AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021045765
264 pages
Éditeur : Seuil (12/05/2011)

Note moyenne : 3.05/5 (sur 32 notes)
Résumé :

Pierre a été libraire. Il est à la retraite, se sent vieux, rumine les occasions manquées de sa vie. Son épouse est morte brutalement dans des circonstances dont il se sent coupable.

Son fils vit aux USA. Ils communiquent par mail. Il ne voit jamais son petit-fils qui ne parle même pas français. Sa fille voudrait le prendre en main, mais ses intrusions l’embêtent.

Il y a une personne qui sauve Pierre de ses ronchonnements ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
kathy
  13 février 2012
« Pierre n'en peut plus de cette vie passive où il s'est laissé berner par les diktats rances de sa raison. Aujourd'hui, à plus de soixante-dix ans, il serait temps, de vivre. Ou, du moins, de faire coïncider ses actes avec ses sentiments ». Ce d'autant plus qu'il lui « reste encore beaucoup à vivre. On ne sait pas quoi ni comment, mais beaucoup ».
Grâce à Léa Epstein, son irrésistible belle-mère, Pierre en viendra au temps des aveux - en formulant ses peurs, sa culpabilité, ses remords, et en s'affranchissant de toutes les femmes qu'il a aimées : Lizzie, son premier amour ; Léa, sa belle-mère ; Régine, sa femme décédée ; et surtout, sa mère, femme qui l'a aimé d'un amour exclusif et obsessionnel.
Révélations qui le libèreront et lui permettront de vivre enfin au-delà des conventions et des préjugés. Bref, selon son coeur.
Pour moi, ce livre aurait pu être, tout simplement, une histoire d'amour singulière, empreinte de regrets, de blessures et d'espoir.
MAIS tout a basculé à la page 246, chapitre 41.
La « révélation » de Pierre m'a procuré une impression de malaise car je l'ai trouvée mal venue, trop brutale, incongrue, sordide. Rien, dans le comportement de Pierre à l'âge adulte ne laissait envisager un tel traumatisme ? Il me semble qu'Elisabeth Brami a sous-évalué les séquelles résultant de maltraitances subies durant l'enfance… Bref, cette révélation, totalement inappropriée, est pour moi tombée comme un cheveu sur la soupe !! du coup je referme le livre avec le sentiment d'un livre vite achevé, ou bien… inachevé.
D'autre part, je pense que l'auteure aurait pu approfondir de manière plus sensible et subtile la psychologie de Léa et Pierre, Seniors ENCORE capables d'aimer et d'avoir du désir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lilou08
  13 juillet 2014
C'est un livre que j'ai lu très vite, en quelques heures… tout au long de la lecture j'ai ressenti une sorte de malaise qui ne s'est pas dissipé jusqu'à la fin (j'avais espéré une fin qui m'apaise, mais non).
Ce n'est pas tant le fait qu'il s'agisse d'un livre qui parle beaucoup de personnes décédées, de passé, de fin de vie, d'amours malheureux ou inaboutis… mais surtout le fait que le narrateur, homme de 70 ans est tombé amoureux à 16 ans de la mère de son meilleur ami, Etienne… qu'il va épouser la soeur de cet ami, Régine… l'a-t-il jamais vraiment aimé ? ou l'a-t-il épousé pour être auprès de sa belle-mère, Léa, objet de sa passion, de son amour… mais inaccessible par son âge, et aussi qu'elle soit mariée à Nathan. Amour toujours présent, alors que Régine, Etienne et Nathan sont morts… il ne reste plus que lui, 70 ans, et Léa, 90 ans… ils finissent après bien des questionnements, un mal être ambiant, par s'avouer leur amour mutuel…
Après cet aveu, Léa veut finir sa vie tranquillement sans plus revoir Pierre… Lui, comme l'adolescent qu'il a été, veut l'emmener à Venise…
Et en parallèle de tout cela qui est déjà malsain, en tout cas pour moi, une nouvelle voisine du narrateur, une jeune femme divorcée de 35 ans (âge de sa propre fille) avec un jeune enfant, fait irruption dans sa vie…
Et peu à peu, il en tombe amoureux et une relation entre eux se met en place.
Je trouve que sous prétexte de liberté, d'abandon des conventions etc., Pierre, le narrateur, transgresse beaucoup de choses, « d'interdits » auxquels je tiens.
Cette liberté se paie aussi au détriment, souvent, de l'entourage… Pourquoi Etienne s'est suicidé ? Et Régine, comment a-t-elle vécu tout cela ? Nathan ?
Et pour en rajouter, comme si cela ne suffisait pas, certains secrets douloureux, sulfureux, remontent à la surface de sa mémoire à la fin du livre sur son enfance…
Non, j'avoue que cette lecture m'a vraiment mise mal à l'aise, bien que très bien écrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Alexandrine
  18 mai 2011
Cela démarre l'air de rien, comme un petit roman léger, et puis on se laisse embarquer dans la tourmente des coeurs, un romantisme comme on en fait plus. C'est délicat, tendre, et terrible à la fois, servi par une écriture suave et teintée de douce ironie.
Commenter  J’apprécie          80
Kaaliope
  16 janvier 2018
Les heures secrètes est un roman que je n'ai pas acheté, pas choisi. Il était là, et "et pourquoi pas?".
Ce roman se lit vite avec ses chapitres courts invitant à se dire "allez un dernier chapitre".
Il est séduisant, jusqu'au dernier rebondissement, qui m'a procuré un sentiment de malaise dont d'autres lecteurs ont fait écho.
Pierre est veuf. Pierre est seul. Des enfants auxquels il n'a pas su procurer l'amour désiré. Une routine entre piscine, déprime, monotonie.
A l'exception des visites à Léa.
Léa, sa belle-mère.
A laquelle son attachement dépasse la "normale".
Et c'est de cet attachement, de ses sentiments que Pierre va faire l'analyse tout au long des pages de ce roman.
Une histoire originale pour une raison particulière: l'âge de Pierre et Léa, respectivement 72 et 90 ans. Un thème inhabituel, habillement mené par l'auteur.
C'est émouvant et touchant pour qui aime "les vieux", cela interroge sur les choix dictant toute une vie, sur les regrets pour toutes les choses non réalisées, par peur, par convenance, par "raison".
Les dernières pages du roman nuancent le plaisir de cette lecture, un rebondissement lourd, une histoire d'inceste mal amenée et à mon sens inutile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pyrene09
  05 septembre 2012

Pierre, 72 ans, a été libraire. Il est à la retraite, se sent vieux, rumine les occasions manquées de sa vie. Son épouse est morte brutalement d'une rupture d'anévrisme. Son fils vit aux USA. Ils communiquent par mail. Il ne voit jamais son petit-fils qui ne parle même pas français. Sa fille voudrait le prendre en main, mais ses intrusions l'embêtent. Il y a une personne qui sauve Pierre de ses ronchonnements d'homme vieillissant : c'est Léa, sa belle-mère. Elle a 90 ans et vit dans une maison de repos. Il va lui rendre visite en moto….
Le paradoxe c'est que Pierre est tombé amoureux d'elle quand il avait 16 ans. Il était le meilleur ami de son fils, et il a fini par épouser sa fille…. Il l'aime et l'a toujours aimée. Léa aussi. Un amour réciproque mais impossible…
Léa a gardé sa grâce féminine. Elle est drôle, dit tout haut, avec provocation, ce que d'ordinaire on ne dit pas.
Une réflexion sur cette vie qui se termine pour l'une et qui va prendre un autre tournant pour l'autre. Léa va mettre Pierre dans les bras d'une plus jeune que lui, 35 ans !, l'histoire se répète t-elle mais dans l'autre sens ?
On se laisse embarquer dans la tourmente des coeurs, c'est très beau, délicat, tendre, cet amour entre des personnes d'un âge certain, ce sujet est rarement abordé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
kathykathy   13 février 2012
Dormir lui est devenu encore moins facile sans Régine. Malgré l'inévitable usure du désir, ils avaient toujours gardé le besoin de s'enrouler l'un autour de l'autre, de s'encastrer serait plus exact. Chaque nuit, leurs corps se retrouvaient, s'enboîtaient à la perfection, comme si bras, cuisses, fesses et ventres avaient gardé l'empreinte et la mémoire des gestes.
Même déjà profondément endormie, lorsqu'il venait enfin se coucher, vers trois heures du matin, Régine l'accueillait tout contre elle. Ils sombraient dans un sommeil mitoyen, dormaient serrés et dépendants du moindre souffle de l'autre, de son moindre sursaut. Pareils à des chiots, pareils à des enfants, ils ne formaient plus qu'un tout inextricable. Enchevêtrés, blottis bien au chaud, ils se sentaient rassurés jusqu'au matin. Sans doute chacun recherchait-il dans cette harmonie des corps et sans avoir jamais en besoin de le dire un tendre réconfort pour affronter ses propres ténèbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
kathykathy   15 février 2012
A présent que Léa et lui viennent de mettre fin à un silence de plus de cinquante ans, il prend conscience que chaque personne, à l'instant où elle disparaît, emporte avec elle son énigme, laisse ceux qui lui survivent dans une profonde ignorance, dans d'obsédantes conjectures. Une tombe, un secret. C'est bien ainsi. (p 187)
Commenter  J’apprécie          90
kathykathy   12 février 2012
La vieille dame est dans le parc, au bord de la pelouse, à l'ombre, toute petite dans son fauteuil roulant.
Il se penche. Elle l'attire à elle pour l'embrasser, d'une main noueuse et énergique. A ce contact sur sa nuque, il ferme les yeux de douceur, l'émotion étouffe sa voix.
Il a toujours du mal à lui dire le moindre mot pendant cette accolade, prélude de leurs divagations habituelles. Avec Léa, pas de langue de bois, pas de bavardages convenus. Seules importent les questions qui visent au coeur, qui vous perturbent, vous transpercent. Ces questions dont les réponses vous forcent à la plus exigeante honnêteté, à dépasser les convenances et parfois les règles morales. A vous dénuder.
- Alors, comme ça, on vient contempler les vestiges du passé?
- C'est fou ce que vous sentez bon, Léa...
- Merci du compliment ! Je ne vois pas pourquoi je puerais. Je ne suis pas encore en état de décomposition avancée, que je sache.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kathykathy   14 février 2012
Chaque fois, au paroxysme du fracas, une puissante émotion jaillissait du plus loin de sa mémoire : le souvenir doux-amer des alertes, qu'il passait enfoui entre les bras voluptueux et protecteurs de sa mère, contre sa poitrine moelleuse à la palpitation affolée et son châle de laine qui laissait longtemps après sa joue d'enfant marquée de hiéroglyphes. Puis c'était le retour à la vie après des moments d'irréalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
OhlivresvagabondsOhlivresvagabonds   21 mai 2016
Il n'y a que derrière son bureau, face à la bibliothèque, que la vue des livres en piles ou sur les multiples étagères parvient à l'apaiser. Le bruissement des mots, le froissement des pages, les confidences chuchotées par les écrivains et leurs personnages lui permettent, de venir à bout de ses journées fades et de ses insomnies
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Elisabeth Brami (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elisabeth Brami
« N’attendez pas qu’il soit trop tard, vous m’entendez ? Il vous reste beaucoup à vivre. On ne sait quoi ni comment, mais beaucoup. J’en suis sûre. » En ce mois de juillet parisien, Pierre, veuf et ancien libraire du quartier Mouffetard, doute de sa capacité à redonner du sens à sa vie. Mais, c’est compter sans les irrépressibles dérives de la mémoire, les élans du cœur, le hasard des rencontres et surtout sans Léa, sa fantasque belle-mère. C’est compter sans l’amour. Il lui faudra remonter aux sources obscures de son enfance, exhumer des blessures inavouées pour se libérer de ses entraves. Pour vivre, enfin. Élisabeth Brami a publié chez divers éditeurs une centaine d’ouvrages en littérature jeunesse, primés et traduits dans différents pays. Après Je vous écris comme je vous aime ( Calmann-Lévy, 2006), lauréat du Festival du premier roman de Chambéry, et Mon cher amour ( Éditions du Rocher, 2009), Les Heures secrètes est son troisième roman.
+ Lire la suite
autres livres classés : retraiteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Chère Madame ma grand -mère

QUI SONT LES 2 PRINCIPALES HEROÏNES DE L' HISTOIRE ???

Antoine Barrois et Olivia
Eléonore Barrois et Olivia
Cordelia Grey et Letty Laskpur
Olivia et sa mère

4 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Chère Madame ma grand-mère de Elisabeth BramiCréer un quiz sur ce livre