AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266077590
213 pages
Éditeur : Pocket (18/02/1999)
3.5/5   19 notes
Résumé :
Pour sa mère, qui est aussi son professeur principal, Rose est trop grosse, Rose est sournoise, Rose ment, Rose est trop ceci ou pas assez cela.
Rose a treize ans et, depuis longtemps, elle n'appelle plus sa mère maman. La seule lumière qui entre dans l'univers de Rose, ce sont ces livres que Tante Lise lui envoie chaque Noël. Et puis il y a aussi Souade, la belle des Cités qui sourit tout le temps, avec ses cheveux bouclés et ses paroles qui lui échappent so... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Ladybirdy
  24 avril 2019
Rose a treize ans lorsque durant une année scolaire elle raconte toutes les pierres qui rendent si lourd son coeur. Rose de pierre. Rose, un prénom que sa mère trouve injurieux pour sa fille qu'elle juge si laide. Rose aurait préféré s'appeler Cloche. La mère de Rose est une femme tyrannique, dénuée d'amour pour sa fille, elle lui interdit tout, la surveille constamment, lui reproche tout. Dans ce monde sans affection, Rose collecte les post it laissés par sa mère avec ses injonctions (fais la vaisselle, range ta chambre, sors les poubelles,...). Les seuls mots de sa mère tiennent sur ces carrés jaunes. Ce sont des ordres. Rien de plus. Mais c'est tout ce que Rose reçoit de sa mère. Dans sa prison, elle noue une amitié avec une jeune algérienne, Souade. Ce sera sa seule amie. Une relation d'amitié en guise d'exutoire de son désespoir familial. Elle aime le petit monde de Souade, toutes ces éclaboussures de rire, cette lumière qui la réchauffe et la console de tout. Puis la maman de Souade si différente de la sienne, parce qu'elle a des étoiles dans les yeux...
Quand la mère de Rose apprendra sa relation d'amitié avec Souade, elle qui est xénophobe, Rose perdra encore un peu plus de ses maigres couleurs.
Le plus triste dans ce roman, c'est finalement ce portrait très réaliste d'une enfant qui voue un amour sans borne à sa mère qui n'a pourtant que haine et mépris. L'enfant, interdite d'appeler sa mère Maman mais Madame, sera toujours dans un souci de plaire à sa mère, toujours dans le besoin de la contenter.
Roman percutant, qui fait mal, qui dissèque comme sait si bien le faire Anne Bragance. Mais je la préfère dans ses romans plus lumineux.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9720
zabeth55
  13 août 2013
Il y a Rose, une adolescente plutôt moche, plutôt ronde, tellement sensible, tellement intelligente, tellement soumise à sa mère.
Il y a Mme T, sa mère , plutôt jolie, tellement stricte, tellement frustrée, tellement sévère, tellement xénophobe.
Il y a Souade, son amie algérienne, tellement jolie, tellement lumineuse, tellement vivante.
C'est un beau roman sur les relations mère/fille, une belle histoire d'amitié. C'est triste et poignant.
Les mots sonnent juste, ça se lit tout seul, il n'y a rien de superflu.
Commenter  J’apprécie          234

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LadybirdyLadybirdy   24 avril 2019
Ce qu’il y a de bien avec les livres, c’est qu’ils ne vous déçoivent jamais. Tout le contraire des saints qui, à la longue, se révèlent être des fumistes, des créatures auxquelles on ne peut pas se fier. Les livres sont là, au garde-à-vous sur un rayonnage, ils attendent votre bon plaisir et à la première sollicitation, dès que vous les ouvrez, ils répondent « présent ». Jamais, à ma connaissance, un livre ne s’est défilé devant son lecteur. Il n’en existe aucun qui se refuse à être ouvert, à être lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
domisylzendomisylzen   13 juillet 2015
Vingt-sept sourires viennent d'éclore sur les lèvres de mes bons petits camarades. Comme de juste la vingt-huitième bouche, la mienne, ne suit pas le mouvement. Bien au contraire, elle se crispe, elle grimace et je devine que tiraillées par tous ces muscles minuscules ligués contre moi, mes lèvres vont se mettre à trembler : alors une fois de plus je serai lamentable, un objet de dérision pour toute la classe. Dans trois secondes, les larmes jailliront d'autres muscles et de petites glandes sournoises travaillent déjà à me trahir et Madame T. assistera triomphante à ma débandade. Sa voix s'élèvera alors pour une seconde sommation:
- Dehors, grosse truie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Anne Bragance (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Bragance
Une affection longue durée Marque-page 05-07-2011
autres livres classés : enfanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2636 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre