AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266067370
Éditeur : Pocket (12/09/1999)

Note moyenne : 4/5 (sur 9 notes)
Résumé :
« Chaque famille est une île, cet anneau de chair qui vous entoure, qui vous étouffe... » Alors qu'Adrian Resslingen, le père, se meurt, cinq femmes, Sol, Cléa, Estelle, Odile et Magda, se souviennent.
Filles, épouse, sœur, leurs voix alternent pour raconter le drame qui a bouleversé leur vie, vingt ans plus tôt. Un chant d'amour et de haine, où reviennent, en leitmotiv obsédant, le remords, la culpabilité, le ressentiment, mais d'où parvient pourtant à s'éle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Ladybirdy
  02 octobre 2018
A l'image d'une île déserte, la famille Resslingen se consume à petit feu devant le tombeau de l'enfant bien-aimé que fut Lucas, âgé de 4 ans lorsqu'il se noie. Cléa, l'ainée ressent le désastre de ce drame. Les parents désertent tout ce qui tient en vie, en vient à oublier Cléa, lui propose un fond de vodka à 6 ans pour se réchauffer. Comme si elle n'était déjà plus qu'un fantôme rôdant autour du frère mort, inaccessible, impénétrable. L'alcool sera l'antidote au chagrin pour la petite fille. Il la réchauffe, la vide de ses inquiétudes, la rend plus joyeuse, plus vivante que jamais. de plus en plus d'alcool, Cléa sombrera peu à peu dans l'alcoolisme.
Estelle arrivera après le drame, spectatrice innocente d'une famille endeuillée.
Les morts semblent pour cette famille leurs uniques battements de coeur.
C'est sous une plume sensible que Anne Bragance plonge au coeur de cette famille faisant surgir le terrible poids du deuil étouffé de la culpabilité, de la difficulté de se reconstruire et d'avancer. Sans nul navire à l'horizon pour sauver en terre sainte cette famille démembrée au bord du naufrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          534
myriampele
  18 janvier 2015
La mort d'Adrian Resslinger libérera-t-elle les femmes de cet énorme chagrin qui pèse sur la famille? Lucas ( le fils) s'est noyé à l'âge de 4 ans dans la rivière au cours d'un pique nique. Parmi les femmes, Cléa ( la fille aînée) porte la culpabilité d'être encore vivante et se noie dans l'alcool alors qu'elle est enceinte. Estelle( la benjamine), née après le drame, essaie d'être heureuse avec Fabien et porte le malheur de sa soeur. Sol( la mère) et Magda( la femme de compagnie) se dévouent à Adrian. Odile( la soeur d'Adrian) se voit mise à l'écart à la suite d'un autre drame. C'est lourd, c'est terrible mais une plume magnifique rend ce court livre inoubliable.
Commenter  J’apprécie          140
Chrystaalle
  18 février 2014
La famille Resslingen se retrouve ce Noël, le dernier Noël du père de famille, Adrien. L'occasion pour tous de se souvenir.
Pour Sol et Adrien de se souvenir de leur rencontre, pour Cléa, leur fille aînée, enceinte, d'expliquer pourquoi elle souffre d'alcoolisme et pour Estelle la fille cadette, née bien après le drame, de constater à quel point sa vie est affectée par ce drame dont on ne lui a jamais parlé.
Autour d'eux, Magda, l'infirmière dévouée, prostituée sublime , amoureuse de son patient rayonnant dans l'approche de la mort. Odile, la soeur d'Adrien, reniée depuis 14 ans pour avoir tu le mal être immense de Cléa à son père.
Pas de révélation fracassante dans ce roman, mais une analyse fine des conséquences de la perte accidentelle d'un enfant sur toute une famille
Commenter  J’apprécie          30
kikou114
  01 juin 2012
De quel chagrin souffrent les membres de cette famille ? : la mort d'un petit frère qui trouve la mort en se noyant lors d'un pique nique dominical. En effet, il échappe à la surveillance de ses parents et des ses grandes soeurs et se noit ce jour là. A partir de ce jour, cette famille va souffrir en silence, chaque membre va vivre cette mort avec un sentiment de culpabilité. Les soeurs se sentent coupables de ne pas avoir assez surveiller le petit frère, les parents également. Cette mort, va détruire cette famille dans leurs relations. C'est au moment de la mort du père, longtemps après le drame (20 ans), une fois les soeurs adultes, qu'elles osent enfin se souvenir ensemble de ce qui s'est passé ce dimanche là près de la rivière....
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LadybirdyLadybirdy   02 octobre 2018
La famille est cette île, cet anneau de chair qui vous entoure, qui vous étouffe, l’ile est ce nom qui vous lie, qui vous ligue contre tous ceux qui ne le portent pas, l’île est ce sang épais qu’on habite ensemble. On a échoué là au jour de sa naissance, on n’a pas choisi mais on appartient dès lors à une communauté banale et unique, de grés ou de force on apprend à évoluer sur un territoire primitif et primordial. On doit se conformer, on doit subir. La famille devient vite une île inhabitable où l’on vous retient prisonnier. Alors, on fait des rêves d’évasion, on a parfois des réflexes de naufragés : on jette des bouteilles à la mer mais, autour, il n’y a pas de mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
LadybirdyLadybirdy   01 octobre 2018
–Vous savez, Magda, on ne vieillit pas jour après jour mes par à-coups. Le temps a des accélérations, des fièvres, et puis il se calme, il accorde une armistice… On est un seau en fer blanc qui pend au bout d’une corde dans le goulot d’un puits. Tout à coup, la corde file, c’est la glissade vers le fond, on se cogne aux parois, on prend quelques bosses de plus. Et puis la corde se fixe, on reste suspendu : un peu plus bas, un peu plus cabossé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
LadybirdyLadybirdy   02 octobre 2018
Le mensonge qu’on fait pour protéger celui qu’on aime n’est pas un mensonge, c’est une explication décorative, une cerise confite qui rend le gâteau de la vie plus appétissant, plus acceptable.
Commenter  J’apprécie          120
myriampelemyriampele   18 janvier 2015
Maintenant elle était prête à transmettre la nouvelle à Adrian. Elle s'essuya les yeux d'un revers de sa manche, alla vers la fenêtre, l'entrouvrit, aspira l'air du dehors. Parce que ici, il faisait chaud, à suffoquer.
Commenter  J’apprécie          60
ChrystaalleChrystaalle   18 février 2014
Ils sont heureux, cela se voit, mais ils ne le savent peut être pas. Ils sont heureux parce qu'il ne se passe rien.Dans une famille les manières du bonheur sont toujours les mêmes : il est là mine de rien, il se donne des airs de ne pas y toucher, il ne se manifeste que par défaut.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Anne Bragance (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Bragance
Une affection longue durée Marque-page 05-07-2011
autres livres classés : culpabilitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1067 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre