna cette drôle d’idée dans sa tête. Il y avait là quelque chose à creuser. A quoi pouvait bien ressembler l’odeur du Temps? A celle de la poussière, des horloges et des gens. Et si on se demandait quel sorte de bruit faisait le Temps, ce ne pouvait qu’être celui de l’eau ruisselant dans une grotte obscure, des pleurs, de la terre tombant sur des couvercles de boîtes aux échos caverneux, de la pluie. Et en allant plus loin, quel aspect présentait le Temps?

Je m’appelle Tomas Gomez.

- Je m’appelle Muhe Ca. ”

Ni l’un ni l’autre ne comprit, mais ils avaient accompagné leurs paroles d’une petite tape sur leur poitrine et tout devint clair.
Alors le Martien éclata de rire. “Attendez!” Tomas eut l’impression qu’on lui touchait la tête, mais nulle main ne l’avait touché. “Là! dit le Martien dans la langue de Tomas. C’est mieux comme ça!
- Avec quelle vitesse vous avez appris ma langue!
- Un jeu d’enfant!”
Gênés par un nouveau silence, ils regardèrent le café qui n’avait pas quitté la main de Tomas.
“Nouveau?” dit le martien en lorgnant Tomas et le café – et en se référant peut-être aux deux.
“Puis-je vous offrir quelque chose à boire? proposa Tomas.
- Volontiers.”
Le Martien glissa à bas de sa machine.
Une deuxième tasse fut produite et remplie de café fumant. Tomas la tendit.
Leurs mains se rencontrèrent et – comme de la brume – se traversèrent.
“Bon sang!” s’écria Tomas. Et il lâcha la tasse.
“Par tous les dieux! s’exclama le Martien dans sa propre langue.
- Vous avez vu ça? ” murmurèrent-ils ensemble.
Ils étaient soudain glacés de terreur.
Le martien se baissa pour toucher la tasse mais n’y parvint pas.
“Sapristi! fit Tomas.
- C’est le mot.” Le Martien essaya encore et encore de saisir la tasse. Peine perdue. Il se redressa, réfléchit un moment, puis tira un couteau de sa ceinture.
“Hé là!” cria Tomas.
- Vous vous méprenez, attrapez!” Et le Martien lui lança le couteau. Tomas mit ses mains en coupe. Le couteau tomba à travers la chair et heurta le sol. Tomas se baissa pour le ramasser, mais il ne parvint pas à le toucher. Il recula, parcouru de frissons.
Il regarda alors le Martien qui se découpait sur le ciel.
“Les étoiles! dit-il.
- Les étoiles!” dit le Martien en regardant Tomas à son tour.
Les étoiles étaient visibles, nettes et blanches, à travers la chair du Martien, dans laquelle elles semblaient cousues telles des paillettes en suspension dans la fine membrane phosphorescente de quelque créature marine gélatineuse. On les voyait scintiller comme des yeux violets dans le ventre et la poitrine du Martien et comme des bijoux à travers ses poignets.
“Je vois à travers vous! dit Tomas.
- Et moi à travers vous!” dit le Martien en reculant d’un pas.
Tomas tâta son propre corps et, percevant sa chaleur, se sentit rassuré. Je suis bien réel, se dit-il.
Le Martien se toucha le nez et les lèvres. “Je sens ma chair, dit-il presque à haute voix. Je suis vivant.”
Tomas regarda fixement l’étranger. “Et si je suis réel, c’est que vous devez être mort.
- Non, vous!
- Un spectre!
- Un fantôme!”
Ils se désignèrent mutuellement du doigt, la lumière des étoiles constellant leurs membres comme autant de dagues, de glaçons et de lucioles. Puis ils se remirent à examiner leur corps, et chacun de se trouver intact, brûlant, en émoi, stupéfait, intimidé, alors que l’autre – ah oui, cet autre, là – était dépourvu de réalité, ne pouvait être qu’un prisme fantomatique réfléchissant la lumière accumulée de mondes lointains.
Je suis ivre, se dit Tomas. Ne surtout pas parler de tout ça à quelqu’un demain, oh, non!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
fanfan50fanfan50   30 mai 2016
"Comment ai-je pu penser que vous connaissiez ce cher Mr. Poe ? Il y a une éternité qu'il est mort - avant Lincoln. Tous ses livres ont été brûlés dans le Grand Incendie. Il y a trente ans de cela en 2006.
- Ah, fit Mr Bigelow d'un air entendu. Il faisait partie du lot !
- Oui, du lot en question, Mr Bigelow. En compagnie de Lovecraft, Hawthorne, Ambrose Pierce, de tous les contes fantastiques et de terreur et, tant qu'on y était, de tous les récits de science-fiction, il a été brûlé. Sans pitié. Au nom de la loi votée pour la circonstance. Oh, ça a commencé en douceur. En 1999, ce n'était qu'un grain de sable. On s'est mis à censurer les dessins humoristiques, puis les romans policiers, et naturellement, les films d'une façon ou d'une autre, sous la pression de tel ou tel groupe, au nom de telle orientation politique, tels préjugés religieux, telles revendications particulières ; il y avait toujours une minorité qui redoutait quelque chose, et une grande majorité ayant peur du noir, peur du futur, peur du passé, peur du présent, peur d'elle-même et de son ombre.
- Je vois.
- Peur du mot "politique" (qui était, paraît-il, redevenu synonyme de "communisme" dans les milieux les plus réactionnaires, un mot qu'on ne pouvait employer qu'au péril de sa vie). Et avec un tour de vis par-ci, un resserrage de boulon par là, une pression, une traction, une éradication, l'art et la littérature sont devenus une immense coulée de caramel mou, un méli-mélo de tresses et de noeuds lancés dans toutes les directions, jusqu'à en perdre toute élasticité et toute saveur. Ensuite les caméras ont cessé de tourner, les salles de spectacle se sont éteintes, et les imprimeries d'où sortait un flot niagaresque de lecture n'ont plus distillé qu'un filet inoffensif de produits "épurés". Oh, le mot "évasion" aussi était extrémiste, faites-moi confiance.
- Vraiment ?
- Et comment ! Chacun, disait-on, devait regarder la réalité en face. Se concentrer sur l'Ici et le Maintenant ! Tout ce qui ne s'y conformait pas devait disparaître. Tous les beaux mensonges littéraires, tous les transports de l'imagination devaient être abattus en plein vol ! Alors on les a alignés contre un mur de bibliothèque un dimanche matin de 2006 ; on les a tous alignés, le père Noël, le Cavalier sans Tête, Blanche-Neige, le Petit Poucet, Ma Mère l'Oie - oh, quelles lamentations ! - et on les a abattus. On a brûlé les châteaux en papier, les grenouilles enchantées, les vieux rois, tous ceux qui "vécurent toujours heureux" (car naturellement, il était bien connu que personne ne vivait toujours heureux !) et "Il était une fois" est devenu "Plus jamais". On a dispersé les cendres de Rickshaw le Fantôme ainsi que les décombres du pays d'Oz ; on a désossé Glinda la Bonne et Ozma, fait voler la polychromie en éclats dans un spectroscope, et meringué Jack Tête de Citrouille pour le servir au bal des biologistes ! La tige du haricot magique est morte étouffée sous les ronces de la bureaucratie ! La Belle au Bois dormant s'est réveillée au baiser d'un scientifique pour expirer sous la piqûre fatale de sa seringue. Ils ont fait boire à Alice une potion qui l'a fait rapetisser au point qu'elle ne pouvait plus s'écrier : "De plus-t-en plus curieux", et d'un coup de marteau ils ont fracassé le Miroir et chassé tous les Rois rouges et toutes les Huîtres !"
Il serra les poings. Dieu ! c'était encore tellement près ! Le visage congestionné, il s'efforçait de reprendre sa respiration.

(pages 210 à 212 de la nouvelle Usher II)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
gillgill   26 juin 2014
C'est l'histoire de la colonisation, du dépeuplement, de l'abandon et de la recolonisation de la la planète rouge par les hommes.
Le roman se présente sous forme de vingt-six chroniques, les unes assez longues, d'autres fort brèves, la plupart rattachées les unes aux autres par des liens assez lâches.
Certaines sont de purs chefs-d'oeuvre d'humour ("les hommes de la terre" qui relate la façon étrange dont lmes martiens accueillent les premiers terriens), de terreur macabre ("la troisième expédition" qui décrit le sort réservé à d'autres astronautes), de révolte contre la civilisation moderne ("et la lune toujours brillant
e" où l'on voit un des conquérants de l'espace devenir l'allié des martiens morts), de satire cruelle sur le sort des noirs américains ("à travers les airs"), ou, enfin, d'horreur sardonique ("Usher II").
J'arrête là l'énumération car il me faudrait citer presque tout le livre.
Comme dans la plupart de ses ouvrages, Bradbury, écrivain amer, cingle vigoureusement la culture de notre siècle et s'élève avec force contre les tabous venant du sommet de la pyramide.
N'imagine-t-il pas, dans un chapitre, que le gouvernement américain de la fin du XXème siècle a interdit les oeuvres de Poe, les contes de fées et même les populaires "nursery-rhymes" ?
Sous ce rapport, il est proche d'un George Orwell, ce qui lui a valu parfois des piques de la part de certains critiques orthodoxes d'outre-Atlantique.
C'est d'ailleurs une forte tête, un non-conformiste intégral qui, dans un pays de dictature connaîtrait le camp de concentration.
En formulant l'espoir qu'il ne lui arrive rien de tel, je ne puis que vous recommander ces "chroniques martiennes", spécimen parfait d'une SF intelligente, imaginative et admirablement contée.
(extrait de "Ici, on désintègre" la revue des livres - chronique du sixième numéro de la revue Fiction signée Igor B. Maslowski paru en mai 1954)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
YukoYuko   15 octobre 2010
Pour la première fois, la tension de cette journée se relâchait. Il pouvait enfin refaire appel à la logique. Tout n'avait été jusque là qu'émotion. L'orchestre, les visages familiers... Mais maintenant (...) Il reconsidéra les diverses théories émises dans l'excitation première de l'atterrissage par Hinskston et Lustig. (...) Maman. Papa. Edward. Mars. La Terre. Mars. Les martiens.
Qui vivait ici, sur mars, mille ans plus tôt ? Les martiens ?
Ou la situation avait-elle toujours été identique à celle qui se présentait aujourd'hui ? Les martiens.
Il répétait le mot dans sa tête paresseusement. Puis il faillit rire tout haut.
Il avait brusquement envisagé la théorie la plus absurde.
Il éprouva comme un frisson.
En fait, elle ne valait même pas un examen sommaire. Plus qu'improbable. Stupide. A écarter. Ridicule.
Et pourtant, admettons... Admettons que Mars soit habitée par des martiens et qu'en voyant arriver notre fusée et nous apercevant à l'intérieur, ils se soient pris de haine pour nous. Admettons ensuite, idée purement gratuite, qu'ils veuillent nous détruire comme indésirables, envahisseurs, et ceci de la façon la plus habile en nous prenant par surprise.
Quelle serait alors la meilleure arme au service des martiens contre des terriens munis d'armes atomiques ?
La réponse était intéressante. Télépathie, hypnose, mémoire, imagination...
Si toutes ces maisons, ce lit, n'avaient aucune réalité qu'il ne s'agisse que de résidus de mon imagination, matérialisés par le pouvoir télépathique et hypnotique des martiens pensait le Capitaine John Black ; si toutes ces maison avaient, en fait, une autre forme, un style martien, mais qu'en jouant sur mes désirs et mes besoins, ces martiens leur aient donné l'aspect de ma ville natale pour écarter mes moindres soupçons ?
Peut-on trouver meilleur moyen de berner un individu que de se servir de ses propres parents comme appât ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
LuniverLuniver   23 novembre 2012
« Père Peregrine, serez-vous jamais sérieux ?
— Pas question tant que notre bon Seigneur ne l’est pas. Allez, ne prenez pas cet air scandalisé ! Notre Seigneur n’est pas sérieux. En fait, il est assez difficile de savoir au juste ce qu’il est excepté amour. Et l’amour n’est pas sans rapport avec l’humour, non ? Car pour aimer quelqu’un, il faut le supporter. Et comment supporter constamment quelqu’un sans pouvoir rire de lui, hein ? Nous ne sommes sans doute que de ridicules petits animaux qui nous vautrons dans l’absurdité, et Dieu doit nous aimer d’autant plus que nous répondons à son sens de l’humour.
— Que Dieu ait le sens de l’humour, voilà une chose à laquelle je n’avais jamais songé.
— Le Créateur de l’ornithorynque, du chameau, de l’autruche et de l’homme ? Allons donc ! » s’esclaffa Père Peregrine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Videos de Ray Bradbury (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ray Bradbury

Chroniques martiennes de Bradbury lu par Hugo Becker, raconté par Olivier de Vivre Fm
Une nouvelle chronique de Olivier de vivre fm qui revient sur le recueil de Nouvelles de Ray Bradbury : Chroniques martiennes. Publié aux éditions Thélème, c...
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Ray Bradbury, presque...

Fahrenheit ... ?

911
451

5 questions
115 lecteurs ont répondu
Thème : Ray BradburyCréer un quiz sur ce livre
.. ..