AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742751351
Éditeur : Actes Sud (07/02/2005)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 9 notes)
Résumé :

On l'appelait Blanche, elle était petite-fille de charbonnier. Elle grandissait dans une vaste maison d'un pays du Sud, entourée de cousins et de tantes, mais seule, souvent, préférant la compagnie des mots à celle des gens. Gourmande d'instants précieux, de rêveries graves et de conversations détenues, elle ruminait le monde avant de le coucher sur les pages blanches d'un cahier offert par l'aïeule Rita. C'est... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
zabeth55
  28 septembre 2018
Blanche, depuis l'enfance, entretient une relation privilégiée avec sa grand-mère, maîtresse femme assez directive.
Elle suit ses pensées et ses souvenirs pour raconter ce lien si fort, et passe d'une époque à l'autre, d'un lieu à l'autre sans plus d'explications, si bien que je me suis parfois sentie perdue.
Mais le charme a opéré malgré tout grâce à la si belle et si riche écriture d'Anne Bragance.
Commenter  J’apprécie          210
myriampele
  05 janvier 2018
Les souvenirs sont ainsi, ils vont et viennent dans le désordre et les émotions les colorent au gré du coeur. Anne Bragance nous livre ici sa propre page d'histoire d'enfance au soleil aux côtés de sa grand-mère, dans une belle maison, entourée de ses cousins et de ses tantes. Et puis adulte près d'une femme vieillissante et aimée. Une très belle écriture, parfois trop ( si c'est possible) . je m'y suis un peu égarée.
Commenter  J’apprécie          100
Puszi
  19 mars 2014
Blanche a des relations privilégiées avec sa grand-mère Mita, veuve depuis peu. Les voisines sont d'ailleurs présentes pour pleurer le défunt. Au fil des pages, nous apprenons que l'histoire se déroule au Maroc avant la décolonisation. J'ai été un peu déroutée par le récit qui mélange les époques. Je m'y suis perdue.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   12 avril 2014
Je vais écrire sur son sommeil, sa modestie n'en saura rien. Il est temps qu'elle se repose enfin, il est grand temps que j'écrive ses mains et celles de grand-père, leur courage, leur beauté. Comment leur travail et leur peine ont payé jour après jour le pain, l'huile et le sel, et après un long temps d'efforts et de peines, la maison et la fabrique. Comment la réussite même n'a pas réussi à les gâcher. Ils continuaient à vivre comme s'ils portaient toujours aux pieds des espadrilles rapetassées et dans la poche la rondeur d'un fruit unique. (p.85-86 / collection Babel, 2005)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24fanfanouche24   15 décembre 2013
Avec un livre je sais où je vais, je vais où je veux et je vois même l'invisible. (p.25)
Commenter  J’apprécie          410
fanfanouche24fanfanouche24   12 avril 2014
Grand-père et Mita nous ont donné tout ce qu'ils possédaient si peu, qu'ils ont possédé trop tard pour l'offrir à leurs propres enfants et accessoirement, le droit de les tutoyer. Le "tu" est venu avec le confort et la certitude du lendemain comme une licence somptuaire accordée par ceux qui avaient surrmonté les affres de la précarité. (p.72)
Commenter  J’apprécie          20
PusziPuszi   16 mars 2014
« Il est aussi facile de séduire le vieillard que d’éblouir le tout petit enfant. Il suffit à l’un d’évoquer les charmes du passé et à l’autre de décrire les fastes de l’avenir. »

« Elle gardait sa lampe de chevet allumée. Elle avait répondu une fois que le sommeil vient aux vieux en fin de tournée, après qu’il s’est occupé de tous les autres. Inversion des préséances, insomnie, sinistre privilège des vieux. Se trouver au bas bout, à la fin de la liste, même pour le sommeil. Attendre, le verbe de la vieillesse. Elle avait besoin de quarante watts de sa veilleuse qui l’aidaient à attendre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fanfanouche24fanfanouche24   15 décembre 2013
-Mais l'important n'est pas tant de chercher comment on aurait envie de mourir que de savoir comment on a envie de vivre...(p.56)
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Anne Bragance (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Bragance
Une affection longue durée Marque-page 05-07-2011
autres livres classés : roman autobiographiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
848 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre