AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791093433349
Éditeur : Les Editions du Mercredi (23/08/2018)

Note moyenne : 2.88/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Paul Daveine, en Terminale L, choisit de rester seul en ce long week-end de mai sans parents. A l'approche du bac, il devrait réviser, mais des réflexions intimes, des souvenirs amers et des doutes l'assaillent. Soudain, d'étranges messages photos anonymes s'affichent sur l'écran de l'ordinateur familial et il va se piquer au jeu de répondre nuit et jour, passionnément, à son mystérieux correspondant ou correspondante inconnu(e), support de tous ses fantasmes. Mais ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Ziliz
  25 novembre 2018
Paul Daveine n'a pas de chance, dans la vie. Déjà, avec ses initiales, il s'est fait charrier dès l'école primaire. Pourquoi ses parents l'ont-ils affublé de ce prénom !? Il croit piger qu'ils avaient une dette envers un autre Paul de la famille, décédé jeune...
Autre guigne : ce garçon de dix-sept ans kiffe les livres, les pages roses du dico, c'est un littéraire. Il rêve de poursuivre dans cette voie une fois son Bac L en poche, il se voit bien en 'Lettres classiques, option latin-grec grand débutant'. 😉
Mais ses parents n'accepteront jamais un truc pareil. Dans la famille, on est tous scientifiques, ou... ou rien ?
Alors Paul est mal dans sa peau, il traîne son mal-être entre « bahut, bibli, insomnies, angoisse du bac », habité par une « trouille qui lui [noue] les tripes, la gorge, et qui parfois, lui [souffle] l'envie d'échouer. »
Drôle de livre à l'ambiance pesante. J'ai d'abord été touchée par Paul et sa tante (sorte de bonne fée, devinant ses besoins comme une marraine de conte), je me suis souvent indignée du comportement parental, j'ai été déroutée par les échanges mystérieux de mails, et surtout par les textes de Paul - je reste souvent hermétique à la poésie. Le dénouement m'a surprise, je veux bien croire que c'est possible, mais...
Quoi qu'il en soit, je m'étais trop éloignée de l'histoire et des protagonistes pour m'émouvoir vraiment...
Ce qui m'a plu, ce qui a fait écho à mon passé de lycéenne, au présent de ma fille, ce que j'ai envie de retenir de ce roman : l'angoisse du grand saut, les semaines précédant le Bac et les inquiétudes sur l'orientation.
« Bac, un mot qui claquait en couperet de guillotine. Schlak ! Un mot définitif qui vous zigouillait, qui vous précipitait, de gré ou de force, de l'autre côté de votre monde, en pays miné. Chez les adultes. »
De cette auteur, j'avais aimé 'Les garçons se cachent pour pleurer'.
On y retrouve cette idée de laisser s'exprimer la sensibilité masculine.
• Merci à Babelio et aux éditions du Mercredi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Fuyating
  08 décembre 2018
Les thèmes abordés dans ce court roman sont intéressants : la recherche de soi, là difficulté pour les adolescents à passer à l'âge adulte ou à faire face à l'incompréhension des parents, là douleur de se sentir rejeter par les autres ou de ne pas être "conforme" à certaines normes imposées par la société. le mal-être de ce jeune homme est palpable et plutôt bien décrit, nous rappelant nos années lycées et certaines de nos peurs.
J'ai trouvé le style de l'auteure assez simple, je sais que le but d'Elisabeth Brami était de donner sa voix (ou sa plume) à un jeune de dix-sept ans, mais j'ai trouvé qu'il manquait un petit quelque chose de ce côté là.
Pour terminer, je voudrais juste évoquer un petit passage du livre qui m'a mise mal à l'aise : oui il faut se tartiner de crème solaire et la mère du personnage principal a raison de l'obliger à le faire, parce qu'un mélanome est une chose très grave et il ne faut pas prendre le sujet à la légère. Il n'y a pas assez de sensibilisation faite pour prévenir et informer de ce cancer de la peau agressif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SD49
  25 novembre 2018
A la lecture du résumé je m'attendais à plus de suspense, mais c'est plutôt un petit roman sur la découverte de lui-même par un adolescent.
Ce que je n'ai pas aimé : La façon dont la mère parle à (injurie) son fils vers la fin du livre, un comportement que j'ai du mal à comprendre.
Ce que j'ai moyennement aimé : Les poèmes qu'écrit Paul, j'ai du mal avec ce style d'écrit.
Ce que j'ai bien aimé : L'auteur décrit très bien les questionnements d'un adolescent, sur sa vie, son avenir, l'amour, la pression qu'il ressent....
Un petit roman vite lu mais qui ne me restera pas forcément en mémoire.
Lien : https://pagesdelecturedesand..
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   25 novembre 2018
Un de ces carnets secrets à cadenas dont il se souvenait parce qu'il avait surpris sa mère reprochant à [tante] Hilda de n'offrir à son neveu chéri que des cadeaux pour filles, à quoi celle-ci avait rétorqué en riant : « C'est pas à toi, Maryse, que je vais apprendre que ce qu'il y a de meilleur dans l'homme, c'est la femme ! »
Longtemps, cette phrase l'avait perturbé.
(p. 46)
Commenter  J’apprécie          150
ZilizZiliz   24 novembre 2018
Sa vie lui semblait vide et sans intérêt. Bahut, bibli, insomnie. Il cherchait de son mieux à rassurer sa mère qui se faisait toujours des cheveux pour lui. Alors il était passé maître en bobards, il bluffait pour la bonne cause et aussi pour être peinard, pour que sa mère puisse dormir sur ses deux oreilles et qu'elle le lâche un peu. [...] C'était plus fort qu'elle, les idées noires. C'était sa spécialité. Malheureusement, il en avait hérité.
(p. 13-14)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   26 novembre 2018
Coincé, lui ? Non, il ne pensait pas. Il revendiquait juste le droit au romantisme, au romanesque. Le droit d'être puceau. Il détestait ce mot, mais 'vierge' le ramenait à trop de féminité. Alors puceau... presque pourceau : un mot répugnant qui, comme certaines pensées vulgaires, était capable de le souiller.
Commenter  J’apprécie          120
ZilizZiliz   24 novembre 2018
C'était bien connu, dans les bonnes familles une merde en cachait souvent une autre. On appelait ça un cadavre dans le placard. Un secret de famille, quoi... et ça finissait toujours par puer.
(p. 11-12)
Commenter  J’apprécie          150
ZilizZiliz   26 novembre 2018
Etre seul, rêver, attendre, écrire : c'était tout ce qu'il demandait. Tout ce que son entourage lui interdisait implicitement depuis des années de peur qu'il ne devînt pas l'être standard qu'on exigeait de lui.
Qu'ils aillent tous se débrouiller avec leur vie à eux ! Bientôt, il se débrouillerait tant bien que mal avec la sienne.
Désormais, c'était entre lui et lui.
(p. 49)
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Elisabeth Brami (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elisabeth Brami
La lune cendrée par Brune-El
Bande annonce : La lune cendrée par Élisabeth Brunel
autres livres classés : quête de soiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Chère Madame ma grand -mère

QUI SONT LES 2 PRINCIPALES HEROÏNES DE L' HISTOIRE ???

Antoine Barrois et Olivia
Eléonore Barrois et Olivia
Cordelia Grey et Letty Laskpur
Olivia et sa mère

4 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Chère Madame ma grand-mère de Elisabeth BramiCréer un quiz sur ce livre